Ottava rima

Ottava rima est une forme de strophe rimée, d'origine italienne, qui fait rimer huit vers hendécasyllabes[1]. Utilisé à l'origine pour les longs poèmes sur des thèmes héroïques[2], il est devenu plus tard populaire dans l'écriture d'œuvres héroï-comiques[3]. Sa première utilisation connue est dans les écrits de Boccace[4].

Autre exemple :

Canto l’arme pietos(e) e ’l Capitano
Che ’l gran sepolcro liberò di Cristo.
Molt(o) egl(i) oprò col senn(o) e con la mano;
Molto soffrì nel glorios(o) acquisto:
E (i)nvan' l’Inferno vi s’oppos(e), e (i)nvano
s’armò d’Asi(a) e di Libia (i)l popol(o) misto:
Chè ’l Ciel gli diè favor(e), e sott(o) ai santi
Segni riduss(e) i suoi compagn(i) erranti.
(Torquato Tasso, Gerusalemme liberata, 9-16)

Octava real, importé d'Italie et introduite par Garcilaso de la Vega et Juan Boscan, a commencé à être utilisé en Espagne pendant le début de la Renaissance. C'est la strophe de l'œuvre épique d'Alonso de Ercilla La Araucana :

No las damas, amor, no gentilezas
de caballeros canto enamorados,
ni las muestras, regalos y ternezas
de amorosos afectos y cuidados;
mas el valor, los hechos, las proezas
de aquellos españoles esforzados,
que a la cerviz de Arauco no domada
pusieron duro yugo por la espada.[5]
(Alonso de Ercilla, La Araucana, 1-8)

Les Lusiades, un poème épique de Luís de Camões, se compose de 1 102 strophes au total. Ottava rima en portugais s’appelle oitava rima.

As armas e os barões assinalados,
Que da ocidental praia Lusitana,
Por mares nunca de antes navegados,
Passaram ainda além da Taprobana,
Em perigos e guerras esforçados,
Mais do que prometia a força humana,
E entre gente remota edificaram
Novo Reino, que tanto sublimaram;
(Os Lusíadas, 1-8)

Notes et référencesModifier