La Quotidienne

journal royaliste fondé en 1790

La Quotidienne est un journal royaliste fondé en 1790, auquel succède en 1848 le journal L'Union, lui aussi royaliste.

HistoireModifier

La Quotidienne : de la Révolution à la monarchie de JuilletModifier

Il est créé par M. de Coutouly au début de la Révolution. Les événements de 1792 entrainent la cessation de la parution, mais elle reprend en , après la chute de Robespierre, d'abord avec un autre titre (Le Tableau de Paris), puis sous son nom d'origine.

En 1817, Joseph-François Michaud devient rédacteur en chef, poste qu'il occupe jusqu’à sa mort en 1839, même si de 1824 à 1829, après un long procès il est accompagné dans sa fonction par Vincent Bonneau, agent de la police de la Restauration [1],[2]. En 1833, La Quotidienne employait encore "l'érudit Cohen, chargé de traduire les journaux étrangers", emploi supprimé ensuite" par la création des agences qui en fournissent des extraits traduits", s'est souvenu un des rédacteurs[3].

L'Union : de la monarchie de Juillet à la IIIe RépubliqueModifier

En , La Quotidienne fusionne avec La France et L'Écho français pour créer L'Union monarchique qui devient L'Union en 1848. Son directeur, Pierre-Sébastien Laurentie en fait un journal ultra.

Lamartine y publie sa lettre Opinion du citoyen Lamartine sur le Communisme.

C’est aussi dans L’Union que, le , est publiée la lettre ouverte à Pierre-Charles Chesnelong (-) dans laquelle le « comte de Chambord » réaffirme son attachement au drapeau blanc et son refus de tout compromis.

CollaborateursModifier

RéférencesModifier

  1. L'Etat et sa police en France 1979 - page 55 (lire en ligne)
  2. Nouvelles Flâneries dans Senlis & alentour - page 14 à16 (lire en ligne)
  3. "Souvenirs et causeries d'un journaliste", par Théodore Mure, p. 67 [1]