Ouvrir le menu principal

Ricardo de Los-Rios

peintre et graveur espagnol
Ricardo de Los-Rios
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieux de travail
Distinction

Ricardo de Los-Rios (en espagnol : Ricardo de los Ríos[1]) (1846 - 1929) est un artiste peintre, graveur aquafortiste et illustrateur espagnol.

Sommaire

BiographieModifier

Ricardo de Los-Rios est né en 1846 à Valladolid (Espagne).

Il apprend l'art de peindre auprès d'Isidore Pils, à l'atelier de l'École des beaux-arts de Paris[2]. Remarqué dès 1868, et comparé par son inspiration à Goya[3], il produit alors scènes de guerre, figures typiques, portraits, intérieurs, natures morte, etc., ainsi que des copies de tableaux de maîtres. Il habite à cette époque rue de Vanves, puis après 1870 au 11 boulevard du Montparnasse. Exposant à partir de 1867 au Salon[4], il devient membre associé de la Société des artistes français et expose à leur salon régulièrement jusqu'en 1899, ainsi qu'avec la Société nationale des beaux-arts de 1890 à 1894. Il est médaille d'argent à l'exposition universelle de 1889 et expose à l'étranger (dont Chicago en 1893).

 
L'Attente, eau-forte, 1877, édition Cadart.

Mais c'est surtout en tant qu'aquafortiste — plus rarement le burin et la pointe sèche — qu'il accède à une certaine notoriété de par une importante production, estimée à plusieurs centaines de pièces. On sait qu'il est proche du cercle d'Alfred Cadart, fondateur de la Société des aquafortistes, et sans doute formé à cet art par l'un de ses membres. Cadart publie de lui entre autres huit planches originales pour les souscripteurs de L'Illustration nouvelle (1876-77) et L'Eau-forte en... (1877-81). Il déménage durant cette époque au 79 boulevard de Courcelles (vers 1877), puis au 46 rue de Chateaudun (vers 1885).

Ricardo de Los-Rios est un illustrateur très prolixe. Il collabore au Gil Blas, à L'Art, à L’Artiste, et surtout à la Gazette des beaux-arts (de 1879 à 1897). Pour les éditeurs d'ouvrages illustrés, souvent de haute tenue bibliophilique, il produit principalement des gravures d'interprétation d'après des dessins d'autres artistes.

Le célèbre marchand newyorkais Knoedler le représente un temps.

En août 1894, il est nommé, à titre étranger, chevalier de la Légion d'honneur[5].

En 1905, il propose à la Calcografia Nacional d'éditer la suite La tauromaquia de Goya, en ramenant à Madrid les quarante cuivres originaux qu'il avait localisés à Paris chez l'éditeur Loizelet qui les détenait pour son édition de 1876[6].

Il décède en mai 1929 à Madrid[7].

La Chalcographie du Louvre possède trois eaux-fortes d’après Albert Besnard : La Visite de médecin, Velpeau à la charité, La Convalescence.

Ouvrages illustrésModifier

Tous ces ouvrages sont illustrées de ses eaux-fortes :

Notes et référencesModifier

  1. La graphie du patronyme suit ici les recommandations du catalogue général de la BNF et du SUDOC ; elle peut différer dans d'autres bases de données bibliographiques.
  2. Notice biographique, catalogue Cat'zArts, ENSBA.
  3. Annuaire encyclopédique : politique, économie sociale, statistique, administration, sciences, littérature, beaux-arts, agriculture, commerce, industrie, Paris, L'Encyclopédie du XIXe siècle, 1868, tome VIII, p. 758.
  4. Notice du Salon de 1867, Base Salons, musée d'Orsay.
  5. Journal officiel de la République française no 205 du 1er août 1894, p. 3753.
  6. (en) Juliet Wilson-Bareau (direction), Goya in the Norton Simon Museum, Pasadena, Norton Simon Museum & The Yale University Press, 2015, p. 287.
  7. Nécrologie, In: Le Matin du 17 mai 1929, p. 2.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Henri Beraldi, Les Graveurs du XIXe siècle, tome IX, Paris, Conquet, 1889, pp. 191-192.
  • Inventaire du fonds français après 1800, Paris, Bibliothèque nationale, Département des estampes et de la photographie, 1967, pp. 476-480.
  • (en) « Ricardo de Los-Rios », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, 2006 (ISBN 9780199773787)
  • Gaïté Dugnat et Pierre Sanchez, Dictionnaire des graveurs, illustrateurs et affichistes français et étrangers (1673-1950), Dijon, L’Échelle de Jacob, 2001, pp. 1635-1637.

Liens externesModifier