Ouvrir le menu principal

Courants politiques sous la Restauration

Cet article décrit le contexte politique et les partis politiques en présence sous la Restauration (1814-1830).

Contexte et dynamique parlementaireModifier

   Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (août 2012). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

La Chambre des députés de cette période oscille entre phases ultras et phases libérales, respectivement récessives et progressives.

Les opposants au régime monarchique sont quasi absents de la scène politique, du fait de la répression de la Terreur blanche.

Seuls des courants d'influence, des visions différentes de ce que doit être la Monarchie constitutionnelle française s'affrontent :

  • Les (royalistes) ultras : ils souhaitent un retour à l'ancien Régime, tel avant-1789, voire à l'absolutisme : domination des nobles et « dévotion chrétienne des autres ». Ils sont anti-républicains, anti-démocrates, et prônent un pouvoir d'en Haut, par une élite noble affirmée comme éclairée. Ils tolèrent le vote censitaire.
  • Les (royalistes) libéraux : ils prônent une évolution vers plus de liberté et d'ouverture. Ils souhaitent abaisser le cens pour favoriser la bourgeoisie dans son ensemble, au détriment de l'aristocratie. Les libéraux bénéficient de l'émergence, liée aux débuts de la révolution industrielle, d'une nouvelle élite bourgeoise qui bouleverse l'ordre aristocratique.

Tous demeurent unis dans leur peur -ou crainte- du Bas peuple, que Thiers désignera plus tard par le terme de vile multitude. Les vues politiques s'orientent vers un favoritisme de classe. Les alternances politiques de la chambre sont dues à des abus de la tendance majoritaire à la chambre (entraînant une dissolution puis une inversion de la majorité) ou à des évènements critiques (par exemple l'assassinat du duc de Berry en 1820).

Les oppositions sont davantage le fait d'une lutte de pouvoir entre puissants (royauté contre députés), que celui d'une lutte entre tyrannie royale et nobles défenseurs des intérêts du peuple. Bien que les députés se prétendent défenseurs des intérêts du peuple, la plupart ont une crainte importante du bas peuple, des innovations sociales et même de simples mesures de l'élargissement du droit de vote. Face à ces représentants de la bourgeoisie, les Républicains, alors situés à l'extrême gauche, touchent le monde ouvrier qui se développe et s'enfonce dans la misère. Ils ne sont pas représentés, ni écoutés. Leurs manifestations sont réprimées ou détournées, provoquant tout au plus un renforcement du parlementarisme, ce qui ne signifie pas une évolution démocratique, seul le cens est élargi. La révolution semble être l'unique solution pour certains, comme Blanqui.

Principaux partis de la RestaurationModifier

La droiteModifier

Les ultra-royalistes (Conservateurs, voir absolutistes. Aristocrates)

Le centre droitModifier

Les constitutionnels. (Conservateurs libéraux. Bourgeois riches et instruits, juristes, hauts fonctionnaires de l’Empire, universitaires, ils craignent autant le triomphe de l’aristocratie que celui de la démocratie.)

Les doctrinaires qui prônent le retour à une monarchie modérée et s'opposent aux ultras dans les premiers temps de la Restauration.

  • Ils acceptent la charte (parce qu’elle garantit les libertés et l’égalité civile et dresse un barrage devant les masses populaires, incapables, en raison de leur ignorance, de prendre part à la gestion des affaires publiques).
  • Les personnalités importantes sont: Étienne-Denis Pasquier, Joseph-Henri-Joachim Lainé, Auguste Ravez.

Le centre gaucheModifier

Le parti du mouvement. Ils veulent revoir la charte de 1814 afin de la rendre encore plus libérale.

La gaucheModifier

Les indépendants (Libéraux. Petite bourgeoisie, médecins et avocats, commerçants, hommes de loi et, dans les bourgs des campagnes, les acquéreurs de biens nationaux.)

Les libéraux qui apparaissent dans les dernières années de la Restauration.

Voir aussiModifier