Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Résistance.
Résistance

Genre mini-série
Création Dan Franck
Production Ilan Goldman
Acteurs principaux Pauline Burlet
Tom Hudson
César Domboy
Musique Thierry Westermeyer
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine TF1
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 52 minutes
Diff. originale
Site web tf1.fr/resistance

Résistance est une mini-série française en six épisodes de 52 minutes, créée par Dan Franck et diffusée entre le et le sur le réseau TF1. La série a été nommée aux Globes de cristal en 2015 dans la catégorie du meilleur téléfilm-série télévisée. Elle est diffusée depuis août 2015 au Royaume-Uni sur More4 (télévision numérique terrestre), chaîne du groupe Channel 4.

La série est inspirée de faits réels de l'histoire de la Résistance française sous l'Occupation : le Groupe du musée de l'Homme, le procès de la Maison de la Chimie, le mouvement Combat...

Sommaire

SynopsisModifier

Paris en 1940, la jeune Lili a dix-sept ans et rejoint les résistants du Groupe du musée de l'Homme.

DistributionModifier

Acteurs principauxModifier

Acteurs récurrentsModifier

Fiche techniqueModifier

ProductionModifier

DéveloppementModifier

Le Parisien annonce, en , la préparation d'une mini-série de six épisodes de 52 minutes sur le thème de la Résistance dans le but de la diffuser sur TF1 à l'occasion du 70e anniversaire de la libération de Paris et que le scénario est de Dan Franck, le créateur de cette série produite par Légende Films[4].

Ce projet remonte en 2006 où le producteur Alain Goldman partage son idée sur la Résistance des jeunes à la télévision avec l'écrivain Dan Franck, qui connait « bien la période pour avoir écrit des livres et un téléfilm sur Jean Moulin », et lui demande de se pencher là-dessus[1].

France Télévisions ne peut pas se la lancer à cause de la série similaire Un village français qui doit être diffusée sur France 3. Alors qu'elle ne possède aucune série historique, le producteur de Légende Films pense au groupe TF1 qui s'intéresse si fait que, plus tard, Gaumont Télévision et Légende Films en font partie. Malheureusement, avec douze épisodes de 52 minutes, entièrement écrits par l'écrivain Dan Franck dans « une liberté totale », c'est énormément onéreux pour cette société : TF1 décide de tout arrêter au bout d'un an. Déterminé, le producteur convainc le patron de la chaîne Nonce Paolini et finit par réussir avec une condition de réduire les coûts : « Ce projet était en péril. Tout le monde a fait des efforts pour qu’il puisse aboutir. Dans l’idéal, il en aurait fallu huit. J’ai dû couper pas mal de choses, dont des scènes dans le maquis », raconta-t-il[5].

Le scénariste, cet écrivain, réécrit alors le scénario plus serré possible en quelques mois, « jour et nuit », qu'il termine, en , les « six épisodes [qui] courent de 1940 à 1944. [Lui] qui suis d’habitude très politique, [il] n’[a] pas mis de politique dans [son] écriture. [Son] but est surtout de montrer le courage de ces jeunes », expliqua-t-il[5].

AuditionsModifier

L'ayant rencontrée maintes fois sur les plateaux de La Môme d'Olivier Dahan, le producteur Alain Goldman confie le rôle principal de Lili à l'actrice belge Pauline Burlet[6]. Quant au père de ce personnage, il est joué par Richard Berry[7]. Ce dernier personnage est sous l'inspiration de Jean-Pierre Lévy, le chef du mouvement Franc-Tireur[1].

Après l'avoir découvert dans la série franco-allemande Borgia, César Domboy interprète René dit « le Gosse » — ce personnage est inspiré de la vie de René Sénéchal, un jeune comptable du Nord[1] — et l'explique que « sur le papier son exécution était romantique, mais quand [il] l'[a] jouée, c'était vraiment affreux », tout comme Tom Hudson ayant été séduit par son personnage Jeannot[8] — inspiré de Jean Frydman, ami de Dan Franck, qui jadis était un très jeune résistant de quinze ans[1].

À l'origine prévue pour Isabelle Adjani qui se voit obligée de l'abandonner pour des raisons de santé[9], la production confie le rôle de la comtesse à Fanny Ardant, un personnage torturé par Klaus Barbie[10],[11] et qui a réellement existé sous le nom de la comtesse de La Bourdonnais[1].

Isabelle Nanty joue Paulette, une gérante d'une maison close en plein Paris.

Pascale Arbillot est Berty Albrecht, ou Victoria de son nom de résistante en tant qu'éditrice de journaux clandestins en pleine nuit[12].

TournageModifier

L'action de la mini-série se déroule à Paris et à Lyon[13].

Le tournage débute le pour l'achever le [5]. L'équipe de la production se déplace, en fin , à Bordeaux pour filmer les scènes dans les décors de la place de la Bourse[11], avant de se rendre à Béthune, à Libourne d'où l'ancienne école de sous-officiers de la gendarmerie se transforme en un tribunal militaire allemand et la salle des mariages de l'hôtel de Ville, en siège de la Gestapo au début de [14], à Paris et à Cormeilles-en-Parisis pour le fort[15]. La ville de Bordeaux et sa région ne font pas partie du déroulement de la série, mais étant donné que l'hôtellerie y est moins onéreuse, la ville a été préférée à Paris. Le réalisateur, Miguel Courtois, explique qu'ils ont « choisi ces lieux de tournage car les bâtiments et les rues sont relativement préservés par la modernité. Dans d'autres régions de France, il y a beaucoup trop de détails anachroniques et cela [leur] coûterait très cher en décoration »[13]. Le dernier tournage a lieu à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, fin , au château de Vaugien[5].

Plus de trois mois de tournage pour un budget de 8 500 000 d'euros, ce projet nécessite 100 décors, 200 sous-décors et 1 500/2 000 figurants pour l'ensemble de cette mini-série[2],[6].

ÉpisodesModifier

No. Titre Réalisation Scénario Diffusion en France
1Épisode 1David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck19 mai 2014 (2014-05-19)

Paris, en plein . La jeune Lili, dix-sept ans, rejoint le groupe du musée de l'Homme, l'un des premiers mouvements de résistance parisien, que dirige l'ethnologue Boris Vildé, et y rencontre Jeannot, puis les frères André et Bernard Kirschen avec qui elle va s'engager dans le combat avant de croiser le Gosse chez la comtesse… 

2Épisode 2David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck19 mai 2014 (2014-05-19)

Lili et le groupe du musée de l'Homme impriment le second numéro de Résistance dans un atelier d'un aéroport. La Gestapo y surgit et les arrête sous les yeux de Lili et le Gosse. Ces derniers rejoignent leur chef Boris Vildé et pensent que leurs amis ont été trahis par un des leurs. Ils vont devoir démasquer le traître… 

3Épisode 3David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck26 mai 2014 (2014-05-26)

Paris, en 1941. Alors que Boris Vildé, le Gosse et les membres du groupe du musée de l’Homme sont capturés par la Gestapo, ils attendent leur procès. Lili rejoint les Bataillons de la Jeunesse, nom donné aux groupes de jeunes communistes par un jeune homme de vingt-et-un ans surnommé Frédo. Ensemble, ils se forment pour venger leurs morts. Frédo et ses camarades assassinent plusieurs soldats allemands. 

4Épisode 4David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck26 mai 2014 (2014-05-26)

Lili est ravagée : Boris Vildé, le Gosse et quelques membres du réseau alors condamnés par un tribunal allemand sont fusillés. Exilée à Lyon, elle rencontre de nouveaux camarades et une Résistance moins violente et, une fois intégrée à ce Combat, elle transporte des journaux clandestins entre Lyon et Paris où elle lutte toujours avec les Bataillons de la Jeunesse. Plus elle multiplie les faits d’armes héroïques, plus elle réprime de pire en pire. Tombés dans la gueule du loup, ses frères d’armes, y compris André Kirschen, leur procès est annoncé par la radio qu'écoute Lili en attendant le verdict. 

5Épisode 5David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck2 juin 2014 (2014-06-02)

Alors que Bernard Kirschen est fusillé et André Kirschen déporté, Lili retourne à Lyon. Sur place, elle code des messages à destination de Londres et organise l'évasion de son amie Victoria, grande résistante du réseau Combat. Elle parvient aussi à identifier le traitre responsable de l'arrestation de ses amis avant d'être, à son tour, arrêtée par la Gestapo. 

6Épisode 6David Delrieux et Miguel CourtoisDan Franck2 juin 2014 (2014-06-02)

Lili parvient à s'évader. Elle quitte Lyon et se rend à Paris, où elle apprend qu'une opération se prépare. L'objectif est de libérer un chef de la Résistance qui n'est autre que son propre père. Les Alliés débarquent en Normandie et les jeunes combattants réunis à Paris livrent leurs derniers assauts. 

Univers de la sérieModifier

Chaque personnage dans cette mini-série est réel ou inspiré pendant la Seconde Guerre mondiale.

Personnages réelsModifier

Personnages inspirésModifier

AccueilModifier

AudiencesModifier

Les trois premiers épisodes ont été projetés en avant-première en fin au Festival Séries Mania à Paris[18]. Les deux premiers épisodes ont été diffusés le sur RTS Un en Suisse[3] avant d'être diffusés en France.

Sur TF1 débutent « timidement »[19] les deux premiers épisodes de la série en première partie de soirée du , en réunissant 5 200 000 téléspectateurs en moyenne, soit 22,8 % de part de marché : la chaîne est en tête des audiences. Derrière la mini-série historique se trouvent un nouvel épisode inédit de la troisième saison de la série américaine Rizzoli et Isles qui rassemble moyennement 4 800 000 téléspectateurs, soit 18,9 % du public et l'émission culinaire Cauchemar en cuisine avec Philippe Etchebest, regardée par 3 700 000 téléspectateurs[20],[21].

La semaine suivante, c'est-à-dire le , l'audience de la série baisse en accueillant 3 970 000 téléspectateurs, soit 14.7 % de part d'audience, battue par l'émission L'amour est dans le pré sur M6 avec 5 458 000 fanatiques, soit 22.0 % de part d'audience et Rizzoli et Isles sur France 2, 4 622 000 habitués, soit une part d'audience de 16.9 %[22].

Les deux derniers épisodes, diffusés le , n'ont été vus que par 3 550 000 téléspectateurs en moyenne, soit une part d’audience moyenne de 15 %[23].

TF1 ne commandera pas de deuxième saison[réf. nécessaire].

Accueil critiqueModifier

Résistance

Score cumulé
SiteNote
Allociné [24]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Direct Matin [24]
Le Figaro [24]
Le Parisien [24]
Télé Loisirs [24]
DailyMars [24]
Metronews [24]
Télérama [24]
Télé 7 jours [24]

Avant la diffusion de la première partie de soirée, Le Figaro TV partage son avis : « une série de prestige, écrite par Dan Franck pour le 70e anniversaire de la Libération. Gros budget, grands comédiens, sujet magnifique »[25], tout comme Sylvain Merle du Parisien : « un récit passionnant signé Dan Franck, qui s'est appuyé sur des histoires vraies »[26].

Par contre, Samuel Douhaire du Télérama a su expliquer « pour les spectateurs habitués à la subtilité du traitement historique dans Un village français, cette succession d'aventures spectaculaires (fussent-elles authentiques) pourra sembler un poil manichéenne — conséquence du choix du producteur de ne pas aborder la dimension politique, et notamment les rivalités entre les réseaux de résistants. Mais l'ampleur chorale du récit, inattendue pour une fiction diffusée sur TF1, l'efficacité des scènes d'action et le charme des jeunes comédiens, la très convaincante Pauline Burlet en tête, rendent cette Résistance plutôt séduisante »[27]. Frédéric Lohézic du Télé 7 jours prévient également que, « par rapport à Un village français, cette fiction se focalise sur ces jeunes de toutes conditions au service de la liberté. Instructif et émouvant »[28].

Le site AlloCiné lui attribue une note moyenne de 3,1/5 pour 49 notes dont 13 critiques en huit jours[29].

DistinctionsModifier

Produits dérivésModifier

Sorties en DVD et disque Blu-rayModifier

Les DVD et Blu-ray sortent le en France.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j Marion Olité, « Dan Franck : « Nous n'avons pas choisi un angle politique » », sur Télé Loisirs, (consulté le 19 mai 2014)
  2. a et b Laurent Marsick, « « Résistance », nouvelle série de TF1, s'intéresse aux jeunes sous l'Occupation allemande », sur RTL, (consulté le 19 mai 2014)
  3. a et b Anonyme, « Résistance », sur RTS Un, (consulté le 27 mai 2014)
  4. Anonyme, « TF1 prépare une série sur la Résistance », sur Le Parisien, (consulté le 19 mai 2014)
  5. a b c et d Alain Constant, « Une jeunesse engagée », sur Le Monde, (consulté le 19 mai 2014)
  6. a et b Céline Fion, « Lili fait de la Résistance », sur L'Avenir, (consulté le 19 mai 2014)
  7. Florian Duverger, « TF1 : Richard Berry rejoint Isabelle Adjani dans la nouvelle série « Résistance » », sur Ozap, (consulté le 19 mai 2014)
  8. Élisabeth Perrin, « TF1 rend hommage à la jeune Résistance française », sur Le Figaro, (consulté le 19 mai 2014)
  9. Anonyme, « Adjani renonce à la série de TF1 sur la Résistance «pour raisons de santé» », sur Le Parisien, (consulté le 19 mai 2014)
  10. Sonia Ouadhi, « Fanny Ardant remplace Isabelle Adjani dans la série de TF1, « Résistance » », sur Metronews, (consulté le 19 mai 2014)
  11. a et b Anonyme, « « Résistance » : les images du tournage du téléfilm dans Bordeaux », sur Sud Ouest, (consulté le 19 mai 2014)
  12. a et b Éric Mandel, « Une jeunesse en pleine Résistance », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 25 mai 2014)
  13. a et b Maxime Tellier, « Le Sud-Ouest attire les équipes de tournage », sur France Bleu Gironde, (consulté le 20 mai 2014)
  14. Anonyme, « Libourne : tournage de la série « Résistances » avec Fanny Ardant », sur Sud Ouest, (consulté le 19 mai 2014)
  15. Anonyme, « La série « Résistances », diffusée sur TF1 au printemps prochain, en tournage à Cormeilles-en-Parisis », sur La Gazette, (consulté le 19 mai 2014)
  16. Anonyme, « Robert Debré refusa de porter l'étoile jaune », sur La face cachée de l'étoile jaune, (consulté le 27 mai 2014)
  17. Anonyme, « Sylvette Leleu, une des premières résistantes béthunoises », sur La Voix du Nord, (consulté le 27 mai 2014)
  18. Karin Tshidimba, « Les séries sont sur le pied de guerre », sur La Libre, (consulté le 19 mai 2014)
  19. Anonyme, « Audiences : « Résistance » démarre timidement, France 2 et M6 en forme, TMC au million », sur Ozap, (consulté le 20 mai 2014)
  20. Anonyme, « Audiences TV : « Résistance » démarre bien sur "TF1", « Rizzoli & Isles » toujours en forme », sur RTL, (consulté le 20 mai 2014)
  21. Anonyme, « Audiences TV : très bon lancement pour la série « Résistance » sur TF1 avec 5,5 millions de téléspectateurs », sur Première, (consulté le 20 mai 2014)
  22. Anonyme, « Audiences TV : retour fracassant pour « L'amour est dans le pré » », sur Première, (consulté le 27 mai 2014)
  23. Alexandre Raveleau, « Sur TF1, « Résistance » s’achève dans l’indifférence quasi générale », sur Toute la télé, (consulté le 4 juin 2014)
  24. a b c d e f g h et i Anonyme, « « Résistance » : Critique presse », sur AlloCiné, (consulté le 24 mai 2014)
  25. Anonyme, « Résistance », sur Le Figaro, (consulté le 20 mai 2014)
  26. Sylvain Merle, « Enfants... et résistants », sur Le Parisien, (consulté le 20 mai 2014)
  27. Samuel Douhaire, « La critique de la « Résistance » », sur Télérama, (consulté le 20 mai 2014)
  28. Frédéric Lohézic, « « Résistance », la critique du Télé 7 jours », sur Télé 7 jours, (consulté le 20 mai 2014)
  29. Anonyme, « « Résistance » : Critique », sur AlloCiné, (consulté le 27 mai 2014)

Voir aussiModifier