Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Paul-Marie de La Gorce

journaliste français
(Redirigé depuis Paul-Marie de la Gorce)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De La Gorce.
Paul-Marie de La Gorce
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Paris 7e (France)
Décès (à 76 ans)
Neuilly-sur-Seine
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture française

Paul-Marie de La Gorce, né le à Paris et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un journaliste, écrivain et historien français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Paul de La Gorce, directeur du LCIE Bureau Veritas (Laboratoire central des industries électriques), et de Henriette de Lescure, et petit-fils de Pierre de La Gorce, il est élève au lycée Condorcet et à la Faculté des lettres de Paris, et obtient un doctorat en sciences politiques[1].

Il a travaillé pour France-Observateur, L'Express, Jeune Afrique, Le Figaro, Témoignage chrétien, Le Monde diplomatique et Radio France. Il est attaché à la direction des éditions de Montsouris de 1955 à 1959 et directeur de L'Actualité, magazine gaulliste de gauche, de 1969 à 1971.

En 1965, il est chargé de travaux au Centre d'études de politique étrangère, dont il devient président.

Membre du comité central et du bureau politique de l'UDR de 1967 à 1973, fondateur du club Nouvelle Frontière et considéré comme un gaulliste de gauche, proche de Michel Jobert et de Jean-Pierre Chevènement, il est conseiller technique aux cabinets des ministres Christian Fouchet de 1967 à 1968 et Yves Guéna en 1968, directeur du cabinet de Léo Hamon, secrétaire d'État auprès du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, du 4 juillet 1969 à sa nomination comme directeur du magazine L'Actualité le 29 septembre 1969[2], et conseiller au cabinet du Premier ministre gaulliste Pierre Messmer de 1972 à 1974.

Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages historiques et d'essais. Il a dirigé les revues Défense nationale (de 1989 à 1995) et L'Espoir.

Le 23 novembre 1971, il est nommé par Pierre Desgraupes conseiller en politique étrangère de l'unité d'information de la première chaîne de télévision[3]. Il est également commentateur de politique étrangère à l’ORTF puis sur TF1 et chef du service étranger de Radio-France de 1985 à 1993.

Il est membre du Haut conseil de la mémoire combattante de 1997 à 2004.

SourcesModifier

Les papiers personnels de Paul-Marie de La Gorce sont conservés aux Archives nationales sous la cote 588AP[4]

BibliographieModifier

  • La République et son armée, 1963
  • De Gaulle entre deux mondes, 1964
  • Clausewitz et la stratégie moderne, 1964
  • La France pauvre, 1965
  • La France contre les Empires, 1969
  • Pour un nouveau partage des richesses, 1972
  • L'Effort de défense des grandes puissances, 1975
  • L'Après guerre, Grasset, 1978.
  • Naissance de la France moderne : Apogée et mort de la IVe République, Grasset, 1979 (ISBN 2-24-600742-9).
  • L'État de jungle, 1982
  • La Prise du pouvoir par Hitler 1928-1933, 1983, 7e Prix Fondation Pierre-Lafue 1983
  • La Guerre et l’atome, 1985
  • L'Empire écartelé, 1936-1946, Denoël, 1988
  • Requiem pour les révolutions, 1990
  • La Première guerre mondiale, 1991
  • L'Aventure de l'atome, 1992
  • La Première Guerre mondiale, Flammarion, 1995 (ISBN 2-08-035154-0).
  • 39-45, une guerre inconnue, Flammarion, 1995 (ISBN 2-08-067099-9).
  • Le Dernier empire, 1996
  • De Gaulle, Perrin, 1999 (ISBN 2-26-201612-7).

Notes et référencesModifier

  1. Notice sur Who's Who
  2. « M. Philippe Dondoux remplace M. Paul-Marie de La Gorce comme directeur de cabinet », Le Monde, 29 septembre 1969.
  3. « M. P.-M. de La Gorce conseiller en politique étrangère à " Information première " », Le Monde, 23 novembre 1971.
  4. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales

Liens externesModifier