Ouvrir le menu principal

Parti vert du Canada
Image illustrative de l’article Parti vert du Canada
Logotype officiel.
Présentation
Chef Elizabeth May
Fondation 1983
Siège CP 997 Station B
Ottawa ON
K1P 5R1
Niveau fédéral
Président Ken Melamed
Personnalités marquantes Trevor Hancock (en)
Jim Harris
Positionnement Centre gauche
Idéologie Écologisme
Progressisme
Affiliation internationale Les Verts mondiaux, Fédération des partis verts des Amériques
Adhérents 15 162 (27 juillet 2018)[1]
Couleurs Vert
Site web https://greenparty.ca/fr
Représentation
Chambre des communes
1 / 338
Sénat
0 / 105

Le Parti vert du Canada est un parti politique fédéral au Canada. C'est un parti politique de centre gauche.

Sommaire

HistoireModifier

Les intentions de vote pour le parti dans différents sondages varient entre 1 % et 11 % depuis 2000. Lors de l'élection fédérale de 2004, pour la première fois de son histoire, le Parti vert présente des candidats dans chacune des 308 circonscriptions canadiennes[2]. Aux élections de 2006, il reçoit 4,5 % du vote populaire, sans toutefois remporter de siège. En date du , le parti compte plus de 10 000 membres enregistrés.

Elizabeth May est la chef du Parti vert du Canada depuis 2006. Elle a été élue lors du congrès d'investiture à Ottawa le  ; elle a reçu 65 % des voix des militants au premier tour de vote. L'ancien chef Jim Harris avait choisi de ne pas se présenter à la réélection après avoir mené le parti à des résultats historiques lors des élections fédérales de 2004 et 2006.

Le , Garth Turner, un député exclu du caucus conservateur, est invité par Elizabeth May à se joindre au Parti vert et à devenir le premier député vert à la Chambre des communes[3]. D'abord ouvert à la proposition, il finit par la décliner et rejoint le Parti libéral. La même année, Elizabeth May présente sa candidature dans London-Centre-Nord lors de l'élection partielle du 27 novembre organisée pour remplacer le député libéral démissionnaire Joe Fontana. Elle se place en deuxième position derrière le libéral Glen Pearson dans une course à quatre extrêmement serrée.

Le , Blair Wilson, le député indépendant de West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country, devient le premier député du Parti vert du Canada[4], mais il est défait à l'élection suivante sans avoir jamais siégé. La première députée verte élue, la chef Elizabeth May, gagne la circonscription de Saanich—Gulf Islands lors des élections fédérales canadiennes de 2011.

En 2011, le Parti vert du Canada présente un programme prévoyant notamment la légalisation du cannabis[5].

En , Georges Laraque, chef adjoint du parti et candidat pour le Parti vert fédéral à l'élection partielle de Bourassa, doit retirer sa candidature à la suite d'une accusation de fraude déposée par un ancien partenaire[6].

Le , le député de Thunder Bay—Supérieur-Nord Bruce Hyer qui avait quitté le NPD en 2012 pour siéger comme député indépendant, annonce qu'il rejoint le Parti vert. Cela fait passer à deux le nombre de sièges des Verts au Parlement à Ottawa, un record[7].

En décembre 2014, l'écologiste Daniel Green, ex-dirigeant de la Société pour vaincre la pollution, devient chef adjoint du Parti vert du Canada[8].

Le , un ancien député néodémocrate, José Núñez-Melo, exclu de son parti quelques jours plus tôt pour avoir refusé de s'astreindre aux règles de désignations internes, annonce son adhésion au Parti vert et sa candidature pour ce même parti aux élections d'octobre. Il devient le troisième député vert de la Chambre[9].

Lors de l'élection fédérale de 2015, le Parti vert présente des candidats partout, mais cible particulièrement quelques circonscriptions en Colombie-Britannique et au Québec. Les trois sortants sont réinvestis et font campagne aux côtés de plusieurs candidats vedettes comme les militants écologistes André Bélisle et Daniel Green, le comédien JiCi Lauzon ou l'ex-candidate à la présidence du Parti libéral Deborah Coyne[10]. Malgré un résultat en voix en progression et des scores honorables dans plusieurs circonscriptions, seule Elizabeth May est élue.

Seule candidate à sa succession en avril 2016, elle est réinvestie chef du parti quelques mois plus tard avec un vote de confiance de 93,6 %[11]. Elle annonce cependant en août son désir de quitter la chefferie du Parti vert pour rester simple députée[12].

Chef du partiModifier

Résultats électorauxModifier

 
Affiche électorale du Parti vert du Canada à Montréal, 2008.
 
Ancien logotype du Parti vert.

Élections fédéralesModifier

Élection Nombre
de candidats
Sièges Voix % dans le pays % dans les
circonscriptions disputées
1984 60 0 26 921 0,21 0,90
1988 68 0 47 228 0,36 1,44
1993 79 0 33 049 0,24 0,86
1997 79 0 55 583 0,43 1,54
2000 111 0 104 502 0,81 2,11
2004 308 0 582 247 4,31 4,31
2006 308 0 665 940 4,49 4,49
2008 303 0 940 747 6,80 6,91
2011 304 1 576 006 3,92 3,97
2015 336 1 590 913 3,45

Jeunes VertsModifier

Les Jeunes Verts du Canada, fondé en 2006, est le chapitre jeunesse du Parti vert du Canada. Les Jeunes Verts aident à diffuser les idées vertes en fondant des clubs sur les campus universitaires. Il existe 15 clubs Verts.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier