Ouvrir le menu principal

Samouil Marchak

écrivain russe
Samouil Marchak
1987 CPA 5886.jpg
Timbre soviétique à l'effigie de Samouil Marchak, 1987
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonymes
Доктор Фрикен
Уэллер
С. КучумовVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Activités
Fratrie
M. Ilʹin (d)
Elena IlinaVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Genres artistiques
Distinctions
signature de Samouil Marchak
signature

Samouil Iakovlevitch Marchak (en russe Самуи́л Я́ковлевич Марша́к) né le 22 octobre 1887 ( dans le calendrier grégorien) à Voronej, mort le à Moscou) est un poète, dramaturge, critique littéraire et soviétique russe. Traducteur reconnu des auteurs anglais il traduit vers le russe les œuvres de William Shakespeare, Robert Burns, William Blake, William Wordsworth, John Keats, Rudyard Kipling, Edward Lear, Alan Alexander Milne, Jane Austen[1].

BiographieModifier

Samuel Marchak naît à Voronej dans une famille juive[1]. Il est le deuxième des quatre enfants de Iakov Marchak, contremaître dans une savonnerie (1855-1924), et Evguenia Gitelsohn (1867-1917), femme au foyer. Son père change souvent de travail. La famille déménage beaucoup : en 1893 - à Vitebsk, en 1894 - à Pokrov, en 1895 - à Bakhmout, en 1896 - à Maïdan près d'Ostrogojsk, et, en 1900 - à Ostrogojsk. Curieux, facétieux et inventif, le jeune Marchak s'adonne très jeune à la poésie. En 1902, il se rend à Saint-Pétersbourg, où il fait deux rencontres décisives: le critique d'art Vladimir Stassov, qui remarque son talent, et Maxime Gorki, dont il sera « un ami pour la vie ».

Ses poèmes paraissent dès 1904, dans le mensuel Evreïskaïa jizn [Vie juive] de Saint-Pétersbourg[1]. En 1907, il publie le recueil Sionides, consacrée à des sujets juifs, dont l'un des poèmes, Au-dessus de la tombe ouverte, a été écrit à la mort de Theodor Herzl. Puis il traduit plusieurs poèmes de Haïm Nahman Bialik du yiddish et de l'hébreu.

En 1912, étudiant à l'Université de Londres, il explore l'Angleterre, souvent à pied. Il découvre la vieille chanson anglaise et le sonnet dont la traduction le rendra célèbre plus tard.

En 1914, il rentre chez lui et travaille dans les magazines Severnye zapiski (Северные записки) et Rousskaïa mysl (Русская мысль) et se met à écrire des histoires pour enfants. Pendant les années de guerre, il aide les enfants des réfugiés. En 1915, avec sa famille, il vit à Vilppula en Finlande dans le sanatorium de Dr Edvard Wilhelm Lybeck, où il travaille comme interprète, le sanatorium ayant une large clientèle russe. A l'automne 1915, il s'installe à nouveau à Voronej dans la maison de son oncle Iakov Gitelson, un dentiste, rue Bolchaïa Sadovaïa, où il passe un an et demi, puis en janvier 1917, il déménage avec sa famille à Petrograd.

En 1918, il vit à Petrozavodsk et travaille dans la section d'éducation populaire du Gouvernement d'Olonets, puis a fui vers le sud - à Ekaterinodar, où il a travaillé dans le journal Outro Iouga [Le matin du Sud] sous le pseudonyme de « Dr Fricke ». Il y publie des poèmes et des feuilletons anti-bolcheviques. Il fonde à Ekaterinodar l'un des premiers théâtres pour enfants pour lequel il écrit plusieurs pièces. Il enseigne l'anglais et l'histoire de la littérature à l'Université d'État du Kouban et à l'Université d'État technologique du Kouban. En 1919, il publie, sous le pseudonyme « Doctor Fricken » le recueil Satires et Épigrammes.

En 1922, il retourne à Pétrograd et se laisse accaparer par le théâtre. Il traduit le conte traditionnel anglais La maison que Jack a bâtie (This Is the House That Jack Built), écrit Enfants sauvages, enfants en cage inspiré par une série de dessins de Cecil Aldin et Le souriceau pas sot. Avec la folkloriste Olga Kapitza, il dirige le studio d'écrivains pour la jeunesse au sein du Narkompros. En 1923, il devient rédacteur en chef d'une publication pour les enfants, Vorobeï [Le Moineau]. Il dirige également la section littéraire du mensuel Tchij (Чиж) destiné aux enfants d'âge préscolaire, qui publie entre autres les ouvres des écrivains appartenant au mouvement Oberiou. Ses œuvres sont également publiées dans les périodiques pour les enfants et la jeunesse Pionerskaïa Pravda et Mourzilka.

Lors du premier congrès des écrivains soviétiques qui se déroule du 17 août au 1er septembre 1934, il est élu membre du comité exécutif de l'Union des écrivains soviétiques.

Pendant plusieurs années, il a également dirigé la section léningradoise des éditions Detgiz, Lengosizdat et Molodaïa Gvardia. En 1937, en pleine compagne des Grandes purges la section littéraire de jeunesse de Detgiz créée par Marchak à Leningrad est fermée. Ses meilleurs collaborateurs sont arrêtés: Nikolaï Oleinikov et Tamara Gabbe en 1937, Nikolaï Zabolotski en 1938, Alexandre Vvedenski et Daniil Harms en 1941. En 1938, Samouil Marchak déménage à Moscou.

Durant la guerre d'Hiver, il est correspondant du journal Na strazhe Rodiny (На страже Родины) dans le district militaire de Leningrad. Correspondant de la Pravda lors de la grande guerre patriotique, il collabore aussi avec les Koukryniksy, en écrivant les textes pour leurs affiches de propagande.

En 1960, il publie la nouvelle autobiographique Au commencement de la vie, puis en 1961, un recueil d'articles et essais critiques Éducation par le mot.

Il est nommé président honoraire de la fédération écossaise Robert Burns pour la qualité exceptionnelle de ses traductions du célèbre poète[2]. Une plaque mémorielle est installée au n° 14 de la rue Pestel où il vécut.

RécompensesModifier

ŒuvresModifier

Œuvres les plus connuesModifier

  • Mister Twister, 1933
  • Douze mois, 1943 (Двенадцать месяцев)
  • La bague jolie
  • La maison que Jack a bâtie (This Is the House That Jack Built)
  • Enfants sauvages, enfants en cage (Детки в клетке)
  • Le souriceau pas sot (Сказка о глупом мышонке)

Œuvres traduites en françaisModifier

De la traduction la plus récente à la plus ancienne :

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en)Maxim Shrayer, An Anthology of Jewish-Russian Literature: 1801-1953, vol. 1, M.E. Sharpe, coll. « Two Centuries of Dual Identity in Prose and Poetry », (ISBN 9780765605214, lire en ligne), p. 192
  2. (en)Floriana Popescu, Perspectives in Translation Studies, Cambridge Scholars Publishing, (ISBN 9781443815567, lire en ligne), p. 94

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier