PSR B1257+12 d

exoplanète

PSR B1257+12 C
Taille comparée de PSR B1257+12 C avec la Terre et Neptune selon différents modèles de composition.Du plus petit au plus grand rayon :modèle de planète métallique pure,type tellurique à 67 % Fe, 32,5 % MgSiO3,aqueuse à 75 % H2O, 3 % Fe, 22 % MgSiO3,aqueuse pure dépourvue d'enveloppe H2/He
Taille comparée de PSR B1257+12 C avec la Terre et Neptune selon différents modèles de composition.
Du plus petit au plus grand rayon :
modèle de planète métallique pure,
type tellurique à 67 % Fe, 32,5 % MgSiO3,
aqueuse à 75 % H2O, 3 % Fe, 22 % MgSiO3,
aqueuse pure dépourvue d'enveloppe H2/He
Étoile
Nom PSR B1257+12
Constellation Vierge
Ascension droite 13h 00m 01s
Déclinaison 12° 40′ 57″
Type spectral Pulsar

Localisation dans la constellation : Vierge

(Voir situation dans la constellation : Vierge)
Virgo IAU.svg
Planète
Type Planète de pulsar
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,46  UA  [1]
Excentricité (e) 0,0252 ± 0,0002  [1]
Période (P) 98,2114 ± 0,0001  d  [1]
Inclinaison (i) 47 ± 4 °  [1],[2]
Argument du périastre (ω) 108,3 ± 0,5 °  [1]
Époque (τ) 2 449 766,5 ± 0,1JJ
Caractéristiques physiques
Masse (m) 3,9 ± 0,2 MT [1]
Découverte
Découvreurs Aleksander Wolszczan et Dale Frail
Méthode Chronométrie radio
Date
Statut confirmée[3]

PSR B1257+12 d ou Phobétor, anciennement PSR B1257+12 C, est une exoplanète rocheuse orbitant autour de PSR B1257+12 (alias Lich), un pulsar milliseconde située à une distance d'environ 710 ± 40 parsecs ou 2 300 années-lumière dans la constellation de la Vierge. Il s'agit donc d'une planète de pulsar.

CaractéristiquesModifier

Phobétor orbite en 98,2 jours à 0,46 UA de Liche.

D'un peu moins de quatre fois la masse de la Terre (3,9 M), c'est la troisième planète de ce système planétaire par demi-grand axe croissant. Ce système contient plusieurs planètes, dont PSR B1257+12 c (alias Poltergeist), un peu plus massive mais d'orbite voisine. Ces deux planètes exerçant l'une sur l'autre des perturbations gravitationnelles sensibles qui ont permis de préciser leurs paramètres orbitaux[3],[4].

Planète Masse
(M)
Demi-grand axe
(UA)
Période orbitale
(d)
 Excentricité 
  PSR B1257+12 b   0,020 ± 0,002   0,19   25,262 ± 0,003   0,00
  PSR B1257+12 c   4,3 ± 0,2   0,36   66,5419 ± 0,0001   0,0186 ± 0,0002
  PSR B1257+12 d   3,9 ± 0,2   0,46   98,2114 ± 0,0002   0,0252 ± 0,0002
  PSR B1257+12 e   4×10-4 [5]   2,6   1 250   ?
Système planétaire de PSR B1257+12[1].

DécouverteModifier

Phobetor et sa voisine Poltergeist sont découvertes en par Aleksander Wolszczan et Dale Frail grâce au radiotélescope d'Arecibo. Elle sont peut-être les premières planètes jamais détectées en dehors du Système solaire[a], par chronométrie radio utilisant les variations de fréquence de rotation d'un pulsar pour identifier les éventuels corps en rotation autour de lui[4].

FormationModifier

Plusieurs scénarios tentent d'expliquer la présence inattendue de planètes orbitant un pulsar, de fait, une étoile non seulement « morte » mais ayant fini sa vie en supernova dévastatrice.

Une des hypothèses envisage la formation de planètes de pulsar à partir de l'accrétion du disque de matière éjecté par la supernova. Des simulations numériques montrent que dans un tel scénario, seulement deux ou trois planètes peuvent se former très près du pulsar, soit environ 0,5 unité astronomique (UA) de celui-ci. Or, à 0,46 UA, Phobétor est la planète (confirmée) la plus éloignée de son étoile, le système planétaire dans lequel elle se trouve étant légèrement plus grand que l'orbite de Mercure[8],[9],[10].

DésignationModifier

En , l'Union astronomique internationale (IAU) lance NameExoWorlds, une consultation publique qui propose de nommer dix-neuf systèmes planétaires (14 étoiles et 31 exoplanètes en orbite autour d'elles)[11].

Dans ce cadre, PSR B1257+12 d est officiellement nommée Phobétor en . Le nom est inspiré d'un des trois dieux de la mythologie grecque personnifiant les rêves et les cauchemars. Or, sauf dans leurs rêves ou cauchemars les plus fous, les astronomes ne s'attendaient pas à trouver des planètes pouvant survivre à une supernova, ou se former à partir de ses restes : un processus de formation que l'on peut d'ailleurs qualifier de cauchemardesque[12],[13].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En considérant que HD 114762 Ab est une naine brune[6] et que les données concernant Gamma Cephei étaient insuffisantes en pour conclure à l'existence de Gamma Cephei Ab[7].

RéférencesModifier

  1. a b c d e f et g (en) M. Konacki, A. Wolszczan, « Masses and Orbital Inclinations of Planets in the PSR B1257+12 System », The Astrophysical Journal, vol. 591, no 2,‎ , p. L147-L150 (lire en ligne [PDF]) DOI:10.1086/377093.
  2. L'inclinaison de cet astre est estimée à 47 ± 4° ou à 133 ± 4° car il est impossible de déterminer le sens direct ou indirect de la révolution de cet astre autour du pulsar.
  3. a et b (en) « PSR B1257+12d », sur California Institute of Technology (consulté le 20 décembre 2020).
  4. a et b (en) Alexander Wolszczan, « Confirmation of Earth-Mass Planets Orbiting the Millisecond Pulsar PSR B1257 + 12 », Science, États-Unis, Association américaine pour l'avancement des sciences, vol. 264, no 5158,‎ , p. 538-542 (DOI 10.1126/science.264.5158.538, lire en ligne, consulté le 18 décembre 2020).
  5. (en) Extrasolar.net « PSR 1257+12 d »
  6. (en) Latham, David W., Stefanik, Robert P., Mazeh, Tsevi, Mayor, Michel et Burki, Gilbert, « The unseen companion of HD114762 - A probable brown dwarf », Nature,‎ (DOI 10.1038/339038a0).
  7. (en) Artie P. Hatzes, William D. Cochran, Michael Endl, Barbara McArthur, Diane B. Paulson, Gordon A. H. Walker, Bruce Campbell et Stephenson Yang, « A Planetary Companion to γ Cephei A », The Astrophysical Journal, vol. 599, no 2,‎ , p. 1383-1394 (DOI 10.1086/379281, lire en ligne [PDF]).
  8. smaël Cognard et Gilles Theureau, « Les pulsars, des astres à planètes », sur Pour la science, (consulté le 20 décembre 2020).
  9. Laurent Sacco, « Comment des exoplanètes peuvent-elles se former autour de pulsars ? », sur Futura, (consulté le 20 décembre 2020).
  10. (en) AlexWolszczan, « Discovery of pulsar planets », New Astronomy Reviews, vol. 56, no 1,‎ , p. 2-8 (ISSN 1387-6473, DOI 10.1016/j.newar.2011.06.002, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2020).
  11. (en) « 2015 NameExoWorlds Competition » (consulté le 20 décembre 2020).
  12. Philippe Henarejos, « Les exoplanètes reçoivent leurs premiers noms », sur Ciel et Espace, (consulté le 18 décembre 2020).
  13. (en) Calla Cofield, « Undead and Mythological Creatures Inspire New Names for Stars, Alien Planets », sur Space.com, (consulté le 19 décembre 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier