Oliver Otis Howard

général américain directeur du Bureau des réfugiés et fondateur de l'Université Howard

Oliver Otis Howard
Oliver Otis Howard

Naissance
Leeds (Maine)
Décès (à 78 ans)
Burlington (Vermont)
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance United States Army
Union
Grade Major général
Commandement XI Corps
Armée du Tennessee
Freedmen's Bureau
Académie militaire de West Point
Conflits Guerre de Sécession

Guerres indiennes

Distinctions Medal of Honor
Autres fonctions Université Howard

Oliver Otis Howard () fut un officier de carrière dans l'United States Army, général de l'Armée de l'Union durant la guerre de Sécession et dirigea le Bureau des réfugiés durant la période dite de la reconstruction. L'Université Howard porte son nom en hommage de sa contribution à l'émancipation des Afro-Américains.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Oliver Otis Howard nait à Leeds dans le Maine, fils de Rowland Bailey et d'Eliza Otis Howard[1]. Après des études au Bowdoin College, il entre à l'Académie militaire de West Point d'où il sort quatrième de sa promotion en 1854[note 1],[2].

CarrièreModifier

Après diverses affectations, en août 1857, il est appelé par West Point pour qu'il y devienne professeur de mathématiques[3].

Quand éclate la guerre de Sécession, il est nommé colonel du 3e régiment du Maine[4].

En mai 1861, il est élevé au grade de brigadier général, puis après avoir perdu son bras droit lors de la bataille de Seven Pines, il est promu major général en 1863[1].

Fervent croyant il est surnommé le général chrétien (Christian General)[5]

Du au , il commande brièvement le IIe corps de l'armée du Potomac.

Après la guerre de Sécession et le vote du treizième amendement, il est chargé de la direction du Bureau des réfugiés[6],[7],[8],[9] : il se propose de mener les anciens esclaves vers une société fondée sur l'éducation, la liberté du travail et l'égalité devant la loi et la création d'une élite afro-américaine[10]. Il alertera le ministère de la guerre face aux exactions terroristes du Ku Klux Klan envers les Afro-Américains et agents du Bureau des réfugiés.

Fin de vieModifier

Il meurt le à Burlington dans le Vermont et est inhumé au cimetière Lakeview de cette même ville[11].

ArchivesModifier

Les archives d'Oliver O. Howard sont déposées et consultables à la bibliothèque du Bowdouin College[12].

HommageModifier

Il est le fondateur d'une université à Washington (district de Columbia) à destination des Afro-Américains qui ouvre ses portes en 1867 et dont il sera le premier président. L'université prend son nom pour devenir l'Université Howard[13],[14]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Henry Larcom Abbot, Benjamin F. Davis, Thomas Howard Ruger, Stephen Hinsdale Weed et James Deshler, Archibald Gracie, Jr., George Washington Custis Lee, Stephen Dill Lee, John Pegram, William Dorsey Pender, James Ewell Brown Stuart, John Bordenave Villepigue. Les quatre premiers dans les rangs de l'Union et les huit derniers dans ceux confédérés. Par ailleurs, il est de la même promotion que le premier officier issu de West Point mort au combat lors de la guerre de Sécession : John Trout Greble.

RéférencesModifier

  1. a et b (en-US) « Oliver O. Howard », sur American Battlefield Trust, (consulté le 9 avril 2020).
  2. (en-US) « Oliver Otis Howard | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 9 avril 2020).
  3. (en-US) David K. Thompson, « Oliver Otis Howard », sur www.essentialcivilwarcurriculum.com (consulté le 9 avril 2020).
  4. (en) « Oliver Otis Howard Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 9 avril 2020).
  5. (en-US) History M. A. et Information and Library Science M. S., « The Christian General: Major General Oliver O. Howard », sur ThoughtCo (consulté le 9 avril 2020).
  6. (en) « Oliver O. Howard | United States military officer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 avril 2020).
  7. (en-US) « General Oliver Otis Howard House (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le 9 avril 2020)
  8. (en-US) « Encyclopedia of Arkansas », sur Encyclopedia of Arkansas (consulté le 9 avril 2020)
  9. (en-US) Staff Writers, « Oliver Otis Howard: Soldier of Freedom », sur TheBestSchools.org, (consulté le 9 avril 2020)
  10. (en-US) « PBS - THE WEST - Oliver Otis Howard », sur www.pbs.org (consulté le 9 avril 2020).
  11. (en) « Oliver Otis Howard », sur Find a Grave.
  12. (en-US) « Guide to the Oliver Otis Howard Papers, 1833-1912, undated », sur library.bowdoin.edu (consulté le 9 avril 2020)
  13. (en) « Howard University | History, Notable Alumni, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 9 avril 2020)
  14. (en-US) « Oliver O. Howard », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 9 avril 2020).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

MémoiresModifier

  • (en-US) Oliver Otis Howard, Autobiography of Oliver Otis Howard, vol. 1, New York, The Baker & Taylor Company, (lire en ligne).
  • (en-US) Oliver Otis Howard, Autobiography of Oliver Otis Howard, vol. 2, New York, The Baker & Taylor Company, (lire en ligne).

EssaisModifier

  • (en-US) Johna A. Carpenter, Sword and Olive Branch : Oliver Otis Howard, New York, Fordham University Press, , 379 p. (ISBN 978-0-8232-1987-2, OCLC 41404720, lire en ligne).
  • (en-US) Daniel J. Sharfstein, Thunder in the Mountains: Chief Joseph, Oliver Otis Howard, and the Nez Perce War, W. W. Norton Company, 2017, rééd. 2018, 640 p. (ISBN 978-0-393-35565-9),

ArticlesModifier

  • (en-US) Dwight O. W. Holmes, « Fifty Years of Howard University: Part I », The Journal of Negro History, Vol. 3, No. 2,‎ , p. 128-138 (lire en ligne),
  • (en-US) John Cox & LaWanda Cox, « General O. O. Howard and the "Misrepresented Bureau" », The Journal of Southern History, Vol. 19, No. 4,‎ , p. 427-456 (lire en ligne),
  • (en-US) E. C. Ford, « My Negro Friend and I Meet General O.O Howard », Negro History Bulletin, Vol. 17, No. 8,‎ , p. 176 (lire en ligne),
  • (en-US) Paul A. Cimbala, « On the Front Line of Freedom: Freedmen's Bureau Officers and Agents in Reconstruction Georgia, 1865-1868 », The Georgia Historical Quarterly, Vol. 76, No. 3,‎ , p. 577-611 (lire en ligne),
  • (en-US) Robert Harrison, « Welfare and Employment Policies of the Freedmen's Bureau in the District of Columbia », The Journal of Southern History, Vol. 72, No. 1,‎ , p. 75-110 (lire en ligne),

Liens externesModifier