Ouvrir le menu principal
Philippe Sauvan
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
AvignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Philippe Sauvan est un peintre français, né à Arles le et mort à Avignon le [1], actif en Provence et dans le Comtat Venaissin.

BiographieModifier

Philippe Sauvan est le fils du peintre doreur Honoré Sauvan et de Lucresse Bonnel. Il est baptisé le dans la paroisse Notre-Dame-la-Principale à Arles. Il est d'abord l'élève de son père, puis entre en apprentissage par un contrat du pour une durée de deux ans dans l'atelier du peintre Pierre Parrocel à Avignon. Le maître et l'élève s'étant bien entendu, le contrat est reconduit d'un an. Il se rend ensuite à Rome où il reste à peine plus d'un an, puis retourne à Avignon où il se marie le avec Jeanne-Marie Benoist dans la chapelle du palais des Papes. Le couple aura onze enfants dont deux seront peintre : un fils, Pierre, qui aura pour parrain Pierre Parrocel, et une fille, Gabrielle, dont deux œuvres sont conservées dans l'abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard : Christ en croix[2] et L'Éducation de la Vierge[3].

En 1719, il réalise une Annonciation pour la confrérie des fustiers d'Avignon ainsi qu'un Saint Ignace de Loyola pour le grand séminaire Saint-Charles. Après la période tragique de la peste de 1720 qui avait entraîné une baisse de l'activité, il devient le peintre le plus en vue de la cité avignonnaise. Il a plusieurs élèves dont l'arlésien Jean-Joseph Balechou qu'il oriente vers la gravure, et Charles François Lacroix de Marseille[4].

Il réalise plusieurs portraits dont celui de Mgr Jacques II de Forbin-Janson, archevêque d'Arles, connu par une gravure réalisée à partir de cette œuvre par Jean-Joseph Balechou[5] ; celui de Marie de Grille d'Estoublon, marquise de Roquemartine ; celui de Guillaume de Piquet, ancien consul d'Arles, nommé en 1723 premier marquis de Méjanes en raison de sa conduite héroïque pendant le peste de 1720. Il est le père de Jean-Baptiste Marie de Piquet, bibliophile très connu qui a laissé sa bibliothèque à la ville d'Aix-en-Provence sous réserve qu'elle soit ouvert au public. Elle prendra le nom de Bibliothèque Méjanes[6] ; et celui d'Esprit Calvet, créateur du musée Calvet d'Avignon.

Le , les consuls d'Avignon lui commande un décor pour le plafond d'une salle de l'ancien hôtel de ville. Il réalise en 1749 trois panneaux à la détrempe, conservés au musée Calvet, représentant La Souveraineté[7], Le Génie consulaire et Le Génie ailé du gouvernement. En mars 1768, il dessine en prison le portrait de l'assassin Jean-Dominique Langlade qui sera exécuté sur la place du Palais. L'essentiel de sa production concerne des tableaux à sujets religieux conservés dans les églises d'Avignon et des alentours.

L'épouse de Philippe Sauvan meurt le . Il s'éteindra à son tour le alors que la Révolution bat son plein.

ŒuvresModifier

Dans les collections publiquesModifier

  • Avignon, musée Calvet :
    • Portrait d'Esprit Calvet, fondateur du musée qui porte son nom, huile sur toile, 70,9 × 60,7 cm[8];
    • La Ville d'Avignon restituée au Saint-Siège, huile sur toile, 115 × 86 cm. Cette toile célèbre le retour en 1774 de la ville d'Avignon sous l'autorité papale après son annexion par Louis XV en 1768. C'est la dernière œuvre connue de l'artiste réalisée dix ans après les faits[9],[10];
    • La Souveraineté, toile monumentale (300 × 765 cm), peinte à la détrempe, qui ornait autrefois le plafond de la salle consulaire de l'ancien Hôtel de Ville. Le pouvoir pontifical est représenté par le portrait de Benoît XIV visible dans le médaillon central pour remercier le pape de l'aide qu'il avait apporté à ses sujets lors de la disette de 1746-47. La justice est représentée par la portrait de Pasquale Acquaviva d'Aragona, vice-légat du pape à Avignon. Cette toile a fait l'objet d'une restauration minutieuse qui a duré deux ans (1998-2000)[11];
    • Le Génie consulaire, qui correspond au pouvoir municipal, est représenté par la figure féminine de la navigation tenant un aviron à côté de la ville d'Avignon assise. Auprès de cette dernière sont représentées les armes des consuls. Sur les côtés se trouvent Minerve et Mercure dieux des arts et du commerce;
    • la Génie ailé du gouvernement représenté en train de terrasser la fraude et chasser les furies, la discorde et le famine[12];
    • Joachim Levieux de la Verne, primicier de l'Université d'Avignon, 1741;
    • Joseph-François de Salvador, fondateur et second supérieur perpétuel de la communauté des missionnaires de Notre-Dame-de-Sainte-Garde à Avignon (1668-1745);
    • Simon Reboulet, historien, primicier de l'Université d'Avignon (1687-1752).

Dans les églisesModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

Base Palissy du ministère de la Culture 
  1. « Le Christ apparaissant à saint Philippe et saint Jacques le Mineur », notice no PM13001502, base Palissy, ministère français de la Culture
  2. « L'Immaculée conception », notice no PM13000298, base Palissy, ministère français de la Culture
  3. « Saint Michel », notice no PM84000156, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. « La Sainte Famille », notice no PM84000177, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. « Apparition », notice no PM30000063, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. « Baptême », notice no PM30000063, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « Assomption », notice no PM30000062, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « La Vierge remettant le scapulaire à saint Dominique », notice no PM84000431, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Apothéose de sainte Élisabeth de Hongrie », notice no PM84000424, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « Le Martyre de saint Genest », notice no PM30000797, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « La Vierge à l'Enfant, saint Jean-Baptiste et un donateur », notice no PM30001015, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Pierre de Luxembourg », notice no PM84001180, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. « Saint Pierre Célestin », notice no PM84001176, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. « Saint Benoît », notice no PM84001177, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. « Saint Joseph portant l'Enfant », notice no PM84001178, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. « Sainte Scholastique », notice no PM84001179, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Saint évêque », notice no PM84001181, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « Saint Dominique », notice no PM13000960, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. « Saint Lambert », notice no PM06001226, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « Saint Véran », notice no PM06001226, base Palissy, ministère français de la Culture
Autres références 
  1. Bulletin des Amis du Vieil Arles, n° 54, p.23.
  2. Christ en croix, fichier Commons.
  3. L'Éducation de la Vierge, fichier Commons.
  4. Alain Charron, « Les artistes arlésiens des XVIIe et XVIIIe siècles », in Jean-Maurice Rouquette (dir.), Paul Allard, Régis Bertrand et Marc Heijmans, Arles, histoire, territoires et cultures, Arles, Actes Sud, , 1304 p. (ISBN 978-2-7427-5176-1, OCLC 259989766), p. 706
  5. Portrait de Jacques de Forbin-Janson sur data.bnf.fr
  6. « Méjanes », notice no IA13001251, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. La Souveraineté.
  8. Philippe Sauvan
  9. La Ville d'Avignon restituée au Saint-Siège
  10. a et b Alain Charron, op. cit., p. 708
  11. La Souveraineté restaurée
  12. Alain Charron, op. cit., p. 707
  13. « Annonciation », notice no 50350508093, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. Antoine Schnapper, Mignard d'Avignon (1606-1668): catalogue de l'exposition Palais des Papes, Avignon, 25 juin-15 octobre 1979, Palais des Papes, Avignon, 1979, 176 pages.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Anne Fressynet, « Le décor intérieur de Saint-Trophime ; “Immaculée-Conception” », Bulletin des Amis du Vieil Arles, no 54, septembre 1984, p.23 ([PDF] en ligne).
  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 413.
  • Alain Charron, « Les artistes arlésiens des XVIIe et XVIIIe siècles », dans Jean-Maurice Rouquette (dir.), Paul Allard, Régis Bertrand et Marc Heijmans, Arles, histoire, territoires et cultures, Arles, Actes Sud, , 1304 p. (ISBN 978-2-7427-5176-1, OCLC 259989766), p. 706-708.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :