Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Philippoteaux.
Paul Philippoteaux
Philippoteaux painting Gettysburg Cyclorama.jpg
Paul Philippoteaux peignant le panorama de la bataille de Gettysburg.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Formation
Maîtres
Père
Œuvres principales

Paul Dominique Philippoteaux, né à Paris le et mort le [1], est un peintre et illustrateur français, surtout connu pour ses œuvres panoramiques.

Sommaire

BiographieModifier

Paul Philippoteaux est le fils du peintre Félix Philippoteaux (1815-1884). Après avoir fréquenté le collège Henri-IV, il étudie à l'École des beaux-arts de Paris, prolonge sa formation dans l'atelier de son père, puis dans ceux de Léon Cogniet et d'Alexandre Cabanel.

En collaboration avec son père, il s'est intéressé à la peinture de panoramas et ont créé ensemble La Défense du fort d'Issy en 1871[2], tableau encore appelé La Défense de Paris. Dans les années 1870, il réalise des illustrations pour différents auteurs dont notamment Michel Masson, François Guizot, Alphonse Daudet et Jules Verne[3]. Pour ce dernier, il travaille sur un roman, Hector Servadac (1877), et deux ouvrages historiques : Découverte de la Terre (1878) et Les Grands Navigateurs du XVIIIe siècle (1879)[4].

Le chef-d'œuvre de l'artiste est sans doute le Panorama de Jérusalem au moment de la crucifixion du Christ. Ce panorama, le plus grand cyclorama peint du monde (14 100m) a été réalisé à la fin des années 1880 à Chicago, sur la base d'esquisses de Bruno Piglhein[5], puis apporté sur son lieu d'exposition à Montréal. Il est exposé aujourd'hui à Sainte-Anne-de-Beaupré, au Québec[6]. Ces œuvres de peinture panoramiques rencontraient alors un certain succès, même si elles étaient concurrencées par les dioramas imaginés par Louis Daguerre[6].

En 1879, des investisseurs de Chicago lui avaient commandé un autre panorama, consacré à la bataille de Gettysburg. En avril 1882, il passe plusieurs semaines sur les lieux de la bataille qu'il dessine et photographie. Il étudie longuement les descriptions du combat et interroge des survivants, dont les généraux Winfield Scott Hancock et Oliver Otis Howard, de l'Armée de l'Union, ou encore Abner Doubleday. Un photographe local, William H. Tipton, crée une série de photographies panoramiques prises à partir d'une tour en bois érigée le long de l'actuelle Hancock Avenue. Ces photographies, collées les unes à côté des autres, constituent la base de la composition[2]. Paul Philippoteaux engage ensuite une équipe de cinq collaborateurs, dont son père jusqu'à sa mort, pour créer l'œuvre finale. Il lui faut plus d'un an et demi pour mener à bien cette réalisation. La peinture fait plus de cent mètres de long et pèse environ 3 tonnes[7].

Il a peint bien entendu des sujets européens. Mais, ayant vécu quelque temps en Égypte, il est connu aussi pour les sujets orientalistes construits pendant, ou après, ce séjour[8],[9]. La brève annonçant son décès dans un des quotidiens parisiens les plus connus à l'époque, le Journal des débats, ne retient d’ailleurs de son œuvre que le panorama sur la Défense de Paris en 1871, et les peintures d'inspiration orientales, oubliant par exemple les travaux exposés en Amérique du Nord[10].

Il est enterré au cimetière du Montparnasse[11]

Notes et référencesModifier

  1. Murray 2013, p. 1521.
  2. a et b Thomas 1989, p. 17–19
  3. Wilson et Fiske 1888, p. 757
  4. Verne et Hetzel 2001
  5. Auteur d'un autre panorama sur le même thème exposé à Munich et aujourd'hui disparu.
  6. a et b Bergeron-Binette 1992
  7. National Park Service.
  8. Luthi 2008, p. 197
  9. ArcadJa
  10. Rédaction JDPL 1923, p. 4
  11. https://gw.geneanet.org/pbarbarin1?n=philippoteaux&p=paul+dominique

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :