Ouvrir le menu principal

Renée Rochefort

géographe et universitaire française
Renée Rochefort
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Renée Rochefort, née le à Lyon et morte le dans la même ville, est une géographe française, spécialiste de la géographie sociale, professeur à l'université Lumière-Lyon-II.

BiographieModifier

Renée Rochefort est née le à Lyon[1],[2].

Renée Rochefort obtient l’agrégation d'histoire et géographie en 1949[3]. Elle enseigne durant sept ou huit ans au lycée de Grenoble puis au lycée de jeunes de filles de Saint-Just à Lyon[3]. Elle obtient ensuite en 1957 un détachement au CNRS qui lui permet de passer deux ans en Sicile[3], puis elle est nommée maître-assistante à l’université de Strasbourg[4]. Elle soutient une thèse d’État intitulée Le Travail en Sicile, en 1961[5], sous la direction de Maurice Le Lannou[3], puis elle est nommée d'abord maître de conférences en 1963, puis professeure à l'université Lumière-Lyon-II[6], fonction qu'elle exerce jusqu'à sa retraite académique, au début des années 1990[3]. Elle meurt le à Lyon[2],[7].

Activités de rechercheModifier

Ses premières recherches, pour sa thèse d'État, portent sur le travail et les travailleurs en Sicile, dans une perspective géographique, économique et sociologique[8],[3] qui lui permet d'envisager dans le contexte particulier de la Sicile, les rapports du travail avec la politique et la technique, la forme de la société rurale et le régime agraire latifundiaire[8].

À l'université de Lyon, Abel Chatelain et Renée Rochefort inscrivent leurs recherches dans une perspective de géographie sociale[9], sans pour autant créer une « école lyonnaise » de géographie[10],[11]. Ainsi, Renée Rochefort fait une contribution devant l’Association de géographes français[12].

Renée Rochefort théorise ce qu'elle appelle le « renversement de l'ordre des facteurs »[9], c'est-à-dire une proposition de « penser d’abord la société, ensuite l’espace »[5].

PublicationsModifier

  • Travail et travailleurs en Sicile : étude de géographie sociale, Puf, 1961 [présentation en ligne]
  • Les bouches de Kotor. Étude de géographie régionale, essai sur les espaces d’une région, Lyon, Université de Lyon, 1961, 167 p.
  • « Misère paysanne et troubles sociaux. Un pays du Latifondo sicilien : Corleone », (1959) in Annales. Economies, sociétés, civilisations, Vol. 14, n°3, p. 441-460
  • « Le pétrole en Sicile », in Annales de géographie, Vol 69, n°371, 1960, p. 22-33
  • « Une « civilisation du Guépard » ? », (1962) in Annales. Économies, sociétés, civilisations, Vol. 17, n°2, p. 368-371
  • « Géographie sociale et sciences humaines" (1963) in Bulletin de l’Association de géographes français, n°314-315, p. 19-32.
  • « La valeur de la production agricole en Italie. Ses enseignements géographiques », (1963) in Revue de géographie de Lyon
  • « Sardes et Siciliens dans les grands ensembles des Charbonnages de Lorraine », (1963) in Annales de géographie, Vol. 72, n°391, p. 272-302
  • « A propos de l'histoire du paysage agraire italien », (1964) in Revue de géographie de Lyon
  • « L'Islande face à sa démographie », (1966) in Revue de géographie de Lyon
  • « Grands ensembles et mutations des banlieues lyonnaises », (1970) in Revue de géographie de Lyon
  • « Les enfants et adolescents dans l'agglomération lyonnaise en 1976 : disparités et ségrégations », in Revue de géographie de Lyon, 1977
  • « Espace et justice sociale », in Espace géographique, 1978
  • « La géographie généraliste », in Espace géographique, 1989
  • « La Méditerranée dans l’œuvre de Maurice Le Lannou », in Revue de géographie de Lyon, Vol. 68, n°4, 1993, p. 239-242

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Marie-Claire Robic, « Renée Rochefort [1924-2012 ] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber (éd.), Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 3700.
  • Nicolas Ginsburger, « Portrait en groupe de femmes-géographes. La féminisation du champ disciplinaire au milieu du XXe siècle, entre effets de contexte et de structure (1938-1960) », Annales de géographie, no 173,‎ , p. 107-133 (lire en ligne, consulté le 8 mai 2019).
  • Jeannine Renucci, « Renée Rochefort (1924-2012) », in Bulletin de liaison des membres de la Société de géographie, n°20, Décembre 2012, [lire en ligne] [PDF]
  • André Vant, « La géographie sociale lyonnaise en perspective », Revue de géographie de Lyon, no 59,‎ , p. 131-146 (lire en ligne, consulté le 8 mai 2019).

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Olivier Orain, « Renée Rochefort, présentation sommaire », sur Le blog d'Olivier Orain (consulté le 4 mai 2019).
  2. a et b Base IdRef.
  3. a b c d e et f Yann Calbérac, « Entretien avec Renée Rochefort — « Ce qui m’intéresse dans ma démarche, c’est moins le cadre que les gens » », Géocarrefour, nos 3-4,‎ , p. 283–291 (ISSN 1627-4873 et 1960-601X, DOI 10.4000/geocarrefour.8787, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  4. Ginsburger 2017.
  5. a et b Robic 2013.
  6. Nicolas Ginsburger, « Femmes en géographie au temps des changements », Espace géographique, vol. 46, no 3,‎ , p. 236 (ISSN 0046-2497 et 1776-2936, DOI 10.3917/eg.463.0236, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  7. Faire-part de décès de Renée Rochefort.
  8. a et b [compte rendu] J.H., « Renée Rochefort, Le Travail en Sicile. Étude de géographie sociale », Population (French Edition), vol. 17, no 2,‎ , p. 359 (ISSN 0032-4663, DOI 10.2307/1527091, lire en ligne, consulté le 8 mai 2019)
  9. a et b Fabrice Ripoll, « Du « rôle de l’espace » aux théories de « l’acteur » (aller-retour) : La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux », dans Penser et faire la géographie sociale : Contribution à une épistémologie de la géographie sociale, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », (ISBN 9782753526778, lire en ligne), p. 193–210
  10. Vant 1984, p. 132.
  11. Renée Rochefort, «Réflexions liminaires sur la géographie sociale», Géographie sociale, Actes du colloque de Lyon de 1982, 1983, p. 11-15
  12. Nicolas Ginsburger, « Géographies sociales et appliquées, entre regards croisés et circulations universitaires: Wolfgang Hartke, les géographes français et les relations académiques franco-allemandes au XXe siècle » in Revue européenne de géographie / European journal of geography, 2015, pp.746 [lire en ligne].