Ouvrir le menu principal

Rue Pergolèse

rue de Paris, France

16e arrt
Rue Pergolèse
Image illustrative de l’article Rue Pergolèse
La rue Pergolèse, vue depuis l'avenue Foch.
Situation
Arrondissement 16e
Quartier Chaillot
Porte-Dauphine
Début 61 ter, place du Général-Patton
Fin 66, avenue Foch
Morphologie
Longueur 595 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination 1865
Ancien nom Rue Périer
Rue du Petit-Parc
Géocodification
Ville de Paris 7214
DGI 7263

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Pergolèse
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Pergolèse est une voie du 16e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accèsModifier

 
Le compositeur Jean-Baptiste Pergolèse.

La rue Pergolèse est une voie publique située dans le 16e arrondissement de Paris. Elle débute au 61 ter, place du Général-Patton et se termine au 66, avenue Foch.

La rue est desservie à proximité par les lignes    , aux stations Argentine, Porte Maillot et Porte Dauphine, ainsi que par les lignes de bus RATP 73 82.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom du compositeur italien Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736).

HistoriqueModifier

Cette voie résulte de la transformation, en 1825, du chemin qui longeait, à l'est, les terrains de l’ancienne faisanderie de la Muette et qui séparait les communes de Passy et de Neuilly, appelé « rue Périer », du nom du propriétaire du terrain Casimir Périer, entre les actuelles avenues de la Grande-Armée et de Malakoff et rue du Petit-Parc[1] depuis l'avenue de Malakoff jusqu'à la rue de la Tour[2]. Les terrains de l'ancienne faisanderie entre la rue Militaire qui longeait les anciennes fortifications, actuellement boulevard de l'Amiral-Bruix et l'actuelle rue Pergolèse qui appartenaient à Casimir Périer, ont été mis en vente en 1851 par lots achetés par des investisseurs. Ces terrains ont été construits au cours de la seconde moitié du XIXe siècle[3].

La rue était également la limite ouest du lotissement de la plaine de Passy créé en 1825 par la Société des terrains de la plaine de Passy. La partie ouest de ce lotissement, qui s'étendait à l'est jusqu'au boulevard extérieur de l'enceinte des Fermiers généraux, ne fut bâtie qu'après 1850. Les maisons individuelles furent remplacées à partir de la fin du XIXe siècle par des immeubles collectifs[4],[5].

Classée dans la voirie parisienne en vertu d'un décret du 23 mai 1863, elle prend sa dénomination actuelle par un décret du 2 octobre 1865 et perd une partie qui devient à la même date la rue Spontini.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
Entrée du no 53.

RéférencesModifier

  1. La rue du Petit-Parc, qui était située sur l'ancienne commune de Passy et de Neuilly, a été remplacée par la rue Mignard, le square Lamartine, la rue Spontini et la rue Pergolèse.
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. ???.
  3. Gérard Dautzenberg, Villas, hameaux et cités de Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, , 274 p. (ISBN 2-905-118-97-0), « Villa Dupont », p. 135-136.
  4. Bernard Rouleau, Le Tracé des rues de Paris. Formation, typologie, fonctions, Paris, Éditions du CNRS, , 130 p. (ISBN 2222002427), p. 98.
  5. « Les grands lotissements de 1820 à 1850 », sur paris-atlas-historique.fr (consulté le 23 août 2018).
  6. Archives de Paris 16e, acte de décès no 957, année 1919 (page 2/19)
  7. « L’arrestation mouvementée de Jean-Marc Rouillan et de Nathalie Ménigon. Les deux animateurs présumés du groupe Action directe seraient tombés dans une souricière », Le Monde, 16 septembre 1980.
  8. Protections patrimoniales, 16e arrondissement, Ville de Paris, Règlement du PLU, tome 2, annexe VI, p. 370 à 432.

AnnexesModifier