Ouvrir le menu principal
Saint Gerbaud
Saint gerbold.jpg
Fonction
Évêque
Biographie
Activité
PrélatVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Étape de canonisation

Saint Gerbold ou Gerbaud (Gereboldus), ou parfois Gerebauld a été un évêque de Bayeux vers 689-691.

Sommaire

BiographieModifier

La première vie connue de ce saint est assez tardive. Elle se trouve dans le bréviaire manuscrit de Bayeux daté de 1425[1].

Selon la légende, Saint Gerbold serait originaire de Normandie (peut-être de Livry) et aurait vécu en Angleterre (la Scythie est parfois évoquée mais il s'agirait plus vraisemblablement d'une déformation de Scotia) où il demeurait sous la protection d'un riche seigneur, en qualité d'intendant. Gerbold aurait refusé les avances de sa maîtresse et celle-ci se serait plainte de lui auprès de son mari. Tombant en disgrâce, son maître l'aurait emprisonné puis jeté à la mer, lesté d'une meule de moulin. La pierre se serait transformée en liège, offrant à Gerbold une embarcation lui permettant de traverser la Manche. Il aurait débarqué sur la côte normande, à Ver-sur-Mer. Sur son passage, malgré l'hiver, les plantes auraient verdi et les fleurs auraient éclos. Gerbold se serait établi dans un ermitage à Crépon ou à Ver, sur les rives du cours d'eau la Provence. Les miracles qu'il réalisait auraient poussé la population à le faire nommer évêque de Bayeux. Mais les habitants se retournèrent contre leur évêque jugé moralement trop ferme et le chassèrent de la ville. Par dépit, Gerbold aurait jeté son anneau pastoral dans la mer ou l'Aure et aurait refusé de rester dans le diocèse tant qu'il n'aurait pas été retrouvé. Il serait parti pour Rome[1]. Les habitants de Bayeux auraient alors souffert de dysenterie et d'hémorroïdes et auraient fait pénitence, rappelant leur évêque auprès d'eux. Gerbold aurait retrouvé son anneau pastoral dans le ventre d'un poisson, ou un pêcheur le lui aurait retrouvé, et aurait repris sa charge d'évêque. Les maladies affectant la population auraient cessé. La pièce de théâtre La Farce de Maître Pathelin (XVe siècle) comporte une allusion à cette légende :

« Hé dea j'ay le mau Sainet Garbot,/ Suis-je des foireux de Bayeux?/ Les playes Dieu ! quésse qui s'attaque/ A m'en cul ? Esse une vaque ?/ Une môque ou un escarbot ?/ Jehan du Chemin sera joyeux./ Bée, par Sainet Jehan je bérée/ Voulentiers à li une fée[2]. »

Selon Hermant, Gerbold aurait participé au concile de Rouen en 692 ou 693 et aurait fondé une abbaye dans le village de Livry. Il aurait été enterré en l'église Saint-Exupère de Bayeux.

Saint Gerbold est fêté le 7 décembre ; il est invoqué pour guérir la dysenterie (surnommée “mal de Saint Gerbold”) et les hémorroïdes.

NotesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Fournée, Christiane Daireaux, Saint Gerbold, évêque de Bayeux: (fin du VIIe siècle), Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, 1991
  •   J. Hermant, Histoire du Diocèse de Bayeux, Caen, 1705, p. 75-84 [lire en ligne]
  • Jacques Laffetay, Essai historique sur l'antiquité de la foi dans le diocèse de Bayeux et le culte de quelques saints récemment introduits dans le calendrier liturgique de ce diocèse, 1861 [lire en ligne]
  • Alexandre-Pierre-Charles Noget-Lacoudre, Notice historique et critique sur saint Gerbold, évêque de Bayeux, au VIIe siècle, Chénel, 1865
  •   Frédéric Pluquet, Essai historique sur la ville de Bayeux et son arrondissement, T. Chalopin, 1829, p. 331-333 [lire en ligne]