Petreto-Bicchisano

commune française du département de la Corse-du-Sud

Petreto-Bicchisano
Petreto-Bicchisano
Vue partielle de Petreto-Bicchisano.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Intercommunalité Communauté de communes du Sartenais-Valinco
Maire
Mandat
Jacques Nicolaï
2020-2026
Code postal 20140
Code commune 2A211
Démographie
Gentilé Piétrolais, Bicchisanais
Population
municipale
564 hab. (2018 en augmentation de 1,26 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 47′ 03″ nord, 8° 58′ 51″ est
Altitude 550 m
Min. 38 m
Max. 1 397 m
Superficie 39,27 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Ajaccio
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Taravo-Ornano
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Petreto-Bicchisano
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Petreto-Bicchisano
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Petreto-Bicchisano
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Petreto-Bicchisano

Petreto-Bicchisano (prononcé [pi.ˈtreː.tɛ bi.ki.ˈʒa]) est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle s'articule autour des deux villages de Petreto et Bicchisano, au cœur de la piève d'Istria.

GéographieModifier

Le bourg est constitué de zones d'habitat (2 anciens villages) : Petreto (le plus en hauteur, sur la route départementale D 420) et Bicchisano (le long de la route nationale N 196).

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Petreto-Bicchisano est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ajaccio, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

HistoireModifier

 
Bicchisano au début du XXe siècle
  • 1914-1918 : Selon la plaque apposée à l'intérieur de l'église, contre le mur Nord, entre les statues de Saint Nicolas et de Jeanne d'Arc, 18 hommes de Bicchisano tombèrent lors de la Première Guerre mondiale. Parmi eux, on note 2 porteurs du patronyme Bartoli.
  •  : le DC-9-81 de la compagnie yougoslave Inex-Adria Aviopromet s'écrase dans la montagne environnante. Selon le témoignage d'un jeune militaire ayant participé alors aux recherches infructueuses de survivants, il pleuvait, il y avait du brouillard, et l'équipement radar de l'appareil aurait été en panne.
 
Des Super Frelon furent engagés.

Les militaires de l'Aéronavale, casernés à Ajaccio, sont arrivés sur zone dans l'après-midi. Le crash avait créé comme un no man's land, dans lequel les parties disloquées de l'avion et les corps des victimes, parfois fort mutilés, étaient parsemés sur environ 5 km. À l'horreur de la scène s'ajouta pour les sauveteurs, lors de leur première nuit de bivouac, la pensée terrifiante que les porcs sauvages qu'ils entendaient pouvaient mettre à leur menu des débris humains dispersés. La section recherche resta sur zone une dizaine de jours. Les débris de l'appareil furent transportés par les Super Frelons de la Marine dans des hangars, pour être expédiés en Yougoslavie pour expertises techniques. Les militaires intervenus sur le site reçurent en récompense une médaille de la Yougoslavie. Les personnels des pompiers et de la protection civile se rendirent également sur place pour récupérer les restes des passagers. Des médecins légistes corses et yougoslaves procédérent aux autopsies avec l'assistance des inspecteurs du Service Régional de Police Judiciaire de Corse qui furent chargés de leur identification ainsi que de celle des divers objets leur ayant appartenu.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1943
(démission d'office)[6]
Joseph Lambicchi ?  
2001 2008 Toussaint Fieschi UMP  
2008 En cours Jacques Antoine Nicolaï[7] SE Retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 564 habitants[Note 3], en augmentation de 1,26 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
684625729741758788861859866
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
9088391 0251 0571 1141 1391 1631 3601 540
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 5791 5611 5161 6071 5721 6051 5231 514788
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
747659643585549559563553564
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Monument élevé à la mémoire du général Jean-Toussaint Fieschi
  • Église paroissiale Saint-Nicolas de Petreto, datée de la seconde moitié du XIXe siècle
  • Église paroissiale de l'Annonciation de Bicchisano, achevée en 1906
  • Couvent Saint-François d'Istria, haut-lieu de l'histoire locale à l'époque de la Corse indépendante. Il fut notamment dès 1764 le siège d'une « junte de guerre », instance judiciaire temporaire instaurée par Pascal Paoli en temps de crise pour sévir contre traîtres au régime et bandits, qui disposait des pleins pouvoirs sur les biens et la vie des citoyens. Cette junte rendait une justice expéditive dans les pievi d'Ornano, d'Istria, de Talavo et de Viggiano.
  • Ancienne église de l'Annonciation de Bicchisano détruite dans les années 1950, dont subsiste le clocher au cœur du village
  • Disque de pierre gravée, apposé à environ 1 m de hauteur sur le côté de l'église de Bicchisano, à la mémoire des plus de 180 victimes du crash aérien du .

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 9 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 9 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le 9 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 9 avril 2021).
  6. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96422295/f6.item.r=canton.zoom
  7. Préfecture de Corse, Liste des élus de Corse, consultée le 12 septembre 2010
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier