Ouvrir le menu principal

Sœurs augustines de Notre-Dame de Paris

Les Sœurs augustines de Notre-Dame de Paris formaient un institut religieux féminin de droit pontifical et de spiritualité augustinienne. En 2016, elle fusionnent avec les religieuses de l'Assomption[1].

HistoriqueModifier

La congrégation est née en 1977 de l'union de deux congrégations : celle des augustines de l'Hôtel-Dieu de Paris et celle des augustines du Précieux-Sang d'Arras.

Les premières remontent à l'an 651, fondée par l'évêque de Paris, saint Landry. Son successeur Clodebert affilie les religieuses à l'hospice des Filles de Saint-Christophe qui se donnent en 1221 la règle de saint Augustin. La congrégation des augustines de l'Hôtel-Dieu de Paris est agrégée à l'ordre de Saint Augustin en 1952 et deux ans plus tard obtient sa reconnaissance en tant que congrégation de droit pontifical.

Les secondes sont fondées à Arras en 1854 par Mgr Parisis (1795-1866) de l'union de nombreuses petites congrégations diocésaines, comme les Sœurs enseignantes d'Arras ; les Sœurs hospitalières de Saint-Jean d'Arras ; les Sœurs hospitalières de Saint-Louis de Boulogne ; les Sœurs hospitalières de Montreuil ; les Sœurs hospitalières de Saint-Jean de Laventie. Elles obtiennent leur décret de louange en 1966 et dix ans plus tard s'agrègent aux augustines de Paris.

FusionModifier

Augustines de l'Hôtel-Dieu de Paris absorbent : De 1938 à 1948 : les Augustines des Hôtels-Dieu d'Étampes, Orléans, Saint-Quentin, Troyes.

Augustines du Précieux Sang absorbent :

  • 1966 Congrégation des Augustines de Coutances.

Augustines de Notre-Dame de Paris absorbent :

  • 1978 : Sœurs de Sainte-Élisabeth de Notre-Dame de Compassion, congrégation de droit diocésain fondée à Lyon en 1841 par Clémence Morel en religion mère Marie des Anges pour recueillir les prostituées.
  • 1980 : Augustines de la Charité Notre-Dame, congrégation de droit diocésain fondé à Paris par Simone Gauguin en religion Françoise de la Croix pour le soin des malades et des personnes âgées dans les établissements publics hospitaliers. Les constitutions basées sur la règle de saint Augustin furent approuvées par Urbain VIII en 1628[2].

Activités et diffusionModifier

Les religieuses de la congrégation se dévouent à des œuvres dans le domaine sanitaire, éducatif et pastoral. Elles sont présentes en France (quinze communautés), en Guinée et à Madagascar.

Leur maison-généralice est à Paris

Selon l'Annuaire pontifical de 2010, elles étaient en 2008 au nombre de 231 religieuses dans 22 maisons. Elles sont 216 religieuses en 2011.

Notes et référencesModifier

SourceModifier