Opme

établissement humain en France

Opme
Opme
Château d'Opme
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Aubière
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Commune Romagnat
Code postal 63540
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 25″ nord, 3° 05′ 38″ est
Altitude Min. 665 m
Max. 850 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Opme
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Opme
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Opme
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 15.svg
Opme

Opme (/ɔm/) est un lieu-dit situé dans la commune de Romagnat, dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château d'Opme et ses jardins constituent un ensemble remarquable classé monument historique, depuis respectivement 1916 et 1969.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Opme se trouve sur un col reliant la vallée de l'Auzon au bassin clermontois, au pied du plateau de Gergovie, sur les pentes du Puy Giroux dont l'altitude est de 838 mètres.

Le site se trouve sur un axe nord-sud que le vent balaie parfois de fortes rafales amplifiées par le relatif encaissement des contreforts du plateau de Gergovie et de ceux du Puy Giroux. Le CNRS possède une station d'observation et de mesures des vents pour étudier ces phénomènes[1],[2].

Opme possède d'importantes sources fournissant de l'eau aux communes voisines de Romagnat et de Clermont-Ferrand.

TransportsModifier

Le village est accessible, depuis le centre de Romagnat (au nord), par la route départementale 3 appelée route d'Opme. Cette route continue au sud-est en direction de Jussat, sur la commune limitrophe de Chanonat ; la D 785 accède directement au chef-lieu de la commune précitée[3].

À l'ouest, la D 120 permet d'accéder au village voisin de Saulzet-le-Chaud et à la route départementale 2089 (ancienne route nationale 89) ; vers l'est, la D 800 accède au plateau de Gergovie[3].

Le village est également desservi par la ligne 27 du réseau de transports urbains T2C ; un service de transport à la demande, fonctionnel en semaine, complète l'offre en correspondance avec la ligne 12 à Beaumont afin de rejoindre le centre-ville de Clermont-Ferrand[4].

Index des ruesModifier

  • Allée du Verger
  • Rue des Hautes
  • Rue des Basses
  • Chemin de Giroux
  • Rue du Maréchal de Tassigny
  • Rue du Café
  • Rue des Sources
  • Rue des Bruyères
  • Rue des Peigneurs
  • Rue du Grandchamp
  • Rue Côte-de-Champtoux
  • Impasse des Mancenilles
  • Chemin du Chantout

HistoireModifier

 
Village d'Opme, vu par Étienne-Jean Delécluze

Opme est situé sur l'emplacement stratégique d'un col où passait la voie romaine qui reliait Augustonemetum (Clermont-Ferrand) à Anicium (Le Puy-en-Velay).

La tour de garde qui commande et sécurise les lieux est ensuite transformée en château pour devenir la propriété des comtes d'Auvergne puis des dauphins d'Auvergne. La construction primitive date du XIe siècle, ce qui en fait l'un des plus vieux châteaux d'Auvergne.

En l'an 1234, la seigneurie d'Opme est cédée par Guillaume , dauphin, comte de Clermont, à Guillaume de Montrognon, en échange du château-fort de Montrognon, dominant Clermont-Ferrand, d'une importance majeure pour la défense de cette ville. Les descendants de la famille de Montrognon possédèrent la seigneurie d'Opme pendant plusieurs siècles, sous l'obligation de la foi-hommage aux dauphins, comte de Clermont, comme seigneurs dominants [5].

Bâti autour d'une cour intérieure, le logis est flanqué de cinq tours, dont trois subsistent encore. Au XIIIe siècle, un donjon carré remplace une tour d'angle. Pris par les Anglais en 1381, le château est libéré en 1393 par les maréchaux de Boucicaut et Sancerre.

En l'an 1613, Antoine de Ribeyre, trésorier de France, devient propriétaire d'Opme et y effectue des travaux considérables dans le goût de l'époque. Il crée une entrée d'honneur et un escalier intérieur, perce de larges fenêtres à meneaux donnant clarté et élégance à cette demeure autrefois si austère. Il aménage aussi, dans le style de Le Nôtre, deux jardins en terrasses. Celui du haut est un parterre entourant un grand bassin circulaire. Le jardin du bas est réservé à l'usage potager. Au centre, une remarquable fontaine Renaissance, attribuée à Androuet du Cerceau, embellit cet harmonieux ensemble à la fois utilitaire et d'agrément.

De à , le général de Lattre de Tassigny, séjourne au château. Il crée l'École des cadres d'Opme qui forme des cadres pour l'armée française rénovée. En septembre 1941, le général de Lattre de Tassigny quitte l'Auvergne pour prendre le commandement des troupes françaises de Tunisie. Un petit musée rappelle des épisodes de cette époque. L'École des cadres est devenue un établissement régional d'enseignement adapté qui porte son nom[6],[7],[8].

 
Le village de Opme (au centre), à gauche le Puy Giroux, à droite le plateau de Gergovie et en arrière-plan la Chaîne des Puys.

AdministrationModifier

Le village dépend de la commune de Romagnat.

Population et sociétéModifier

ÉducationModifier

Cursus scolaireModifier

Le village est rattaché à Romagnat, laquelle dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Aucun secteur n'est affecté par défaut pour le village d'Opme ; les élèves devraient commencer leur scolarité à l'école élémentaire de Saulzet-le-Chaud[9].

Ils la poursuivent au collège Henri-Pourrat de Ceyrat[10], puis à Clermont-Ferrand, au lycée Jeanne-d'Arc (ou Blaise-Pascal)[11].

Lycée d'enseignement adaptéModifier

Le lycée d'enseignement adapté accueille une centaine d'élèves, lesquels peuvent l'intégrer en 4e et 3e SEGPA ou 3e prépa pro. Il forme les élèves aux CAP carreleur mosaïste, installateur thermique, maçon, plâtrier plaquiste ou jardinier paysagiste. Elle abrite le siège d'une antenne du GRETA, accueillant des adultes en formation continue préparant des brevets professionnels[12].

Culture et patrimoineModifier

Bâtiments religieuxModifier

 
Croix de saint Georges.
  • Église du village : autrefois rattachée au château.
  • Chapelle dédiée à la vierge : en face de l'entrée du château, à l'extrémité de l'ancienne allée d'accès au château.
  • Croix de Saint Georges

Les PatrimoinesModifier

Mobilisation pour la sauvegarde de l'église
Création d'une association pour la sauvegarde des Patrimoines d'Opme A.S.P.'Opme.
Les habitants d'Opme ont décidé d'un commun accord de lancer une association de sauvegarde de l'église avec un élargissement aux patrimoines du village : naissance d'A.S.P.'Opme.
Le village d'Opme compte comme un point touristique et environnemental important au sein de la commune de Romagnat, son château, ses rues pittoresques, ses randonnées et balades (GR et PR), ici sont réunies histoires anciennes et contemporaines.
aspopme.com

Autres bâtimentsModifier

  • Ancienne Maison du Peuple

MuséesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « V-2: CO-PDD (Site d'observations atmosphériques Puy de Dôme/Opme/Cézeaux », sur Institut national des sciences de l'univers, Centre national de la recherche scientifique (consulté le ).
  2. « La station d'observations in situ et de télédétection du Puy de Dôme / Opme / Cézeaux », sur Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal - CNRS (consulté le ).
  3. a et b Carte d'Opme sur Géoportail (consulté le 17 février 2016).
  4. « Service transport à la demande régulier », sur t2c.fr, T2C (consulté le ).
  5. Jean-Baptiste Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, Clermont, 1851, T.IV, p.305
  6. « EREA de Lattre de Tassigny – Romagnat », sur erea-de-lattre-de-tassigny.entauvergne.fr (consulté le ).
  7. « Lycée d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny (LEA) », sur le site de la mairie de Romagnat (consulté le ).
  8. « Établissement régional d'enseignement adapté de Lattre de Tassigny EREA », ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  9. « Périmètre de la carte scolaire » [PDF], sur ville-romagnat.fr, Commune de Romagnat (consulté le ).
  10. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le ). Taper « ROMAGNAT » dans le champ « Saisir votre commune » puis une rue du village (exemples : rue des Peigneurs, allée du Verger) dans « Préciser votre rue ».
  11. Service académique d'information et d'orientation, « Arrêté rectoral en date du relatif à la répartition des districts scolaires des lycées des départements de l'Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme » [PDF], Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 34.
  12. « Présentation », sur entauvergne.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :