Saison 7 de Columbo

Saison 7 de Columbo
Série Columbo
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Diff. originale
Nb. d'épisodes 5

Chronologie

La saison 7 de la série télévisée Columbo comporte cinq épisodes diffusés de novembre 1977 à mai 1978.

Épisode 1 : Le Mystère de la chambre forteModifier

Titre original
Try and Catch Me (trad. litt. : « Essaye et attrape-moi »)
Numéro de production
41 (7.1)
Première diffusion
Réalisation

James Frawley

  • Durée : 70 minutes
Scénario
Scénario télévision : Gene Thompson, Paul Tuckahoe ; histoire : Gene Thompson
Invités
Résumé détaillé

Abigail Mitchell est une femme écrivain qui est établie et reconnue dans le domaine des romans policiers à succès. Cette activité l'a rendue fort riche. Abigail est âgée et habite dans une demeure avec trois domestiques (une femme de chambre, une cuisinière et une secrétaire). Sa chère nièce Phylis a disparu il y a deux mois de cela dans des circonstances hautement suspectes. Abigail est convaincue que c'est Edmund, le mari de sa nièce, qui est à l'origine de cette disparition. Il était seul avec elle à ce moment-là sur un voilier. Le corps de Phylis, présenté comme ayant basculé dans l'eau, n'a jamais été retrouvé. L'enquête policière a été bâclée, Edmund n'a pas été inquiété, donc Abigail va s'appliquer à faire justice elle-même.

Elle fait venir à son domicile son neveu sous le prétexte de le faire devenir son légataire testamentaire, en réalité pour s'assurer de reprendre les droits d'auteur qu'il a acquis en héritage via sa femme. Devant le notaire pour témoin, elle rend effectivement Edmund bénéficiaire de sa richesse. Elle prend soin ensuite de lui demander de revenir plus tard par l'arrière de la demeure pour que les domestiques ne le remarquent pas. Elle le fait entrer dans la grande chambre-forte placée dans sa pièce de travail puis referme sur lui la lourde porte blindée. Cet espace confiné est de plusieurs mètres cubes de volume et encastré dans le mur, sans système d'aération, sans moyen de se faire entendre de l'extérieur. Devant se rendre à New York, l'écrivaine prend les clefs de la voiture d'Edmund laissées sur le coin d'une table et les enfonce au hasard dans une vasque de sable (un éteignoir à cigarettes), chez elle, pour qu'elle ne les ait plus à l'aéroport.

Lorsque Columbo remarque l'absence des clefs de voiture aux abords même du décédé, il ne cesse de se poser des questions.
Commentaires
  • Le thème du meurtre est l'auto-justice d'une personne éplorée. C'est la première fois dans la série que ce mobile est présent.
  • La secrétaire Veronica va faire pression sur sa patronne car elle a trouvé les clés compromettantes et cherche à recevoir compensation; pour autant c'est la première fois qu'une personne menaçant un coupable ne trouve pas la mort en retour : elle va en croisière avec elle.
  • Columbo va comprendre la colère et la rancune d'Abigail devant la mort suspecte de sa nièce, comprenant que le ménage en question n'était pas heureux. Son dialogue avec elle à ce moment-là est touchant.
  • On apprend dans cet épisode que les parents de Columbo sont décédés.
  • Le chien de Columbo est présent et obéit même à un ordre du lieutenant de revenir le voir.
  • Le personnage d'Abigail s’inspire fortement d'Agatha Christie. Elle la cite aussi lors d'une conférence comme modèle.
  • On peut remarquer une première faute de raccord à 10 min 12 s. Le testament que vient de signer Edmund Galvin est posé ouvert sur le bureau. Or, dans le plan précédent, le conseil d'Abigail Mitchell avait déjà pris et replié le document.
  • Une seconde faute de raccord est présente à 1 h 05 min 25 s. Columbo pose une quatrième boîte métallique sur une étagère du coffre-fort. Or, seules deux boîtes ont été précédemment déposées. Dans le plan précédent, on peut d'ailleurs clairement distinguer les deux boîtes manquantes. La troisième boîte n'a donc jamais été déplacée...

Épisode 2 : Meurtre à la carteModifier

Titre original
Murder Under Glass (trad. litt. : « Meurtre sous un Verre »)
Numéro de production
42 (7.2) / Prod° 49703
Première diffusion
Réalisation

Jonathan Demme

  • Durée : 70 minutes
Scénario
Scénario télévision : Robert Van Scoyk ; histoire : Jonathan Demme
Invités
Résumé détaillé

Paul Gerard est animateur d'émissions culinaires et critique gastronomique. Il est en conflit avec le grand chef Vittorio Rossi, patron d'un restaurant italien réputé. Rossi décide de tout révéler sur les agissements crapuleux de l'animateur, en particulier un système généralisé de pots-de-vin qui lui sont versés afin d'augmenter les notes qu'il attribue aux établissements culinaires de la ville.

À l'occasion d'un repas pris en commun dans les locaux de Vittorio, un soir, Paul Gerard parvient à lui faire absorber un poison virulent et mortel, secrètement extrait d'un poisson fugu par ses soins.

Columbo avouera à la fin de l'épisode qu'il suspectait le critique gastronomique dès le début, mais la question cruciale lors de son enquête porte sur la manière dont le poison a pu être incorporé dans la boisson. Le laboratoire de médecine légale conclut en effet que la toxine absorbée se trouvait dans le vin et non dans la nourriture. Pourtant, la bouteille avait été choisie au hasard dans la cave personnelle de la victime et ouverte de ses propres mains avec l'un de ses tire-bouchons.
Commentaires
  • L'épisode est peut-être un clin d’œil à la saga du Parrain ; en effet Paul Gerard semble percevoir de l'argent des chefs de restaurants contre une bonne critique. La présence de l'acteur Michael V. Gazzo, jouant dans le film Parrain 2, souligne la référence. D'ailleurs, lorsqu'il interroge le jeune serveur Mario, Columbo s'amuse à adopter une attitude de mafieux sicilien en forçant son accent.
  • Columbo est très gourmand et va grandement profiter des nombreux plats qui apparaîtront dans l'épisode.
  • Shera Danese (épouse de Peter Falk) a également un rôle dans cet épisode (l'assistante de Paul Gerard).
  • Lors de l'adaptation en VF, le traducteur a pris certaines libertés dont l'une flagrante, au moment où Columbo est au restaurant chinois avec la patronne de l'association : on lui sert des nems et il dit en VF cela me rappelle le temps où je ne mangeais pas tous les jours. Or, dans la VO il n'était nullement question d'une enfance pauvre mais du fait qu'il mangeait plus de nems que de tagliatelle parce qu'il habitait près du quartier chinois.
  • Dans la version originale, Columbo interroge le jeune serveur en italien.
  • Jonathan Demme réalisera plus tard Le Silence des Agneaux.
  • Vittorio Rossi demande à son neveu Mario de remonter une bouteille de Château Margaux, qui est un vin de Bordeaux. Or, le neveu rapporte une bouteille de forme bourguignonne et non bordelaise.
  • A la fin de l'épisode, se sentant acculé, Paul Gerard tente d'empoisonner Columbo avec le même procédé que pour tuer le restaurateur. C'est la première fois que Columbo se retrouve à être directement menacé par une tentative d'assassinat.

Épisode 3 : Meurtre parfaitModifier

Titre original
Make Me a Perfect Murder, (trad. litt. : « Faites-moi un meurtre parfait »)
Numéro de production
43 (7.3)
Première diffusion
Réalisation

James Frawley

  • Durée : 94 minutes
Scénario
Robert Blees ; histoire : James Frawley
Invités
Résumé détaillé
Mark McAndrews, le directeur de la chaîne de télévision CNC à Los Angeles est promu à New York. Kay Freestone, son assistante de post-production qui est aussi sa maîtresse, pense mériter une promotion à la hauteur de son ambition, elle attend qu'il lui lègue sa place. Mark considère qu'elle n'a pas le profil pour ce poste, et refuse de la promouvoir, pensant apaiser sa colère en lui achetant une voiture neuve. Dans les bureaux, un soir, elle organise la projection privée d'un film dont elle a supervisé la post-production : Le Professionnel. Elle modifie les compteurs pour faire croire qu'un changement de bobine est imminent, et s'arrange pour que le projectionniste s'absente. Elle va ensuite tuer Mark en s'arrangeant pour que le crime soit découvert immédiatement par un des assistants, cache le pistolet sur le dessus de la cabine d'ascenseur, puis retourne sans être vue à la projection où elle change la bobine. Son alibi est que le projectionniste déclarera qu'au moment du crime, il fallait bien que quelqu'un ait changé la bobine.
Commentaires
  • Lors de la conversation (en VO) entre le projectionniste et Columbo, ce dernier évoque ses héros de jeunesse tel que Joe DiMaggio, son neveu, lui, a pour idole Francis Ford Coppola ; cette référence renvoie au fait que Peter Falk avait approché le réalisateur pour le rôle de Tom Hagen
  • On peut remarquer une faute de raccord lorsque la meurtrière Kay Freestone tente de récupérer le pistolet posé sur le plafond transparent de l'ascenseur. A 1 h 15 min 34 s, elle utilise une antenne télescopique avec le bout recourbé. Or, dans le plan suivant, l'antenne est complètement droite. Ce n'est que quelques instants plus tard, à 1 h 15 min 48 s, qu'elle va plier le bout de l'antenne pour faciliter la récupération de l'arme du crime.
  • Il y a une autre faute de raccord aux alentours de la quarante-sixième minute. Columbo est avec Kay Freestone et il glisse sa minerve dans la poche de son imper. Gros plan sur Kay, retour sur Columbo, il a sa minerve à la main. Nouveau plan sur Kay et retour sur Columbo, la minerve est dans la poche de l'imper.

Épisode 4 : Jeu de motsModifier

Titre original
How to Dial a Murder (trad. litt. : « "Comment Téléphoner au Meurtre" ou "Comment réaliser un meurtre par téléphone", allusion au film d'Alfred Hitchcock Dial M For Murder (1955), Le Crime était presque parfait »)
Numéro de production
44 (7.4)
Première diffusion
Réalisation

James Frawley

  • Durée : 70 minutes
Scénario
Scénario télévision : Tom Lazarus ; histoire : Anthony Lawrence
Invités
Résumé détaillé

Eric Mason est conférencier et docteur en psychologie avec une spécialisation dans le « contrôle vital ». Il sait qu'un de ses amis et associé, Charlie, entretenait une liaison avec sa femme récemment décédée dans un accident de la route. Par jalousie, Mason décide de tuer Charlie de manière détournée. Le médecin a dressé deux dobermans pour que ces derniers attaquent à la commande dès la prononciation d'un mot de passe. Il s'agit du mot anglais Rosebud (bouton de rose)[1].

Une consultation annuelle chez un cardiologue donne le prétexte à Mason de faire garder chez lui ses chiens par Charlie. Lorsqu'il est seul dans la pièce, le conférencier appelle son domicile depuis un téléphone fixe qui se trouve dans la salle d'examen médicale. Mason a trafiqué, avant de partir, les câbles téléphoniques pour que seul l'appareil de la cuisine puisse fonctionner. Par ruse Charlie est incité à prononcer ce mot de passe. Les dobermans le tuent sans attendre.

Sur les lieux du drame, Columbo remarque que quelqu'un venait d'appeler au domicile : la tonalité dans le combiné de la cuisine (resté décroché) l'indique clairement. Le drame s'est donc déroulé avec quelqu'un à l'autre bout du fil qui n'a pas prévenu ensuite la police ou les secours.

Par ailleurs, le lieutenant pense d'abord à un « retour à l'état sauvage » des deux animaux pour la mort de Charlie. Mais une entrevue chez une dresseuse de chiens le fera changer d'avis et le fera soupçonner un dressage secret reçu par les deux dobermans.
Commentaires
  • C'est le second épisode où un meurtre se produit à cause d'animaux. L'épisode Question d'Honneur (épisode 4, saison 5) présentait un taureau qui encorne un homme.
  •  La première rencontre entre Columbo et le docteur Mason présente une incohérence : ce dernier interpelle Columbo en le dénommant « lieutenant » alors qu'il ignore totalement qui il est à cette minute. Columbo se présente alors comme officier de police de la brigade criminelle.
  • On se serait attendu à ce que Columbo complète son enquête en se renseignant sur les appels téléphoniques générés chez le médecin du docteur Mason, ce dernier ayant utilisé son téléphone à son insu pour provoquer le meurtre. Le compte rendu du rythme cardiaque accéléré au moment du meurtre a seulement été retenu.
  • La séquence d'introduction est un hommage au film Citizen Kane d'Orson Welles. La ferronnerie du portail présente la lettre K, initiale du personnage principal. Eric Mason explique qu'elle provient du décor du film (c'est celle de Xanadu, nom de la propriété de Charles Foster Kane dans le film). Mason indique également que sa maison a appartenu à l'actrice Gloria Swanson.
  • La version française présente une incohérence. Dans une séquence, le lieutenant Columbo et le Docteur Mason se livrent à un jeu de mots. Ce dernier a conclu par « J'en conclurai que votre enfance a dû être difficile mais que vous en avez très vite évité les pièges. » Plus tard, on apprend que le lieutenant avait enregistré la conversation pour la faire écouter aux deux dobermans. Celle-ci diffère dans l'enregistrement : « J'en conclurai que votre enfance a dû être difficile mais que vous en avez très bien évité les pièges ».
  • Une scène coupée évoque le film Douze hommes en colère où le Dr. montre à Columbo le couteau à cran d'arrêt (ou une réplique) utilisé pour le film, Williamson imitant Henry Fonda plantant le 2è couteau sur la table avec la même prise de vue que dans le film. Cette scène fut retirée pour des raisons de timing.

Épisode 5 : Des sourires et des armesModifier

Titre original
The Conspirators (trad. litt. : « Les Conspirateurs »)
Numéro de production
45 (7.5)
Première diffusion
Réalisation

Leo Penn

  • Durée : 93 minutes
Scénario
Scénario télévision : Howard Berk ; histoire : Pat Robinson
Invités
  • Deborah White (Angela) (non créditée)
  • Sean McClory (Captain) (VF : Jean-Henri Chambois) (non crédité)
  • Michael Prince (Michael Moore) (non crédité)
  • Don Whyte (Leach) (non crédité)
  • Johnny Silver (Tow Truck Driver) (VF : Georges Aubert) (non crédité)
  • Carole Hemmingway (Herself) (non créditée)
  • Doreen Murphy (Barmaid) (VF : Jane Val) (non créditée)
  • Tony Giorgio (Harry) (VF : Daniel Gall) (non crédité)
  • John McCann (Brandon) (non crédité) (VF : Daniel Gall)
  • Cedric Wolfe (Customs Officer) (non crédité)
Résumé détaillé

Joe Devlin est Irlandais et grand amateur de whisky. Il est installé à Los Angeles où il a une certaine renommée comme écrivain et poète. Un jour, un homme inconnu vient le voir lors d'une séance de dédicace avec, sur la page à signer, les mots « Ourselves alone » qu'il a inscrits au stylo. (Il s'agit de la traduction anglaise de Sinn Féin et signifie « Nous seuls »). C'est un code de reconnaissance entre eux et ils conviennent de se revoir par la suite. L'homme s'appelle Vincent Pauley. C'est un trafiquant d'armes et il se trouve à Los Angeles pour proposer à Devlin de lui en faire livrer moyennant finance afin qu'elles puissent ensuite approvisionner l'IRA. Pauley réclame 50 000 dollars en supplément du prix des armes pour qu'elles soient bien livrées à la date prévue du départ d'un navire qui doit quitter le port le quinze du mois.

Devlin utilise sa notoriété pour officiellement soutenir un cercle américain d'aide aux victimes du conflit nord-irlandais et joue publiquement double-jeu, comme les autres membres du cercle, qui sont eux aussi des membres officieux de l'IRA. L'écrivain reçoit l'argent récolté pour acheter la marchandise et il confronte le marchand d'armes : ce dernier, qui a été discrètement filé, s'apprête en réalité à s'enfuir en avion avec la somme sitôt versée. Devlin le tue par balle, le voyant comme un traitre à leur cause.

Devlin est convaincu que rien ne le relie au meurtre du trafiquant que personne ne connaissait dans la ville. Columbo, pourtant, lui fait la surprise de venir le voir dans sa maison. Le lieutenant suspecte l'écrivain en raison de la dédicace du livre retrouvé sur les lieux du crime et à cause d'une bouteille de whisky. Pendant que l'inspecteur mène l'enquête, Joe Devlin essaie en même temps de trouver le fournisseur, ou à défaut un autre fournisseur, afin de tenir ses engagements.
Commentaires
  • C'est la première fois dans la série qu'un thème politique international se retrouve véritablement représenté. L'épisode Immunité diplomatique (saison 5), qui parle lui aussi de politique, faisait apparaître une royauté factice : le royaume du Suari. Le thème ici est le terrorisme irlandais, à l'époque particulièrement d'actualité.
  • C'est la première fois que le trafic d'armes se retrouve présenté.
  • C'est aussi la première fois que le crime se retrouve connu et accepté de plusieurs conspirateurs qui cherchent à se protéger mutuellement sans chantage.
  • La fin de l'épisode se passe au port de Los Angeles, dans le quartier de San Pedro. Le cargo suspecté de transporter des armes vers l'Irlande du Nord (à destination du port de Belfast, après transbordement par le port de Southampton) est amarré au quai 213. On voit le lieutenant Columbo traverser en voiture le pont Vincent-Thomas.
  • On note une faute de raccord à 28 min 58 s. Columbo tient son cigare dans sa main gauche. Or, à 29 min 00 s, sa main gauche tient l'épaule de la libraire pour la remercier de son aide, sans son cigare qui a disparu.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. en référence au film Citizen Kane