Pierre de Salerne

Pierre de Salerne (mort en 856) est un prince lombard qui règne sur la principauté de Salerne à partir de 853. Tuteur et régent du prince de Salerne Sicon, lorsqu'il succède encore mineur à son père Siconolf. Pierre gouverne entre 853 et 856, après avoir usurpé le trône de Sicon[1], qui se réfugie dans le nord de l'Italie.

Pierre de Salerne
Titre de noblesse
Prince de Salerne
-
Biographie
Naissance
Décès
Enfant

BiographieModifier

Pierre de Salerne naît probablement à Salerne, porte le titre de « Comte » et est le parrain et le tuteur du prince Sicon. Il devient de ce fait prince de facto de Salerne de 849 à 855[2].

Avec Pierre de Salerne la principauté de Salerne se détache effectivement de celle de Bénévent, et devient une entité politique qui s'étand du Garigliano jusqu'à Cosenza et Tarente selon les termes du "Capitulaire"[3].

En 851 il s'allie avec l'empereur en espérant son aide pour prendre le contrôle de Capoue. L'année suivante il participe avec l'Empereur et les troupes de la Principauté de Bénevent à la vaine tentative d’expulser les arabes de Bari[4] La légitimité des sa prise du pouvoir lui est confirmé en décembre 853 par l'empereur Louis II d'Italie, mais Pierre qui s'est adjoint son fils Ademar, meurt avant la fin de l’année 855. Il lègue la Principauté de Salerne à son fils , qui fait tuer Sicon.

Le Capitulaire de 851Modifier

La controverse entre Siconolf et Radelchis rendait dangereusement instable l'équilibre militaire dans le Mezzogiorno et suscitait les préoccupations du roi et Empereur Louis II d'Italie, qui en 851 descend en Italie pour pacifier les deux parties en lutte. Le souverain confirme l'accord de principe déjà intervenu entre les prétendants en 849, et le ratifie par un capitulaire qui a établi l'indépendance de la nouvelle Principauté de Salerne de la domination de Bénévent. Le Longobardia Minore est divisée en deux nouvelles entités étatiques et Siconolf est confirmé comme prince de Salerne par l'empereur.

D'après ces accords, Salerne obtient entre autres les places fortes de Conza, Montella, Nusco, Avellino, Rota, Sarno, Cimitile, Furculo, Capoue, Teano, Sora, Tarente, Latiniano, Cassano, Paestum, Cosenza, Laino, la Lucanie et une part du fief d'Acerenza[5]. A Bénévent sont assignés les territoires de Molise et ceux de Melfi, Genzano, Forenza et Venosa. Une partie de la Calabre et des Pouilles restent entre les mains de l'Empire byzantin.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Francesco Antonio Ventimiglia. Delle memorie del principato di Salerno. Volume 1,Parte 1. Editore Raimondi, 1788 (Biblioteca Pubblica Bavarese).
  • (it) Musca, Giosuè. L' emirato di Bari: 847 - 871. Volume 138 di Nuova biblioteca; Serie "Nuovi saggi". Editore EDIZIONI DEDALO. Napoli, 1992 (ISBN 8822061381).