Polikarpov R-Z

Polikarpov R-Z
Vue de l'avion.
Dessin d'un Polikarpov R-Z Natacha des forces aériennes de la République espagnole.

Constructeur Drapeau : URSS Polikarpov
Rôle Avion de reconnaissance et bombardier léger[1]
Statut Retiré du service
Premier vol
Mise en service
Nombre construits 1 031 exemplaires
Équipage
2 membres : 1 pilote + 1 observateur
Motorisation
Moteur Mikouline AM-34N (en)
Nombre 1
Type Moteur V12 à refroidissement liquide
Puissance unitaire 820 ch, soit 611 kW
Dimensions
Envergure 15,45 m
Longueur 9,72 m
Hauteur 3,6 m
Surface alaire 42,5 m2
Masses
À vide 2 007 kg
Avec armement 3 150 kg
Performances
Vitesse maximale 316 km/h
Plafond 8 700 m
Rayon d'action 500 km
Charge alaire 74,1 kg/m2
Rapport poids/puissance 0,19 kg/ch
Armement
Interne • 1 mitrailleuse fixes PV-1 de 7,62 mm tirant vers l'avant dans le nez
• 1 ou 2 mitrailleuses défensives mobiles ShKAS de 7,62 mm dans le cockpit arrière
Externe Jusqu'à 400 kg de bombes

Le Polikarpov R-Z (en russe : « Поликарпов Р-Z ») était un avion de reconnaissance et bombardement léger soviétique des années 1930.

Conçu par Polikarpov, il était une version revue du R-5, qui fut produit en grandes quantités entre 1935 et 1937. Il fut utilisé au combat pendant la guerre civile espagnole, mais également au cours de la guerre d'Hiver et de la bataille de Khalkhin Gol.

Conception et développementModifier

Le R-Z, ou R-Zet, était une évolution du R.5[2] développée à l'usine d'aviation GAZ no 1 (en) (usine d'aviation d'état no 1) à Moscou. Il devait remplacer le R-5[3], qui était jusque-là l'avion de reconnaissance et bombardier léger standard des forces aériennes soviétiques. Basé sur le R-5SSS, la version la plus avancée du R.5, le R-Z avait un nouveau fuselage monocoque plus volumineux, disposant d'une verrière coulissante pour le pilote et d'une verrière fixe pour l'observateur. Le moteur Mikouline M-17F (en) 730 ch (544 kW) — une copie produite sous licence du BMW VI allemand — fut remplacé par le M-34 (en), développant une puissance de 820 ch (611 kW). L'avion était globalement plus léger et plus fragile[3] que le R-5, mais il effectua ses missions avec succès tout au long de sa carrière[2].

Le R-Z prit l'air pour la première fois en [1], puis fut choisi pour équiper la force aérienne soviétique face à son concurrent le Kochyerigin LR, qui était lui-aussi un dérivé du R-5. Si sa conception — et donc celle du R.5 — remontait à 1928, le R-Z ne prit officiellement sa désignation qu'à partir de 1936, recevant d'abord les désignations R-5-M34 à l'usine, puis « izdeliye-38 » (« objet-38 »)[3]. À la fin de la production, au printemps 1937, 1 031 exemplaires avaient été produits[1].

Carrière opérationnelleModifier

Comme son prédécesseur le R-5, le R-Z fut utilisé en grand nombre à la fois par les forces soviétiques et par la compagnie aérienne Aeroflot.

Sa première utilisation au combat eut lieu pendant la guerre civile espagnole, en 1937[4]. 61 R-Z furent livrés à la force aérienne républicaine espagnole[5] à partir du mois de , où ils reçurent le surnom de « Natacha »[6]. Ils effectuèrent leur première sortie de combat le . Engagés dans les unités de première ligne dès l'été 1937, ils furent utilisés de manière intensive, volant en formations serrées de trois à quinze appareils et bombardant depuis une altitude de 400 à 1 000 m, en fonction de l'intensité des défenses antiaériennes. Les pilotes espagnols utilisaient une tactique de feu défensif élaborée pour se protéger des attaques de chasseurs lorsqu'ils revenaient de mission[5]. Agissant en coopération, ils plongeaient brusquement à très basse altitude et ralentissaient fortement, se laissant dépasser par les chasseurs ennemis, qui étaient plus rapides et ne pouvaient même pas profiter de leur bonne maniabilité. Lorsque les chasseurs ennemis qui les engageaient se retrouvaient piégés par leur élan et n'avaient autre choix que de passer au-dessus d'eux, les mitrailleurs arrières des R-Z les arrosaient copieusement de balles et les décimaient un par un.

Bien que de nombreux R-Z aient été endommagés par des tirs venant du sol, et que la 2ª Escuadrilla, Grupo 30 ait perdu neuf de ses soixante avions en une seule journée le [7], les pertes totales d'avions demeurèrent assez faibles[8], avec 36 appareils survivants finissant capturés par les Nationalistes à la fin de la guerre, en [9].

Les R-Z furent également utilisés par les Soviétiques contre les Japonais au-dessus de la Mongolie, au cours de la bataille de Khalkhin Gol, en 1939, et pendant la guerre d'Hiver contre la Finlande la même année[1]. Au moment ou débutait l'invasion de l'Union soviétique par les Allemands en , le R-Z était en cours de remplacement par l'Iliouchine Il-2, mais il resta finalement encore en service avec de nombreux régiments de bombardement léger[9].

VersionsModifier

  • R-Z : (en russe : P-Z) Version de production principale, propulsée par un moteur M-34N ;
  • R-Z-TK : (en russe : Р-Z-ТК) Version de reconnaissance à haute altitude équipée d'un moteur M-34NF, d'une puissance au décollage de 985 ch, et de deux turbocompresseurs TK-1. Un exemplaire fut converti et fut effectua des tests du au . Son plafond était de 10 320 m et sa vitesse maximale à une altitude de 8 000 m était de 295 km/h (contre seulement 184 km/h pour le R-Z standard dans les mêmes conditions). Un ordre fut émis le par Aleksandr Loktionov (en) pour la production de 15 exemplaires pour des essais militaires, mais il n'y eut aucune suite ;
  • R-ZR : (en russe : P-Z Pекордный, pour « record ») Version convertie en monoplace, allégée et à l'aérodynamique améliorée pour battre des records. Conçue par Vasily Nikitin, elle fut produite à un seul exemplaire. Piloté par Shevchenko, le RZ-R atteignit l'altitude de 10 380 m le , puis 11 100 m le  ;
  • R-ZSh : (en russe : P-Z штурмовик) Désignation donnée à un prototype d'attaque au sol (Chtourmovik), armé de quatre mitrailleuses ShKAS de 7,62 mm dans l'aile inférieure ;
  • R-Z Télécommandé : (en russe : Р-Z телемеханический) Version télécommandée et allégée par le retrait des armes légères et de certains équipements. Il était équipé d'un pilotage automatique rudimentaire conçu localement et devait être utilisé comme bombe volante, étant guidé depuis un bureau et une station émettrice mobile. Un exemplaire fut converti en 1937 et testé à l'institut de recherches aéronautiques soviétique, mais le projet fut abandonné en raison du manque de fiabilité du système de contrôle par radio ;
  • P-Z : (en russe : П-Z) Version commerciale ne disposant que de modifications limitées, utilisée pour transporter du courrier et/ou deux passagers. Le P-Z était propulsé par un moteur M-34NB et pouvait embarquer une charge utile de 275 kg. Il fut produit à environ 200 exemplaires[10] et utilisés par l'aviation civile jusqu'en 1942 ;
  • PT-AM-34NB : (en russe : ПТ- АМ-34НБ) Tentative de produire une version civile améliorée dotée de conteneurs à marchandises profilés au-dessus de l'aile inférieure. L'aile supérieur était reculée de 50 mm et des renforts furent installés au niveau de la queue de l'avion. Les systèmes radio furent également améliorés. La charge utile passait alors à 494 kg, mais les performances globales de l'avion furent fortement affectées. L'essai se montra infructueux et un seul exemplaire fut produit.

UtilisateursModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) Gunston 1995.
  2. a et b (en) Alexandre Savine et Sergey Andreev, « R-Z, Factory-1 », Russian Aviation Museum, (consulté le 29 janvier 2018).
  3. a b et c (ru) « P-Z », Уголок неба,‎ (consulté le 29 janvier 2018).
  4. (en) « Aircraft that took part in the Spanish Civil War » [archive du ], Aircraft of the Spanish Civil War (consulté le 11 avril 2018).
  5. a et b (ru) « Polikarpov R-Z (Zet) Поликарпов Р-Z (Зет) », Авиация A-Z (consulté le 29 janvier 2018).
  6. (es) « Polikarpov RZ Natacha » [archive du ], Asociación de Aviadores de la República (consulté le 29 janvier 2018).
  7. (es) « Ejército del Aire; Historia - 1938 » [archive du ], Ejército del Aire, (consulté le 29 janvier 2018).
  8. (es) « Aviones de la Fuerza Aérea de la República Española : República - Aviones de asalto y de bombardeo », Sociedad Benéfica de Historiadores Aficionados y Creadores (consulté le 29 janvier 2018).
  9. a et b (en) Donald 1997.
  10. (ru) « Самолёты Страны Советов. Р-Z (зет) », журнал « Крылья Родины », no 1,‎ , p. 24.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

ArticlesModifier

  • (ru) В. Р. Котельников, « Разведчик и лёгкий бомбардировщик Р-Z (Р-Зет). » [« Bombardier léger et éclaireur R-Z (P-Z) »], Авиаколлекция, Moscou, Russie, Моделист-Конструктор, no 5,‎ .