Olga Preobrajenskaïa

cinéaste

Olga Ivanovna Preobrajenskaïa[1] (en russe : Ольга Ивановна Преображенская), née le et décédée le à Moscou, est une actrice, scénariste et réalisatrice russe puis soviétique.

Olga Preobrajenskaïa
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Artiste émérite de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

De 1901 à 1904, elle étudie le métier d'acteur au Théâtre d'art de Moscou. À partir de 1905 elle se produit dans divers théâtres à Poltava, Tbilissi, Riga, Odessa, Voronej et Moscou. En 1913, elle fait ses débuts au cinéma dans le film Les clefs du bonheur, réalisé par Vladimir Gardin et Yakov Protazanov. Elle devient rapidement une vedette et obtient des succès populaires dans plusieurs adaptations de classiques russes, tels que Guerre et Paix et À l'aube, deux films de 1915.

Olga Preobrajenskaïa a été également scénariste jusqu'en 1917[2] et réalisatrice. Elle est l'auteur de neuf films entre 1925 et 1941, dont Babi Ryazanskie (Les Femmes de Riazan) en 1927, distribué en France sous le titre Le Village du péché et considéré comme le « premier film féministe de l'ère soviétique. »[3]

Olga Preobrajenskaïa a participé à la fondation de l'école d'acteurs de l'Institut fédéral d'État du cinéma où elle a enseigné de 1918 à 1925.

Principaux filmsModifier

 
Jeunes filles de la campagne russe, vers 1910. Photographie colorisée de Sergueï Prokoudine-Gorski. La vie rurale en Russie constitue le cadre du film Le Village du péché (1927)

Comme réalisatriceModifier

Comme actriceModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le carton de présentation du film Le Village du péché utilise l'orthographe « Preobragensky » pour le patronyme et Jean Tulard utilise l'orthographe « Preobrajiuska ».
  2. J. Tulard, op. cité
  3. Anne Dessuant, chronique du film dans « Le Guide cinéma 2009 », Télérama hors-série, Paris, 2009, page 1630.