Ouvrir le menu principal

Lycée de Saint-Just

lycée à Lyon, en France

Lycée de Saint-Just
Image illustrative de l’article Lycée de Saint-Just
Généralités
Création 1855
Pays Drapeau de la France France
Académie Lyon
Coordonnées 45° 45′ 23″ nord, 4° 49′ 18″ est
Adresse 21 rue des Farges
69005 Lyon
Site internet http://www.lyceedesaintjust.fr
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Population scolaire 1500
Formation Lycée technologique (STMG), Lycée général (S, ES et L), STS (Section de technicien supérieur), CPGE économiques et scientifiques, B/L
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, grec ancien, italien, latin, russe, chinois
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Point carte.svg

Le lycée de Saint-Just est un lycée public situé dans le quartier de Saint-Just, 5e arrondissement de Lyon (France). Il surplombe la ville à l'ouest de la Saône depuis la colline de Fourvière

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Le lycée depuis les toits de la Basilique Notre-Dame de Fourvière.

Le lycée Saint-Just possède une longue histoire, de l’époque gallo-romaine jusqu’à nos jours. En effet, sous l’esplanade du lycée se trouve une vaste citerne romaine, monument le mieux conservé de la cité antique de Lugdunum (Lyon). Cette citerne, aussi nommée "Grotte Bérelle" est formée d’une chambre principale de 16 x 15 mètres et de deux galeries concentriques. La fonction de ce réservoir reste cependant contestée : il pourrait s’agir soit d’une citerne destinée à l’alimentation en eau du quartier soit du réservoir de la caserne de Lugdunum. Depuis cette époque, la citerne a été beaucoup visitée, les murs ont d’ailleurs gardé de ces visites des signatures au charbon de bois, la plus ancienne datant de 1550. Aujourd’hui, pour des raisons de sécurité, la "Grotte Bérelle" est fermée au public.

Le bâtiment actuel ne date que du milieu du XIXe siècle (1855-1861). C’est un bâtiment imposant, composé d’un corps central de 100 m de long et de deux ailes. Avant de devenir le lycée de Saint-Just, le bâtiment eut de nombreuses fonctions. Jusqu’en 1908, ce fut le séminaire de Saint-Irénée (ou "Grand Séminaire"), où l’on pouvait faire des études de théologie. À la suite de la séparation de l'Église et de l'État, le bâtiment abrita successivement la Caisse des dépôts et consignations en 1912, puis un hôpital pendant la Première Guerre mondiale. En 1928, il devint l’internat du lycée E. Quinet (aujourd’hui lycée Édouard Herriot). Ce n’est qu’en 1946, qu’il devint autonome. D'importants travaux ont été réalisés depuis afin de moderniser le bâtiment avec notamment la construction du gymnase puis du self.

Durant l'année 2008-2009, la municipalité de Lyon a voté l'éclairage du lycée de Saint-Just, situé sur la colline de Fourvière.

Depuis 2011, l'établissement accueille uniquement des élèves de lycée à la suite du projet de transformer le collège-lycée Saint-Just en simple lycée ; les collégiens ont été transférés à deux rues, dans l'établissement Jean-Moulin.

Les cuisines ont brûlé le 26 août 2013, à cause d'un problème électrique, le réfectoire a souffert des fumées et est inutilisable en l'état. Les autres bâtiments n'ont pas été touchés. Les travaux de rénovation ont débuté au printemps 2014 et ont permis la réouverture du réfectoire en janvier 2015.


Enseignements proposésModifier

Enseignement secondaireModifier

Le lycée abrite des élèves qui préparent le baccalauréat général (S, ES, L) ainsi que des élèves en filière technologique (STMG).

Options spécifiques :

  • théâtre et expression dramatique ;
  • cinéma – audiovisuel ;
  • histoire des arts ;
  • section européenne (anglais, allemand ou italien) ;
  • langues étrangères (anglais, allemand, espagnol, italien, russe, chinois) ;
  • langues anciennes (grec ou latin) ;
  • musique.

Classement du LycéeModifier

En 2015, le lycée se classe 50e sur 67 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1687e au niveau national[1]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[2].

Enseignement supérieurModifier

Classements des CPGEModifier

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECE [3] 1 / 37 élèves 3 % 3 % 48eex-æquo
sur 105
  57
ECS [4] 0 / 36 élèves 0 % 1 % 95eex-æquo
sur 95
=
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. Par exemple, en filière ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP qui ont été retenues.

Une forte implication des élèves dans le domaine culturelModifier

L'option cinémaModifier

Le Ciné Club :

Relancée depuis l'année 2013, la gestion du ciné club fait maintenant partie des habitudes des classes de terminales et de premières de l'option. Ce club, uniquement géré par ces élèves, propose aux lycéens,mais aussi aux personnels du lycée, un film projeté tous les mois en salle 903. Cette initiative a pour but d'apporter une certaine culture cinématographique aux élèves plus ou moins en rapport avec leurs études. Il n'est donc par rare de croiser sur son chemin une ou plusieurs affiches du ciné club dans les escaliers et les couloirs du lycée.

Le Festival du Film Lycéen de Saint-Just :

Créé en 2015 par un ancien terminal et un ancien première de l'option cinéma, Pierre Triollier et Jean-Félix Laval, le Saint-Just Film Festival a pour vocation à devenir le grand rendez-vous des lycéens. Là encore, cette festivité se produisant chaque année est uniquement organisé que par des élèves, ce qui est sa spécificité pour un Festival du film jeune comme le montre son slogan : "Un Festival fait pour des jeunes et par des jeunes". L'idée de départ est de permettre aux élèves du lycée de projeter au grand public leur création cinématographique et bien sûr comme dans tout Festival d'être récompensé. Même si à présent il y a toujours eu une majorité de films qui provenait de l'option cinéma, on retrouve tout de même chaque année des films réalisés par des élèves qui ne sont pas de l'option. Le jury est très souvent composé d'élèves mais aussi de professeurs et lors des séances le public est aussi invité à voter pour le prix du public. Durant toute l'année de chaque édition, les organisateurs se consacrent à l'organisation en même temps que leurs études. Les associations de parents d'élèves aident au financement d'affiches et l'achat de prix. Le festival des nuits de Fourvière est le partenaire officiel du Festival. Son directeur, Dominique Delormes, est souvent très ravi d'aider cette initiative jeune en proposant des places de son festival. La direction du Festival est assumée par un élève de terminal secondé par un ou deux vice-président(s) de première qui l'année prochaine se retrouvera(ront) présidents(s) à son (leur) tour. La première édition, présidé par Pierre Triollier, a été un tel succès que des élèves provenant de d'autres lycées ont été intéressés par l'idée. Les initiateurs ont donc crée l'association Uffle (Union des Festivals des Films Lycéen et Etudiant) qui regroupe tous les principaux dirigeants des Festivals de film jeune. L'année scolaire de 2015-2016, a donc été marqué par l'organisation de deux festivals du film lycéen : celui du lycée de Saint-Just, présidé par Jean-Félix Laval et celui du lycée la Martinière Monplaisir, présidé par Flavien Deguilhaume.

L'option musiqueModifier

L'option théâtreModifier

(à compléter)

Les journaux lycéensModifier

(à compléter)

L'option Patrimoine ou Histoire des Arts

Les journées du patrimoine

Chaque année, au lycée de Saint-Just, les visites de ce bel établissement sont proposées par les élèves de l'enseignement Histoire des arts. Les élèves vous proposent de découvrir l'histoire et l'architecture de leur lieu d'étude.

Personnalités liéesModifier

  • L’humoriste Florence Foresti (née en 1973) a étudié au Lycée de Saint-Just.
  • Le romancier et dramaturge Éric-Emmanuel Schmitt (né en 1960) a été élève au lycée de Saint-Just, où sa mère était professeur d'éducation physique (de la 4e à la terminale)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Sites institutionnelsModifier

Source :