Ouvrir le menu principal
Peire de Maensac ; enluminure dans un chansonnier du XIIIe siècle. BnF.

Peire de Maensac, surnommé le plaisant compagnon, est un seigneur et troubadour auvergnat du début du XIIIe siècle.

BiographieModifier

« Peire de Maensac si fo d'Alvernhe, de la terra del Dalfin, paupres cavaliers [...] »

— Jehan le Favre, Chabaneau 58

 
Peire de Maensac, dit aussi Pierre de Manzat

Il est originaire de Maensac, village de Basse-Auvergne et qui d'après le linguiste Jean-Pierre Chambon serait l'actuel village de Moissat[1], voir les villages combraillais de Manzat ou encore Mainsat. Ce lieu était situé plus précisément dans les terres du Dauphin d'Auvergne, Robert IV. Il est issu de la petite noblesse locale mais ses talents littéraires lui permettent de s'insérer au sein de cours plus prestigieuses. Il fait partie de l'importante cour littéraire que tient le comte Dalfin d'Auvèrnha à Montferrand[2].

Son frère Austor était également un troubadour mais dont les textes ont disparu[3]. Les deux frères convinrent que le premier Austor, garderait le château et le fief tandis que le second se verrait devenir inventor, c'est-à-dire troubadour[4].

Il écrivit des poèmes à la femme du seigneur Bernart de Tierci. Il est raconté dans sa vida que les chants de Peire lui permirent de charmer cette dernière. Peire l'enleva et tous deux s'enfuirent d'un commun accord au château du Dauphin. Robert défendit son château contre les attaques de Bernart de Tierci, ce dernier, vaincu, ne put jamais revoir sa femme[5].

Il écrivit plusieurs chansons d'amour courtois avec « rimes plaisantes ».

BibliographieModifier

  • F. de Labareyre, La cour littéraire de Dauphin d'Auvergne des XIIème et XIIIème siècles, Clermont-Ferrand 1976.

RéférencesModifier

  1. Jean-Pierre Chambon, « Notes d'ancien auvergnat. En relisant le Testament de Peironelle de Bulhon », Romania,‎ , p. 226-237 (ISSN 0035-8029, lire en ligne)
  2. François Zufferey, Recherches linguistiques sur les chansonniers provençaux, Genève, Librairie Droz, (ISBN 2600028668), p. 61
  3. Jean-Pierre Chambon, Gabriel Fournier, « Nouveaux éclairages sur Austorc de Maensac, troubadour auvergnat sans oeuvre », Revue des langues romanes, no 2,‎ , p. 409-416 (ISSN 0223-3711)
  4. René Guillemier, Au temps de la heaumerie : pérénigrations dans la langue romane, p. 319
  5. (en) Margarita Egan, The Vidas of the Troubadours, New York, Garland, (ISBN 0-8240-9437-9)