Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Estrade (homonymie).
Paul Estrade
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Paul Estrade, né le à Paris[1], est un historien français, professeur émérite à Paris VIII, spécialiste de l'Amérique latine.

Ce Corrézien de souche, fils de résistant, et dont la famille est originaire de Soudeilles, a aussi consacré, avec son épouse, Mouny Estrade-Szwarckopf, un ouvrage au camp de travail de Soudeilles (1941-1942).

Sommaire

Éléments biographiquesModifier

FamilleModifier

Les parents de Paul Estrade sont agriculteurs et originaires de Soudeilles, en Corrèze, où la famille vit depuis plusieurs générations (huit arrière grands-parents).

Son père monte à Paris pour devenir maçon. Sa mère est femme de ménage.

Enfant, Paul Estrade « retourne » à Soudeilles où il passe la Seconde Guerre mondiale.

EnseignantModifier

Il devient professeur agrégé d'espagnol dans la région parisienne, puis docteur ès lettres et sciences humaines de l'université de Toulouse 2 en 1984[2].

Paul Estrade devient professeur au département de civilisation latino-américaine à l'université Paris VIII, puis professeur émérite[3].

Histoire de SoudeillesModifier

Il lui faut 35 ans pour écrire l'histoire de Soudeilles. Il décrit le premier le camp de travailleurs étrangers de Soudeilles durant la Seconde Guerre mondiale, dans un ouvrage qu'il publie sur le sujet.

Le camp de travail de SoudeillesModifier

Voici le récit de sa découverte du camp de Soudeilles[1] :

« Mon père était résistant, dans le maquis avec Léon Lanot[4], je m'y suis donc tout naturellement intéressé […]. Cette enfance durant la guerre est restée dans ma conscience citoyenne. Et je voulais savoir ce qu'était ce baraquement brûlé par les Allemands en août 1944 et que j'avais connu enfant. Ce fut une très grande surprise de découvrir qu'il s'agissait d'un camp de travailleurs étrangers juifs de tous pays. Près de 550 hommes y sont passés de juin 1941 à décembre 1942. Des travailleurs loués par les entreprises et qui dépendaient du ministère du Travail, pas de l'armée[5]. »

ŒuvresModifier

En collaborationModifier

PréfacesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier