Philippe de Villiers de L'Isle-Adam

commandeur de l'Ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem

Philippe de Villiers
de L'Isle-Adam
Image illustrative de l’article Philippe de Villiers de L'Isle-Adam
Philippe Villiers de L'Isle-Adam
par J.-F. Cars, c. 1725
Biographie
Naissance
à Beauvais
Décès
à Malte
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Langue Langue de France
Grand maître de l'Ordre
1521 –
Chevalier de l'Ordre

Blason

Philippe de Villiers de L'Isle-Adam (né à Beauvais en et mort à Malte le ), est le 44e grand maître[1] des Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

BiographieModifier

 
Prise de possession de Malte en 1530 par Philippe de Villiers de L'Isle-Adam, Grand Maître de l'Ordre.
 
Ses armoiries, sur une muraille de la ville de Rhodes, Grèce

Petit fils du maréchal de France Jean de Villiers de L'Isle-Adam, fils du seigneur de L'Isle-Adam Jacques de Villiers (mort en 1471), prévôt de Paris, et de Jeanne de Nesle, Philippe est le frère[2],[3] de Louis de Villiers de l'Isle-Adam, comte-evêque de Beauvais; par ailleurs, il a également pour sœur, Marie, grand-mère du connétable Anne de Montmorency.

Chevi de la commanderie de Launay (paroisse de Saint-Martin-sur-Oreuse, près de Sens, auj. Yonne) de 1495 à 1518. Commandeur de Troyes de 1496 à 1518. Chevi de la commanderie de La Croix-en-Brie en 1502. Sénéchal de l'Ordre de 1510 à 1518. Bailli de la Morée en 1511. Grand Prieur de France de 1519 à 1521.

Il fut élu grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem le alors qu'il était en France. Il rejoignit Rhodes en août après avoir échappé au corsaire turc Curtogli. Il apportait avec lui d'importants renforts en hommes, en armes et en munitions.

 
Armoiries de Philippe de Villiers de L'Isle-Adam dans le palais du grand maître à Malte.

Siège de RhodesModifier

En 1522, il défendit avec 600 chevaliers et 4 500 hommes l'île de Rhodes attaquée par 200 000 hommes[réf. nécessaire] de Soliman le Magnifique.

Au terme d'un siège de six mois, trahi par le grand chancelier d'Amaral, les défenses de Rhodes entamées par les coups de l'artillerie ottomane, submergé par le nombre, Villiers de l'Isle-Adam dut capituler après une héroïque résistance, en . Soliman tint à le recevoir pour lui exprimer sa déférence. Fait unique dans l'histoire de l'empire ottoman, le sultan l'autorisa à quitter Rhodes librement avec ses chevaliers et ceux des civils qui souhaitaient l'accompagner, « bagues sauves » (avec les bagages qu'ils voulaient emporter avec eux)[4].

Errance en MéditerranéeModifier

La « grande caraque de Rhodes », vaisseau amiral des Hospitaliers, appareilla avec d'autres navires à l'aube du pour une navigation de sept ans qui la mena à Candie, Messine, Civitavecchia, Villefranche-sur-Mer et Nice[5]. L'Ordre séjourna à Viterbe de 1523 à 1527. Après une longue période d'incertitude, durant laquelle Villiers de l'Isle Adam voyagea et séjourna à Rome, Charles Quint, sous la pression du pape, un Hospitalier, leur céda l'archipel maltais. Ils s'y installèrent sous la conduite de leur grand maître en 1530. Le poète Germain Colin-Bucher est son secrétaire[6].

Philippe Villiers de l'Isle-Adam meurt le . Il est enterré dans la chapelle Sainte-Anne du fort Saint-Ange à Malte. En 1577, après la construction de la co-cathédrale Saint-Jean de La Valette, son corps est transféré dans la crypte de celle-ci où il repose depuis.

Apprenant son décès, Soliman le Magnifique, qui avait toujours admiré les qualités de ce personnage exceptionnel, fit publier dans les mosquées de son empire un panégyrique en son honneur : « Croyants, apprenez d’un infidèle comment on accomplit son devoir jusqu’à être admiré et honoré de ses ennemis. »[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319
  2. Société des antiquaires de la Morinie., Bulletin historique trimestriel - 2e volume, Saint-Omer, Fleury-Lemaire, 1857 - 1861 (2e volume) (lire en ligne), p649
  3. Abbé André Delettre, Histoire du diocèse de Beauvais depuis son ..., Volume 3 ;Volumes 452 à 464, Beauvais, Imprimerie d'Ach, 1843. p129: il avait sept frères, Antoine l'aîné à la seigneurie de l'Isle-Adam; Louis le quatrième (comte-évêque de Beauvais); Philippe le cinquième, grand maître de l'Ordre; Guy le plus jeune, abbé de l'abbaye Saint-Germer-de-Fly.
  4. Sur le siège, voir : Gilles Rossignol, Pierre d'Aubusson, "le bouclier de la chrétienté". Les Hospitaliers à Rhodes,, Lyon, La Manufacture, 1991, p. 249-279.
  5. De Rhodes à Malte : le grand maître Philippe de Villiers de l'Isle-Adam (1460-1534) et l'ordre de Malte, Somogy, 2004, p. 41.
  6. « Germain Colin-Bucher (15..-1545?) », sur data.bnf.fr (consulté le 4 avril 2020)

Sources bibliographiquesModifier

  • Bertrand Galimard Flavigny, Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris, 2006
  • De Rhodes à Malte : le grand maître Philippe de Villiers de l'Isle-Adam (1460-1534) et l'ordre de Malte, Somogy, 2004

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier