Ouvrir le menu principal
Exercice "Sept jours jusqu'au Rhin"
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de 1976 sur les probables axes d'attaque des forces du pacte de Varsovie contre l'Europe de l'Ouest.
Informations générales
Date 1979
Lieu Centre du rideau de fer
Casus belli Attaque présumée de la Pologne par les forces de l'OTAN.
Issue Inconnu ; jamais tenté. Traité SALT II.
Changements territoriaux Autriche, Danemark, Allemagne et Pays-Bas à l'est du Rhin conquis par le pacte de Varsovie.
Belligérants
Pacte de Varsovie
Groupement des forces armées soviétiques en Allemagne
Groupement des forces soviétiques du Nord
OTAN
Drapeau de l'Autriche
Commandants
Drapeau de l'URSS Léonid Brejnev
Drapeau de l'URSS Col. Gen. Yuri Zarudin
Drapeau de l'URSS Gén. Yevgeni F. Ivanovski
Drapeau de l'URSS Dmitri Oustinov
Drapeau de la Pologne Wojciech Jaruzelski
Drapeau de la Pologne Florian Siwicki
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Erich Honecker
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Heinz Hoffmann
Drapeau des États-Unis Jimmy Carter
Drapeau des États-Unis Harold Brown
Drapeau : Allemagne de l'Ouest Helmut Schmidt
Drapeau : Allemagne de l'Ouest Hans Apel
Drapeau de la Belgique Roi Baudouin
Drapeau des Pays-Bas Reine Juliana
Drapeau du Danemark Anker Jørgensen
Drapeau de l'Autriche Rudolf Kirchschläger
Drapeau de l'Autriche Bruno Kreisky
Pertes
S'il s'agissait d'une première frappe de l'OTAN sur la Pologne. L'estimation des pertes polonaises près de la Vistule sont de 2 000 000 de morts immédiates.Si mené, de nombreuses pertes en Allemagne de l'Ouest.

Guerre froide

Le Rhin est l'un des plus grands fleuves d'Europe

Sept jours jusqu'au Rhin était une simulation militaire top-secrète développée en 1979 par le pacte de Varsovie. Il représente la vision du bloc soviétique d'une guerre nucléaire de sept jours entre l'OTAN et le pacte de Varsovie.

Sommaire

DéclassificationModifier

Ce scénario possible d'une Troisième Guerre mondiale a été publié par le gouvernement conservateur polonais après les élections de 2005, dans le but de « faire une croix sur le passé communiste du pays », et d'« éduquer le public polonais sur l'ancien régime. »

Radosław Sikorski, le ministre de la Défense nationale polonais à l'époque où les documents ont été révélés a déclaré que les documents associés à l'ancien régime seraient déclassifiés et publiés par l'Institut de la mémoire nationale au cours de l'année à venir.

Les fichiers en cours de publication comprendraient des documents relatifs à l'opération Danube, l'invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968. Ils incluent aussi des documents sur un massacre de travailleurs polonais par l'armée à Szszecin dans les années 1970, et sur l'époque de la loi martiale dans les années 1980.

Les Tchèques et les Hongrois déclassifièrent des documents connexes dans les années 1990, ajoutant à cela des révélations sur la guerre froide.

Contexte de l'exerciceModifier

Le scénario de la guerre est le lancement d'une attaque nucléaire de première frappe par l'OTAN sur les villes polonaises du bassin de la Vistule, ainsi que sur des villes tchèques, dans le but d'empêcher les renforts soviétiques de se rendre en Allemagne de l'Est et de stopper une invasion du pays par l'OTAN. Le plan considère que deux millions de civils polonais sont morts dans l'attaque et que la force opérationnelle polonaise est complètement détruite.

Une contre-attaque nucléaire est prévue par les soviétiques contre l'Allemagne de l'Ouest, la Belgique, les Pays-Bas et le Danemark.

Que l'OTAN initie le conflit était une option politique admise. Le scénario du déclenchement des hostilités par le camp adverse est un préambule vu dans de nombreuses simulations militaires de l'OTAN et de l'URSS.

Réplique nucléaireModifier

Les cartes associées au plan publié montrent des frappes nucléaires dans de nombreux pays de l'OTAN, mais excluent la France et le Royaume-Uni. Il y a de nombreuses possibilités pour cette absence de frappe, la plus probable est qu'étant donné que la France et le Royaume-Uni sont des puissances nucléaires, elles pourraient répliquer.

Les forces françaises emploient une stratégie nucléaire connue sous le nom de "dissuasion du faible au fort" ; qui prévoit en cas d'attaque nucléaire sur la France de frapper les villes russes en représailles.

Le journal The Guardian, spécule toutefois que « la France aurait pu éviter l'attaque, possiblement car elle n'était pas membre du commandement intégré de l'OTAN. Le Royaume-Uni qui a toujours été au cœur de l'OTAN, aurait également été épargné, suggérant que Moscou voulait s'arrêter sur le Rhin pour éviter d'étirer ses forces. »

Il y a de nombreuses cibles de grandes valeurs au Royaume-Uni (RAF Fylingdales, RAF Mildenhall et RAF Lakenheath) qui peuvent être frappées de manière conventionnelle dans ce plan, bien qu'une frappe nucléaire soit plus efficace (et, comme le montre le plan, une option préférable pour dirigeants soviétiques comme en témoignent les frappes en Europe de l'Ouest). Le plan indique aussi que les chasseurs-bombardiers de l'USAF, principalement le F-111 avec sa longue portée, pourraient être utilisées pour des frappes nucléaires et qu'ils pourraient partir de ses bases britanniques.

Les Soviétiques prévoyaient d'utiliser environ 7,5 mégatonnes d'armes nucléaires durant tout le conflit.

Cibles connuesModifier

Vienne devait être touchée par deux bombes de 500 kilotonnes, tandis que Vicence, Vérone, Padoue et de nombreuses bases en Italie devaient être touchées par une bombe de 500 kilotonnes chacune. La Hongrie devait capturer Vienne et une partie du nord de l'Italie après les frappes.

Stuttgart, Munich et Nuremberg en Allemagne de l'Ouest devaient être détruites par des frappes nucléaires et capturées par les Tchécoslovaques et les Hongrois.

Au Danemark, les cibles incluaient Roskilde et Esbjerg. Roskilde qui n'avait aucune importance militaire, devait être ciblée pour son importance culturelle et historique pour casser le moral de la population danoise et de l'armée, alors qu'Esbjerg devait être ciblé pour son important port permettant de déployer d'importants renforts de l'OTAN.

Plans additionnelsModifier

Les Soviétiques prévoyaient d'atteindre Lyon le neuvième jour et de s'y appuyer pour atteindre les Pyrénées. Les Tchécoslovaques pensaient que c'était trop optimiste à l'époque et, aujourd'hui les planificateurs de l'Ouest pensent que ce but aurait été très difficile à atteindre si ce n'est impossible. Il y avait également un plan pour une opération dans l'Atlantique Nord contre des navires de l'OTAN.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier