Ouvrir le menu principal

Reynoutria japonica, Fallopia japonica

La Renouée du Japon ou Renouée à feuilles pointues (Reynoutria japonica ou Fallopia japonica suivant les sources) est une espèce de plantes herbacées vivaces de la famille des Polygonaceae originaire d’Asie orientale, naturalisée en Europe dans une grande diversité de milieux humides. Il existe un usage local du terme de « Renouée du Japon » au sens large pour désigner les deux espèces Renouée du Japon et Renouée de Sakhaline, et leurs hybrides (× bohemica). Mais au sens strict, ce sont deux espèces distinctes.

Cette plante herbacée très vigoureuse est originaire de Chine, de Corée, du Japon et de la Sibérie[1] où elle est une pionnière colonisant les pentes de volcans dans son aire d'origine (sols volcaniques nus riches en métaux), et les monticules de cendres issues des centrales thermiques à charbon dans son aire d'introduction[2]. Elle est cultivée en Asie où elle est réputée pour ses propriétés médicinales. Naturalisée en Europe et en Amérique, elle y est devenue l'une des principales espèces envahissantes ; elle est d'ailleurs inscrite à la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) des 100 espèces les plus préoccupantes[3].

Sommaire

TaxonomieModifier

  • Reynoutria japonica Houtt., 1777[4]
  • Fallopia japonica (Houtt.) Ronse Decr. 1988[5]

SynonymesModifier

  • Polygonum cuspidatum Siebold & Zucc.
    C'est le terme généralement employé par les biologistes et chimistes (surtout s'ils sont asiatiques)
  • Polygonum zuccarinii Small
  • Pleuropterus cuspidatus (Siebold & Zucc.) H.Gross
  • Pleuropterus zuccarinii (Small) Small

HistoriqueModifier

Déjà introduite au Moyen Âge par la route de la soie comme fourragère[6], elle est réintroduite aux Pays-Bas par Philipp Franz von Siebold, médecin officier de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en poste à Nagasaki entre 1823 et 1829. Il l'introduit dans son jardin d'acclimatation en 1825, à Leyde en tant que plante ornementale, mellifère et fourragère. Son apparition en France est constatée pour la première fois en 1939[7].

Description et cycle de développementModifier

 
Jeune pousse issue d'un rhizome
 
Coupe longitudinale d'une jeune tige

Cette grande plante vigoureuse a des tiges creuses érigées, rougeâtres, semblables à des cannes de bambou, de 1 à 3 m de haut. Sa croissance peut être de 1 à 8 cm par jour d’après Brock[8], elle peut donc atteindre sa hauteur maximale de 4 mètres en 2 mois au printemps.

C'est une plante géophyte à rhizome/hémicryptophyte érigée. Les feuilles inférieures largement ovales-triangulaires atteignent 15-20 cm de long et sont brusquement tronquées à la base. Elles sont alternes.

Les tiges aériennes meurent l’hiver et seuls persistent des bourgeons souterrains et/ou au ras du sol. Au printemps (mars-avril), les bourgeons proches de la surface du sol apparaissent ; des jeunes tiges deviennent alors visibles et croissent très rapidement en hauteur (4–5 cm par jour). Une fois leur hauteur maximale atteinte, les tiges se ramifient. La formation des feuilles continue jusqu'à la fin de l’été et la floraison intervient tardivement, en septembre - octobre. Quelques semaines plus tard (début novembre), les feuilles tombent massivement et les tiges aériennes meurent peu après.

Les petites fleurs blanches sont disposées en panicules à l'aisselle des feuilles (au niveau de l'ochréa). Elles comportent 5 tépales persistantes, 8 étamines et 3 styles. Le fruit est un akène de 2-4 mm de long. Pollinisées par les insectes, les fleurs fournissent une source intéressante de nectar à une époque de l’année où elles se font très rares. En France, les graines sont peu fertiles et la dispersion de la plante par les graines est donc peu efficace. La reproduction se fait surtout par multiplication végétative par l’intermédiaire de longs rhizomes, de fragments de rhizomes dispersés (un fragment de 10 grammes de rhizome suffit à régénérer la plante) ou de boutures de tiges.

La plante est considérée par Beerling et collaborateurs[9] comme gynodioïque : elle comporte des individus mâles-stériles et des individus hermaphrodites. Aucun individu mâle-fertile n'est connu en Grande-Bretagne pour la var. japonica.

Pour Lambinon et collaborateurs[10], les fleurs de cette renouée (observées en Belgique et nord de la France) « en apparence hermaphrodites dans le jeune âge, se comportent comme unisexuées - et les individus comme dioïques- : les fleurs dites femelles (ou mieux « mâles-stériles ») montrent de petites anthères restant incluses dans le périgone et des stigmates bien développées, tandis que les fleurs dites mâles (ou mieux « mâles-fertiles ») ont leurs anthères exsertes et productrices de pollen. Chaque colonie, s'étendant par voie végétative, est normalement formées d'individus semblables entre eux ».

 
Fleurs mâles
 
Fleurs femelles, fruits

La renouée du Japon affectionne les zones alluviales et les rives des cours d’eau où l’humidité et la richesse nutritive du substrat lui permettent d’avoir une croissance optimale, conduisant à des peuplements monospécifiques[11]. Elle peut former de larges fourrés denses. On la trouve aussi dans les milieux rudéralisés (bords des routes, alentours des jardins, terrains abandonnés). Plante pionnière acidocline à neutrocline, colonisant les pentes de volcans dans son aire d'origine (code EUNIS : H6), et les monticules de cendres issues des centrales thermiques à charbon dans son aire d'introduction, elle tolère pratiquement tout type de sol. Elle est largement répandue en Europe occidentale et centrale. Elle a colonisé l’ensemble de la France.

CaractéristiquesModifier

La plupart des graines issues d'individus hybrides ne sont pas viables et le mode essentiel de dissémination des renouées du Japon est végétatif.

  • Habitat et répartition :
    • Habitat type : friches et lisières vivaces médioeuropéennes, eutrophiles, mésohydriques à mésohygrophiles
    • Aire de répartition : introduit (Asie orient.)

données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

UtilisationsModifier

  • En climat tempéré, c'est une plante produisant une grande quantité de biomasse aussi bien racinaire (16 tonnes par hectare) qu'aérienne (13 tonnes par hectare)[12]. De nombreuses plateforme de compostage refusent les déchets verts issus des fauches ou des arrachages de renouées en raison des risques élevés de dissémination. Des études menées par le bureau d'étude Aquabio ont permis d'étudier objectivement la survie des renouées du Japon, dans le contexte particulier de la plateforme de Grand Chambery (durée de production du compost de 8 mois, deux retournements mécaniques et des températures élevées à l'intérieur du tas, de l'ordre de 70°C le premier mois, puis de plus de 55°C pendant plusieurs jours consécutifs après chaque retournement, impossibilité de mélanger les produits présentant différents niveaux de maturation... ). Les résultats concluants (avec aucun risque de retrouver des diaspores vivantes de renouées dans le produit final) sont cependant à modérer dans d'autres contextes de compostage le plus souvent moins poussés[13].
  • En Europe, c'est une plante mellifère intéressante pour les apiculteurs car elle fleurit à la fin de l'été, à une époque où peu de fleurs subsistent. Les apiculteurs du nord-est des États-Unis en font un miel monofloral, appelé « miel de bambou » (bamboo honey), de couleur brun foncé, corsé comme le miel de sarrasin (voir Japanese knotweed (en)). Le miel est une substance très particulière et très variable, dont la composition peut être considérablement modifiée en fonction des sources alimentaires florales, animales et même fongiques, de la qualité de l'air et de l'eau utilisée. Ainsi, le miel et les autres produits apicoles peuvent concentrer les éléments traces métalliques qui sont certainement présents dans le substrat des peuplements de renouées, notamment les métaux lourds, nuisant à la qualité du miel et des autres produits, ainsi qu'à la santé des essaims (L. Leita et Al. 1996). L'invasion des espaces naturels par les renouées du Japon fait malheureusement disparaitre de nombreuses plantes à fleurs qui auraient pu produire du nectar pour de nombreux insectes pendant toute la période végétative.

Consommation en EuropeModifier

 
Jeunes pousses de renouée du Japon.

Entre mars et mai, les jeunes pousses peuvent être cueillies (et tant qu'elles sont encore tendres, les jeunes tiges) et brièvement cuites à l'eau[14].

Cependant, il n'est pas toujours prudent de consommer des renouées récoltées en Europe, car la majorité des massifs s'est développée sur des sols artificiels[15]. La renouée est une plante métallophyte, il est donc également possible qu'un massif soit indicateur de pollution du sol aux métaux. La probabilité que ces sols soient pollués et que la végétation qui se développe dessus soit impropre à la consommation humaine, est donc importante : il faut être « sûr » de la station où s'effectue la cueillette.[citation nécessaire]

En Roumanie, les jeunes feuilles remplacent les feuilles de chou ou de vigne dans la préparation culinaire de sarmale[16].

Usages alimentaires et médicinaux au JaponModifier

(Cette section est issue d'une traduction partielle de l'article de Wikipédia en japonais intitulée イタドリ)
 
Jeunes pousses de renouée du Japon.
Les jeunes pousses sont consommées crues ou cuites. Au printemps, les jeunes pousses, semblables à celles du bambou, sont cueillies avant que la tige et les feuilles ne se séparent. On enlève l'écorce et on les mange crues. Les enfants les ramassent sur les bords des chemins et les mâchent en marchant. Elles ont un goût acide en raison de la présence d'acides organiques et en particulier d'acide oxalique qui leur donne une certaine âpreté. Leur consommation en trop grande quantité à l'état naturel peut avoir des effets néfastes sur la santé.
Un usage mieux approprié consiste à les faire bouillir puis à les passer à l'eau froide. Elles perdent ainsi leur âpreté mais aussi leur saveur agréablement acidulée.
L'hiver quand les tiges commencent à dépérir, on arrache les rhizomes et on les met à sécher. On les appelle kojôkon (虎杖 racine de canne de tigre). Elles servent dans la pharmacopée traditionnelle pour amollir les selles et diurétique. Les jeunes feuilles malaxées sur des éraflures qui saignent stoppent l'hémorragie (propriété astringente) et calment la douleur. D'où le nom de la plante itadori (痛取 イタドリ ôte-douleur).
Recette avec les pousses (gonpachi des préfectures de Kôchi et de Wakayama) : enlever la "peau" externe des jeunes pousses du printemps, malaxer avec du sel et faire sauter à la poêle. Assaisonner avec du sucre, de la sauce soja, du saké, de l'alcool de riz mirin, de l'huile de sésame. Saupoudrer de bonite séchée râpée et servir.
Recette avec les jeunes feuilles : ébouillanter les jeunes feuilles, les passer sous l'eau froide, puis les laisser mariner une demi-journée dans de la sauce pour les nouilles relevée par quelques épices. C'est alors un légume lisse et d'un goût délicieux.
Pendant la guerre, quand il y a eu pénurie de feuilles de tabac, on a mélangé au tabac des feuilles d'itadori.
En Inde et en Asie du Sud-Est, on utilise les feuilles d'itadori surtout comme rouleau à chiquer.

Usages médicinaux en ChineModifier

Le rhizome séché et les jeunes feuilles de cette renouée (appelée 虎杖 huzhang en chinois) sont utilisés comme matière médicale en Chine. Ils sont inscrits à la Pharmacopée Chinoise (1999)[17]. Le rhizome est utilisé comme analgésique, antipyrétique, diurétique, expectorant, dans le traitement de la bronchite chronique, l’hépatite, la diarrhée, le cancer, l’hypertension, l’athérosclérose, la leucorrhée, une brûlure, une morsure de serpent[18],[19].

Extraction de molécules d'intérêt pour l'industrieModifier

Depuis longtemps la renouée est reconnue pour ses vertus thérapeutiques et elle est même inscrite dans la pharmacopée de la médecine traditionnelle chinoise. Elle sert aussi de source principale pour l’extraction du resvératrol, un anti-oxydant utilisé pour ses effets sur le ralentissement du vieillissement cellulaire et dont les autres propriétés donnent lieu à des centaines d’études cliniques publiées par an. Or, c’est dans les rhizomes qui sont la cause principale de la prolifération de la plante que la concentration en resvératrol est la plus élevée. En Savoie, l'entreprise Rhizomex Consulting s'est lancé en 2018 dans la collecte des rhizomes issus des chantiers d’arrachage pour en faire une ressource de resvératrol . En préparant les rhizomes , on peut récupérer la molécule, par un procédé d’éco-extraction respectueux de l’environnement. Une fois purifié à 95 % le produit est vendu aux industriels des compléments alimentaires ou des cosmétiques, qui l’intègrent à des gélules ou des crèmes[20]. Les résidus issus de l’extraction, très proches de déchets de bois, peuvent être récupérés et rassemblés pour servir de combustible[21].

Composition chimiqueModifier

La renouée du Japon est la plante connue pour être la plus riche en resvératrol, une molécule trouvée aussi dans le vin rouge, qui n’a cessé de susciter depuis les années 1990 un intérêt toujours renouvelé de la part des biologistes et des revendeurs de compléments alimentaires[22]. Les rhizomes accumulent de 20 à 50 fois plus de resvératrol que les autres parties. Pour Bae et Pyee[23] (2004), les rhizomes contiennent environ 197 μg/g MS de resvératrol alors que les tiges n’en ont que 9 et qu’aucune trace n’a été détectée dans les feuilles. Une trentaine de constituants ont été isolés dans les rhizomes. Les composés ayant un intérêt pharmacologique peuvent être regroupés dans les cinq classes suivantes : les anthraquinones, les stilbènes, les flavonoïdes, les lignanes et les composés phénoliques[24].

Constituants du rhizome de Renouée du Japon
Famille Composés
Anthraquinones Emodol (émodine) et ses glucosides, glucoside d’émodine-8-O-(6′-O-malonyl), physcione
Stilbènes Resvératrol, glucoside de galloyl resvératrol, picéide
Flavonoïdes Catéchine et ses dérivés, gallate de dimère procyanidol
Composés phénoliques Acide gallique, acide benzoïque

Les anthraquinones, aux doses thérapeutiques habituelles, sont des laxatifs stimulants[25]. L’émodol a aussi des propriétés œstrogéniques. Les flavonoïdes comportent quelques puissants antioxydants.

Les stilbènes comportent le resvératrol et ses dérivés, aux propriétés pharmacologiques prometteuses. Le resvératrol est présent à des doses suffisamment importantes pour permettre une extraction par l’industrie pharmaceutique[26],[27]. La quantité de constituants de la racine « de Polygonum cuspidatum ramassé dans diverses régions de Chine varient considérablement suivant les conditions de culture, le procédé de séchage, les conditions de stockage etc. ». (Zhang et al.[24]). Ces auteurs donnent la fourchette suivante : de 6 à 29 μg/g MS de resvératrol (par chromatographie en phase inverse RP-HPLC). Par une autre méthode (chromatographie sur couche mince HPTLC), Zhao et collaborateurs (2005)[28] trouvent 1 810 μg/g MS.

L’industrie chinoise traiterait actuellement 6 000 tonnes de rhizomes de Reynoutria japonica et proposerait 60 tonnes d’extraits plus ou moins purs sur le marché[29]. De nombreux compléments alimentaires riches en resvératrol sont apparus sur le marché. Ils associent en général aux polyphénols du raisin, des extraits de renouée du Japon, fournissant un resvératrol abondant et meilleur marché.

La plante serait donc une source de revenu importante dans son pays d'origine, mais elle n'y est pas invasive et ne provoque pas de dommages aux milieux naturels comme dans les régions où elle a été introduite.


Impacts de la plante hors de son aire d'origineModifier

Considérée comme une plante très décorative, elle a longtemps été introduite dans beaucoup de jardins et vendue par des jardineries. Dépourvue de prédateurs locaux et de compétiteurs, elle s'est avérée très invasive et donc défavorable à la biodiversité.Très rapide, sa progression se fait au détriment de la flore locale (comme l'angélique des estuaires, Angelica heterocarpa Lloyd, endémique de quelques estuaires), mais aussi de la diversité en vertébrés et surtout d'invertébrés (abondance totale diminuée en moyenne d’environ 40 % sur les cours d'eau inventoriés, avec un nombre de groupes d’invertébrés diminué de 20 à 30 %). Ceci expliquerait que comme d'autres plantes invasives, la renouée fasse reculer les populations d’amphibiens, reptiles, et oiseaux ainsi que de nombreux mammifères des habitats ripicoles, car ces derniers dépendent directement ou indirectement des espèces herbacées autochtones et/ou des invertébrés associés pour leur survie[30]. La renouée est fréquente sur des néo-sols et milieux dégradés et pauvres en biodiversité du fait de son mode de propagation par transport de fragments de rhizomes[11] (rivière, engins de chantier et agricoles, autres véhicules...). Il est très difficile de l'éliminer (persistance des rhizomes). Sa vigueur et la rapidité de sa propagation sont telles qu'un petit foyer peut rapidement coloniser les abords jusqu'à former des massifs de plusieurs dizaines de mètres carrés, prenant le pas sur la végétation locale basse - même bien implantée. Se développe aussi à sa suite, l'espèce de fourmis tout aussi invasive, Lasius neglectus, provenant de l'ouest de la Mer noire. Elle y trouve une nourriture abondante grâce aux nectaires à la base des feuilles de renouée. On trouve là un problème tout particulier d'hémérochorie, où deux espèces, l'une animale, l'autre végétale, concourent pour changer le biotope.

En EuropeModifier

 
Cette ancienne locomotive à Beekbergen (Pays-Bas) est envahie par la Renouée du Japon. Il y a quelques années, ce lieu était encore sans Renouée, voir google maps.

Introduite en Europe au XIXe siècle, notamment aux Pays-Bas, comme plante ornementale des jardins, les renouées du Japon se sont naturalisées à la fin du XIXe siècle mais n’ont mis en évidence leur colonisation exponentielle qu’au milieu du XXe siècle. Elles se sont répandues sur les terrains remaniés, le long des axes routiers et des voies ferrés et surtout le long des cours d'eau, posant de graves problèmes écologiques. Les activités humaines, surtout par le déplacement de terres contaminées par des rhizomes, à l’occasion de travaux de génie civil et rural, et les crues, qui arrachent ces rhizomes (ou des tiges vertes) aux berges, sont les vecteurs essentiels de dispersion de la plante. En raison de problème de fertilité, la dispersion des graines reste assez anecdotique[11].

En Belgique, cette espèce est considérée comme invasive et sa plantation est interdite en Région wallonne depuis le 1er janvier 2013[31].

En Grande-Bretagne, la loi interdit de disperser volontairement la plante et impose de l'éradiquer des terrains constructibles[32].

Il existe aussi en France une loi[11] contre les introductions, volontaires ou non, d'espèces invasives (L411-3[33]) mais elle ne s'applique pour l'instant qu'aux Jussies.

En Amérique du NordModifier

Elle a aussi été introduite en Amérique du Nord d'abord sur la côte ouest et sur la côte est des États-Unis et en 2005. Les deux vagues de colonisation se sont rejoints à l'intérieur du pays. Sa progression vers le nord est jusqu'au nord du fleuve Saint-Laurent au Canada a été observée pour la première fois vers 1942 dans le quartier de Limoilou de la ville de Québec. Elle est maintenant présente à l'orée de la forêt boréale canadienne. Partout où elle s'installe, plus rien d'autre ne pousse. La province de l'Ontario lui attribue une certaine importance[34].

Les renouées du Japon bloquent les successions végétales naturelles en empêchant la régénération des autres plantes par semis ou rejets. Elles constituent donc une réelle menace pour l'équilibre biologique et physique des ruisseaux, des rivières et des ripisylves[35].

Méthodes de lutteModifier

Les méthodes de lutte associent des mesures préventives et des mesures d'élimination ou compensatoires[36].

Les techniques préventives regroupent toutes les mesures permettant d'éviter la dispersion volontaire ou involontaire de la plante, ou son implantation sur un site (destruction précoce de la plante avant son enracinement). Avant de s'engager dans des programmes de lutte, il est indispensable d'évaluer à quel stade d'invasion se trouve la plante[37].

Déterrage précoce en milieu rivulaireModifier

Dans la Drôme, l'Hérault, en Savoie et dans la Loire, des campagnes pédestres annuelles dites de « déterrage précoce » (réparties de 2001 à 2018 selon les bassins versants) ont été mises en place pour détecter et éliminer rapidement des nouvelles plantes de renouées issues de fragments végétatifs arrachés en période de crue, transportés par l'eau et déposés en aval. Les retours d'expérience de cette gestion menée le long des petits et moyens cours d'eau à écoulements rapides et sur le pourtour d'un lac montrent que cette technique douce a l'avantage d'être à la fois peu coûteuse et efficace pour ralentir la dissémination des renouées asiatiques[38]. "Ainsi, sur le lac du Bourget par exemple, de tels campagnes mises en oeuvre entre 2012 et 2018 par le bureau d'étude Aquabio ont sans doute évité 280 massifs pour un coût de prévention et de détection précoce de 260 euros HT par "non massif", soit un coût infime par rapport au coût d'une élimination de massifs existants".

Éradication mécaniqueModifier

 
Rhizome de Renouée du Japon dans un jardin en Allemagne.

La plante est très difficile à éradiquer, notamment en période végétative, car elle est capable de réparer très rapidement (en quelques jours) ses tissus endommagés[39]. S'attaquer à sa partie aérienne (tiges et feuilles) n'empêche pas la survie de la partie vivace enterrée dans le sol. De plus, les fauches peuvent favoriser la dispersion de la plante puisque les tiges coupées se bouturent très facilement. L'extraction de tous les rhizomes est fastidieuse et illusoire, car leur densité dans le sol est très importante. De plus, il suffit d'un fragment de rhizome portant un bourgeon pour régénérer la plante.

Les débris végétaux issus de cette élimination ne doivent pas être compostés mais incinérés pour prévenir un fort risque de reprise de végétation, et donc de dissémination.

Il n'existe donc pas encore de moyens mécaniques totalement fiables pour éradiquer la plante, mais des essais sont en cours en France pour détruire sa partie souterraine vivace, notamment par un traitement par godets-cribleurs-concasseurs, qui semblent efficaces pour traiter sans produits chimiques des alluvions infestées et pour détruire les rhizomes en les broyant (selon 2 essais faits en région Rhône-Alpes en 2005/2006 et 2007/2008[40]). Cependant, les matériels et engins doivent ensuite être très soigneusement nettoyés afin qu'ils ne dispersent pas de propagules[40].

Depuis 2011, la Compagnie nationale du Rhône (CNR) a développé une technique de ce type pour neutraliser immédiatement les terres infestées. Après deux ans de tests, et trois ans d’application en interne des méthodes expérimentées, cette technique s'est avérée très efficace.La méthode en question est constituée de deux étapes clefs : une première de criblage permettant de séparer les éléments fins des éléments grossiers présents dans les matériaux alluviaux ; la seconde permet de neutraliser les rhizomes présents dans la fraction grossière par broyage fins. Les matériaux peuvent ainsi être remis au cours d’eau, valorisés comme substrat de plantation ou évacués dans une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) (ex- « décharge de classe 3 »). Au total la CNR a supervisé le traitement de plus 100 000 m3 avec succès entre 2014 et 2018.[41]

Bâchage du solModifier

 
Renouée ayant profité du trou d'une agrafe pour traverser la bâche (A. Evette @Irstea)

Le bâchage peut permettre de contrôler l’expansion des espèces invasives, en particulier des renouées asiatiques, en témoignent de nombreux retours d’expériences et la mise sur le marché de nouvelles bâches dédiées à cet objectif. Mais l’efficacité de cette technique tient beaucoup à des modalités d’utilisation particulières qui doivent tenir compte des capacités de développement notamment souterrain des renouées. Des essais[42] ont été réalisés 2017 par SNCF réseau en partenariat avec Dupont De Nemours SARL (Luxembourg) et Irstea pour tester scientifiquement et techniquement l'efficacité des dispositifs en grandeur nature. Les premiers résultats au bout de deux années d'installation sont concluants.

Une autre voie adoptée par la Compagnie nationale du Rhône consiste à coupler le bâchage avec la végétalisation des massifs (implantation de touffes de 125/150 cm de bourdaines, de viornes obier, de sureaux yèbles...) Après quatre saisons de végétation (2015-2018), la renouées a quasiment disparu des parcelles test.

Ces techniques relativement coûteuses sont cependant à réserver pour de petites taches isolés.

Techniques de génie végétalModifier

 
Plantation de bosquets de macropieux de saules blancs sur des massifs de renouées asiatiques testée sur l’île de Malourdie (2010-2011) et située sur l'aménagement de la Compagnie nationale du Rhône de Chautagne (@CNR)

Basées sur l’utilisation des effets compétitifs des végétaux indigènes, les techniques de génie écologique visent à la fois le contrôle du développement des renouées asiatiques et la restauration d’une communauté végétale diversifiée dans les zones envahies. Ces méthodes alternatives intéressent de plus en plus de gestionnaires. Des boutures de saules ou des plantes d'espèces diverses (noisetiers, argousiers, érables etc.) sont plantés sur les taches de renouées afin de les affaiblir, associés ou non à un prétraitement (décaissage, fauche, pose de géotextile) Certaines espèces d'herbacées peuvent être utilisées : le choix peut se porter sur des plantes formant des massifs denses ou des plantes grimpantes capables de croître sur les cannes de renouées. De nombreuses expérimentations ont été menées par des gestionnaires, notamment de cours d'eau (syndicats de rivière, commune, ONF...). Les résultats de ces essais[43] sont variés avec des réussites mais aussi des échecs, sans que les facteurs explicatifs soient clairement compris. Gestionnaires et scientifiques préconisent un recensement des expériences de génie écologique pour le contrôle des renouées à l'échelle de la France via la plateforme de dépôt de retours d'expériences animée par le centre de ressources espèces exotiques envahissantes

Ecopâturage ovin et caprinModifier

De 2012 à 2019, chez SNCF Réseau, plus de cinquante initiatives ont permis de mettre en place de l’écopâturage, un moyen innovant pour entretenir la végétation de renouées sur des terrains parfois difficiles d’accès avec des engins[44]. En broutant les tiges de renouées, les chèvres (chèvres de Lorraine, chèvres des fossés...) et les moutons (moutons d'Ouessant, Solognots...) limitent la repousse des tiges par épuisement dles réserves stockées dans les rhizomes. Des expérimentations concluantes ont également été conduites sur une zone humide de Mayenne, classé comme espace naturel sensible. Des collectivités adoptent de plus en plus cette technique dans les zones escarpés et/ou inaccessibles.

Lutte biologiqueModifier

Dans le cadre de la lutte biologique, il a été envisagé de trouver un prédateur naturel de la renouée dans son aire d'origine. La Grande-Bretagne a ainsi annoncé le « mardi 9 mars [2010], que des insectes seraient lâchés sur deux puis six sites, tenus secrets, avant une éventuelle généralisation[45] ». Ces insectes sont des Aphalara itadori (en), une petite Psyllidae elle aussi originaire du Japon, et qui, testée en laboratoire, n'a « montré aucune appétence pour les plantes indigènes du Royaume-Uni[45] ».

Élimination chimiqueModifier

L'utilisation de produits chimiques est très souvent compliquée (respect de conditions strictes d'application, suivi sur plusieurs années) et parfois impossible en raison de la réglementation. Par exemple, en France, l'application d'herbicides est interdite à moins de 5 m des bords de cours d'eau[46],[47]. De plus la démarche actuelle de réduction d’usages des produits phytosanitaires devraient conduire à un arrêt total (2020) du recours aux herbicides dans tous les sites, y compris en zones éloignées des cours d'eau. .

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Flora of China
  2. (en) Bergianska Stiftelsen, Flora Nordica, Bergius Foundation, , p. 276.
  3. Liste établie à partir de la Global Invasive Species Database, établie par le groupe Invasive Species Specialist Group (ISSG) de l'UICN [lire en ligne]
  4. Selon Belles fleurs de France, eFloras et Tela-botanica, consultés le 29 octobre 2018, voir les références taxonomiques en bas de page
  5. Selon GISD, NCBI, GRIN et ITIS, consultés le 29 octobre 2018, voir les références taxonomiques en bas de page
  6. Gérard Ducerf, L'encyclopédie des plantes bio-indicatrices alimentaires et médicinales -guide de diagnostic des sols volume 2, éditions Promonature, , 351 p. (ISBN 2-9519258-6-7)
  7. Pelt J.M., Müller S., Dutartre A., Barbe J., « Biologie et écologie des espèces végétales proliférant en France. Synthèse bibliographique », Les études de l'Agence de l'eau, vol. 68,‎
  8. (en) Brock, J., Child, L., Waal, L., and Wade, M, The invasive nature of Fallopia japonica is enhanced by vegetative regeneration from stem tissues. Plant invasions: general aspects and special problems, Workshop held at Kostelec nad Cernymi lesy, Czech Republic,
  9. (en) D. J. Beerling, J. P. Bailey, A. P. Conolly, « Fallopia japonica (Houtt.) Ronse Decraene », Journal of Ecology, vol. 82,‎ , p. 959-979
  10. Lambinon J. et al., Nouvelle flore de la Belgique, du G.-D. de Luxembourg, du Nord de la France et des régions voisines (Ptéridophytes et Spermatophytes), Meise, Jardin botanique national de Belgique, 6e éd., 2012, 1195 p. (ISBN 978-90-72619-88-4)
  11. a b c et d Serge Muller (coord.), Plantes invasives en France, Publications scientifiques du MNHN, (réimpr. Muséum national d’Histoire naturelle), 168 p.
  12. Flore exotique envahissante
  13. Boyer M et Barthod L., « Les possibilités de composter les renouées », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 80-84 (lire en ligne)
  14. François Couplan et Eva Styner, Plantes sauvages comestibles et toxiques, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste », , 416 p. (ISBN 9782603025475), p. 53-53 et 224-225.
  15. Typologie des secteurs envahis par les renouées du Japon.
  16. François COUPLAN, Le régal végétal : Reconnaître et cuisiner les plantes comestibles, Paris, Sang de la Terre, coll. « L'encyclopédie des plantes sauvages », , 527 p. (ISBN 9782869853195), p. 148-149.
  17. (zh) China Pharmacopoeia Committee, Pharmacopoeia of the People’s Republic of China, Beijing: China Chemical Industry Press,
  18. (en) Bin Shan, Yi-Zhong Cai, John D. Brooks and Harold Corke, « Antibacterial properties of Polygonum cuspidatum roots and their major bioactive constituents », Food Chemistry, vol. 109, no 3,‎
  19. (en) Y.S. Kim, C.S. Hwang and D.H. Shin, « Volatile constituents from the leaves of Polygonum cuspidatum S. et Z. and their anti-bacterial activities », Food Microbiology, vol. 22, no 1,‎
  20. Frédéric FATOUX, « Rhizomex veut valoriser les plantes invasives », ledauphine.com,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2018)
  21. Chatel G., Duwald R., Piot C., Draye M., « Valorisation chimique et économique des renouées asiatiques : quelle stratégie pour une gestion durable », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 102-108 (lire en ligne)
  22. Les drogues rajeunissantes arrivent !
  23. (en) K. Bae, J. Pyee, « A New Process for Mass Production of Resveratrol (I): Analysis of Resveratrol Content and Expression Profile of a Gene Encoding Resveratrol Synthetase in Various tissues of Polygonum cuspidatum Sieb. et Zucc. », Food Engineering Progress, vol. 8, no 4,‎ , p. 272-275
  24. a et b ,(en) Wenting Zhang, Ying Jia, Qinwei Huang, Qing Li, Kaishun Bi, « Simultaneous Determination of Five Major Compounds in Polygonum cuspidatum by HPLC », Chromatographia, vol. 66, nos 9/10,‎
  25. Bruneton, J., Pharmacognosie - Phytochimie, plantes médicinales, 4e éd., revue et augmentée, Paris, Tec & Doc - Éditions médicales internationales, , 1288 p. (ISBN 978-2-7430-1188-8)
  26. (en) JENNIFER BURNS, TAKAO YOKOTA HIROSHI ASHIHARA,MICHAEL E. J. LEAN, ALAN CROZIER, « Plant Foods and Herbal Sources of Resveratrol », J. Agric. Food Chem., vol. 50,‎
  27. d'après Burns et al (réf. ci-dessus) la racine de R. japonica contient 1000 fois plus de resvératrol que le vin de cépage Merlot
  28. (en) Rui-zhi Zhao, Shaojun Liu and Li-lin Zhou, « Rapid Quantitative HPTLC Analysis, on One Plate, of Emodin, Resveratrol, and Polydatin in the Chinese Herb Polygonum cuspidatum », Chromatographia, vol. 61, nos 5-6,‎
  29. (en)[PDF]The wild west of resveratrol and other polyphenol supplements
  30. (en) Esther Gerber, Christine Krebs, Craig Murrell, Marco Moretti, Remy Rocklin, Urs Schaffner, « Exotic invasive knotweeds (Fallopia spp.) negatively affect native plant and invertebrate assemblages in European riparian habitats », Biological Conservation, vol. 141,‎ , p. 646-654
  31. Service public de Wallonie : Circulaire relative aux plantes exotiques envahissantes
  32. Wildlife and Coubtryside Act 1981, voir wikipedia anglais
  33. article L 411-3 du code de l'environnement, issu de la loi de février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement, mais en 2004 le décret d’application n’était pas paru
  34. (fr) Gouvernement canadien
  35. Les renouées du Japon au bord des rivières
  36. « Le territoire face à l'envahissante renouée du Japon », sur Le Journal du Pays Yonnais (consulté le 22 août 2015)
  37. Boyer M., Cizabuiroz E., 2013 - De l'installation d'une plante exotique dans un écosystème à son invasion : quand et comment agir efficacement ? Exemple des renouées asiatiques.
  38. Barthod L. , Boyer M., « Un sac, des gants, un croc de jardin : le déterrage précoce, une technique douce contre l'envahissement des rivières par les renouées asiatiques », Sciences Eaux Territoires,‎ , p. 56-61 (lire en ligne)
  39. (en) Brock J. H. & Wade M.(1992): Regeneration of Japanes knotweed (Fallopia japonica) from rhizome and stems: Observation from greenhouse trials. In: Proc. 9th Intern. Symp. on the biology of weeds, Dijon, p. 85-94.
  40. a et b Mireille Boyer, Une nouvelle technique d'éradication mécanique des renouées du Japon testée avec succès au bord de l'Ain et de l'Isère. Revue Ingénieries-Eau-Agriculture-Territoires, no 57-58, op.17-31.
  41. Moiroud C, Brasier W. et Boyer M., « Traitement mécanique de volumes importants de terres infestées par des rhizomes de renouée du Japon : technique par criblage-concassage », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 68-73 (lire en ligne)
  42. Evette A., Breton V., Petit A., Dechaume-Moncharmont C. et Brasier W., « Les techniques de bâchage pour le contrôle de la renouée », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 62-66 (lire en ligne)
  43. Dommanget F., Evette A., Piola F., Rouifed S. Brasier W., « Etat de l'art des techniques de génie végétal pour contrôler les renouées », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 74-79
  44. Le Lay, M., Dechaume-Montcharmont C., Vion M., Douchet M., « L'écopâturage pratiqué par SNCF Réseau », Sciences Eaux & Territoires,‎ , p. 86-90 (lire en ligne)
  45. a et b « En Grande-Bretagne, le duel à mort entre un insecte et une plante invasive venues du Japon », sur Le Monde, .
  46. Le Round Up Aqua est retiré de la vente depuis la fin de 2008
  47. Flore du Lac Montalbot, slide 22 mairie-vigneux-sur-seine, juin 2015

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Références externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :