Paul Boësnier de l'Orme

économiste français
Paul Boësnier de l'Orme
Fonction
Maire de Blois
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Fratrie
Marie Boësnier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Claude Pajon (grand-oncle)
Jacques Masson (beau-frère)
Jean Babaud (beau-frère)
Pierre Paul Boësnier de l'Orme (d) (neveu)
Jean-Baptiste Boësnier (d) (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Château du Gué-la-Guette (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Conseil supérieur de Blois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Maître

Paul Boësnier de l'Orme, seigneur du Gué-la-Guette, né le à Blois et mort le dans la même ville, est un savant économiste français. Il est également maire de Blois de 1769 à 1773. Il se rattache à l'école physiocratique.

BiographieModifier

Paul Boësnier de l'Orme est issu d'une famille protestante originaire de Hollande, où elle professait le luthéranisme, qui s'installa à Blois au XVIIe siècle[1] et qui embrassa le catholicisme après la révocation de l'édit de Nantes. Petit-neveu de Claude Pajon, il est le fils de Pierre Boësnier (1685-1750), un riche négociant commissionnaire, et de Marie Hême. Sa sœur Marie épouse successivement le financier Jacques Masson et Jean Babaud[2] et sera la mère du marquis de Pezay, de Charlotte de Lézardière[3] et de la marquise de Cassini. Sa sœur Suzanne épouse quant à elle le fils du maire Alexis Germon de La Rousselière et neveu de Barthélémy Germon et sera la belle-mère du baron Louis Asselin.

Élevé par Diderot et ami de d'Alembert, il passa beaucoup de temps chez le baron d'Holbach.

Sous l'influence de son neveu Alexandre Masson de Pezay et la consultation de Mme Geoffrin, Boesnier-Delorme est chargé par le prince Ignacy Jakub Massalski (qu'il avait rencontré dans les salons de Mme Geoffrin) de l'éducation de son neveu, le prince Xavier Massalski[4].

Maître particulier des eaux et forêts de la généralité d'Orléans, il devient échevin de Blois en 1758, puis maire de Blois de 1769 à 1773. Il devient conseiller au Conseil supérieur de Blois en 1771[5]

Il passa une grand parti de son temps à l'occupation de l'agriculture dans les terres de son château du Gué-la-Guette[6] à Fontaines-en-Sologne.

Une rue de la ville de Blois porte son nom.

Doctrine économiqueModifier

 
L'un de ses principaux ouvrages : De l'Esprit du Gouvernement économique, 1775.

PublicationsModifier

  • Le Mexique conquis, poème en prose, l752
  • Du rétablissement de l'impôt dans son ordre naturel, 1769 [7] ;
  • De l'Esprit du Gouvernement économique, Paris, 1775 (traduit en italien) (Gallica) ;
  • Considération sur les principes politiques de mon siècle, Londres, 1776 ;
  • Réflexion sur le bois et les moyens de procurer au Royaume un approvisionnement plus favorable de bois de chauffage et de construction et un produit plus considérable en argent, Blois, 1789. (Cet ouvrage, qui lui est attribué, est peut-être l'œuvre de son neveu, Pierre-Paul Boësnier de l'Orme (1742-1801), écuyer, conseiller au Conseil supérieur de Blois, lui aussi, maître particulier des eaux et forêts et maire de Blois, puis conseiller général de Loir-et-Cher) ;
  • Essai sur les principes de la morale naturelle, Blois, 1792.

Notes et référencesModifier

  1. La famille se divisa entre les branches des Boësnier de l'Orme, Boësnier de Clairvaux, Boësnier de Bardy, Boësnier du Portal, Boësnier de La Touche
  2. frère de Pierre Babaud de la Chaussade
  3. mère de Charles, Joseph-Alexis, Jacques-Augustin et Pauline de Lézardière
  4. Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la Révolution, 1886 ; Ambroise Jobert, Magnats polonais et physiocrates francais. 1767-1774, 1941 et Lucien Perey, Histoire d'une grande dame au XVIIIe siècle: la Princesse Hélène de Ligne, 1887
  5. Yves Babonaux, Philippe Berger, A. Hutter, Blois : la ville, les hommes, Association pour la protection du Vieux Blois et de ses environs, 1974
  6. Mark Girouard, Life in the French country house, 2000
  7. Denis Diderot, Miscellanea philosophiques (Wikisource)

SourcesModifier

  • Analyse de l'ouvrage qui a pour titre "de l'Esprit du gouvernement Économique" fait par Gautier, Paris, Delalain, 1775.
  • Pierre Drouet d'Aubigny, La doctrine économique de Boesnier de l'Orme d'après son ouvrage, "De l'Esprit du Gouvernement économique", Paris, 1908.
  • Alfred Sauvy, Deux techniciens précurseurs de Malthus, Boesnier de L'Orme et Auxiron, Revue trimestrielle de l'Institut National des Études Démographies, 1955.
  • Gérard Klotz, Politique et économie au temps des Lumières, 1995.
  • Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la Révolution, Ed. Plon, Nourrit et Cie, Paris 1886.
  • Henry Celliez, Rapport sur un livre intitulé "De l'Esprit du Gouvernement économique" par M. Boësnier de l'Orme, Mémoires de la société des sciences et des lettres de la ville de Blois, tome premier, Blois 1834. (Google Books)
  • Adolphe Blanqui, Histoire de l'économie politique en Europe depuis les Anciens jusqu'à nos jours, 1845
  • Charles Brainne, J. Debarbouiller, Charles Ferdinand Lapierre, Les Hommes illustres de l'Orléanais: biographie générale des trois départements du Loiret, d'Eure-et-Loir et de Loir-et-Cher, Volume 2, 1852
  • Louis Catherine Bergevin, Histoire de Blois"", 1847
  • Jean-Fabien Spitz, L'amour de l'égalité: essai sur la critique de l'égalitarisme républicain en France, 1770-1830, 2000
  • Édouard Bruley, René Crozet, C. Sibertin-Blanc, Visages de l'Orléanais, 1951
  • Blois, la ville, les hommes, Association pour la protection du vieux Blois et de ses environs, 1974
  • Georges Weulersse, La physiocratie sous les ministères de Turgot et de Necker, 1774-1781, 1950 (préface de Paul Mantoux)
  • P. W. Bamford, Privilege and Profit: A Business Family in Eighteenth-Century France. University of Pennsylvania Press, 1988

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier