Saint-Sauveur-de-Cruzières

commune française du département de l'Ardèche

Saint-Sauveur-de-Cruzières
Saint-Sauveur-de-Cruzières
Vue du village, avec l'église au second plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes Cèze-Cévennes
Maire
Mandat
Christophe Champetier
2020-2026
Code postal 07460
Code commune 07294
Démographie
Population
municipale
531 hab. (2018 en augmentation de 1,34 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 02″ nord, 4° 15′ 16″ est
Altitude Min. 118 m
Max. 451 m
Superficie 24,84 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Cévennes ardéchoises
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Cruzières
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Cruzières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Cruzières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sauveur-de-Cruzières
Liens
Site web saintsauveurdecruzieres.fr

Saint-Sauveur-de-Cruzières est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Saint-Sauveur-de-Cruzières se situe à l'extrémité sud-ouest de l'Ardèche. C'est la commune la plus au sud du département[1], à la limite du département du Gard. Rattachée à l'Ardèche, elle est située entre les villes gardoises de Saint-Ambroix et Barjac, distantes toutes deux de 8 km.

Avec sa voisine Saint-André-de-Cruzières, elle forme le pays de Cruzières.

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

Saint-Geniès, la Lauze, la Vabre, le Cros.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Saint-Sauveur-de-Cruzières se trouve au bord de la Claysse, un affluent de la Cèze qui à cet endroit traverse une cluse dans un petit massif urgonien qui s'étend de la Cèze à l'Ardèche entre Saint-Ambroix et Sampzon. Au sud-ouest de Saint-Sauveur-de-Cruzières, ce massif porte le nom de montagne d'Uzège. Son point culminant (451 m) est également celui de la commune. Au nord, se trouve le serre de Cruzières (394 m). La partie est de la commune s'étend dans la plaine de Barjac où l'altitude est d'environ 150 m.

ClimatModifier

Le climat est de type méditerranéen. L'ensoleillement moyen est de plus de 2 500 heures par an.[réf. nécessaire]

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Sauveur-de-Cruzières est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

HistoireModifier

Peu après la révolution de 1848, le conseil municipal vote une motion de soutien au nouveau gouvernement « afin d’assurer le bonheur de la France notre patrie »[7].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Christian Vezon    
mars 2008 En cours
(au 24 avril 2014)
Christophe Champetier[8]   Professeur

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2018, la commune comptait 531 habitants[Note 2], en augmentation de 1,34 % par rapport à 2013 (Ardèche : +1,94 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6026397045737929189621 0661 092
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0421 0371 0171 005954889927812823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
751704693561598565539494475
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
464431389409441491519522530
2018 - - - - - - - -
531--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le Castellas, ancien château au Moyen Âge qui fut presque entièrement détruit à cette époque. Actuellement il ne reste plus que des ruines situées sur le haut d'une colline ;
  • La chapelle de Saint-Privas qui offre une vue imprenable sur le village.

Zones naturelles protégéesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Chantal Brel (fille ainée de Jacques Brel), née le 6 décembre 1951 et décédée le 4 janvier 1999, y a résidé une vingtaine d'années[13].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Liste de points extrêmes de la France
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  7. Éric Darrieux, « L'accueil de la Seconde République au village en Ardèche », Rives nord-méditerranéennes, no 5,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2019).
  8. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Un jour, une histoire : Jacques Brel, qui sont ses filles ? », sur telestar.fr.