Rime

jeu d'homophonie entre des phonèmes répétés à la fin de plusieurs vers

Une rime est une répétition de sons semblables (le plus souvent identiques) dans les syllabes finales de deux ou plusieurs mots. Le plus souvent, ce type de répétition est utilisé volontairement à la fin des vers de poèmes ou de chansons.

FonctionModifier

La rime a le plus souvent une fonction esthétique, mais sert aussi de moyen mnémotechnique, et, dans ses usages poétiques, elle renforce la structure métrique pour l'auditeur[1]. Certains auteurs l'utilisent dans des textes non poétiques à des fins d'emphase ; ainsi, William Shakespeare termine souvent chaque scène de ses pièces de théâtre par un couplet rimé.

Types de rimesModifier

Au sens strict, deux mots riment si leurs dernières syllabes sont phonétiquement identiques (on parle de rimes parfaites)[2]. Plus généralement, toute similarité phonétique, et même toute correspondance peut être vue comme une forme de rime ; les types les plus fréquents sont détaillés ci-dessous.

Rimes parfaitesModifier

Les règles définissant les rimes parfaites dépendent beaucoup de la langue, et parfois de conventions traditionnelles, et n'ayant été respectées qu'à une époque donnée. Ainsi, en anglais, une rime entre leave et believe est considérée comme imparfaite, en dépit de l'identité phonétique entre les dernières syllabes, là où en français, la rime entre cor et encor(e)[3] est parfaitement acceptable. Le respect de l'accent tonique est essentiel en anglais et en grec ancien (où l'on distingue, par exemple, dactyles et spondées) ; en français, la différence entre e muet et e prononcé (lié à la notion de rimes masculines et féminines) a été le sujet de longues disputes à l'époque classique.

Rimes imparfaitesModifier

La notion de rime renvoie le plus souvent à des similarités phonétiques, et à leur utilisation dans l'organisation des vers ; la classification des rimes à ce sens étendu se fait en fonction du type de similarité phonétique. Ainsi, par exemple, on parle de

  • rime pauvre : rime entre des syllabes non accentuées ; en français, rime entre les dernières syllabes seules.
  • demi-rime : rime entre la dernière syllabe d'un mot et l'avant-dernière d'un autre.
  • assonance : seules les voyelles des syllabes correspondantes sont identiques ; en général, l'assonance se produit sur de nombreuses syllabes du vers. Par exemple, avec /i/ : « Tout m'afflige et me nuit et conspire à me nuire » (Racine, Phèdre).
  • allitération : seules les consonnes correspondent. Par exemple, avec /s/ : « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » (Racine, Andromaque).

Rimes richesModifier

Les rimes entre de nombreuses syllabes identiques (en particulier entre homophones) sont très différemment considérées selon les langues : vues comme imparfaites en anglais, elles sont au contraire valorisées sous le nom de rimes riches en français. Le cas extrême, relevant plus du jeu que de la littérature, est l'holorime ; il en existe cependant des utilisations poétiques, comme celle-ci :

« Étonnamment monotone et lasse
Est ton âme en mon automne, hélas ! »

— Louise de Vilmorin

Rimes non finalesModifier

D'autres positions que la fin des vers (ou même des mots) peuvent être utilisées : on parle ainsi de

  • rime interne (en) lorsque la rime a lieu entre une syllabe intérieure au vers et sa syllabe finale (ou la syllabe finale du vers suivant).
  • rime brisée (en) lorsque l'on rejette la fin d'un mot au vers suivant pour faire rimer ce dernier avec le début du mot tronqué[4].

Schéma de rimesModifier

On parle de schéma de rimes (en) pour décrire la succession des rimes entre vers d'un poème ; beaucoup de formes classiques (comme le sonnet ou la ballade) ont un schéma de rimes obligatoire ; plus généralement, on parle par exemple de

  • rimes plates ou suivies (pour le schéma le plus simple : AA BB CC DD, etc., notation signifiant que le premier vers rime avec le deuxième, le troisième avec le quatrième, etc.) ;
  • rimes alternées ou croisées (pour le schéma ABAB CDCD, etc., signifiant que le premier vers rime avec le troisième, le deuxième avec le quatrième, etc.) ;
  • rimes embrassées (pour le schéma ABBA CDDC, etc.) ;
  • rimes franches (pour le schéma AABAB CCDCD, etc., pour les strophes de cinq vers, une variante existe pour les strophes de sept vers avec le shéma ABBABAA, CCDCDCC, etc. qui consiste en fait à rajouter une rime suivie)
  • terza rima (pour le schéma ABA BCB CDC DED EFE, etc.) ;
  • ottava rima (pour le schéma ABA BAB CC / DED EDE FF, etc. , chaque strophe étant de plus formée de huit vers de onze syllabes).

Ces schémas se combinent souvent à des schémas métriques (définissant la longueur de chaque vers) et parfois à des répétitions de vers entiers, comme pour le refrain des chansons, ou la forme savante du pantoum.

Rimes généraliséesModifier

Rimes pour l'œilModifier

Une rime pour l'œil est une correspondance entre la graphie, mais non la prononciation, des syllabes finales ; comme en français entre soutien et martien ou en anglais entre love et move. Certaines poésies anciennes qui semblent en contenir rimaient souvent correctement lorsqu'elles furent écrites, mais des changements de prononciation ont détruit la correspondance phonétique. Alphonse Allais s'est amusé à composer un poème particulièrement riche en rimes de ce type[5].

Rimes induitesModifier

Les rimes induites, ou rimes pour l'esprit, sont obtenues en remplaçant le mot qui devrait rimer (et qui est le plus souvent grivois, voire obscène) par un synonyme plus convenable, mais qui ne rime pas forcément, ou par une rime sans rapport avec celle attendue. Technique proche du rhyming slang (mais moins codifiée), on la rencontre souvent dans des chansons de music-hall[6] ; Alphonse Allais propose également cet amusant exemple (qui n'est donc pas un exemple de vers holorimes) :

« Ah ! Vois au pont du Loing, de là, vogue en mer, Dante !
Hâve oiseau, pondu loin de la vogue ennuyeuse »

— qu'il fait suivre de ce commentaire : « La rime n'est pas très riche, mais j'aime mieux cela que de sombrer dans la trivialité ».

Rimes sémantiquesModifier

Certaines traditions poétiques font grand usage de la répétition et de la synonymie (laquelle est déconseillée, voire interdite, en poésie française, du moins classique). La tradition finnoise, outre l'usage intensif de l'allitération, fait ainsi suivre chaque vers par un second, en résonance avec lui. Voici deux exemples typiques, tirés du Kalevala :

« Lähe miekan mittelöhön, / käypä kalvan katselohon » « Laisse-nous contempler les épées / Laisse-nous mesurer leur lame » (synonymie) ;
« Kulki kuusisna hakona, / petäjäisnä pehkiönä » « Erre comme une branche fragile d'épicéa, / Passe comme les rameaux desséchés du sapin » (analogie).

HistoriqueModifier

Dans de nombreuses langues, en particulier les langues européennes modernes et l'arabe, les rimes sont utilisées dans des formes poétiques fixes, comme les ballades et les sonnets ; certaines de ces formes sont communes à beaucoup de traditions littéraires. Cependant, même en Europe, cet usage n'est pas universel, et beaucoup de poètes contemporains évitent ces formes traditionnelles.

L'attestation la plus ancienne connue de rimes est le Classique des vers (recueil chinois du Xe siècle av. J.-C.). Des rimes sont également utilisées à l'occasion dans la Bible (hébraïque)[7]. La poésie classique grecque et latine n'utilise la rime qu'exceptionnellement[8], comme dans Les Guêpes d'Aristophane[9] ou dans le poème de Catulle Cui dono lepidum novum libellum[10]. La rime est en revanche essentielle dans la poésie arabe classique, dès ses racines pré-islamiques au VIe siècle.

Selon certaines sources anciennes, c'est la littérature irlandaise qui a introduit la poésie rimée en Europe au début du Moyen-Âge, mais cette affirmation est désormais mise en doute[11], même si dès le VIIe siècle, l'art de la rime était poussé en Irlande à un point de perfection.

Au Moyen Âge central, la versification rimée se développa dans toute l'Europe, en partie sous l'influence de la poésie arabe du royaume d'Al-Andalus[12] : les rimes avaient été utilisées dès le début de l'écriture en arabe littéraire au VIe siècle, par exemple dans les qasidas[13].

Rimes par languesModifier

Langues romanesModifier

FrançaisModifier

Comme dans la plupart des langues occidentales, la rime a remplacé l'assonance médiévale en imposant cette reprise des sons consonantiques qui suivent éventuellement la dernière voyelle tonique : les poètes du XVIe siècle et leurs successeurs comme Malherbe ont par ailleurs défini peu à peu des règles contraignantes qui se sont imposées jusqu'à la fin du XIXe siècle ; à partir de ce moment, les poètes s'affranchissent progressivement de ces règles, Verlaine écrivant par exemple :

Ô qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?
Paul Verlaine, Art poétique (dans Jadis et Naguère)

EspagnolModifier

L'espagnol distingue deux types de rimes :

  • rima consonante : les syllabes finales sont identiques, y compris pour l'accent tonique, par exemple robo et lobo, ou canción et montón ;
  • rima asonante : même accent tonique, mais seules les voyelles sont identiques, par exemple zapato et brazo ou relój et feróz.

L'interdiction de rimes entre mots n'ayant pas le même accent tonique amène également à les classifier selon la position de cet accent, par exemple :

  • rima llana (rime plate) : les syllabes ne sont pas accentuées ;
  • rima grave (rime lourde) : les mots rimant sont accentués sur la dernière syllabe ;
  • rima esdrújula (rime étrange) : les mots rimant sont accentués sur la syllabe antépénultième.

ItalienModifier

Au début du XIVe siècle, la Divine Comédie, souvent considérée comme texte fondateur de l'italien moderne, introduit également un schéma de rimes systématique et original, la terza rima.

PortugaisModifier

En portugais, les rimes sont classées en fonction de règles phonétiques et grammaticales, par exemple :

  • rima pobre : entre mots de même catégorie grammaticale, ou entre des finales très fréquentes (comme -ão ou -ar) ;
  • rima rica : entre mots de catégories distinctes, ou avec des finales rares ;
  • rima preciosa : entre mots de différentes morphologies, par exemple estrela avec vê-la.

Langues germaniquesModifier

AnglaisModifier

La poésie vieil-anglaise est essentiellement allitérative, bien qu'une exception remarquable, dès le Xe siècle, soit le Rhyming Poem (en). Par la suite, en imitation des auteurs classiques latins et grecs, plusieurs poètes anglais considéraient la rime comme un ornement inutile, voire nuisible, l'accent tonique et la métrique suffisant à donner un effet rythmique à la poésie, comme l'expose John Milton dans sa préface au Paradis perdu :

« La Mesure est donnée par le vers héroïque anglais, sans rime, comme celui d'Homère ou de Virgile ; la rime n'est nullement un ornement ou un enrichissement nécessaire, mais plutôt l'invention d'un âge barbare, que des poètes modernes ont cru bon d'adopter. »

L'importance de l'accent tonique en anglais amène à considérer qu'il n'y a rime parfaite (perfect rhyme) que lorsque la dernière voyelle accentuée et tous les phonèmes qui la suivent sont identiques[4].

Des rimes imparfaites, forcées ou maladroites sont un ingrédient essentiel du doggerel (en), style dans lequel s'est particulièrement illustré, quoique involontairement, William McGonagall.

AllemandModifier

La phonologie de l'allemand contenant une grande variété de voyelles, de nombreuses rimes imparfaites (au sens de l'anglais) sont largement acceptées en poésie germanique, en particulier les rimes entre "e" et "ä" ou "ö", entre "i" et "ü", entre "ei" et "eu" (noté "äu" dans certains mots) , ainsi que des rimes entre une voyelle longue et la voyelle brève correspondante, comme dans les exemples suivants, tous provenant de l'Ode à la joie de Friedrich von Schiller :

  • Deine Zauber binden wieder / Alle Menschen werden Brüder
  • Freude trinken alle Wesen / Alle Guten, alle Bösen
  • Einen Freund, geprüft im Tod; / und der Cherub steht vor Gott.

Langues celtiquesModifier

Malgré leurs importants contacts avec les cultures romanes et anglo-saxonnes, les règles de la rime dans les langues celtiques ont suivi une évolution assez différente de celle des autres langues européennes. Brian Ó Cuív (en) a précisé les règles de la poésie celte classique : la dernière voyelle accentuée et toutes celles qui la suivent doivent être identiques, tandis que les consonnes doivent seulement appartenir à la même classe phonétique (par exemple, b peut rimer avec d, en tant qu'occlusives voisées, ou bh avec l, en tant que spirantes sonores)[14]. Ces règles tombèrent en désuétude par la suite, et la simple assonance les remplaça. Le cas particulier du gallois correspond à un schéma beaucoup plus complexe, connu sous le nom de cynghanedd (en), dans lequel les consonnes se répètent de part et d'autre de la césure, comme sur cet exemple : « clawdd i ddal / cal ddwy ddwylaw » ; Dylan Thomas a souvent respecté ces règles, et Gerard Manley Hopkins s'en est inspiré dans ses poèmes en anglais.

Langues slavesModifier

RusseModifier

La rime apparait dans la poésie russe au XVIIIe siècle ; jusque-là, la poésie reposait surtout sur des terminaisons dactyliques. Les contraintes imposées à la rime étaient au départ plus rigoureuses encore qu'en français classique, demandant par exemple l'identité de la consonne précédant la voyelle accentuée, ainsi que l'identité de la classe grammaticale (les noms rimant avec les noms, les verbes avec les verbes, etc.). Ces exigences ont disparu en poésie russe moderne[15].

PolonaisModifier

La poésie polonaise utilisa la rime dès ses débuts, sauf dans quelques rares imitations du latin ; les traducteurs polonais des poèmes épiques d'Homère, de Virgile et de Milton les firent rimer[16]. Les règles de la rime furent fixées au XVIe siècle, n'autorisant alors que des rimes féminines (en accord avec la structure de l'accent tonique en polonais) ; par la suite, des rimes masculines apparurent, atteignant le maximum de leur popularité à la fin du XIXe siècle. Le schéma de rimes le plus fréquent en Vieux Polonais (en) (du 16ème au 18ème siècle) était celui de rimes plates aa bb cc dd ..., mais les poètes polonais, familiers de la littérature italienne, expérimentèrent également l'ottava rima (aba bab cc) et le sonnet (abba abba cdc dcd ou abba abba cdcd ee).

GrecModifier

La poésie grecque ancienne est strictement métrique ; lorsque des rimes ou autres correspondances phonétiques apparaissent, il s'agit d'un ornement rhétorique occasionnel, connu sous le nom de homéotéleute.

Stéphane Sachlikis, au XIVe siècle, semble avoir été le premier à utiliser la rime ; c'est devenu ensuite un caractère usuel de la poésie grecque.

LatinModifier

La rhétorique et la poésie latine utilisaient fréquemment l'homéotéleute et l'allitération. La rime au sens moderne (c’est à dire en position finale) était utilisée occasionnellement, mais n’apparaît pas comme élément structurel essentiel avant son introduction au début du Moyen-Âge sous l’influence de traditions vernaculaires, comme dans l’hymne Dies Iræ. Il est d’ailleurs fréquent à cette époque de voir mêlés latin et langues vernaculaires, un usage connu sous le nom de langage macaronique.

SanskritModifier

Des schémas de rimes riches (prāsa) jouent un rôle en poésie sanskrite moderne, mais il était moins important dans les textes classiques. La classification des rimes se fait selon leur position dans la métrique : ādiprāsa (première syllabe), dvitīyākṣara prāsa (seconde syllabe), antyaprāsa (syllabe finale), etc.

Langues sémitiquesModifier

HébreuModifier

L'hébreu ancien n'emploie que rarement les rimes (par exemple, dans Exode 29 35 : ועשית לאהרן ולבניו כָּכה, ככל אשר צויתי אֹתָכה, / 'axa/ étant la partie commune aux deux mots). Elles prirent un caractère constant (et même obligatoire) vers le IVe siècle, dans la poésie liturgique juive écrite sous l'Empire byzantin, ce qui ne fut compris qu'au milieu du XXe siècle, après la découverte et l'étude de milliers de piyyouts découverts dans la Guéniza du Caire. On pense que le principe de la rime passa ensuite à la poésie chrétienne syriaque (écrite en araméen), puis à la poésie en bas latin et enfin aux autres langues européennes[17].

ArabeModifier

La poésie rimée était répandue dans la péninsule arabique au VIe siècle, que ce soit dans les lettres, les poèmes et les chansons, ou dans les longues qasidas[13]. Le Coran utilise également une forme de prose rimée appelée saj'.

TamoulModifier

Certains schémas de rimes sont uniques aux langues dravidiennes comme le tamoul. Ainsi, la rime appelée etukai (anaphore) est portée par la deuxième consonne de chaque vers.

On trouve également des schémas appelés nai (allitération), toṭai (épiphore) et iraṭṭai kiḷavi (parallélisme).

Certaines formes poétiques tamoules, comme la forme veṇpā, ont des règles si rigides qu'elles peuvent être exprimées à l'aide d'une grammaire non contextuelle.

VietnamienModifier

Les rimes sont utilisées en vietnamien pour renforcer des métaphores. Par exemple :

Nghèo như con mèo
/ŋɛu ɲɯ kɔn mɛu/
Pauvre comme un chat

En français, ce type de rime n'apparaîtrait plutôt que dans des proverbes, comme « À bon chat, bon rat »[18].

ChinoisModifier

Outre les correspondances entre voyelles et consonnes, les rimes chinoises tiennent en principe compte des tons, ou plus précisément des contours de tons.

La poésie classique chinoise utilise le plus souvent des rimes suivies (aa bb cc, etc.), la rime se faisant sur la dernière syllabe de chaque vers.

L'étude des classiques chinois a été systématisée à l'aide de dictionnaires de rimes, dont le plus connu est le Guangyun (compilé au VIIIe siècle). Dans les études linguistiques, ces structures ont permis des reconstructions de dialectes anciens, tels que le chinois médiéval.

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. (en) « Rhyme », sur Oxford Dictionaries, Oxford University Press,
  2. « La rime se définit par l’homophonie, entre deux ou plusieurs mots, de leur dernière voyelle tonique ainsi que de tous les phonèmes qui, éventuellement, la suivent. » (Jean Mazaleyrat, Éléments de métrique française)
  3. Paul Verlaine, Art poétique : car nous voulons la nuance encore/.../ le rêve au rêve et la flûte au cor ; la suppression du e final d'encore était exigée à l'époque classique pour maintenir la distinction entre rimes masculines et féminines.
  4. a et b (en) Frances Stillman, The Poet's Manual and Rhyming Dictionary, Thames and Hudson, (ISBN 0500270309)
  5. Alphonse Allais, Rimes riches à l'œil
  6. Chanson plus bifluorée a ainsi récemment repris une chanson grivoise de l'entre-deux-guerres, « Ouvre la fenêtre », qui repose entièrement sur cette technique.
  7. (en)"Old Testament survey: the message, form, and background of the Old Testament pg. 236"
  8. (en) Donald Wesling, The chances of rhyme, University of California Press, , x–xi, 38–42 p. (ISBN 978-0-520-03861-5, lire en ligne)
  9. Aristophanes, Slavitt, D.R. et Bovie, S.P., Aristophanes, 2: Wasps, Lysistrata, Frogs, The Sexual Congress, University of Pennsylvania Press, Incorporated, (ISBN 9780812216844, lire en ligne), p. 4
  10. « Bernard of Morlaix - METRE AND RHYME » [archive du ], prosentient.com.au (consulté le 25 août 2015)
  11. (en)"Article about early Irish literature by Prof. Douglas Hyde in The Catholic Encyclopedia"
  12. (en) Menocal, Maria Rosa, The Arabic Role in Medieval Literary History, University of Pennsylvania, (ISBN 0-8122-1324-6), p. 88
  13. a et b (en) Qasida poetry in Islamic Asia and Africa, Brill, (ISBN 978-90-04-10387-0), p. 49
  14. (en)Ó Cuív, Brian (1967). 'The Phonetic Basis of Classical Modern Irish Rhyme'. Ériu 20, pp. 96-97
  15. (en) Michael Wachtel, The Cambridge Introduction to Russian Poetry, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 9780511206986)
  16. (pl)Wiktor Jarosław Darasz, Mały przewodnik po wierszu polskim, Kraków 2003, p. 19.
  17. Voir l’article de Benjamin Harshav (Hrushovski) sur la prosodie hébraïque dans l’ Encyclopaedia Judaica
  18. Voir p. 98 dans l’article deThuy Nga Nguyen et Ghil'ad Zuckermann (2012), (en)"Stupid as a Coin: Meaning and Rhyming Similes in Vietnamese", International Journal of Language Studies 6 (4), pp. 97-118.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier