Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Vidal et Vidal.
Henri Vidal
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Henri Lucien Raymond Vidal
Naissance
Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 40 ans)
Paris, France
Profession Acteur
Films notables Les Maudits
Les salauds vont en enfer
Porte des Lilas
Sois belle et tais-toi

Henri Vidal est un acteur français, né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) le et mort à Paris le .

Sommaire

BiographieModifier

Henri Lucien Raymond Vidal[1] est né le 26 novembre 1919, à Clermont-Ferrand. Son père, Eugène Jules Vidal (1888-1947), originaire de Pongibaud, en Auvergne fait toute sa carrière chez Michelin. Sergent durant la première guerre mondiale, il participe à la bataille de Verdun et est décoré de la Croix de Guerre. Sa mère, Hélène Grograin (1889-1979), est originaire de Chamalières. Ils ont cinq fils, dont Henri est le second. La famille a vécu à Clermont-Ferrand, Lyon puis à Chatou. [2] .

Grâce à son talent et à sa beauté, Henri Vidal se lance dans une carrière d'acteur au théâtre avant d'être élu « Apollon de l'année 1939 ». Repéré par Édith Piaf, il fait ses débuts au cinéma, aux côtés de la chanteuse, dans le film Montmartre-sur-Seine en 1941.

Il épouse, en mars 1943, l'actrice Michèle Cordoue dont il divorce en juillet 1946[1],[3].

René Clément met à profit ses capacités d'acteur dans Les Maudits en 1947.

Le 6 février 1950, il épouse Michèle Morgan qu'il a rencontrée lors du tournage du péplum Fabiola d'Alessandro Blasetti (1949), et avec qui il forme un des plus mythiques couples du cinéma français des années 1950. Il enchaîne avec elle plusieurs films qui confirment son succès, faisant de lui un des grands acteurs de sa génération, à l'instar de Jean Marais, notamment les drames La Belle que voilà de Jean-Paul Le Chanois (1950) et L'Étrange Madame X de Jean Gremillon (1951). Il continue dans la veine dramatique en jouant dans La Jeune Folle d'Yves Allégret (1952) et dans Les salauds vont en enfer de Robert Hossein (1955).

Outre son épouse Michèle Morgan, il a eu comme partenaires quelques-unes des plus séduisantes actrices des années 1950 : Françoise Arnoul, Brigitte Bardot, Dany Carrel, Mylène Demongeot, Dawn Addams, Sophia Loren, Romy Schneider, Marina Vlady. Il décédera précocement, alors au sommet de sa carrière, victime d'une crise cardiaque en 1959, alors qu'il habitait le rez de chaussée de l'Hôtel Lambert, sur l'Ile Saint-Louis, à Paris.[4].

Henri Vidal est inhumé au cimetière de Pontgibaud dans le département du Puy-de-Dôme, où a eu lieu une grande exposition retrospective de sa carrière en 2009, à l'occasion du cinquantenaire de sa mort.

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Source : Les Gens du cinéma
  2. Source : encinematheque.fr
  3. Biographie sur l'IMDb.
  4. Florence Montreynaud, L'aventure des femmes XXe-XXIe siècle, Nathan, , p. 268.
  5. Robert-Hugues Lambert, qui incarne Jean Mermoz dans le film, fut arrêté et déporté par les Allemands avant la fin du tournage.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

OuvrageModifier

  • Pierre Cadars, Les Séducteurs du cinéma français : 1928-1958, H. Veyrier, 1982

PériodiquesModifier

Liens externesModifier