Ouvrir le menu principal

Occlusion intestinale

Une occlusion intestinale est un arrêt complet du passage des matières et des gaz dans un segment de l'intestin. L'occlusion peut avoir une cause mécanique (obstruction, strangulation), fonctionnelle ou mixte.

On distingue les occlusions de l'intestin grêle et les occlusions du côlon.

Ce sont des affections fréquentes relevant de causes très nombreuses et dont le diagnostic se fait avant tout par l'observation clinique, et de plus en plus par la radiographie « abdomen sans préparation » et la tomodensitométrie.

MécanismesModifier

Occlusions mécaniquesModifier

Trois causes possibles :

  • Obstruction par un obstacle pouvant être :
    • intra-luminal, par exemple un calcul ou un aliment.
    • intra-mural, comme une tumeur bénigne ou maligne.
    • extra-luminal, la plus fréquente est la bride : cicatrice péritonéale tendue dans l'abdomen.
  • Strangulation par :

Lors d'une strangulation, la vascularisation est compromise, ce qui peut provoquer la nécrose puis la perforation de la paroi intestinale.

  • Invagination : un segment d'intestin s'invagine dans un segment plus en aval le plus souvent à la jonction intestin grêle/côlon. Il y a obstruction car le boudin d'invagination bouche la lumière intestinale ainsi qu'un certain degré de strangulation car les vaisseaux sont comprimés. C'est le cas le plus rare chez l'adulte (voir l'article sur l'invagination intestinale).

Occlusions fonctionnellesModifier

Il y a deux mécanismes possibles :

CliniqueModifier

Signes fonctionnelsModifier

  • Douleur : signe majeur, dont le siège varie avec le niveau de l'occlusion mais qui est péri-ombilicale le plus souvent et n'entraîne pas d'irradiation. Son installation est progressive et évolue vers l'aggravation. Elle est de type paroxystique, entraînant des vagues douloureuses et décrite comme une torsion.

Mais parfois elle peut ne pas être évocatrice, juste ressentie comme une gêne intestinale assez vague.

  1. alimentaires
  2. biliaires
  3. fécaloïdes

Ils sont d'autant plus précoces que l'occlusion est haute. Ils soulagent temporairement le sujet mais peuvent complètement manquer.

  • Arrêt du transit, signe le plus spécifique de l'occlusion et le plus difficile à faire préciser. Il est d'autant plus précoce que l'occlusion est basse. Il peut parfois être précédé d'une diarrhée, trompeuse.
  • Météorisme

Noter la présence de signes extra-digestifs : urinaires (rétention, infection urinaire), respiratoires, cardiaques, rachidiens, neurologiques, gynécologiques, infectieux, etc.[réf. nécessaire]

Signes cliniquesModifier

  • Pouls, tension, température, recherche de signes de choc.
  • recherche d'une défense abdominale signant la souffrance péritonéale.
  • évaluation du ballonnement abdominal, recherche d'un péristaltisme intestinal visible sous la peau.
  • auscultation à la recherche des bruits hydro-aériques.
  • recherche de cicatrices abdominales.
  • vérification des orifices herniaires.
  • toucher rectal à la recherche d'un fécalome.
  • examen pulmonaire, urinaire, etc., selon les signes fonctionnels associés.

RadiologieModifier

De manière standard, seront réalisés trois clichés radiologiques, qui permettront de déterminer le siège et le type de l'occlusion :

Un scanner abdominal est effectué en urgence : il détermine le siège et le type de l'occlusion de façon la plus précise.

BiologieModifier

Les tests suivants sont effectués pour l'identification des causes possibles :

  • Numération sanguine :
    • pour une hyperleucocytose, signe de strangulation ou de souffrance digestive.
    • pour une anémie microcytaire, orientant vers une tumeur associée.
  • Ionogramme sanguin, urée et créatinine, calcémie, à la recherche :
    • pour des signes de déshydratation liés à l'occlusion, à corriger avant toute intervention.
    • pour des troubles ioniques responsables du syndrome occlusif.
  • Coagulation sanguine, CRP, groupe sanguin, rhésus, recherche d'agglutinines irrégulières (RAI)
    • en vue d'une éventuelle intervention.

Morts notoiresModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

George Sand, Christophe (auteur) et Maurice Gibb, Claude Dauphin sont morts à la suite de complication d'une occlusion intestinale.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier