Président de la Chambre des communes du Canada

Modérateur des débats parlementaires à la chambre basse du Parlement du Canada

Président de la Chambre des communes du Canada
Image illustrative de l’article Président de la Chambre des communes du Canada
Insigne de la Chambre des communes du Canada.

Image illustrative de l’article Président de la Chambre des communes du Canada
Titulaire actuel
Anthony Rota
depuis le
(10 mois et 13 jours)

Création 1867
Titre L'honorable
Premier titulaire James Cockburn
Rémunération 264 400 $ CA annuellement[1]
Site internet Chambre des communes du Canada

Au Canada, le président de la Chambre des communes (anglais : Speaker of the House of Commons) est l'officier qui préside dans la chambre basse du Parlement du Canada et est élu par les députés de la Chambre au commencement de chaque nouvelle législature. Le rôle du président est le même dans tous les pays dont le Parlement est basé sur le système de Westminster. Le président actuel de la Chambre des communes est le député Anthony Rota, en poste depuis le . La personne qui occupe le poste le plus longtemps est Peter Milliken, qui se maintient pendant dix ans. Jeanne Sauvé est la seule femme à avoir exercé la fonction.

Le président est généralement un député du parti au pouvoir. Toutefois, lorsqu'il y a un gouvernement minoritaire, le président provient parfois d'un parti de l'opposition. Il y a d'autres exemples dans lesquels le président est issu de l'opposition comme dans le gouvernement de Arthur Meighen en 1926 ou durant le mandat de Joe Clark en 1979 ; dans les deux cas, le président est un député libéral. En 1957, lorsque John Diefenbaker prend le pouvoir avec un gouvernement progressiste-conservateur minoritaire, il offre le poste de président à Stanley Knowles du Parti social démocratique, qui décline cependant la nomination.

ResponsabilitésModifier

Au Canada, la responsabilité du président est d'administrer la Chambre des communes et d'en superviser les employés. C'est aussi le devoir du président d'agir en lien avec le Sénat et la Couronne. Le président de la Chambre des communes reçoit un salaire d'environ 209 000 $ et a droit à l'utilisation de la résidence officielle, La Ferme située dans le domaine Kingsmere à Chelsea près de Gatineau (Québec).

DésignationModifier

En anglais, le président est appelé Speaker, selon la tradition parlementaire britannique. Avant l'adoption assez récente du terme président, on utilisait au Canada français le terme orateur, un calque de l'anglais, qui était utilisé en France pour désigner le président de la Chambre du Royaume-Uni.

ÉlectionModifier

La constitution prévoit que le président est élu. Toutefois, avant 1986, le président était choisi par le premier ministre et sa nomination était soumise à la Chambre sous la forme d'une proposition. Cette pratique a changé en 1986, quand on décida d'opter pour un vote secret, et de choisir le président parmi les députés de la Chambre des communes. Le président est un député comme les autres, mais ne peut voter qu'en cas d'égalité des voix.

Tous les députés sauf les ministres et chefs de partis sont éligibles pour briguer la présidence. Tout député qui ne désire pas mettre son nom de l'avant doit le faire savoir par une lettre annonçant son retrait le jour précédant le vote. Tous les députés qui ne retirent pas leur nom avant 18h00 le jour précédant l'élection sont listés comme candidats sur le bulletin et ont droit à un discours de cinq minutes pour persuader leurs collègues de voter pour eux.

L'élection est présidée par le doyen de la Chambre, actuellement Louis Plamondon, le député qui a les plus longs états de service ininterrompus à la Chambre (il siège depuis 1984).

Tous les candidats qui reçoivent moins de 5 % des votes sont retirés du bulletin. Si aucun candidat ne reçoit moins de 5 %, le candidat avec le moins de votes est éliminé. Ce processus continue, avec une pause d'une heure entre les tours de vote, jusqu'à ce qu'un candidat reçoive plus de 50 % des voix.

Le vainqueur est escorté au fauteuil du président par le premier ministre et le chef de l'opposition officielle. Le président nouvellement élu, par tradition, feint une certaine résistance lorsqu'on le traîne vers le fauteuil ; cette pratique date de l'époque où les présidents britanniques risquaient l'exécution si les nouvelles qu'ils rapportaient au roi ne plaisaient pas à celui-ci.

Vice-présidentModifier

En plus du président, des vice-présidents sont nommés pour agir au nom du président au cas où il ou elle ne serait pas disponible.

Le rôle principal du vice-président et des autres présidents de séance consiste à appuyer le président de la Chambre pour assurer la présidence des séances, à occuper le fauteuil lorsque la Chambre se constitue en comité plénier et, à l'occasion, à présider les comités législatifs. Le vice-président de la Chambre assume en outre certaines responsabilités administratives. Il est habituellement membre du Comité exécutif. Quand la Chambre se constitue en comité plénier, c'est le président des comités pléniers qui prend le fauteuil.[2]

Les vice-présidents de la 41e législature étaient Denise Savoie (néodémocrate), et les deux autres présidents de séance étaient Barry Devolin (conservateur) et Bruce Stanton (conservateur).

Le vice-président est nommé pour toute la durée d'une législature, alors que les autres présidents de séance sont nommés pour la durée d'une session seulement.

Liste des présidents de la ChambreModifier

Nom Début Fin Appartenance politique
     James Cockburn Conservateur
     Timothy Warren Anglin Libéral
     Joseph-Godéric Blanchet Libéral-conservateur
     George Airey Kirkpatrick Conservateur
     Joseph-Aldéric Ouimet Conservateur
     Peter White Conservateur
     James David Edgar Libéral
     Thomas Bain Libéral
     Louis-Philippe Brodeur Libéral
     Napoléon Antoine Belcourt Libéral
     Robert Franklin Sutherland Libéral
     Charles Marcil Libéral
     Thomas Simpson Sproule Conservateur
     Albert Sévigny Conservateur
     Edgar Nelson Rhodes Conservateur
     Rodolphe Lemieux Libéral
     George Black Conservateur
     James Langstaff Bowman Conservateur
     Pierre-François Casgrain Libéral
     James Allison Glen Libéral
     Gaspard Fauteux Libéral
     William Ross Macdonald Libéral
     Louis-René Beaudoin Libéral
     Roland Michener Progressiste-conservateur
     Marcel Lambert Progressiste-conservateur
     Alan Macnaughton Libéral
     Lucien Lamoureux Libéral et Indépendant[3]
     James Alexander Jerome Libéral
     Jeanne Sauvé Libéral
     Cyril Lloyd Francis Libéral
     John William Bosley Progressiste-conservateur
     John Allen Fraser Progressiste-conservateur
     Gilbert Parent Libéral
     Peter Milliken Libéral
     Andrew Scheer Conservateur
     Geoff Regan Libéral
     Anthony Rota en cours Libéral

HomologuesModifier

L'homologue du président à la chambre haute est le président du Sénat du Canada. Les législatures provinciaux et territoriaux canadiennes ont aussi des présidents avec des rôles très semblables.

RéférencesModifier

  1. « Indemnités, salaires et allocations », sur Parlement du Canada (consulté le 6 février 2020)
  2. Site officiel du président de la Chambre des communes
  3. Lucien Lamoureux est devenu indépendant en suivant la tradition des présidents de la Chambre des communes britanniques. Il se fit réélire comme indépendant dans les élections de 1968 et 1972.

Liens externesModifier