Orhan Gazi
Illustration.
Le bey Orhan.
Titre
2e souverain ottoman

(~ 36 ans)
Prédécesseur Osman Ier
Successeur Mourad Ier
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Nom de naissance أُورخان بن عُثمان
Date de naissance
Lieu de naissance Söğüt
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Bursa
Nationalité Turque
Père Osman Ier
Mère Malhun Hatun
Fratrie Pazarli, Coban, Hamit, Alaeddin, Ali, Melik, Savcı
Conjoint Nilüfer Hatun, Asporça Hatun, Théodora Hatun, Eftandise Hatun, Bayalun Hatun
Enfants Soliman, Mourad, Ibrahim, Halil, Kasim, Sultan, Eyüp, Fatma, Hatice
Profession Bey, Chef militaire
Religion Islam

Signature de Orhan Gazi
Liste des sultans de l'Empire ottoman

Orhan, Orkhan (turc : Orhan Gazi) (gazi ou ghazi en turc : gazi, combattant de la foi, de l'arabe : ḡāzin, غازٍ, conquérant ; triomphateur) ou Urchan né vers 1281 à Söğüt et mort en mars 1362 à Bursa[1] est un sultan ottoman. Son père était Osman Ier auquel il succéda vers 1326.

Dans les premiers stades de son règne, Orhan a concentré ses énergies sur la conquête de la plupart du nord-ouest de l’Anatolie. La majorité de ces zones étaient sous domination byzantine et il a gagné sa première bataille de Pélékanon contre l’empereur byzantin Andronic III Paléologue. Orhan a également occupé les terres des Karesioğulları de Balıkesir et les Ahis d’Ankara.

Une série de guerres civiles entourant l’ascension de l’empereur byzantin Jean V Paléologue, âgé de neuf ans, a grandement profité à Orhan. Dans la Guerre civile de Byzance (1341-1347), le régent Jean VI Cantacuzène épousa sa fille Théodora Hatun à Orhan et employa des guerriers ottomans contre les forces rivales de l’impératrice douairière, leur permettant de piller thrace. Pendant la Guerre civile de Byzance (1352-1357), Cantacuzène utilisa les forces ottomanes contre Jean V, leur accordant l’utilisation d’une forteresse européenne à Çimpe vers 1352. [2],[3]Un tremblement de terre majeur a dévasté Gallipoli deux ans plus tard, après quoi le fils d’Orhan, Soliman Pacha, a occupé la ville, donnant aux Ottomans une tête de pont forte dans l’Europe continentale.

Selon Ibn Battuta, Orhan était « le plus grand des rois turkmènes et les plus riches en richesses, terres et forces militaires ».[4]

Orhan a eu cinq épouses, et sept fils : Soliman, Mourad, Ibrahim, Halil, Kasim, Sultan et Eyüp. C'est Mourad Ier qui lui succéda.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Orhan est né à Söğüt vers 1281, le premier fils d’Osman Ier. Le grand-père d’Orhan, Ertuğrul, a nommé son petit-fils Orhan Alp. La petite enfance et l’âge adulte d’Orhan sont inconnus, mais il est devenu très proche de son père. Certains articles historiques prétendent que quand Orhan avait 20 ans, son père l’envoya dans la petite province ottomane de Nakihir, mais Orhan retourna dans la capitale ottomane, Söğüt en 1309.

Passage au pouvoirModifier

Osman Gazi mourut vers 1326,[5] et Orhan lui succéda. Selon la tradition ottomane, quand Orhan succéda à son père, il proposa à son frère, Alaeddin Pacha, qu’ils partagent l’empire émergent. Ce dernier refusa au motif que leur père avait désigné Orhan comme seul successeur et que l’empire ne devait pas être divisé. Il n’a accepté que comme part les revenus d’un seul village près de Bursa.

Orhan lui dit alors: « Puisque mon frère tu ne prendras pas les troupeaux que je t’offre, soyez vous le berger de mon peuple; être mon Vizir. Le mot vizir, vezir dans la langue ottomane de wazīr arabe, signifiait le porteur d’un fardeau. Alaeddin accepta, selon les historiens orientaux. Alaeddin, comme beaucoup de ses successeurs dans ce poste, ne commandait pas souvent les armées en personne, mais il s’occupait de la fondation et de la gestion des institutions civiles et militaires de l’État.

RègneModifier

Selon certaines autorités, c’est à l’époque d’Alaeddin et sur ses conseils, que les Ottomans cessèrent d’agir comme des vassaux au souverain seldjoukide: ils ne tamponnaient plus d’argent à son image ou n’utilisaient plus son nom dans les prières publiques. Ces changements sont attribués par d’autres à Osman lui-même, mais la grande majorité des écrivains orientaux s’accordent à attribuer à Alaeddin l’introduction de lois concernant le costume des différents sujets de l’empire et la création et le financement d’une armée permanente de troupes régulières. C’est par son conseil et celui d’un homme d’État turc contemporain que le célèbre corps de Janissaire a été formé, une institution que les écrivains européens à tort fixer à une date ultérieure, et attribuer à Mourad Ier.

JanissaireModifier

Alaeddin, par sa législation militaire, peut être vraiment dit avoir organisé la victoire pour la dynastie ottomane. Il organisa pour le Beylik ottoman une armée permanente d’infanterie et de chevaux régulièrement payés et disciplinés, un siècle avant que Charles VII de France ne fonde ses quinze compagnies permanentes d’hommes d’armes, qui sont généralement considérées comme la première armée permanente moderne.[6]

Les prédécesseurs d’Orhan, Ertuğrul et Osman Ier, avaient fait la guerre à la tête des vassaux armés et des volontaires. Cette armée montait à cheval jusqu’à la bannière de leur prince lorsqu’elle fut convoquée pour chaque expédition et fut dissoute dès la fin de la campagne. Alaeddin déterminé à assurer tout succès futur en formant un corps d’infanterie rémunérée, qui devait être maintenu en état de préparation constante pour le service. Ces troupes s’appelaient Yaya ou piyade. Ils ont été divisés en dizaines, centaines des milliers avec leurs commandants. Leur salaire était élevé et leur fierté a rapidement causé à leur souverain une certaine anxiété. Orhan voulait leur fournir un chèque et il a pris conseil à cet effet avec son frère Alaeddin et Çandarlı Kara Halil Hayreddin Pacha (de la Maison de Candar), qui était lié à la maison royale par mariage. Çandarlı a posé devant son maître et le vizir un projet. De là est né le célèbre corps de Janissaire, qui a été considéré comme le fléau des Balkans et de l’Europe centrale pendant une longue période, jusqu’à ce qu’il soit aboli par le sultan Mahmoud II en 1826.

Çandarlı propose à Orhan de créer une armée entièrement composée des enfants des lieux conquis. Çandarlı a fait valoir que:

Les vaincus sont la responsabilité du conquérant, qui est le souverain légitime d’eux, de leurs terres, de leurs biens, de leurs épouses et de leurs enfants. Nous avons le droit de faire, comme ce que nous faisons avec les nôtres; et le traitement que je propose n’est pas seulement légal, mais bienveillant. En faisant respecter l’inscription dans les rangs de l’armée, nous consultons à la fois leurs intérêts temporels et éternels, car ils seront éduqués et donné de meilleures conditions de vie.

Il a également affirmé que la formation de Janissaire à partir d’enfants conquis inciterait d’autres personnes à adopter, non seulement parmi les enfants des nations conquises, mais parmi une foule de leurs amis et relations, qui viendraient en tant que bénévoles pour rejoindre les rangs ottomans. Agissant sur ce conseil, Orhan choisit un millier des meilleurs garçons issus de familles chrétiennes conquises. Les recrues ont été formées en fonction de leurs capacités individuelles et employées dans des postes allant du soldat professionnel au Grand Vizir. Cette pratique a continué pendant des siècles, jusqu’au règne du sultan Mehmet IV.

Expansion du jeune empireModifier

 
Carte montrant l'étendue de l'empire ottoman lors du règne d'Orhan et ses conquêtes en 1355.

Orhan conquit Brousse (Bursa) le , dont il fit sa capitale.

Le territoire ottoman s’étendit peu à peu. Orhan Gazi passait tout son temps sur les champs de bataille où il remporta de nombreuses victoires et créa un nouveau corps d'infanterie appelé Yaya (en) (turc : yaya, piéton).

Sa seconde épouse fut Holofira, fille du prince byzantin de Yarhisar, qu'il enleva pendant la cérémonie de son mariage avec le prince voisin de Bilecik. Holofira se convertit à l'islam et prit le nom de Nilüfer Hatun. Elle donna naissance à Mourad.

Orhan assiégea Nicée (Iznik). L'empereur byzantin Andronic III Paléologue franchit les Dardanelles pour prendre les troupes ottomanes à revers. Celles-ci firent demi-tour pour affronter les armées byzantines. L'empereur byzantin dut se replier (1329). Orhan reprit aussitôt le siège de Nicée. Le gouverneur de Nicée n’espérant plus l’aide de Byzance, livra la ville aux Ottomans à condition que ceux-ci se comportassent correctement envers les habitants. Orhan accepta, faisant passer une des plus grandes villes chrétiennes de l’époque sous contrôle ottoman (1330).

Orhan poursuivit ses campagnes et prit le contrôle de la rive est de la mer de Marmara (1331), jusqu’à la province de Nicomédie (İzmit) vers le nord,dont il confia le gouvernement à son fils aîné Suleyman.

En 1342 Orhan finit de conquérir la province de Balıkesir en prenant les derniers châteaux. Avec cette conquête les Ottomans deviennent voisins de la principauté des Karesioğulları, région de Pergame (Bergama). Orhan Gazi profite des querelles de succession des Karesioğulları pour s’emparer de la province en 1345. La marine de la principauté des Karesioğulları se rallia aux armées ottomanes, ainsi les îles de la mer de Marmara furent annexées en 1352.

En 1346, Orhan se maria en cinquième noces, avec Théodora, fille de son allié l’empereur byzantin Jean VI Cantacuzène. Avec des Serbes et des Bulgares, les Ottomans aidèrent cet empereur à s'installer sur son trône à Byzance (). Pour la première fois, à cette occasion les troupes ottomanes prirent pied en Europe.

En 1352, il conquit Chalcédoine (aujourd'hui Kadiköy) juste en face de Byzance sur le Bosphore.

En 1354, la principauté de Gerede (près d’Ankara) fut envahie et Ankara conquise. La même année Suleyman Pacha occupa Gelibolu (Gallipoli), évacuée par sa population grecque à la suite d'un tremblement de terre, donnant ainsi une tête de pont aux Ottomans en Europe.

À la mort d'Orhan en mars 1362, les Ottomans possèdent le quart nord-ouest de l'Anatolie et ont pris pied en Europe.

ArchitectureModifier

 
Mosquée d'Orhan à Brousse.

Après la prise de Nicée (1331), Orhan transforma l’église Sainte-Sophie en mosquée.

Il a fait bâtir un complexe comprenant une mosquée et un hospice (imaret) à Bilecik, une mosquée et une école à Brousse (Bursa). L’université créée à Brousse fut la première donnant un enseignement scientifique. L’apparition des premières institutions étatiques, sociales et scientifiques remontent à son époque.

Orhan dans la culture populaireModifier

La série télévisée turque Kuruluş/Osmancık de 1988, il est interprété par Yaşar Alptekin.

Notes et référencesModifier

  1. Par exemple dans Joseph Hammer-Purgstall, M De Hammer, op. cit., vol. I (lire en ligne).
  2. Nicolle, David and Hook, Adam. Ottoman Fortifications 1300-1710. Osprey Publishing, 2010. Retrieved 3 Sep 2011.
  3. Goffman, Daniel. The Ottoman Empire and Early Modern Europe. Cambridge University Press, 2002. Retrieved 3 September 2011.
  4. Henry Glassie, (1991), Turkish Traditional Art Today, p. 370
  5. Cemal Kafadar, Between Two Worlds: The Construction of the Ottoman State, , p. 16
  6. Edward S. Creasy, History of the Ottoman Turks. (Beirut: Khayats, 1961), 13

BibliographieModifier

  • Joseph Hammer-Purgstall, M. De Hammer (trad. Louis Dochez), Histoire de l'Empire ottoman : depuis son origine jusqu'à nos jours, vol. I, Béthune et Plon, (présentation en ligne).

Liens externesModifier