Royaume mossi

Le royaume mossi est un royaume africain. Le terme désigne en fait plusieurs royaumes qui se sont succédé dans l'actuel Burkina Faso et ont dominé le cours supérieur de la Volta à partir du XIe siècle, jusqu'à l'arrivée des Français en 1896 et à la création de la Haute-Volta en 1919.

Royaume Mossi
WestAfrica1530-es.svg
Histoire
Dissolution
Cadre
Type
État historiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Emplacement du royaume mossi, vers 1530.

HistoireModifier

 
Chasseurs et guerriers du Mossi.

Le territoire du Burkina Faso actuel a été parcouru par de nombreuses migrations. À partir du XIe ou du XIIe siècle, les premiers royaumes mossis se sont constitués : le Gourma, le Mamprousi, le Dagomba, le Yatenga, le royaume de Boussouma et le royaume de Ouagadougou. Ce dernier devint rapidement le plus influent. Il était dirigé par le Moro Naba Kouda, à la fois roi et magicien, descendant de la princesse Kouda Yennenga, mère mythique du peuple mossi.

Au XIIIe et au XIVe siècles, ces royaumes s'opposèrent aux grands empires de la boucle du Niger (Mali et Songhai) dont ils n'hésitaient pas à attaquer et razzier les marges, quand ils ne s'enfonçaient pas plus profondément. La puissance de leurs armées permit aux royaumes mossis de préserver l'essentiel de leur indépendance. Toutefois, à la fin du XVe siècle, l'Empire songhaï établit sa suprématie sur la boucle du Niger, mettant fin aux chevauchées des Mossis.

Jaloux de leur pouvoir, les rois mossis s'opposèrent toujours à une unification du pays mossi. Mais ces royaumes présentaient une remarquable cohésion sociale et religieuse et une stabilité politique exceptionnelle, se maintenant jusqu'à la conquête française, à la fin du XIXe siècle.

Les Mossis participèrent peu au commerce transsaharien, car les grands flux d'échanges contournaient la région. Les Mossis furent donc beaucoup moins touchés que leurs voisins par la traite des esclaves et l'islam ne s'implanta pas. À la veille de la colonisation française, le centre du territoire était contrôlé par la confédération des royaumes mossis regroupant quatre ensembles politiques, le Yatenga, le Wogodogo (Ouagadougou), le royaume de Boussouma et le royaume de Tenkodogo. À l'est avait été édifié le royaume de Gourma, et l'ouest, dominé par les souverains dioulas de Kong au XVIIIe siècle, était disputé entre plusieurs royaumes.

À l'heure actuelle, il existe toujours cinq royaumes traditionnels mossi distincts : Tenkodogo, Fada, Ouahigouya, Ouagadougou et Boussouma.

Mossi / Moosse / MooseModifier

En français on utilise plutôt le terme « mossi », alors qu'en langue moré (mooré), on dit « moosse » (pluriel de « moaga »). Le vocable a connu une évolution sémantique. « Mooro » ou « Mogho » a d'abord désigné l'herbe ; puis les gens qui habitent la brousse c'est-à-dire loin de chez eux pour qualifier les descendants de la princesse Yennenga qui a fui son royaume pour habiter loin ; ensuite les incirconcis qu'étaient les Mossis par opposition aux musulmans.

Liste des Moro Nabas de OuagadougouModifier

Dynastie des Moro Nabas[1]
Roi Filiation Période Règne
1 Ouédraogo fils de Rialé et de Yennenga vers 1132 Fondateur
2 Zoungrana fils de Naba Ouédraogo 1132-1182 50 ans
3 Oubri fils de Naba Zoungrana 1182-1244 62 ans
4 Naskiemdé fils d'Oubri 1244-1286 42 ans
5 Nasbiré fils d'Oubri 1286-1307 21 ans
6 Soarba fils d'Oubri 1307-1323 16 ans
7 Gninemdo fils de Soarba 1323-1337 14 ans
8 Koudoumié fils de Gninemdo 1338-1358 21 ans
9 Kouda fils de Naba Koudoumié 1358-1401 43 ans
10 Dawegma fils de Naba Kouda 1401-1409 8 ans
11 Zoetre Bousma fils de Naba Kouda 1409-1441 32 ans
12 Niandfo fils de Naba Zoetre Bousma 1441-1511 70 ans
13 Nakiem (dit Nakiembzanga) fils de Naba Niandfo 1511-1541 30 ans
14 Namegué fils de Naba Nakiem 1541-1542 1 ans
15 Kiba fils de Naba Namegué 1542-1561 19 ans
16 Kimba fils de Naba Kiba 1561-1582 21 ans
17 Coabga fils de Naba Kimba 1582-1599 17 ans
18 Guirba fils de Naba Coabga 1599-1605 6 ans
19 Zanna fils de Naba Guirga 1605-1633 28 ans
20 Ouri fils de Naba Zanna 1633-1659 26 ans
21 Motiba (usurpateur) 1659-1666 7 ans
22 Warga fils de Naba Ouri 1666-1681 15 ans
23 Zombré fils de Naba Warga 1681-1744 63 ans
24 Kom Ier fils de Naba Zombré 1744-1762 18 ans
25 Sagha Ier fils de Naba Kom Ier 1762-1783 21 ans
26 Doulougou fils de Naba Sagha Ier 1783-1802 19 ans
27 Sawadogo fils de Naba Doulougou 1802-1834 32 ans
28 Karfo fils de Naba Doulougou 1834-1842 8 ans
29 Baongo Ier fils de Naba Doulougou 1842-1850 8 ans
30 Koutou fils de Naba Baongo 1er 1850-1871 21 ans
31 Sanem fils de Naba Koutou 1871-1889 18 ans
32 Wobgho fils de Naba Koutou 1889-1897 8 ans
33 Siguiri fils de Naba Koutou 1897-1905 8 ans
34 Kom II fils de Naba Sigiri 1905-1942 37 ans
35 Sagha II fils de Naba Kom II 1942-1957 15 ans
36 Kougri fils de Naba Sagha II 1957-1982 25 ans
37 Baongo II fils de Naba Kougri et de Koudpoko 1982 - actuel

La durée des règnes des Moro Nabas n'est connue d'une façon certaine que depuis 1897. Toutefois les griots de la cour impériale sont détenteurs d'une tradition qui attribue à une année près la durée de chaque règne depuis l'origine comme repris dans le tableau ci-dessus. Cependant on estime désormais que le légendaire Nédéga vivait vers 1400 et que l'union de sa fille Yennenga avec un chasseur mandé est l'illustration de l'acculturation encours à cette époque. Dans ce contexte les règnes des premiers Moro Nabas se placent dans le XVe siècle[2] :

Moro Naba Wobgho, alors connu sous le nom de Boukary, selon un dessin publié dans le Voyage de Binger de 1887 à 1889, une somme de près de 1 000 pages, publiée en 1892 par la Société des Africanistes (fac simile disponible sur le site de la BNF)

Liste des Rois (Dima) du royaume de BoussoumaModifier

  1. Naaba Nabigswẽndé, fils de Naaba Koudoumié
  2. Naaba Tirita,frère de Naaba Koudoumié
  3. Naaba Maando Rimbila (prince) de Wogdogo
  4. Naaba Pakãndé Rimbila de Wogdogo
  5. Naaba Nakẽedba Rimbila de Wogdogo
  6. Naaba Tiri Rimbila de Wogdogo
  7. Naaba Tirit Yamba Rimbila de Wogdogo
  8. Naaba Komba Rimbila de Wogdogo
  9. Naaba Pasindi Rimbila de Wogdogo
  10. Naaba Pasind Yamba Rimbila de Wogdogo
  11. Naaba Namonogdo Rimbila de Wogdogo
  12. Naaba Kuka Rimbila de Wogdogo
  13. Naaba Komisgma Rimbila de Wogdogo
  14. Naaba Koomdaogo Rimbila de Wogdogo
  15. Naaba Réẽgré Rimbila de Wogdogo
  16. Naaba Roobo Rimbila de Wogdogo [3].

Les souverains de cette dynastie œuvrent pour l’agrandissement du riungu. Les villages de Yimiugu, de Nungu et de Kõkẽ à Saburi deviennent des vassaux de Busma. Successivement Busma étend sa domination sur Pensa vers 1515, Guibtẽnga vers 1670, Piuktẽnga vers 1670, Digilla vers 1723.

L’année 1723 marque un tournant dans l’histoire du riungu de Busma avec le déplacement du siège du pouvoir politique à Wayugiya. Contrairement à la première vague des nanambsé sur lesquels les informations sont rares, celle des rimdamba de Wayugiya, plus récente, est mieux connue. Elle compte 15 nanambsé allant de 1723 à nos jours dont 9 qui n’ont pas connu la pénétration coloniale. La liste des rimdamba de Wayugiya se présente comme l’indique le tableau suivant :

Les rimdamba de WayugiyaModifier

  • 17 : Naaba Kẽega, fils de Naaba Roobo
  • 18 : Naaba Pugla, fils de Naaba Kẽega
  • 19 : Naaba Gègemdé, fils de Naaba Pugla
  • 20 : Naaba Tãnga, fils de Naaba Pugla
  • 21 : Naaba Piiga, fils de Naaba Tanga
  • 22 : Naaba Saaga, fils de Naaba Tanga
  • 23 : Naaba Karfo, fils de Naaba Piiga
  • 24 : Naaba Sigri, fils de Naaba Saaga
  • 25 : Naaba Ligdi, fils de Naaba Sigri

Les rimdamba de la pénétration coloniale à nos jours

  • 26 : Naaba Koom, fils de Naaba Ligidi
  • 27 : Naaba Sanem, fils de Naaba Sigri
  • 28 : Naaba Koabga, fils de Naaba Sigri
  • 29 : Naaba Kutu, fils de Naaba Koabga
  • 30 : Naaba Wobgo, fils de Naaba Kutu
  • 31 : Naaba Sõõré (ou Naaba Sonré), fils de Naaba Wobgoo
  • 32 : Naaba Sigri, fils de Naaba Sonré

Royaumes traditionnelsModifier

Il a existé jusqu'à 19 royaumes traditionnels mossi, dont :

Notes et référencesModifier

  1. Yamba Tiendrebeogo dit Naba Abgha, « Histoire traditionnelle des Mossi de Ouagadougou », Journal de la Société des Africanistes, t. 33, fasc. 1,‎ , p. 7-46 (ISSN 0399-0346, e-ISSN 1957-7850, DOI 10.3406/jafr.1963.1365).
  2. Sous la direction d'Hubert Deschamps Histoire de l'Afrique noire Presses universitaires de France, Paris 1970, tome I p. 295-296
  3. SAWADOGO (D.S), 1994, op. cit., p. 62

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Benoit Beucher, Manger le pouvoir au Burkina Faso. La noblesse mossi à l'épreuve de l'Histoire, Karthala, 2017, 348 p. (ISBN 978-2-8111-1693-4)
  • Y. Tiendrebeogo, Histoire traditionnelle des Mossi de Ouagadougou, article, Journal des Africanistes, Année 1963, 33-1 pp. 7-46
  • MADIEGA Yénouyaba Georges, NAO, Burkina Faso. Cent ans d'histoire, 1895-1995 (2 tomes)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier