Ouvrir le menu principal

Quand tu liras cette lettre

film sorti en 1953
Quand tu liras cette lettre
Réalisation Jean-Pierre Melville
Scénario Jacques Deval
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 104 min
Sortie 1953

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Quand tu liras cette lettre est un film franco-italien réalisé par Jean-Pierre Melville, sorti en 1953.

SynopsisModifier

Les parents de Thérèse et Denise Voise viennent de mourir, et Thérèse annule son entrée imminente au couvent pour s’occuper de sa sœur cadette. Max, jeune garagiste et séducteur impénitent, abuse de Denise qui tente ensuite de mettre fin à ses jours. En réparation, Thérèse demande alors à Max d’épouser Denise. Il fait semblant d’accepter avec le dessein de séduire Thérèse à son tour. Celle-ci, sensible à son charme, discerne néanmoins ses tortueux objectifs et, fidèle à son engagement religieux, va se mettre en devoir de sauver cette âme en perdition. Elle ne pourra pas contrarier le Destin qui frappera mortellement Max alors qu’il tentait de s'enfuir avec une somme d’argent subtilisée à Denise...

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Commentaire de Juliette Gréco : « Jean-Pierre Melville offrira à Jujube le rôle féminin principal dans Quand tu liras cette lettre. Philippe Lemaire, l'idole des femmes jeunes et moins jeunes, sera son partenaire. D'abord, Jujube portera l'habit de religieuse pour les besoins du scénario et se réjouira fortement et secrètement de la chose. Le film recevra un bon accueil, sans plus. Mais Jujube a profité de chaque instant passé avec Melville qu'elle adore et admire. Elle épousera à cette occasion le père de sa fille, le blond, ravissant, rieur Philippe Lemaire. Le très bon comédien trop beau[1]. »
  • Commentaire de Michel Grisolia et Françoise Mallet-Joris : « Quand tu liras cette lettre, mélodrame réaliste de Jean-Pierre Melville, est destiné à prouver que l'auteur du Silence de la mer et des Enfants terribles adaptés d'après Jean Cocteau peut être un cinéaste commercial, un homme du spectacle[2] . »
  • Commentaire de Jean-Pierre Melville : « D'un scénario très beau, de Jacques Deval, j'ai fait un film qui aurait tout aussi bien pu être signé par n'importe lequel des réalisateurs français de cette époque-là. [...] J'aime bien Philippe Lemaire et certains moments de Gréco en religieuse[2]. »

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jujube, mémoires par Juliette Gréco, Éditions Stock, Paris, 1982, (ISBN 2-234-00816-6).
  2. a et b In Juliette Gréco par Michel Grisolia et Françoise Mallet-Joris, Collection Poésie et Chansons, Éditions Seghers, Paris, 1975.