Ouvrir le menu principal

Pierre-Louis Parisis

prélat catholique

Mgr Pierre Louis Parisis
Image illustrative de l’article Pierre-Louis Parisis
Portrait de Mgr Parisis
Biographie
Naissance
Orléans (France)
Ordination sacerdotale
Décès (à 70 ans)
Arras
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Hyacinthe-Louis de Quélen
Dernier titre ou fonction Évêque d'Arras, Boulogne et Saint-Omer
Évêque d'Arras, Boulogne et Saint-Omer
Évêque de Langres
Autres fonctions
Fonction laïque
Député du Morbihan

Blason
Spes mea in Deo est
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre-Louis Parisis
Fonctions
Député du Morbihan à l'Assemblée nationale constituante
Élection
Député du Morbihan à l'Assemblée nationale législative
Élection
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Droite
Profession Évêque

Pierre Louis Parisis, né le à Orléans dans le Loiret et mort à Arras le , est un ecclésiastique français qui fut évêque de Langres et évêque d'Arras. C'est le fils d'un modeste boulanger d'Orléans. Considéré comme turbulent pendant sa jeunesse, il deviendra celui que ses contemporains surnommeront «le premier évêque de France ». Il est ordonné prêtre en 1819 pour le diocèse d'Orléans. Nommé évêque du diocèse de Langres le 28 août 1834, il est consacré le 8 février 1835 en ayant déjà pris ses fonctions depuis le 19 décembre 1834 succédant à Mgr Jacques-Marie-Adrien-Césaire Mathieu. Le 12 août 1851, il est nommé évêque du diocèse d'Arras en succession de Mgr Hugues de La Tour d'Auvergne-Lauragais décédé.

BiographieModifier

FormationModifier

Il entre au petit séminaire d'Orléans en 1807. Cinq ans plus tard, il est simultanément précepteur, surveillant et étudiant en théologie. En 1814, alors qu'il n'a que 19 ans, il est professeur de troisième, fonction qu'il assumera jusqu'à son ordination en 1819.

Principaux ministèresModifier

Après son ordination, il fut nommé professeur de rhétorique mais, préférant l'action fut ensuite nommé vicaire de la paroisse Saint-Paul d'Orléans. Son zèle et ses nombreux talents firent l'admiration de son curé ce qui lui valut d'être nommé à seulement 33 ans curé de Gien, paroisse de six mille âmes, mais où régnait une forte déchristianisation. Son zèle et sa volonté de fer lui permirent de redresser la situation de manière remarquable et, sans qu'il l'eut lui-même espéré, lui ouvrit les portes de l'épiscopat en succession de Mgr Matthieu, nommé archevêque de Besançon.

En tant qu'évêque de Langres, Mgr Parisis favorisa les congrégations religieuses, relança les synodes diocésains, intensifia les retraites et multiplia les visites pastorales et éleva un grand séminaire. Il essayait sans cesse de se rapprocher des ouailles qui lui avaient été confiées essayant même de rapprocher les dissidents de la Foi. S'il est donc vrai que son action pastorale dans son diocèse de Langres fut intense, son action la plus importante fut sans nul doute la réforme qu'il entreprit pour le rétablissement et le respect de la liturgie romaine.

« Si les compositions particulières et les systèmes nouveaux doivent être écartés, à quoi nous rattacherons-nous ? .... à la tradition ![1] »

— Lettre de Mgr Parisis adressée au pape Pie IX

Cette réforme eut d'ailleurs un retentissement qui dépassa largement les frontières de son diocèse, la France ayant encore une forte tendance gallicane. En outre, pendant la préparation du concile Vatican I portant sur l'infaillibilité pontificale, Mgr Parisis se fera le « champion de Rome » s'opposant à de nombreux évêques français à cette tendance, tel que Mgr Dupanloup. C'est avec ce bilan élogieux que Mgr Parisis fut nommé à succéder à Mgr de la Tour d'Auvergne-Lauragais en tant qu'évêque d'Arras le 12 août 1851.

« Une grosse masse inerte », voilà quelles étaient les premières impressions de Mgr Parisis vis-à-vis de son nouveau diocèse. Sa première tournée pastorale, où les différentes paroisses visitées lui réservèrent toutes un accueil triomphal, l'aidèrent à dissiper ce sentiment. Dans ce diocèse fortement industrialisé, il s'opposa fortement au travail dominical qui pouvait alors exister dans son diocèse. De plus, il imposa également dans son nouveau diocèse le respect de la liturgie romaine ainsi que du grégorien. Il instruisit le procès en canonisation de Benoît-Joseph Labre. Il fonda en 1854 les religieuses hospitalières du Précieux-Sang[2], et favorisa la fondation des franciscaines de Calais. Il se fit également connaître en ouvrant le petit séminaire d'Arras. Il appuyait les idées de Mgr Gaume. Mgr Parisis se fit également remarquer par sa noble opposition au livre de Renan, La Vie de Jésus, publié en 1863.

« Cette joie assurément bien grande que vous avez ressenti, Vénérable Frère, en rétablissant si aisément l'usage de la Liturgie Romaine dans votre Église d'Arras, dont vous avez ainsi, par cette marque de respect, resserré plus étroitement les liens avec cette Chaire de Pierre élévée au-dessus de toutes les autres et avec Nous-même, cette joie vous excite et vous anime maintenant à ne rien omettre de ce qui vous paraît tendre de toute manière à conserver cette même Liturgie et à maintenir chez vous les usages de l'Église Romaine. Aussi Nous avons reçu avec plaisir l'Instruction pastorale que vous avez récemment publiée sur le chant ecclésiastique, et, en même temps, il Nous a été très-agréable d'apprendre, par votre lettre du 12 juillet dernier, que vous n'aviez rien plus à cœur que de vous attacher, même cette matière, aux règles et aux traditions des Pontifes Romains Nos prédécesseurs. Il y a déjà deux ans, comme vous nous l'écrivez, que, à la satisfaction et au contentement de tous, et de vous en particulier, il est en usage dans votre Église cathédrale, ce chant Grégorien que vous assurez avoir été restauré nouvellement par le Graduel et l'Antiphonaire qu'à mis au jour le libraire de Paris Lecoffre. ......... Nous y joignons, comme le présage de ces faveurs comme le gage de Notre affection particulière pour vous, Notre bénédiction Apostolique, que Nous accordons avec effusion, du plus profond de Notre cœur, à vous-même, Vénérable Frère, à tout Clergé et aux Fidèles de votre Église d'Arras. Donné à Rome, à Saint-Pierre, le 23e jour du mois d'août de l'année 1854, et de Notre Pontificat la IXe[3]. »

— Pie IX, le Bref Venerabilis frater, salutem et apostolicam benedictionem, texte original en latin

Mgr Parisis mourut en son diocèse d'Arras, le 5 mars 1866. Son corps repose dans la chapelle de la Sainte-Vierge de la cathédrale d'Arras. On peut d'ailleurs y observer son gisant, réalisé par Léon Cugnot[4].

 
Priant de Pierre-Louis Parisis dans la cathédrale d'Arras.

Vie politiqueModifier

Orateur et auteur catholique connu, il est député du Morbihan de 1848 à 1851, siégeant à droite. Il préside le comité des Cultes sous l'Assemblée constituante.

ArmesModifier

D'azur à la bande d'or chargée de 3 croisettes de gueules, aliàs d'argent, accompagnée en chef d'une ancre versée en barre et en pointe d'une étoile du même[5].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Chanoine Charles Guillemant, Pierre-Louis Parisis (1795-1866), Paris, J de Girord, 1925

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier