Roger de Joinville
Titre de noblesse
Sire de Joinville
jusqu'en
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Avant Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Maison de Joinville (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Hodierne de Courtenay (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Rainald III. (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Adelarde de Vignory (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Geoffroy III de Joinville
Guy III de Joinville
Béatrice of Grandson-Joinville (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Roger de Joinville, mort vers 1137 était un seigneur de Joinville.

BiographieModifier

C'est un familier de la cour de Champagne. Il est en quelque sorte secrétaire du comte, puisqu'il signe pour lui sur plusieurs chartes (de même que Geoffroy III), notamment sur un acte mettant fin aux vexations qu'Arnoul, comte de Reynel, faisait subir aux villages appartenant à l'abbaye de Montier-en-Der. Les moines de cette abbaye eurent à subir également les exactions des comtes de Brienne auxquelles participa Roger de Joinville, tradition familiale oblige.

Quand le comte de Brienne partit pour la croisade, il rendit à l'Église ses légitimes possessions. Roger de Joinville en fit de même.

Par la suite, il semble que Roger de Joinville respectât les ordres du Saint-Siège : menacé en un temps d'excommunication (comme le fut Etienne de Vaux), il déclara renoncer à tous les droits qu'il prétendait tenir sur Saint-Urbain, Profonde-Fontaine, Landéville, Poissons, Blécourt, Autigny et Maizières.

Il conserva le droit de justice sur certains de ces villages, étant précisé l'inviolabilité des délinquants qui parviendraient à se réfugier dans les églises.

Roger de Joinville épousa Adélaïde ou Alderade de Vignory, fille de Gui III, seigneur de Vignory. Ses fils, Geoffroy III devint sénéchal de la cour de Champagne[1], Guy évêque de Chalons, mourra en Terre Sainte. Ses filles Adelidis de Joinville et Wilhelmine furent abbesses de l'abbaye d'Avenay[2].

Interprétations selon les sourcesModifier

Émile Jolibois considère que Roger de Joinville serait le fils de Geoffroy II alors que, pour Henri-François Delaborde, ils seraient frères. Ces différentes interprétations résultent du faible nombre des documents de cette époque.

L'ordre successoral des seigneurs de Joinville ne s'en trouve pas changé, quelle que soit la version retenue. Si l'hypothèse de Delaborde s'avérait être la bonne, la fin de la ligne mâle directe s'arrêterait à Goeffroy II. Roger de Joinville commencerait la seconde, et Simon de Joinville, la troisième.

Notes et référencesModifier

  1. Pierre Ulrich, Guy de Joinville, évêque de Châlons, in Mémoires de la socièté d'agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, tome 77, 1962, Chalons-sur-Marne.
  2. Louis Paris, « Histoire de l'abbaye d'Avenay », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 61, nos 1-2,‎ 1876-1877, p. 206-208, 229-232 (lire en ligne, consulté le 31 mai 2019).  .

SourcesModifier

Voir aussiModifier