Ouvrir le menu principal

Claude Dauphin (acteur)

acteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claude Dauphin et Dauphin (homonymie).
Claude Dauphin
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Claude Marie Eugène Legrand
Surnom Claude Dauphin
Naissance
Corbeil (France)
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès (à 75 ans)
Paris (France)
Profession acteur
Films notables Entrée des artistes
Casque d'or
Paris brûle-t-il ?
La Vie devant soi

Claude Dauphin, de son vrai nom Claude Marie Eugène Legrand, né le à Corbeil[1] et mort le à Paris, est un acteur français.

Fils du poète Franc-Nohain et de l'illustratrice Marie-Madeleine Dauphin, il est le frère de l'homme de radio et de télévision Jean Nohain. Son fils est le comédien Jean-Claude Dauphin.

BiographieModifier

Il débute au théâtre comme décorateur, puis fait ses premiers pas sur scène dirigé par Firmin Gémier en 1930. Il devient ensuite un des interprètes favoris d' Henri Bernstein.

Avant guerre, il joue dans les classiques "Faisons un rêve (film)" de Sacha Guitry et Entrée des artistes" de Marc Allégret.

Dès 1940 il est mobilisé, et sert comme aspirant dans un régiment de chars, équipé de S 35 Somua, qui participera à quelques contacts avec l'ennemi. En 1942, à la fin du fournage du film La Belle Aventure, il quitte la zone occupée et rejoint Cannes, en zone libre. Il monte une compagnie de théâtre, où se côtoient notamment Danièle Delorme, Gérard Philippe, Marguerite Moreno et Madeline Robinson. Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale , sous le nom de Capitaine Legrand, et membre du réseau « Carte » d'André Girard, il rejoint Londres, à l'automne 1942, à bord d'un sous-marin britannique. Il rejoint les Forces françaises libres et est nommé officier de liaison entre les généraux Philippe Leclerc de Hauteclocque et George Patton. Il fait partie des premiers soldats à entrer dans Paris libéré, avec les chars de la 2° DB.

Après guerre, il mène une double carrière en France et aux Etats-Unis, étant bilingue. Il va ainsi tourner pour Joseph L. Mankiewicz, Peter Ustinov, John Frankenheimer, Otto Preminger, Roman Polanski ou Stanley Donen.

Un de ses rôles les plus célèbres est le maquereau dans Casque d'or de Jacques Becker et il joue également la même année dans le classique Le Plaisir de Max Ophuls.

Il est l'auteur de Les Derniers Trombones, comprendre les derniers grands acteurs, qui relate des anecdotes croustillantes sur le tournage de La Plus Belle Soirée de ma vie (1972) d'Ettore Scola, où il joue aux côtés de Michel Simon, Pierre Brasseur et Charles Vanel.

Il a tourné dans plus de cent films. Il a également prêté sa voix notamment à Fred Astaire dans certains films dont La Tour infernale ou encore à John Marley alias Jack Woltz dans Le Parrain.

Marié trois fois, il a eu pour femme l'actrice Rosine Deréan, puis l'actrice Maria Mauban. Leur fils est l'acteur Jean-Claude Dauphin.

Claude Dauphin meurt à l'Hôpital Laennec dans le 7e arrondissement de Paris d'une occlusion intestinale à l'âge de 75 ans[2]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, division 89[3].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

 
Claude Dauphin en 1939 (photo studio Harcourt)

Claude Dauphin est le récitant d'une version de Pierre et le Loup de Sergueï Prokofiev sous la direction de Fritz Lehmann enregistrée par Deutsche Grammophon (LPE 17118) dont la date d'enregistrement est inconnue. Il est également récitant du texte de Francis Blanche introduisant chaque mouvement dans un enregistrement du Carnaval des Animaux (Camille Saint-Saëns) incluant ce texte. Il a par ailleurs enregistré la chanson de Mireille et Jean Nohain Depuis que je suis à Paris.

Il a aussi incarné Voltaire, lors du deux centième anniversaire de sa mort en 1978, peu de temps avant sa propre mort.

BibliographieModifier

  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron, Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7).

Notes et référencesModifier

  1. Archives de l'Essonne, commune de Corbeil, acte de naissance no 147, année 1903 (avec mentions marginales de mariage et de décès) (pages 65/103 et 66/103)
  2. Archives de Paris 7e, acte de décès no 1064, année 1978 (page 3/16)
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 249

Liens externesModifier