Record du monde du 200 mètres

liste d'un projet Wikimedia

Record du monde du
200 m
Image illustrative de l’article Record du monde du 200 mètres
Usain Bolt en 2009 à Berlin lors de son record du monde du 200 m.
Caractéristiques du record
Discipline 200 mètres
athlétisme
Instance
homologatrice
IAAF
Genre Hommes / Femmes
Portée Monde
Record actuel masculin
Valeur 19 s 19
Vent - 0,3 m/s
Titulaire(s) Usain Bolt
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque
Date du record
Circonstance Championnats du monde
Site Stade olympique
Berlin
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Record actuel féminin
Valeur 21 s 34
Vent + 1,3 m/s
Titulaire(s) Florence Griffith-Joyner
Drapeau des États-Unis États-Unis
Date du record
Circonstance Jeux olympiques
Site Stade olympique
Séoul
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud

Les records du monde du 200 mètres sont actuellement détenus par le Jamaïcain Usain Bolt avec le temps de 19 s 19, établi le en finale des championnats du monde, à Berlin en Allemagne, et par l'Américaine Florence Griffith-Joyner, créditée de 21 s 34 le en finale des Jeux olympiques, à Séoul, en Corée du Sud[1].

Le premier record du monde du 200 m homologué par l'Association internationale des fédérations d'athlétisme est celui de l'Américain Andrew Stanfield en 1951 avec le temps de 20 s 6. Le premier record mondial féminin, régi alors par la Fédération Sportive Féminine Internationale, est établi dès 1922 par la Britannique Alice Cast avec 27 s 8.

Les records du monde en salle du 200 m appartiennent au Namibien Frank Fredericks (19 s 92 le à Liévin) et à la Jamaïcaine Merlene Ottey (21 s 87 le à Liévin).

Record du monde masculinModifier

Premiers recordsModifier

Le premier record du monde du 200 mètres officiellement reconnu par l'IAAF est celui de l'Américain Andrew Stanfield qui établit le temps de 20 s 6 sur la distance du 220 yards (201,168 m), le à Philadelphie, performance qu'il égale un an plus tard, le à Los Angeles. Des courses de 220 yards en ligne droite sont disputés par ailleurs aux États-Unis, mais les records établis ne donneront jamais lieu à une homologation par la Fédération internationale[2]. Le record du monde d'Andrew Stanfield est égalé durant la saison 1956 par deux de ses compatriotes : Thane Baker tout d'abord, le à Bakersfield en Californie, Bobby Joe Morrow ensuite, le lors de sa victoire en finale des Jeux olympiques de 1956, à Melbourne[3]. Trois autres athlètes égaleront ce record du monde : l'Allemand Manfred Germar le à Wuppertal, et l'Américain Ray Norton, le à Berkeley sur 220 yards, puis le à Philadelphie.

Le , à Wolverhampton, le Britannique Peter Radford améliore d'un dixième de seconde le record du monde en courant 20 s 5 sur la distance du 220 yards. Le , à Abilene au Texas, l'Américain Charles Tidwell établit le temps de 20 s 2, toujours sur 220 yards, mais le record du monde n'est finalement pas homologué par les officiels après avoir constaté que la distance parcourue était d's 50 trop courte[4]. Le , à Palo Alto, Ray Norton et son compatriote Stone Johnson réalisent lors d'une même course le temps de 20 s 5, égalant tous les deux le record mondial de Peter Radford. Le , lors des Jeux olympiques de 1960, à Rome, l'Italien Livio Berruti égale à deux reprises le record du monde de 20 s 5, une première fois en demi-finale[5], puis de nouveau lors de sa victoire en finale[6]. Le , à Walnut, l'Américain Paul Drayton égale lui aussi le record du monde dans le cadre d'une course sur 220 yards.

Le , à Tempe en Arizona, l'Américain Henry Carr améliore de 2/10e de seconde le record du monde en établissant le temps de 20 s 3 sur 220 yards, avant de le porter à 20 s 2, le , toujours à Tempe et sur 220 yards.

Barrière des vingt secondesModifier

 
Tommie Smith, premier athlète sous les 20 secondes sur 200 m.

Le , à Sacramento, l'autre américain Tommie Smith, qui vient d'établir quelques jours plus tôt à San José le temps de 19 s 5 sur 220 yards en ligne droite, établit le temps de 20 s 0 juste, sur 220 yards en virage, améliorant de 2/10e de seconde le record du monde d'Henry Carr[7]. Lors des sélections olympiques américaines de 1968, à Echo Summit en altitude, Tommie Smith est battu par son compatriote John Carlos, en 19 s 9 contre 19 s 7 pour Carlos, mais ces temps ne sont pas homologués comme record du monde, car les deux athlètes portent des chaussures à pointes spéciales, interdites par le règlement[7]. Le , en finale des Jeux olympiques de Mexico, situé également en altitude, Tommie Smith devient le premier athlète à descendre sous les vingt secondes sur 200 m en remportant le titre olympique dans le temps officiel de 19 s 83, performance constituant le premier record du monde mesuré électroniquement[8].

Le Jamaïcain Don Quarrie égale à deux reprises les 19 s 8 de Tommie Smith, une première fois le au cours des Jeux panaméricains, à Cali en altitude, et une seconde fois le à Eugene. Dans cet intervalle, deux athlètes se rapprochent du record du monde : le Soviétique Valeriy Borzov, qui remporte les Jeux olympiques de 1972 en 20 s 00, et l'Américain Steve Williams, qui réalise 19 s 9 en .

Le , lors de la finale du 200 m des Universiades d'été de Mexico, l'Italien Pietro Mennea, champion d'Europe l'année précédente, améliore de 11/100e le record du monde de Tommie Smith en le portant à 19 s 72 (+ 1,8 m/s)[9].

Le record du monde de Pietro Mennea n'est battu que dix-sept ans plus tard, le , au cours des sélections olympiques américaines d'Atlanta, par l'Américain Michael Johnson qui améliore de 6/100e de seconde le temps de l'Italien en 19 s 66 (+ 0,4 m/s). Le , en finale des Jeux olympiques, toujours à Atlanta, Michael Johnson bat de 34/100e son propre record du monde en établissant le temps de 19 s 32.

Le , en finale des Jeux olympiques de Pékin, le Jamaïcain Usain Bolt établit un nouveau record du monde du 200 m en 19 s 30 (vent défavorable de 0,9 m/s), battant de deux centièmes de secondes le temps de Michael Johnson[10]. Le , lors des championnats du monde de Berlin, un an jour pour jour après sa performance de Pékin, Usain Bolt améliore de 11/100e de seconde son propre record du monde en établissant le temps de 19 s 19 (- 0,3 m/s)[11].

ProgressionModifier

24 records du monde masculins ont été homologués par l'IAAF

Évolution du record du monde masculin[12]
Temps Vent
(m/s)
Athlète Lieu Date
Chronométrage manuel
20 s 6 y[13]   Andrew Stanfield Philadelphie 26/05/1951
20 s 6   Andrew Stanfield Los Angeles 28/06/1952
20 s 6 0,0   Thane Baker Bakersfield 23/06/1956
20 s 6[14]   Bobby Morrow Melbourne 27/11/1956
20 s 6   Manfred Germar Wuppertal 01/10/1958
20 s 6 y[13] -1,6   Ray Norton Berkeley 19/03/1960
20 s 6   Ray Norton Philadelphie 30/04/1960
20 s 5 y[13]   Peter Radford Wolverhampton 28/05/1960
20 s 5 0,0   Stone Johnson Stanford 02/07/1960
20 s 5 0,0   Ray Norton Stanford 02/07/1960
20 s 5[15]   Livio Berruti Rome 03/09/1960
20 s 5[16]   Livio Berruti Rome 03/09/1960
20 s 5 y[13] -1,1   Paul Drayton Walnut 23/06/1962
20 s 3 y[13] -0,1   Henry Carr Tempe 23/03/1963
20 s 2 y[13] +0,5   Henry Carr Tempe 04/04/1964
20 s 0 y[13] 0,0   Tommie Smith Sacramento 11/06/1968
19 s 8[17] A[18] +0,9   Tommie Smith Mexico 16/10/1968
19 s 8[19] A[18] +0,9   Don Quarrie Cali 03/08/1971
19 s 8+ +1,3   Don Quarrie Eugene 07/06/1975
Chronométrage électronique
19 s 83 A[18] +0,9   Tommie Smith Mexico 16/10/1968
19 s 72 A[18] +1,8   Pietro Mennea Mexico 12/09/1979
19 s 66 +0,4   Michael Johnson Atlanta 19/06/1996
19 s 32 +0,4   Michael Johnson Atlanta 01/08/1996
19 s 30 -0,9   Usain Bolt Pékin 20/08/2008
19 s 19 -0,3   Usain Bolt Berlin 20/08/2009

Record du monde fémininModifier

HistoriqueModifier

 
Wilma Rudolph, première athlète à descendre sous les 23 secondes sur 200 m.

Le premier record du monde féminin du 200 mètres homologué par l'IAAF est celui de la Britannique Alice Cast avec le temps de 27 s 8, établi le à Paris. Ce record est amélioré par deux de ses compatriotes durant les années 1920 : par Mary Lines qui établit le temps de 26 s 8 sur 220 yards le à Waddon, puis par Eileen Edwards qui l'améliore à trois reprises en réalisant successivement 26 s 2 le , 26 s 0 le et 25 s 4 le , performance qu'égale la Néerlandaise Tollien Schuurman, le , à Bruxelles. Le , la Polonaise Stanisława Walasiewicz améliore de plus de deux secondes le record du monde en établissant le temps de 23 s 6 à Varsovie[20].

Le record du monde de Stanisława Walasiewicz n'est amélioré que dix-sept ans plus tard, le au cours des Jeux olympiques de 1952, à Helsinki, par l'Australienne Marjorie Jackson qui réalise le temps de 23 s 4 en demi-finale après avoir égalé le record de 23 s 6 de la Polonaise lors des séries. Le , à Sydney, l'autre australienne Betty Cuthbert, âgée de dix-huit ans seulement, porte le record mondial à 23 s 2, avant de l'égaler le à Hobart, sur 220 yards. Le à Corpus Christi, l'Américaine Wilma Rudolph, championne olympique du 200 m quelques semaines plus tard aux Jeux de Rome, devient la première athlète féminine à descendre sous les vingt-trois secondes en établissant la marque de 22 s 9[21]. Le record de Rudolph est égalé par l'Australienne Margaret Burvill, sur 220 yards, le à Perth.

Le , à Varsovie, la Polonaise Irena Szewińska, sous son nom de jeune fille Irena Kirszenstein, retranche 2/10e de seconde au record du monde co-détenu par Wilma Rudolph et Margaret Burvill en le portant à 22 s 7. Elle l'améliore de 2/10e de seconde supplémentaire, le à l'occasion de sa victoire aux Jeux olympiques de 1968, à Mexico en altitude, en 22 s 5 avec un vent favorable de 2 m/s. Le , à Munich, la Taïwanaise Chi Cheng porte le record du monde du 200 m à 22 s 4, temps égale par l'Est-allemande Renate Stecher le à Munich en finale des Jeux olympiques. Stecher améliore d'un dixième de seconde sa propre meilleure marque mondiale, le à Dresde, avant qu'Irena Szewińska ne l'égale le à Potsdam, établissant à cette occasion le premier record du monde mesuré électroniquement, en 22 s 21 (+ 1,9 m/s)[22].

 
Florence Griffith-Joyner, actuelle détentrice du record du monde du 200 m.

L'Est-allemande Marita Koch améliore de 15/100e le record du monde du 200 m d'Irena Szewińska en parcourant la distance en 22 s 06 le à Erfurt, record qu'elle porte à 22 s 02 le à Leipzig. Le , elle signe le temps 21 s 71 à Chemnitz et retranche près de 3/10e de seconde à son propre record du monde, devenant à cette occasion la première athlète féminine à descendre sous les vingt-deux secondes[23].

Marita Koch égale son propre record du monde le à Potsdam, tout comme sa compatriote Heike Drechsler qui réalise à deux reprises en 1986 le temps de 21 s 71, une première fois le à Iéna, et une seconde fois le à Stuttgart en finale des championnats d'Europe[23].

Le , lors des Jeux olympiques de Séoul, l'Américaine Florence Griffith-Joyner, déjà détentrice du record du monde du 100 m, établit le nouveau record mondial du 200 m en remportant sa demi-finale dans le temps de 21 s 56 (+ 1,7 m/s). Plus tard dans la soirée, lors de la finale, elle améliore ce record de 22/100e en devenant championne olympique en 21 s 34 (+ 1,3 m/s)[24].

ProgressionModifier

26 records du monde féminins ont été homologués par la FSFI et l'IAAF.

Évolution du record du monde féminin[25]
Temps Vent
(m/s)
Athlète Lieu Date
Chronométrage manuel
27 s 8+   Alice Cast Paris 20/04/1922
26 s 8 y[13]   Mary Lines Waddon 23/09/1922
26 s 2 y[13]   Eileen Edwards Londres 20/08/1924
26 s 0   Eileen Edwards Paris 03/10/1926
25 s 4   Eileen Edwards Berlin 12/06/1927
25 s 4   Tollien Schuurman Bruxelles 13/08/1933
23 s 6   Stanisława Walasiewicz Varsovie 04/08/1935
23 s 6[26]   Marjorie Jackson Helsinki 25/07/1952
23 s 4[27]   Marjorie Jackson Helsinki 25/07/1952
23 s 2   Betty Cuthbert Sydney 16/09/1956
23 s 2 y[13]   Betty Cuthbert Hobart 07/03/1960
22 s 9 +1,4   Wilma Rudolph Corpus Christi 09/07/1960
22 s 9 y[13] 0,0   Margaret Burvill Perth 22/02/1964
22 s 7 +0,8   Irena Szewińska Varsovie 08/08/1965
22 s 5[28] +2,0   Irena Szewińska Mexico 18/10/1968
22 s 4[29] +0,8   Chi Cheng Munich 12/07/1970
22 s 4[30] +1,1   Renate Stecher Munich 07/09/1972
22 s 1[31] +1,6   Renate Stecher Dresde 21/07/1973
22 s 1[32] +1,9   Irena Szewińska Potsdam 13/06/1974
Chronométrage électronique
22 s 21 +1,9   Irena Szewińska Potsdam 13/06/1974
22 s 06 +1,2   Marita Koch Erfurt 28/05/1978
22 s 02 -1,4   Marita Koch Leipzig 03/06/1979
21 s 71 +0,7   Marita Koch Chemnitz 10/06/1979
21 s 71 +0,3   Marita Koch Potsdam 21/07/1984
21 s 71 +1,9   Heike Drechsler Iéna 29/06/1986
21 s 71 -0,8   Heike Drechsler Stuttgart 29/08/1986
21 s 56 +1,7   Florence Griffith-Joyner Séoul 29/09/1988
21 s 34 +1,3   Florence Griffith-Joyner Séoul 29/09/1988

Records du monde en salleModifier

HommesModifier

3 records du monde en salle masculin du 200 m ont été homologués par l'IAAF.

Progression du record du monde masculin en salle[33]
Temps Athlète Date Lieu
20 s 36   Bruno Marie-Rose Liévin
20 s 25   Linford Christie Liévin
19 s 92   Frank Fredericks Liévin

FemmesModifier

4 records du monde en salle féminin du 200 m ont été homologués par l'IAAF.

Progression du record du monde féminin en salle[34]
Temps Athlète Date Lieu
22 s 27   Heike Drechsler Indianapolis
22 s 24   Merlene Ottey Sindelfingen
22 s 24   Merlene Ottey Séville
21 s 87   Merlene Ottey Liévin

Autres catégories d'âgeModifier

Les records du monde juniors du 200 m sont actuellement détenus par le Jamaïcain Usain Bolt, auteur de 19 s 93 le à Hamilton lors des Jeux de la CARIFTA, et par l'Américaine Allyson Felix, créditée de 22 s 18 le à Athènes en finale des Jeux olympiques[35]. Les records du monde juniors en salle sont détenus par les Américains Walter Dix chez les hommes en 20 s 37 (2005) et Bianca Knight chez les femmes en 22 s 40 (2008).

Les meilleures performances mondiales cadets sont la propriété de Usain Bolt (20 s 13 le à Bridgetown) et de l'Américaine Candace Hill (22 s 43 le à Cali)[36].

Hommes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior   Usain Bolt 19 s 93 Hamilton
Record du monde junior en salle   Walter Dix 20 s 37 Fayetteville
Meilleure performance mondiale cadet   Usain Bolt 20 s 13 Bridgetown
Femmes
Record Athlète Temps Date Lieu
Record du monde junior   Allyson Felix 22 s 18 Athènes
Record du monde junior en salle   Bianca Knight 22 s 40 Fayetteville
Meilleure performance mondiale cadet   Candace Hill 22 s 43 Cali

Notes et référencesModifier

  1. (en)« Records du monde du 200 m », sur iaaf.org (consulté le 17 décembre 2011)
  2. Parienté et Billouin 2003, p. 118.
  3. (en) « Athletics at the 1956 Melbourne Summer Games:Men's 200 metres », sur sports-reference.com (consulté le 15 février 2016)
  4. Parienté et Billouin 2003, p. 120.
  5. Chronométré en 20 s 65
  6. Chronométré en 20 s 62
  7. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 125.
  8. Parienté et Billouin 2003, p. 126.
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 130.
  10. (en) « Bolt claims 200 m gold with record », sur BBC Sport,
  11. « Usain Bolt établit un nouveau record du monde du 200 m », sur Le Monde.fr,
  12. [PDF] Progression du record du monde du 200 m masculin, www.iaaf.org, p.624, consulté le 3 février 2016
  13. a b c d e f g h i j et k "y" : 220 yards
  14. Chronométré à 20 s 75
  15. Chronométré à 20 s 65
  16. Chronométré à 20 s 62
  17. Chronométré à 19 s 83
  18. a b c et d "A" : Temps établi en altitude
  19. Chronométré à 19 s 86
  20. Parienté et Billouin 2003, p. 877.
  21. Parienté et Billouin 2003, p. 881.
  22. Parienté et Billouin 2003, p. 884.
  23. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 886.
  24. (en) « 200 Metres women - All time », sur iaaf.org (consulté le 16 février 2016)
  25. [PDF] Progression du record du monde du 200 m féminin, www.iaaf.org, p.749 et 750, consulté le 3 février 2016
  26. 23 s 74 au chronométrage électronique
  27. 23 s 59 au chronométrage électronique
  28. 22 s 58 au chronométrage électronique
  29. 22 s 62 au chronométrage électronique
  30. 22 s 40 au chronométrage électronique
  31. 22 s 38 au chronométrage électronique
  32. 22 s 21 au chronométrage électronique
  33. [PDF] Progression du record du monde masculin en salle du 200 m, www.iaaf.org, p.292, consulté le 11 février 2016
  34. [PDF] Progression du record du monde féminin en salle du 200 m, www.iaaf.org, p.338, consulté le 11 février 2016
  35. (en) « Records du monde juniors d'athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)
  36. (en) « Meilleures performances mondiales cadets en athlétisme », sur iaaf.org (consulté le 2 février 2016)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Liens externesModifier