Ouvrir le menu principal

Élections fédérales canadiennes de 2019

élections générales au Canada

Élections fédérales canadiennes de 2019
Postes à élire 338 sièges de la Chambre des communes
Mandat 4 ans
Participation
65,95 %  −2,3
Justin Trudeau in Lima, Peru - 2018 (41507133581) (cropped) (cropped).jpg Parti libéral – Justin Trudeau
Voix 5 915 950
33,1 %
 −6,4
Sièges obtenus 157  −27
Andrew Scheer in June 2017.jpg Parti conservateur – Andrew Scheer
Voix 6 155 662
34,4 %
 +2,5
Sièges obtenus 121  +22
Yves-Francois Blanchet in October 2009.jpg Bloc québécois – Yves-François Blanchet
Voix 1 376 135
7,7 %
 +3
Sièges obtenus 32  +22
Jagmeet Singh at the 2nd National Bike Summit - Ottawa - 2018 (42481105871) (cropped).jpg Nouveau Parti démocratique – Jagmeet Singh
Voix 2 849 214
15,9 %
 −3,8
Sièges obtenus 24  −20
Emay photo.jpg Parti vert – Elizabeth May
Voix 1 162 361
6,5 %
 +3,1
Sièges obtenus 3  +2
Résultats par circonscription
Carte
Composition de la Chambre des communes
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Justin Trudeau
Libéral
Justin Trudeau
Libéral

Les élections fédérales canadiennes de 2019 ont lieu le 21 octobre 2019 afin d'élire les députés de la 43e législature de la Chambre des communes du Canada.

Après une campagne serrée entre le Parti libéral et les Conservateurs au coude à coude dans les intentions de vote, les résultats étaient jugés incertains. Finalement, le Parti libéral du Premier ministre Justin Trudeau arrive deuxième en termes de voix et premier en termes de sièges mais perd sa majorité absolue. Malgré son arrivée en tête des suffrages, le Parti conservateur n'obtient qu'une vingtaine de sièges supplémentaires et demeure le parti d'opposition officielle. Le Bloc québécois triple son nombre de sièges par rapport aux dernières élections, devançant ainsi le Nouveau Parti démocratique, qui perd une vingtaine de sièges. Les Verts d'Elizabeth May observent une légère progression, obtenant trois sièges. Maxime Bernier, chef du récemment fondé Parti populaire du Canada, est battu dans sa circonscription de Beauce.

Justin Trudeau devrait demeurer Premier ministre à la tête d'un gouvernement minoritaire dépendant du soutien du Bloc québécois ou du NPD, en position de balance du pouvoir.

ContexteModifier

Élections fédérales canadiennes de 2015Modifier

Lors du scrutin précédent, le Parti libéral de Justin Trudeau avait remporté 184 sièges à la Chambre des communes, lui conférant ainsi une majorité. Le Parti conservateur de Stephen Harper, au pouvoir depuis 2006, a formé l'opposition officielle avec 99 sièges. Le Nouveau Parti démocratique, avec son chef Thomas Mulcair, n'a pas réussi à s'imposer durant la campagne face à la popularité montante des libéraux de Trudeau. Le Bloc québécois, étant avantagé par la baisse du Nouveau Parti démocratique au Québec, parvint à faire élire 10 députés, un nombre toutefois insuffisant pour obtenir le statut de parti reconnu à la Chambre des communes. Le Parti vert fit ré-élire sa cheffe Elizabeth May dans Saanich—Gulf Islands[1].

Élections fédérales partielles (2016-2018)Modifier

 
Résultats par circonscription des élections fédérales partielles tenues pendant la durée de la 42e législature[2].

Mode de scrutinModifier

La Chambre des communes est la chambre basse du parlement bicaméral du Canada. Elle est composée de 338 sièges pourvus pour un mandat de quatre ans au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans autant de circonscriptions électorales[3]. Le nombre total de députés est régulièrement révisé après chaque recensement décennal. Le dernier ayant eu lieu en 2011, la composition de la Chambre des communes devrait rester inchangée par rapport au scrutin de 2015.

 
La Chambre des communes en 2019.

La répartition est faite en fonction de la population, tout en prenant compte la délimitation des dix provinces. Chaque province est ainsi dotée d'un nombre de député au minimum égal à celui de ses sénateurs — clause sénatoriale — d'au moins autant de députés qu'en 1985 — clause des droits acquis — et d'un nombre de sièges proportionnel à sa part de la population du Canada — règle de représentation. Ces différentes clauses sont à l'origine d'une surreprésentation des provinces faiblement peuplées où ayant connu un déclin de leur population. Les trois territoires n'ont, quant à eux, droit qu'à un minimum d'un seul siège chacun[4].

DateModifier

En accord avec la Loi électorale du Canada, les élections ont lieu le troisième lundi d'octobre de la quatrième année suivant les précédentes élections, soit ici le 21 octobre 2019. Les élections peuvent cependant avoir lieu de manière anticipée sur demande du Premier ministre[5]. La campagne est officiellement lancée le 11 septembre, jour où le premier ministre Justin Trudeau se rend chez la gouverneure générale pour demander la dissolution du Parlement[6].

Forces en présenceModifier

Partis Idéologie Chef de file Résultats
en 2015
Sièges à la dissolution
Parti libéral (PLC)
Liberal Party
Centre à centre gauche
Libéralisme canadien, Social-libéralisme, Progressisme, Troisième voie
Justin Trudeau 39,47 % des voix
184 députés
177
Parti conservateur (PCC)
Conservative Party
Centre droit
Libéral-conservatisme, Libéralisme, Libertarianisme, Blue Toryism
Andrew Scheer 31,89 % des voix
99 députés
95
Nouveau Parti démocratique (NPD)
New Democratic Party
Centre gauche à gauche
Social-démocratie, Socialisme démocratique, Progressisme, Féminisme
Jagmeet Singh 19,71 % des voix
44 députés
39
Bloc québécois (BQ) Centre gauche
Nationalisme québécois, Indépendantisme, Social-démocratie
Yves-François Blanchet 4,66 % des voix
10 députés
10
Parti vert
Green Party
Gauche
Écologisme, Progressisme
Elizabeth May 3,45 % des voix
1 député
2
Parti populaire du Canada (PPC)
People's Party of Canada
Droite
Libéralisme, Conservatisme, Populisme, Libertarianisme
Maxime Bernier N'existait pas en 2015 1

CampagneModifier

La campagne est jugée serrée entre libéraux et conservateurs[7].

ThèmesModifier

Laïcité et multiculturalismeModifier

L'ensemble des partis politiques fédéralistes ont dénoncé, à des degrés divers, la loi québécoise sur la laïcité adoptée le 16 juin 2019. Celle ci est la première à disposer que « L’État du Québec est laïque » (article 1). Elle interdit le port de signes religieux aux employés de l'État en position d'autorité, ainsi qu'aux enseignants du réseau scolaire public, tout en n'étant pas rétroactive envers les individus qui en portaient déjà avant la promulgation de la loi. Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, annonce le lendemain de l'adoption sur projet de loi par l'Assemblée nationale qu'il n'excluait pas de se joindre à des groupes afin de contester la loi devant les tribunaux[8]. Lors du déclenchement des élections, le Premier ministre sortant et chef du Parti libéral, Justin Trudeau a déclaré qu'il ne comptait pas contester la loi devant la cour, pour l'instant[9].

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet se pose en défenseur des droits de l'Assemblée nationale et du gouvernement du Québec dans ce dossier. Il considère que seule l'Assemblée nationale du Québec peut se prononcer sur ce dossier et que les députés québécois ne doivent pas se faire donner la leçon par le Canada anglais sur ce dossier.

La cheffe du Parti vert, Elizabeth May déclare lors du débat du 12 septembre sur CityTV, qu'en tant que Première ministre, elle ne contesterait pas la loi québécoise sur la laïcité, malgré son opposition face à la loi. Toutefois, elle voudrait offrir un emploi à la GRC à tout policier arborant des signes religieux qui se ferait refuser un poste au sein des forces policières québécoise, en raison de la loi 21[10].

Nationalisme québécoisModifier

Lors des élections fédérales de 2011 et de 2015, le Bloc québécois n'eut pas le même succès que lors des scrutins des années 1990 et 2000, époque où le parti souverainiste pouvait compter jusqu'à 50 députés à la Chambre des communes. Ayant connu de nombreux chefs depuis la déroute de 2011, le Bloc québécois espère faire des gains grâce au nouveau leadership d'Yves-François Blanchet et grâce à la victoire de la Coalition avenir Québec lors des élections québécoises de 2018 et à sa plateforme résolument nationaliste.

Lors du lancement de la campagne conservatrice à Trois-Rivières au Québec, le chef du parti, Andrew Scheer, mentionne que les Québécois peuvent compter sur lui et sur le Parti conservateur afin d'être un allié pour le Québec. Andrew Scheer rappelle que le gouvernement conservateur dirigé par Stephen Harper a reconnu la nation québécoise et a permis au Québec d'obtenir un siège à l'UNESCO.

DébatsModifier

Débat de la commission des débats des chefsModifier

Pour la première fois, deux débats, un en anglais et un en français, sont organisés par la commission des débats des chefs. Les chefs ont été choisis selon certains critères. Il était nécessaire que le parti soit représenté à la Chambre des communes par un député élu de ce parti. Il fallait également que le parti ai l'intention de présenter des candidats, dans au moins 90% des circonscriptions. Ainsi, Andrew Scheer du Parti conservateur, Elizabeth May du Parti vert, Justin Trudeau des libéraux et Yves-François Blanchet du Bloc québécois participeront aux débats de la commissions. Le débat anglophone a lieu le lundi 7 octobre et celui en français a le 10 octobre. Les deux débats sont diffusés à partir du Musée canadien de l'Histoire[11]. Maxime Bernier, chef du Parti populaire du Canada n'est initialement pas invité par la commission, mais il participe finalement à la suite d'une décision de la commission[12].

Le débat anglophone est présenté par :

  • Susan Delacourt, chef du bureau du Toronto Star à Ottawa
  • Dawna Friesen, chefs d'antenne de Global News
  • Alita Raj, chef du bureau du Huffington Post Canada à Ottawa
  • Lisa LaFlamme, cheffe d'antenne de CTV News
  • Rosemary Barton, correspondante en chef à Ottawa et présentatrice de The National sur CBC News

Le débat francophone est présenté par :

Débat de CityTvModifier

Le magazine Maclean's et le réseau CityTv sont alliés afin de présenter un débat, présenté par Paul Wells, le jeudi 12 septembre 2019 à Toronto. Les chefs du Parti conservateur Andrew Scheer, du Parti vert Elizabeth May et du NPD Jagmeet Singh participeront au débat. Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, a annoncé qu'il ne participerait pas au débat[13].

Débat de MunkModifier

La fondation Munk Debates souhaite organiser, comme pour la dernière élection, un débat portant sur les affaires étrangères. Andrew Scheer, Elizabeth May et Jagmeet Singh ont annoncés vouloir participer au débat. Toutefois, comme pour le débat de CityTv, le Premier ministre sortant déclare ne pas vouloir participer au débat de Munk. La fondation songe à annuler le débat si le chef libéral, Justin Trudeau ne participe pas[13].

Débat de TVAModifier

Comme depuis l'élection québécoise de 2012, TVA ne souhaite plus s'associer aux autres diffuseurs pour l'organisation de débats en période électorale. Ainsi, TVA diffuse son Face à Face 2019. Le débat a lieu le 2 octobre et est animé par le chef d'antenne de TVA, Pierre Bruneau. Andrew Scheer, Justin Trudeau, Yves-François Blanchet et Jagmeet Singh sont invités par le réseau de télévision. Toutefois, Elizabeth May du Parti vert n'est pas invitée. Une pétition en ligne est lancée demandant à TVA de l'inviter au débat[14] en vain.

Itinéraires des chefs de partisModifier

SlogansModifier

Slogan (français) Slogan (anglais̠)
Parti libéral du Canada « Choisir d'avancer ». « Choose forward ».
Parti conservateur du Canada « Plus. Pour vous. Dès maintenant. »[42] « It's time for you to get ahead »
Bloc québécois « Le Québec, c'est nous »[43] NC
Nouveau Parti démocratique « On se bat pour vous. » « In it for you. »
Parti vert du Canada « Ni à droite ni à gauche. Vers l'avant ensemble. » « Not left not right. Forward Together. »
Parti populaire du Canada « Fort et libre. » « Strong and free. »

ControversesModifier

Parti libéralModifier

Affaire SNC-LavalinModifier
Article détaillé : Affaire SNC-Lavalin.

En février 2019, la ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, démissionne, accusant le premier ministre Justin Trudeau et des membres de son entourage d'exercer des pressions contre elle pour la forcer à intervenir en faveur de SNC-Lavalin, accusée de corruption pour avoir versé 48 millions de dollars canadiens de pots-de-vin à des responsables libyens en échange d’importants contrats dans le pays. Elle évoque notamment des « menaces voilées » pour qu’elle intervienne auprès du bureau des procureurs[44]. Cette affaire pousse la police fédérale à enquêter sur une possible entrave à la justice[45]. Gerald Butts, principal conseiller du Premier ministre, démissionne dans la foulée, de même que la ministre du Budget Jane Philpott, qui explique ne plus avoir confiance en Trudeau[44]. Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott sont par la suite exclues du caucus libéral[46].

Autres controversesModifier

Justin Trudeau fait l'objet d'une controverse dès 2017 en passant ses vacances sur l’île privée du richissime philanthrope Aga Khan. C'est alors la première fois qu'un Premier ministre canadien enfreint la loi sur les conflits d’intérêts[45].

L'ex-imam Hassan Guillet et candidat dans Saint-Léonard—Saint-Michel au Québec s'est vu retirer son investiture suite à la divulgation de propos antisémites[47].

Réjean Hébert, ancien ministre de la Santé du gouvernement péquiste de Pauline Marois (2012-2014) se dit intéressé par l'investiture libérale dans Sherbrooke[48]. Il porte ensuite son choix sur la circonscription de Longueuil—Saint-Hubert en banlieue montréalaise. Ce changement abrupte d'allégeance est vu par plusieurs souverainistes comme étant hautement inexplicable et suspecte[49].

Le parti a demandé au groupe The Strumbellas d'utiliser leur chanson « One Hand Up » comme chanson thème de leur campagne. Il leur fut également demandé d'en faire une traduction et de la chanter en français. Cette dernière version fut immédiatement la cible de critiques et de moqueries dans les médias sociaux pour la mauvaise qualité de son français. Il est allégué, mais pas démontré, que le groupe a traduit la version anglaise originale en français en utilisant un service de traduction automatique en ligne (exemple du texte incompréhensible : « Enlève une main haute/ Pour tout main/Enlève une main haute/ Osé toi/ On peut être avenir aujourd'hui/ Si tu restes avec moi »)[50].

Le magazine Time publie une photo de Justin Trudeau maquillé en brun et déguisé en arabe lors d'une soirée thématique de fin d'année en 2001 dans une école privée en Colombie-Britannique où il enseignait. Il présente publiquement ses excuses et reconnaît en plus s'être maquillé ainsi lorsqu'il était étudiant au secondaire[51]. Le lendemain, une vidéo a été révélée par Global News (en) le montrant maquillé en noir alors qu'il était plus jeune[52].

Jaime Battiste, candidat libéral en Nouvelle-Écosse, a tenu des propos sexistes, homophobes et racistes à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux. Il s'est excusé début octobre pour cela[53],[54],[55].

Parti conservateurModifier

Harzadan Khattra, candidat dans Dufferin—Caledon, Ontario, se voit retirer l'investiture par le parti suite à un manque d'information vérifiable[56].

Salim Mansur, candidat dans London North Centre se voit retirer l'investiture par le PCC, car, bien qu'il soit lui-même musulman, il exprime des opinions trop critiques envers l'Islam[57].

L'ancienne olympienne Sylvie Fréchette, candidate du PCC dans Rivière-du-Nord affirme, le 26 août sur les ondes d'ICI Première à Montréal, que le parti ne rouvrira pas le dossier de l'avortement, après en avoir été assurée par le lieutenant du PCC pour le Québec, Alain Rayes. S'en suit une confusion dans les rangs conservateurs. Andrew Scheer doit désavouer son lieutenant et dicte qu'un gouvernement dirigé par lui-même ne déposerait pas de projet de loi en ce sens, mais n'empêcherait pas ses députés de déposer des projets de loi privés[58].

Le 10 octobre 2019, la Société Radio-Canada dépose une requête à la cour suprême du Canada contre le parti pour avoir utilisé des images de la société d'État sans son autorisation pour des fins publicitaires[59]. Dans la publicité en question, on peut y voir les journalistes Rosemary Barton et John Paul Tasker donc la société juge que cela s'attaque à l'intégrité et l'indépendance professionnelle de son journalisme.

Le 19 octobre 2019, la Société Radio-Canada a obtenu des documents révélant que Daisy Group, une entreprise de communication ontarienne, avait été engagé par le parti conservateur pour créer une campagne sur les médias sociaux afin de déstabiliser le parti populaire du Canada et garder son chef (Maxime Bernier) à l’écart des débats des chefs fédéraux en français et en anglais[60].

Nouveau Parti démocratiqueModifier

Le député sortant de Longueuil—Saint-Hubert, Pierre Nantel, annonce le 16 août qu'il portera les couleurs du Parti vert du Canada dans sa circonscription. Le NPD lui retire sa nomination, lui qui était député depuis 2011[61].

Le 11 septembre 2019, le candidat dans LaSalle—Émard—Verdun, Olivier Mathieu est visé par des allégations de violence conjugale par son ex-conjointe ; il annonce le retrait de sa candidature le jour même sur Facebook[62].

Bloc québécoisModifier

Candidat dans Ahuntsic-Cartierville, André Parizeau, ex-chef du Parti communiste du Québec, doit désavouer son ancien parti afin de conserver la nomination du Bloc québécois dans cette circonscription du nord de Montréal[63].

Plusieurs candidats du Bloc québécois ont, avant le début des élections, partagés des vidéos et messages qualifiés d'islamophobe par le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence[64] :

  • La candidate dans Saint-Maurice—Champlain, Nicole Morin, a partagé une vidéo du groupe d'extrême droite identitaire La Meute en 2017.
  • La candidate dans Beauport—Côte-de-Beaupré—Île d'Orléans—Charlevoix, Caroline Desbiens, a écrit en 2013 que la loi sur la laïcité servait à « éviter le pore [pire]... Soit que dans quelques années, vos filles, petites filles et arrière petites filles soient obligées de se mettre un voile sur la tête pour aller faire des courses chez IGA sous peine de se voir jeter en prison ». Elle a aussi partagé des messages en appui à la politicienne français d'extrême droite Marine Le Pen

[65].

  • La candidate dans Marc-Aurèle-Fortin, Lizabel Nitoi, a en 2016 partagé un article du militant néonazi Boris Le Lay affirmant que la consanguinité massive chez les communautés musulmanes auraient eu comme conséquence dévastatrice une capacité mentale diminuée dans la communauté. »
  • La candidate dans Chicoutimi—Le Fjord, Valérie Tremblay, a écrit des dizaines de tweets critiquant l'islam, qualifiant ce-dernier de « forme d'asservissement de la femme.
  • Le candidat dans Sherbrooke, Claude Forgues a partagé en avril 2019 une vidéo qualifiant l'islam de maladie et affirmant que cette religion ne mérite pas le respect[66].

Parti vertModifier

Suite à la controverse au Parti conservateur concernant la position de ce parti sur l'avortement, Elizabeth May affirme qu'elle ne pourrait interdire à ses députés de voter pour restreindre le droit à l'avortement au Canada[67]. Le Parti libéral, le NPD et le Bloc québécois dénoncent les propos de la cheffe du Parti vert[68].

Le candidat du PVC dans Longueuil—Saint-Hubert et transfuge du NPD, Pierre Nantel affirme en entrevue sur QUB Radio, être souverainiste et souhaite que le Québec organise au plus vite un référendum visant l'indépendance du Québec. Bien que rabroué par Elizabeth May, Pierre Nantel reste candidat du PVC[69]. « Nous n’avons pas de problème avec sa position» a déclaré Mme Elizabeth May à La Presse canadienne[70].

Quatre Candidats du Parti Vert, Greg De Luca (Brossard-Saint-Lambert), Katherine Turgeon (Shefford), Jocelyn Rioux (Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques) et Aline Bégin (Abitibi—Témiscamingue) [71], ont tenu des propos anti-islam[72],[73].

RésultatsModifier

NationauxModifier

 
Répartition des sièges de la Chambre des communes.
 
Carte des résultats détaillés par circonscription.
Résultats préliminaires des élections fédérales canadiennes de 2019[74]
 
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Parti libéral 5 915 950 33,07   6,40 157   27
Parti conservateur 6 155 662 34,41   2,50 121   22
Bloc québécois 1 376 135 7,69   3,02 32   22
Nouveau Parti démocratique 2 849 214 15,93   3,80 24   20
Parti vert 1 162 361 6,50   3,07 3   2
Parti populaire 292 703 1,64 Nv 0 Nv
Autres partis (16) 64 619 0,36 - 0  
Indépendants 73 620 0,41   0,13 1   1
Suffrages exprimés 17 890 264
Votes blancs et invalides
Total 100 - 338  
Abstentions
Inscrits / participation 27 126 166 66,10

Par provinceModifier

Résultats par province et territoire[75]
Parti CB AB SK MB ON QC NB N-É ÎPÉ TNL YK TNO NU Total
Libéral Sièges 11 0 0 4 79 35 6 10 4 6 1 1 0 157
Voix 26,2 % 13,7 % 11,6 % 26,3 % 41,5 % 34,2 % 37,6 % 41,3 % 43,6 % 44,7 % 33,4 % 40,0 % 31,0 % 33,1 %
Conservateur Sièges 17 33 14 7 36 10 3 1 0 0 0 0 0 121
Voix 34,1 % 69,2 % 64,3 % 45,4 % 33,2 % 16,0 % 32,8 % 25,7 % 27,4 % 28,0 % 33,1 % 25,8 % 25,8 % 34,4 %
NPD Sièges 11 1 0 3 6 1 0 0 0 1 0 0 1 24
Voix 26,2 % 11,5 % 19,5 % 20,7 % 16,8 % 10,7 % 9,4 % 18,9 % 7,6 % 23,9 % 21,8 % 21,8 % 41,2 % 15,9 %
Bloc québécois Sièges 32 32
Voix 32,5 % 7,7 %
Vert Sièges 2 0 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 3
Voix 12,4 % 2,8 % 1,2 % 5,1 % 6,2 % 4,4 % 17,0 % 11,0 % 20,8 % 3,1 % 10,3 % 10,6 % 2,1 % 6,5 %
Parti populaire Sièges 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Voix 1,7 % 2,2 % 1,8 % 1,7 % 1,6 % 1,5 % 2,1 % 1,2 % 0,0 % 0,1 % 1,4 % 1,8 % 0,0 % 1,6 %
Autres partis et indépendants Sièges 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1
Voix 1,1 % 0,4 % 0,2 % 0,7 % 0,6 % 0,5 % 1,0 % 1,7 % 0,5 % 0,3 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,8 %
Total 42 34 14 14 121 78 10 11 4 7 1 1 1 338

Par circonscriptionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Élections fédérales: un taux de participation de 68,5 % », sur journaldemontreal.com, (consulté le 18 septembre 2018).
  2. « Élections passées », sur elections.ca, (consulté le 18 septembre 2018).
  3. « IPU PARLINE database: CANADA (House of Commons ), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 13 septembre 2019).
  4. (en) « Consolidated federal laws of canada, Access to Information Act », sur laws.justice.gc.ca, (consulté le 13 septembre 2019).
  5. « Loi modifiant la Loi électorale du Canada », sur http://laws-lois.justice.gc.ca, (consulté le 18 septembre 2018).
  6. « La campagne électorale fédérale sera déclenchée mercredi », sur Radio-Canada.ca (consulté le 13 septembre 2019).
  7. « Élections fédérales : une longue soirée en vue », sur TVA Nouvelles (consulté le 22 octobre 2019).
  8. Émilie Bergeron, « L'adoption de la loi 21 suscite de vives réactions à Ottawa », sur Le Journal de Montréal (consulté le 11 septembre 2019).
  9. Émilie Bergeron, « Loi 21: Trudeau ne s'impliquera pas «pour l'instant» dans des contestations », sur Le Journal de Montréal (consulté le 11 septembre 2019).
  10. « Laïcité : Elizabeth May offrirait un emploi fédéral aux personnes visées par la loi 21 | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 13 septembre 2019).
  11. « Tout ce que vous devez savoir au sujet des débats des chefs fédéraux 2019 - Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 13 septembre 2019).
  12. « Maxime Bernier invité aux débats des chefs », sur Radio-Canada.ca (consulté le 16 septembre 2019).
  13. a et b « Trudeau participera à deux des cinq débats », sur La Presse+, (consulté le 13 septembre 2019).
  14. « Absence des verts au débat de TVA: leur pétition atteint 15 000 signatures », sur HuffPost Québec, (consulté le 13 septembre 2019).
  15. « Le Parti libéral veut commencer la campagne en lion | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  16. (en) Kathleen Harris, « Scheer kicks off election campaign accusing Trudeau of lies, cover-up over SNC-Lavalin scandal », sur cbc.ca, (consulté le 13 septembre 2019).
  17. « Scheer demande l’appui de «la nation québécoise» », sur La Presse, (consulté le 12 septembre 2019).
  18. (en) John Paul Tasker, « Conservatives enter 40-day federal campaign flush with cash, focused on Quebec », sur cbc.ca, (consulté le 13 septembre 2019).
  19. (en) « NDP launch federal election campaign in 'strategic' London, Ont. », sur london.ctvnews.ca, (consulté le 12 septembre 2019).
  20. (en) « 'We will never abandon our children': Green Party launches election campaign in Victoria », sur Vancouver Island, (consulté le 12 septembre 2019).
  21. « Libéraux et conservateurs avancent des mesures très ciblées pour les jeunes électeurs | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  22. « ITINÉRAIRE POUR JUSTIN TRUDEAU – LE 12 SEPTEMBRE 2019 », sur liberal.ca, (consulté le 13 septembre 2019).
  23. a b et c « Scheer et Singh écorchent Trudeau pour son absence au premier débat | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  24. « Une loi pour interdire les brèches dans la gestion de l’offre », sur www.blocquebecois.org (consulté le 12 septembre 2019).
  25. « Maxime Bernier apprécie la «blague» du Parti rhinocéros », sur La Presse, (consulté le 12 septembre 2019).
  26. « Itinéraire de Justin Trudeau – le 13 septembre 2019 », sur www.liberal.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  27. « Conservatives promise to bring back the public transit tax credit », sur Federal Election 2019, (consulté le 7 octobre 2019).
  28. « Jagmeet Singh ne veut pas être « l'ennemi » de la communauté d'affaires - Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  29. « Tout ce qui se passe chez nous, passe par nous! », sur www.blocquebecois.org (consulté le 7 octobre 2019).
  30. « Itinéraire de Justin Trudeau – le 15 septembre 2019 », sur www.liberal.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  31. « Conservatives promise to cut tax on lowest income bracket as Scheer tours B.C. - The Star », sur thestar.com (consulté le 7 octobre 2019).
  32. a et b « Agenda public du chef », sur www.blocquebecois.org (consulté le 7 octobre 2019).
  33. « Itinéraire de Justin Trudeau – le 16 septembre 2019 », sur www.liberal.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  34. « Andrew Scheer vante les mérites du pétrole et du gaz albertains à Calgary - Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  35. « On exige la fin des subventions aux énergies fossiles », sur Journal le Courant des Hautes-Laurentides (consulté le 7 octobre 2019).
  36. « Le Parti vert met l'urgence climatique et la réconciliaton au coeur de sa plateforme », sur Le Devoir (consulté le 7 octobre 2019).
  37. « Études postsecondaires: Scheer promet des subventions augmentées », sur TVA Nouvelles (consulté le 7 octobre 2019).
  38. « Itinéraire de Justin Trudeau – le 18 septembre 2019 », sur www.liberal.ca (consulté le 7 octobre 2019).
  39. Mia Rabson, « Conservatives will review business subsidies in effort to save $1.5 billion », sur Federal Election 2019, (consulté le 7 octobre 2019).
  40. « Le NPD veut assurer une meilleure couverture des soins dentaires », sur www.journaldequebec.com (consulté le 7 octobre 2019).
  41. « Le Bloc veut interdire les pesticides nuisibles aux abeilles », sur La Presse, (consulté le 7 octobre 2019).
  42. « Le Parti conservateur dévoile son slogan », sur La Presse, (consulté le 3 septembre 2019).
  43. « Le Bloc dévoile son slogan pour la campagne », sur La Presse, (consulté le 3 septembre 2019).
  44. a et b « Au Canada, Justin Trudeau vit une crise politique sans précédent », sur Le Monde, .
  45. a et b « A la Une: Le «rendez-vous raté» du Premier ministre haïtien Fritz William Michel », sur RFI, (consulté le 7 octobre 2019).
  46. « Trudeau exclut Wilson-Raybould et Philpott du caucus libéral », sur Le Devoir (consulté le 12 septembre 2019).
  47. « Les libéraux montrent la porte à l'ex-imam Hassan Guillet », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 12 septembre 2019).
  48. « Approché par les libéraux de Justin Trudeau, l’ex-péquiste Réjean Hébert songe à plonger en politique fédérale », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  49. « Réjean Hébert au PLC: «incrédulité» chez les souverainistes du Québec », sur La Presse, (consulté le 13 septembre 2019).
  50. Thomas Dufour, « La chanson de campagne des libéraux ridiculisée sur Twitter », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2019).
  51. Émilie Bergeron, « Maquillé en brun: Trudeau se confond en excuses », Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2019).
  52. Agence QMI, « D'autres images de Justin Trudeau maquillé en brun dévoilées », Journal de Québec,‎ (lire en ligne, consulté le 19 septembre 2019).
  53. «Cape Breton Liberal candidate unworthy of seat after offensive tweets», CBC/Radio-Canada, 4 octobre 2019
  54. Michael MacDonald, The Canadian Press, «Meet Jaime Battiste: Nova Scotia’s first Mi’kmaq member of Parliament», Global News, 22 octobre 2019
  55. Aidan Wallace, «Liberal candidate apologizes for past racist, homophobic and sexist social media posts», Toronto Sun, 4 octobre 2019
  56. (en) Matthew Strader, « Harzadan Khattra out as Dufferin-Caledon Conservative MP candidate », sur CaledonEnterprise.com, (consulté le 12 septembre 2019).
  57. (en) « FATAH: The push to boot candidates accused of Islamophobia raises questions », sur torontosun.com, (consulté le 12 septembre 2019).
  58. « Avortement : confusion et flou chez les conservateurs | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  59. (en) « CBC taking Conservative Party to court over online election ad » (consulté le 12 octobre 2019).
  60. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Le PCC derrière une campagne visant à « détruire » le parti de Maxime Bernier | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 19 octobre 2019).
  61. « Pierre Nantel confirme qu'il se présentera pour le Parti vert », sur La Presse, (consulté le 12 septembre 2019).
  62. « Un candidat montréalais du NPD démissionne et nie des allégations de violence conjugale | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  63. « André Parizeau candidat du Bloc après s'être dissocié du Parti communiste du Québec | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  64. « Propos anti-islam: des candidats du Bloc embarrassants », sur journaldemontreal.com (consulté le 21 octobre 2019).
  65. « Des propos élogieux à l'endroit de Marine Le Pen reviennent hanter la bloquiste Caroline Desbiens », sur radio-canada.ca (consulté le 21 octobre 2019).
  66. « Messages anti-islam : Claude Forgues présente ses excuses », sur latribune.ca (consulté le 21 octobre 2019).
  67. « Elizabeth May n'empêchera pas ses députés de rouvrir le débat sur l'avortement | Élections Canada 2019 », sur Radio-Canada.ca (consulté le 12 septembre 2019).
  68. « Elizabeth May obligée de se défendre sur l’avortement », sur La Presse, (consulté le 12 septembre 2019).
  69. « «Séparons-nous au plus vite», dit Pierre Nantel du Parti vert du Canada », sur TVA Nouvelles, (consulté le 12 septembre 2019).
  70. Sidhartha Banerjee, La Presse Canadienne, « Pierre Nantel restera candidat, dit Elizabeth May », sur La Presse, (consulté le 13 septembre 2019).
  71. Annie-Claude Luneau, « Propos jugés islamophobes : le Parti vert du Québec demande le retrait d'Aline Bégin », sur Radio-Canada (Abitibi-Témiscamingue), (consulté le 18 octobre 2019).
  72. Christopher Nardi, « Propos islamophobes : Quatre candidats du Parti vert s’excusent », sur Journal de Montréal, (consulté le 15 octobre 2019).
  73. La Presse canadienne, « Quatre candidats verts ont fait des commentaires islamophobes », sur Radio-Canada, (consulté le 15 octobre 2019).
  74. « Résultats du soir d'élection - National » (consulté le 22 octobre 2019).
  75. « Résultats du soir d'élection - Provinces & territoires », sur enr.elections.ca (consulté le 2 novembre 2019)