Route territoriale 40

route territoriale en Corse, France
(Redirigé depuis RT 40)

Route territoriale 40
Cartouche de la route
Historique
Classement 1836 (en tant que RN 196)
2014 (en tant que RT 40)
Déclassement 2014 : déclassement de la RN 196 en RT 40
Caractéristiques
Longueur 124 km
Direction nord-ouest / sud-est
Extrémité nord-ouest Ajaccio
Intersections T 22 à Ajaccio
D69 à Sartène
T 10 à Bonifacio
Extrémité sud-est Bonifacio
Réseau Route nationale
Territoire traversé
1 région Corse
1 département Corse-du-Sud
Villes principales Ajaccio, Propriano, Sartène, Bonifacio

La route territoriale 40, ou RT 40, est une route territoriale française reliant Ajaccio à Bonifacio depuis l'automne 2014, en remplacement de la route nationale 196, dans le cadre du schéma directeur des routes territoriales de Corse 2011-2021[1],[2].

La route fait partie de la route du bord de mer corse.

HistoireModifier

La route nationale 196, classée par la loi du [3], a été construite entre 1837 et 1845[4].

ItinéraireModifier

Voir le tracé de la RT 40 sur GoogleMaps
 
Construction du nouveau pont d'Abra (2007) ; ce pont est en service depuis 2008

D'Ajaccio à OlmetoModifier

D'Olmeto à BonifacioModifier

  • Olmeto (km 53)
  • Propriano (traversée par la RT 402) (km 62)
  • Col de Santa-Giulia (80 m)
  • Pont de Rena Bianca
  • Sartène (km 74)
  • Bocca Albitrina (290 m)
  • Orasi, commune de Sartène (km 75)
  • Pont d'Ortolo (40 m)
  • Roccapina, commune de Sartène (km 76)
  • Pianottoli-Caldarello (km 106)
  • Pont de Figari
  • Bocca di a Testa (68 m)
  • Bocca d'Arbia (127 m)
  • Col de Foce di Lera (90 m)
  • Bonifacio (km 128)

RéférencesModifier

  1. Schéma directeur des routes territoriales de Corse 2011-2021 sur corse.fr
  2. RT 40 sur corse.fr
  3. Loi portant que les routes de la Corse y désignées sont déclarées routes royales, Bulletin des lois du Royaume de France, IXe série, Tome 12. [lire en ligne]
  4. Ciccolini Félix - Le réseau routier de la Corse au XIXe siècle in Atlas ethno-historique de la Corse - la cartographie comme moyen d'expression de la variation culturelle - Rapport final à la mission du patrimoine ethnologique