Pointe Bazillac

montagne française

Pic Bazillac
Vue du sud (versant espagnol) : de gauche (ouest) à droite (est), le doigt de la Fausse Brèche, la Fausse Brèche, la pointe Bazillac et son éperon rocheux, la brèche de Roland.
Vue du sud (versant espagnol) : de gauche (ouest) à droite (est), le doigt de la Fausse Brèche, la Fausse Brèche, la pointe Bazillac et son éperon rocheux, la brèche de Roland.
Géographie
Altitude 2 975 ou 2 976 m[1],[2]
Massif Massif du Mont-Perdu (Pyrénées)
Coordonnées 42° 41′ 30″ nord, 0° 02′ 21″ ouest[1],[2]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Espagne Espagne
Région
Communauté autonome
Occitanie
Aragon
Département
Province
Hautes-Pyrénées
Huesca
Ascension
Première Jean Bazillac et Célestin Passet, 1887
Voie la plus facile Face nord, depuis Goriz ou depuis Sarradets
Géologie
Roches Calcaire
Géolocalisation sur la carte : Province de Huesca
(Voir situation sur carte : Province de Huesca)
Pic Bazillac
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Pic Bazillac
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées
(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Pic Bazillac

La pointe Bazillac, ou pic Bazillac, est un sommet des Pyrénées sur la frontière entre la France et l'Espagne.

L'altitude du sommet, l'éperon occidental dominant la Fausse Brèche, est de 2 975 ou 2 976 m.

ToponymieModifier

Appelé pic entre les brèches, il porte maintenant le nom du pyrénéiste Jean Bazillac, qui en fit la première ascension, avec le guide Célestin Passet, en 1887. Au pied de sa face sud, se trouve la Villa Gaurier, grotte découverte et aménagée par l'abbé Ludovic Gaurier en 1906, bien avant la construction du refuge des Sarradets. Sa partie est, qui forme la paroi verticale de la brèche de Roland, est l'éperon Clos, ainsi nommé après sa première ascension par Bernard Clos et J. Piron, le .

GéographieModifier

 
Carte topographique du pic.

TopographieModifier

Il se situe entre la brèche de Roland et la Fausse Brèche, il appartient au massif du Mont-Perdu côté espagnol, et est un sommet du cirque de Gavarnie côté français.

GéologieModifier

ClimatModifier

HistoireModifier

En 1887, Jean Bazillac et Célestin Passet gravissent le « Pic entre les brèches » (brèche de Roland et Fausse Brèche), qui deviendra le « pic Bazillac », puis le doigt de la Fausse Brèche, avec Henri Brulle.

Voies d'accèsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Carte IGN classique » sur Géoportail.
  2. a et b Pointe Bazillac sur l'IGN espagnol.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier