Robert IV Dauphin d'Auvergne

troubador

Dalfin d'Alvernhe
Titres de noblesse
Comte-Dauphin d'Auvergne
Biographie
Naissance
Vers ou Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Père
Mère
Conjoint
NN (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
D'or au dauphin pâmé, barbé et crêté d'azur.

Robert IV ou Ier Dauphin ou Dalfi d'Alvernha en ancien occitan est né vers 1155 et mort le , ainsi appelé en souvenir de sa mère Marquise d'Albon, de la famille des Dauphins de Viennois.

Il est le fils de Guillaume VII d'Auvergne dit le Jeune ou le Grand et de Marquise d'Albon de Viennois[1],[2],[3].

Comte de Clermont et de Montferrand, il est le 1er dauphin d'Auvergne (1169-1234). Sous ses surnoms occitans de Dalfin le comte est un des plus importants troubadours de la seconde moitié du XIIe siècle et tient à Montferrand une cour littéraire où se rassemblent de nombreux écrivains de langue occitane dont il est le mécène et protecteur[4].

Biographie modifier

 
Le Marchidial, vestige de la cour intérieure du château de Champeix, une des possessions de Robert Dauphin.

Il fut comte du Dauphiné d'Auvergne et de Clermont à la mort de son père, vers 1169, eut en apanage la châtellenie d'Herment et les seigneuries d'Issoire, Chamalières, Montrognon, Plauzat, Champeix, Crocq, Aurières, Neschers, Chanonat, Chauriat et Rochefort ainsi que la châtellenie de Vodable, comprenant les fiefs de Solignat, Ronzières, Antoing, Mazerat, Longchamp, Le Broc, Mareughol, Bergonne, Collanges, etc. Ce domaine qui avait comme capitale Vodable, fut dénommé le Dauphiné d'Auvergne[2].

Il abandonna les armes des comtes d'Auvergne pour porter à la place les armes au dauphin comme le faisaient les comtes d'Albon de Viennois[2]. En 1199, son sceau représente un dauphin, avec la mention Sigillum Delphini.

Il fut réputé pour son amour des arts, étant lui-même troubadour à l'occasion, connu en Occitanie sous le nom d'el bons Dalfins d'Alvernha.

De nombreux troubadours ont travaillé pour lui ou chanté à sa cour : Peirol, Perdigon, Peire de Maensac, Gaucelm Faidit, Uc de Saint Circ. Son cousin, Robert, évêque de Clermont, de même que Richard Cœur de Lion, ont échangé des vers érotiques avec lui.

Ce dernier avait reçu son serment de vasselage, mais malgré ses demandes d’aide, via son cousin Gui, contre les incursions de Philippe, Robert n’avait rien reçu. En effet, Richard avait conclu une trêve avec le roi des francs avant de partir en croisade, et puis revenu demander l’aide de ses vassaux dès son retour. En 1199 Robert reconnaît finalement la suzeraineté du capétien[5] et ceci malgré ses réticences préalables:

'...comment souffrez vous qu’on retienne Gisors? Vous m’accusez de n’être plus brave. Moi, je vous déclare que je le suis encore assez, pour atteindre mes ennemies de pied ferme entre Le Puy et Aubusson, …..Seigneur vaillant et honoré, vous m’avez fait autrefois du bien ; si vous n’aviez pas changé de conduite je vous serois demeuré fidèle[6].' (sirventès de Robert à Richard).

Il épousa Guillemette de Comborn, comtesse de Montferrand, morte comtesse Brayère le [2]. Elle était la fille d'Archambaud, vicomte de Comborn et de Jourdaine de Périgord. Ils eurent quatre enfants :

Références modifier

Bibliographie modifier

Références modifier

  1. Jean-Luc Fray, « Auvergne, Velay et Royaume d’Arles : éléments pour une révision de la géographie relationnelle auvergnate au Moyen Âge », Siècles, revue du Centre d'Histoire Espaces et Cultures, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, vol. 15 « Marges et "marches" médiévales »,‎ (lire en ligne).
  2. a b c et d Héraldique et généalogie, no 201, p. 392, 2011.
  3. Informations généalogiques relatives à Robert Dauphin, Foundation for Medieval Genealogy, [lire en ligne].
  4. François Zufferey, Recherches linguistiques sur les chansonniers provençaux, Genève, Librairie Droz, , 380 p. (ISBN 2-600-02866-8, lire en ligne), p. 61.
  5. Rémy Roques, « La « conquête de l’Auvergne » par Philippe Auguste », Cahiers de civilisation médiévale. Xe – XIIe siècle, no 247,‎ , p. 245–258 (ISSN 0007-9731, DOI 10.4000/ccm.4516, lire en ligne, consulté le ).
  6. Gérard Lomenec'h, Aliénor d'Aquitaine et les troubadours, Sud Ouest, , P54.
  7. Dictionnaire de Tardieu, Article Chalus.

Liens externes modifier