Isaac Strauss

chef d'orchestre, compositeur et collectionneur français du XIXe siècle

Emmanuel Israel[1] , devenu en 1808 Isaac Strauss, né à Strasbourg le et mort à Paris le , est un violoniste, chef d'orchestre, compositeur et collectionneur français du XIXe siècle.

Isaac Strauss
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Emmanuel IsraelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Genre artistique

Il est arrière-grand-père de Claude Lévi-Strauss.

BiographieModifier

Venu en 1827 à Paris, il entre au Conservatoire dans la classe de violon de Pierre Baillot, puis fait partie pendant quinze ans de l'orchestre du Théâtre-Italien. Il se fait alors une spécialité de l'organisation et de la direction des orchestres dans les fêtes publiques ou privées.

En 1844, le Ministre du Commerce le nomme chef d'orchestre des Salons du Casino de Vichy[2]. Il s'y installe et l'architecte Hugues Batillat[3] lui construit la « Villa Strauss » située au 3 place Joseph Alleti (c'est dans cette demeure que séjourne Napoléon III, à l'occasion de deux cures, en 1862 et 1863). Il compose un important répertoire de danses, dont plusieurs sur des airs d'Offenbach. Directeur des bals de Napoléon III jusqu'en 1869, il prend la succession en 1854 de Philippe Musard[4] à la tête des célèbres bals de l'Opéra. Diriger les cent instrumentistes du bal de l'Opéra, plein de feu et d'entrain, contribue à augmenter considérablement sa popularité auprès du public.

Il disparaît de la scène en 1872 et consacre alors ses loisirs à sillonner l'Europe à la recherche de pièces de mobilier, d'objets liturgiques et de manuscrits hébraïques, dont il finit par amasser une quantité considérable. Sa collection est présentée à l'Exposition Universelle de 1878 et achetée par la baronne Charlotte Nathaniel de Rothschild en 1890[2]. La collection est actuellement au musée d'art et d'histoire du judaisme à l'Hotel de Saint-Aignan à Paris.

Isaac Strauss meurt à son domicile, 44, rue de la Chaussée-d'Antin, dans sa quatre-vingt-troisième année.

Collection Isaac StraussModifier

Présentée à l'Exposition universelle de 1878, la collection Isaac Strauss est ensuite rachetée par la baronne Nathaniel de Rothschild, puis léguée au Musée de Cluny[5]. Transférée plus tard au Musée d'art et d'histoire du judaïsme où elle se trouve désormais, elle en constitue l'une des collections les plus importantes[6].

Notes et référencesModifier

  1. Laure Schnapper, « Strauss, Isaac (1806-1888) », sur le site de l’Institut européen des musiques juives, consulté le 1er mars 2019.
  2. a et b Schmitt, Michel,, L'Alsace et ses compositeurs de la Renaissance à nos jours, t. 2 (ISBN 978-2-7521-0238-6 et 2-7521-0238-0, OCLC 957633975, lire en ligne), p. 727
  3. « L'Empereur sur la terrasse de la villa Strauss à Vichy, Paris, France, 19e siècle, 3e quart », sur Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme, (consulté le 21 janvier 2021)
  4. La Presse musicale, 7 décembre 1854, page 1.
  5. Gazette des beaux-arts, 3e série, vol. 5, 1891, p. 237.
  6. Histoire des collections du Musée d'art et d'histoire du judaïsme. Texte en ligne consulté le 04.07.2010.

AnnexesModifier

SourceModifier

BibliographieModifier

  • Yves Bonnel et Josette Rance, « Isaac Strauss (né Emmanuel Israel) », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 36, p. 3800.
  • Dominique Jarrassé, La collection Isaac Strauss, Aux origines de l'art juif et du musée d'art et d'histoire du judaïsme, Ed. esthétiques du divers, 2018.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :