Ouvrir le menu principal

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

ville du Québec (Canada)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marguerite et Lac Masson.

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson
Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson
Le centre ville, vu du lac Masson
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Subdivision régionale Les Pays-d'en-Haut
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Gisèle Dicaire
2017-2021
Fondateur
Date de fondation
Édouard Masson
1864
Constitution 17 octobre 2001
Démographie
Population 2 763 hab. ()
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ nord, 74° 03′ ouest
Superficie 9 870 ha = 98,7 km2
Divers
Code géographique 2477012
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte administrative de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson

Géolocalisation sur la carte : Laurentides (région administrative)

Voir la carte topographique de la zone Laurentides
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson est une ville du Québec située dans la municipalité régionale de comté des Pays-d'en-Haut dans la région administrative des Laurentides. Elle est nommée en l'honneur de sainte Marguerite d'Antioche. Elle est située au bord du lac Masson, et traversée par la route 370.

HistoireModifier

 
En janvier 1942
 
Skieuses participant à une compétition de slalom en février 1942

La région a été développée à partir de 1864 lorsque Édouard Masson, fils du dernier seigneur de Terrebonne Joseph Masson, se fait concéder 1 600 acres de terre dans le canton de Wexford, au nord de Montréal, et y établit des colons. Il s'y construit un manoir en 1865 et donne en 1869 à l'archevêché un terrain pour y construire une église. L'agriculture est alors la première ressource mais le sol est pauvre et les colons arrivent à peine à survivre.

La région prend un essor touristique en juillet 1935 lorsque le baron belge Louis Empain achète 17 000 acres de terres autour du lac Masson et, avec l'aide de l'architecte belge Antoine Courtens, construit le Domaine d'Estérel, dans un style art déco. Le premier bâtiment dont la construction est amorcée est l'Hôtel de la Pointe Bleue en 1937. Pratiquement tout son mobilier est dessiné par Courtens, qui s'est notamment inspiré des villas de l'architecte Henry Van de Velde. Cet édifice après avoir été occupé par un CHSLD, nommé Manoir de La Pointe Bleue, puis Centre d'hébergement des Hauteurs a été démoli en 2012[1]. Le deuxième bâtiment moderne est un centre commercial, inspiré par le pavillon belge de l'exposition de Paris de 1937. La prestigieuse maison Holt Renfrew est locataire du centre, qui compte plusieurs autres services: atelier de réparation de voitures, pâtisserie, salle de cinéma ou spectacle d'une capacité de 300 places (lieu de la première canadienne de The Citadel), etc. Le troisième édifice est le « sporting club », plus proche du style international que de l'art déco, dont une partie s'avance dans le lac Dupuis[2].

La Seconde Guerre mondiale vient interrompre le projet, puisque les biens belges sont saisis par le gouvernement canadien et les immeubles sont réquisitionnés à des fins militaires[réf. nécessaire].

En 1958, un entrepreneur d'Abitibi, Fridolin Simard, rachète le domaine d'Estérel et y établit une nouvelle municipalité basée sur la villégiature sous le nom de Ville d'Estérel. En 1978, la municipalité de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson achète le centre communautaire pour 152 400$, pour y abriter les bureaux de l'administration municipale, des loisirs et de la culture[3]. En octobre 2001, la ville d'Estérel est fusionnée à la municipalité de Sainte-Marguerite-du-lac-Masson pour former la « Ville de Sainte-Marguerite-Estérel » mais en janvier 2006, une défusion réinstitue la Ville d'Estérel et la ville de Sainte-Marguerite-du-lac-Masson, maintenant réunies par un conseil d'agglomération.

GéographieModifier

Dans la MRC Les Pays-d'en-Haut.

Municipalités limitrophesModifier

  Sainte-Lucie-des-Laurentides Doncaster Entrelacs  
Val-David,
Val-Morin
N Chertsey
O    Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson    E
S
Sainte-Adèle Estérel

DémographieModifier

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 5712 2512 1702 4982 7402 763

AdministrationModifier

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[4].

Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Violette Gauthier Voir
2005 André Charbonneau Voir
2009 Linda Fortier Voir
2013 Gilles Boucher Voir
2017 Gisèle Dicaire Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

PatrimoineModifier

Le centre commercial du Domaine-de-l'Estérel, l'un des derniers vestiges du domaine de l'Estérel et l'un des premiers centres commerciaux du Québec, a été classé en partie immeuble patrimonial par le ministère de la Culture et des Communications. L'annexe rectangulaire a quant à elle été classée par la ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson[5]. Le bâtiment, aussi connu sous le nom de "centre culturel" a été vendu, sous l'administration Fortier (2009-2012) au promoteur HBO constructions inc. [1] Le promoteur du centre commercial du Domaine-de-l'Estérel souhaite y établir un hôtel ainsi que des condos à la structure déjà existante. Toutefois, aucune construction n'a débuté à ce jour (novembre 2014).

ÉducationModifier

La Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier administre les écoles anglophones:

Personnalités associéesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Il était une fois un baron, une belle histoire des Pays-d’en-Haut », sur Le Devoir (consulté le 23 mai 2018)
  2. Jean Damecour, « Patrimoine moderne en péril », Histoire Québec,‎ (lire en ligne, consulté en (date de consultation)).
  3. J. Damecour
  4. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  5. « Premier classement patrimonial pour la MRC des Pays-d'en-Haut », sur Ministère de la Culture et des Communication, (consulté le 22 mars 2014).
  6. "maps zone/171 - WEB SAINTE ADELE.pdf SAINTE ADÈLE ELEMENTARY ZONE." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 16 séptémbre 2017.
  7. "LAURENTIAN REGIONAL HS ZONE." Commission scolaire Sir Wilfrid Laurier. Consulté le 4 séptémbre 2017.
  8. Géo N°428, octobre 2014, p. 150

AnnexesModifier