Rayhana bint Zayd

épouse de Mahomet

Rayhana bint Zayd (en arabe : ريحانة بنت زيد) est une femme juive de la tribu Banu Nadir. Esclave de Mahomet, elle serait devenue son épouse selon certains historiens. Elle vénérée comme telle par les musulmans qui la considèrent comme l'une des Ummahaatu'l-Mu'mineen, ou Mères des fidèles — les épouses de Mahomet.

Rayhana bint Zayd ibn ʿAmr
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Conjoint
Mahomet (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Statut
Esclave (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

BiographieModifier

Rayhana bint Zayd est, à l'origine, membre de la tribu des Banu Nadir. Elle est mariée à Abdulhakem, un homme des Banu Qurayza. Les Banu Qurayza sont vaincus par les armées de Mahomet en 627 (an 5 de l'Hégire)[1],[2]. Les hommes ont été tués, les femmes et les enfants faits prisonniers.[réf. nécessaire]

Selon Ibn Ishaq, Mahomet choisit Rayhana comme esclave de guerre (jariya) et lui propose de l'épouser[3]. « L’Apôtre lui proposa le mariage et de mettre un voile sur elle, mais elle dit : « Non, laisse-moi en ton pouvoir, parce que cela sera plus simple pour toi et pour moi. »  Alors, il la laissa dans cette situation ». Rayhana reste attachée au judaïsme. Cependant, après un certain temps, elle décide de se convertir à l'islam. Mahomet peut alors l'affranchir et l'épouser[4].

Ibn Sa'd écrit, en citant Waqidi, qu'elle a été affranchie et épousée plus tard par Mahomet[5]. Selon Al-Halabi, Mahomet l'a épousée et offert une dot. Ibn Hajar cite une description tirée de l'Histoire de Médine de Muhammad Ibn al-Hassam, de la maison que Mahomet a donnée à Rayhana après leur mariage[6].

Dans une autre version, Hafiz Ibn Minda écrit que Mahomet a libéré Rayhana et qu'elle est retournée vivre avec son propre peuple. Cette version est également soutenue comme la plus probable par le savant musulman du XIXe siècle, Shibli Nomani[7].

Comme pour Maria al-Qibtiyya, une autres esclave, on ne sait donc pas avec certitude si Rayhana bint Zayd est une esclave, une concubine ou une épouse officielle de Mahomet[8],[9],[10],[11].

Cependant, la position la plus acceptée parmi les musulmans est que le prophète l'a affranchie et épousée[12].

Rayhana bint Zayd est morte jeune en et a été enterrée au cimetière de Jannat al-Baqi[13].

Notes et référencesModifier

  1. Ibn Hisham fait le récit suivant, dans « Sirat Rassoul Allah » « Le Prophète [Mahomet] recommanda à ses compagnons : Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le. Le Prophète [Mahomet] ordonna de faire descendre de leurs fortins les Bani Quraydha et de les enfermer dans la maison de Bint al-Hârith. Il alla ensuite sur la place du marché de Médine et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Bani Qurayza par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés. Ils étaient six à sept cents hommes. On dit huit cents et même neuf cents. Le Prophète (Mahomet) ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale. Le Prophète (Mahomet) fit ensuite le partage des femmes, des enfants et des biens des Bani Qurayza [tribu juive de Médine] entre les musulmans. Le Prophète [Mahomet] envoya dans la région de Najd (en Arabie) une partie des captives juives des Qurayza en échange desquelles il acheta des chevaux et des armes. Parmi les captives des Bani Qurayzaa, le Prophète [Mahomet] avait choisi pour lui-même (pour son plaisir) une femme appelée Rayhâna, qui resta chez lui, en sa possession, jusqu’à sa mort. » Cité par https://iqri.org/esclavage-sexuel-quen-disent-le-coran-et-mahomet/#_edn5 et http://www.faithfreedom.org/Articles/sira/18.htm
  2. Sourate 33.26-27
  3. Ibn S’ad, VII, 131
  4. Ibn Ishaq
  5. Ibn Sa'd, Tabaqat, vol VIII, pg. 92–3 p.
  6. Ibn Hajar, Al Isaba Fi Tamyiz Al Sahaba, Vol. IV, p. 309.
  7. Nomani, Shibli (1979). The Life of the Prophet. Vol. II, pg. 125–6
  8. In Search of Muhammad, reprint, (ISBN 9780304704019, lire en ligne), 251
  9. Fred James Hill et Nicholas Awde, A History of the Islamic World, illustrated, (ISBN 9780781810159, lire en ligne), 24
  10. Jerome A. Winer, The Annual of Psychoanalysis, V. 31: Psychoanalysis and History, Routledge, (ISBN 9781134911820), p. 216
  11. David S. Powers, Muhammad Is Not the Father of Any of Your Men: The Making of the Last Prophet, University of Pennsylvania Press, (ISBN 9780812205572), p. 8
  12. Mothers of the Faithful, by eShaykh
  13. Nur al-Din al-Halabi, Sirat-i-Halbiyyah, Uttar Pradesh, Idarah Qasmiyyah Deoband, vol 2, part 12, pg. 90 p. Translated by Muhammad Aslam Qasmi.