Oasis (groupe)

groupe de musique britannique
Oasis
Description de cette image, également commentée ci-après
Liam et Noel Gallagher lors d'une prestation avec le claviériste Jay Darlington, en arrière-plan (2005).
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Britpop, rock alternatif
Années actives 19912009
Labels Big Brother, Columbia, Creation, Epic, Reprise, Sony Music
Influences The Beatles, The Stone Roses
Site officiel www.oasisinet.com
Composition du groupe
Anciens membres Liam Gallagher
Noel Gallagher
Gem Archer
Andy Bell
Chris Sharrock
Paul « Bonehead » Arthurs
Paul « Guigsy » McGuigan
Tony McCarroll
Alan White
Zak Starkey
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo d’Oasis.

Oasis est un groupe de rock alternatif britannique, originaire de Manchester. Formé en 1991, et initialement nommé The Rain, le groupe est au départ composé de Liam Gallagher (chant), Paul « Bonehead » Arthurs (guitare), Paul « Guigsy » McGuigan (basse) et Tony McCarroll (batterie), rapidement rejoint par Noel (guitare principale et chant), le frère aîné de Liam.

Oasis signe avec le label indépendant Creation Records en 1993 et sort son premier album, Definitely Maybe, en 1994. L'année suivante, alors qu'une rivalité naît avec le groupe Blur, le groupe enregistre (What's the Story) Morning Glory? avec le batteur Alan White. Ce nouvel album devient l'un des albums les plus vendus de tous les temps, avec plus de 22 millions d'exemplaires vendus dans le monde entier, et les frères Gallagher apparaissent régulièrement dans les tabloïds pour leurs disputes fraternelles et leur mode de vie sauvage. En 1996, Oasis se produit deux fois à Knebworth devant un public de 125 000 personnes chaque soir, à l'époque les plus grands concerts en plein air de l'histoire du Royaume-Uni. 2,5 millions de personnes essayent d'acheter des billets, ce qui reste la plus forte demande pour un spectacle dans l'histoire britannique. En 1997, Oasis sort son troisième album, Be Here Now. L'album devient le plus vendu de l'histoire des charts britanniques, mais sa popularité diminue rapidement.

McGuigan et Arthurs quittent Oasis en 1999, alors que le groupe enregistre Standing on the Shoulder of Giants. Ils sont remplacés par Gem Archer, ancien guitariste du groupe de rock alternatif Heavy Stereo, et Andy Bell, ancien guitariste de Ride. White quitte le groupe à son tour en 2004. Il est remplacé par Zak Starkey et plus tard par Chris Sharrock pour les tournées. Le groupe sort trois autres albums studio, Heathen Chemistry en 2002, Don't Believe The Truth en 2005 et Dig Out Your Soul en 2008, qui rencontrent un succès critique et commercial modéré. Le groupe se sépare alors qu'une ultime dispute mène Noel Gallagher à quitter le groupe le après une nouvelle altercation dans les coulisses du festival Rock en Seine. Les autres membres du groupe, désormais menés par Liam, continuent sous le nom de Beady Eye, alors que Noel crée un projet solo, Noel Gallagher's High Flying Birds. Suite à la séparation de Beady Eye en 2014, Liam Gallagher se lance dans une carrière solo, accompagné occasionnellement par Paul Arthurs en tournée, tandis que Bell retourne avec le groupe Ride et Archer et Sharrock deviennent membres de Noel Gallagher's High Flying Birds.

Oasis est l'un des groupes les plus populaires du UK Singles Chart et du UK Albums Chart, avec huit singles et huit albums numéro un au Royaume-Uni. Ils remportent 17 NME Awards, neuf Q Awards, quatre MTV Europe Music Awards et six Brit Awards, dont un en 2007 pour « contribution exceptionnelle à la musique » et un pour le « meilleur album des 30 dernières années » pour (What's the Story) Morning Glory ?. Ils sont également nominés pour deux Grammy Awards. (What's the Story) Morning Glory ? est le cinquième album le plus vendu au Royaume-Uni, et l'album le plus vendu au Royaume-Uni dans les années 1990. En 2017, Oasis a vendu plus de 59 millions de disques dans le monde entier.

BiographieModifier

Formation et premières années (1991-1993)Modifier

 
Le Oasis Leisure Centre à Swindon, qui a inspiré le nom du groupe.

Oasis est issu d'un groupe antérieur, « The Rain », composé du bassiste Paul McGuigan, du guitariste Paul Arthurs, du batteur Tony McCarroll et de Chris Hutton au chant. Insatisfait de Hutton, Arthurs invite et auditionne Liam Gallagher, une connaissance, pour le remplacer. Liam suggère alors que le nom du groupe soit changé en Oasis. Ce changement est inspiré d'une affiche de tournée des Inspiral Carpets que les frères Gallagher ont dans leur chambre et qui mentionne le Oasis Leisure Centre à Swindon comme lieu de concert[1].

Oasis joue pour la première fois en live au Boardwalk de Manchester le . Le frère de Liam, Noel Gallagher, roadie pour les Inspiral Carpets, se rend au concert avec les membres du groupe pour voir son frère jouer. Bien que Noel et ses amis ne trouvent pas la prestation très impressionnante, le frère aîné de Liam commence à envisager la possibilité d'utiliser Oasis comme débouché possible pour une série de chansons qu'il écrit depuis plusieurs années. Noel propose alors aux membres du groupe de les rejoindre à condition qu'il devienne l'unique auteur-compositeur et qu'ils s'engagent à poursuivre sérieusement leur succès commercial. « Il avait pleins de choses écrites » se souvient Arthurs. « Quand il est arrivé, nous étions un groupe qui faisait du tapage avec quatre morceaux. Tout d'un coup, il y avait plein d'idées[2]. » Sous la direction de Noel, Oasis élabore une approche musicale basée sur la simplicité : Arthurs et McGuigan se limitent à jouer des accords barrés et des fondamentales de basse, McCarroll joue des rythmes de base, et les amplificateurs du groupe sont montés pour créer une distorsion. Oasis a créé un son « si dépourvu de finesse et de complexité qu'il en est ressorti un son pratiquement imparable[3]. »

Percée avec Definitely Maybe (1993-1995)Modifier

 
C'est lors d'un concert au club King Tut's Wah Wah Hut à Glasgow que le groupe se fait repérer par Alan McGee.

En , après plus d'un an de concerts, de répétitions et l'enregistrement d'une démo, Live Demonstration, Oasis est invité à jouer un concert à Glasgow, au King Tut's Wah Wah Hut, par les Sister Lovers, avec qui ils partagent leur salle de répétition. À leur arrivée, on leur refuse l'entrée car ils ne figurent pas sur la set-list de la soirée. Ils finissent par rentrer de force dans l'établissement[a], et on leur donne finalement la première partie du concert[4]. Ils sont alors repérés par Alan McGee, copropriétaire de Creation Records, présent pour voir 18 Wheeler, un des groupes du label. McGee leur propose un contrat d'enregistrement, qu'ils signent que plusieurs mois plus tard[5].

En raison de problèmes pour obtenir un contrat américain, Oasis signe un contrat mondial avec Sony Music, qui accorde une licence à Creation pour les droits du groupe au Royaume-Uni[6]. Après une sortie limitée en marque blanche de la démo de leur chanson Columbia, Oasis effectue une tournée au Royaume-Uni pour promouvoir la sortie de leur premier single, Supersonic, en jouant dans des lieux tels que le Tunbridge Wells Forum, des toilettes publiques réaménagées[7]. Supersonic sort en et atteint la 31e place des charts[8],[9]. Le single est suivi de Shakermaker, quant à lui 11e[10]. Cependant, le titre fait l'objet d'un procès pour plagiat ; Oasis est condamné à payer 500 000 dollars de dommages et intérêts à Coca-Cola[11]. En se classant quatrième, Live Forever est le premier single d'Oasis à entrer dans le top 10 des charts britanniques, et atteint la deuxième position du classement Alternative Songs aux États-Unis[12]. La chanson est certifiée Platine au Royaume-Uni avec 600 000 unités vendues[13].

Après des sessions d'enregistrement et de mixage difficiles, le premier album d'Oasis, Definitely Maybe, sort le , et entre en tête des hit-parades une semaine après sa sortie, devenant à l'époque l'album début se vendant le plus rapidement au Royaume-Uni[14],[15]. Le , l'album atteint la première position du Top Heatseekers aux États-Unis[16]. Au total il se vend à 15 millions d'exemplaires[17], et est certifié Platine sept fois au Royaume-Uni, une fois aux États-Unis et également dans sept autres pays[18],[19]. En , à l'occasion des NME Awards, Definitely Maybe remporte le titre d'album de l'année et bat Parklife du groupe rival Blur, classé deuxième[20] . Cependant en , l'album perd dans la catégorie du meilleur album britannique aux Brit Awards, prix remporté par Parklife[21]. Lors d'un sondage organisé en par le magazine New Musical Express, Definitely Maybe est voté comme meilleur album de tous les temps puis, en , il est placé 78e dans le classement des 100 meilleurs albums des années du magazine Rolling Stone[22],[23].

Près d'un an de concerts et d'enregistrements constants et un style de vie hédoniste finissent par affecter la vie du groupe. Ce comportement atteint son paroxysme lors d'un concert à Los Angeles en et entraîne une prestation inepte de Liam, au cours de laquelle il tient des propos offensants à l'égard du public américain et frappe Noel avec un tambourin[24]. L'incident fâche énormément Noel, qui quitte temporairement le groupe et s'envole pour San Francisco ; l'incident inspire plus tard la chanson Talk Tonight[25]. Il est retrouvé par Tim Abbot, un membre du label Creation, avec qui il se rend à Las Vegas pour des vacances. Ce n'est qu'une fois sur place que Abbot parvient à convaincre Noel de revenir ; il se réconcilie avec Liam et la tournée reprend à Minneapolis[26]. Le groupe sort ensuite un quatrième single pour Definitely Maybe, Cigarettes & Alcohol, et le single Whatever, qui sort en et arrive en troisième position des charts britanniques[27]. Le groupe enregistre également un concert au Southend Cliffs Pavilion de Southend-on-Sea, sorti en au format VHS sous le nom de Live by the Sea[28],[29].

Succès international et pic de popularité (1995-1996)Modifier

À la fin de la tournée de Definitely Maybe, Oasis sort un premier single pour l'album (What's the Story) Morning Glory? en . Nommé Some Might Say, il devient le premier single du groupe à être numéro un au Royaume-Uni[30]. Au même moment, le batteur Tony McCarroll est renvoyé du groupe. McCarroll juge alors qu'il est expulsé « illégalement » pour ce qu'il appelle un « choc de personnalité » avec les frères Gallagher. Noel, en revanche, doute des capacités musicales de McCarroll et il justifie le renvoi en assurant que celui-ci « n'aurait pas été capable de jouer sur les nouvelles chansons »[31],[32]. McCarroll est remplacé par Alan White, ancien du groupe Starclub et frère cadet du célèbre percussionniste de studio Steve White. Recommandé à Noel par Paul Weller, White fait ses débuts pour le groupe lors d'une représentation de Some Might Say pour l'émission de la BBC Top of the Pops[33],[34]. Oasis commence ensuite à enregistrer des morceaux pour son deuxième album en de la même année aux Rockfield Studios, près de Monmouth au Pays de Galles[35]. En , le single Roll with It se classe au sommet des charts écossais[36].

Début , Oasis publie (What's the Story) Morning Glory?. Aujourd'hui considéré comme le chef-d'œuvre d'Oasis, il se vend à environ 347 000 exemplaires en une semaine, ce qui en fait l'un des albums les plus vendus au monde sur cette période[37]. Au total, il se vend à 22 millions d'unités dans le monde entier[38],[39]. Il entre en tête des classements musicaux dans plusieurs pays, dont au Royaume-Uni, où il est le cinquième album le plus vendu de l'histoire du pays[40],[41], et dans le top 5 du Billboard 200 aux États-Unis[42],[43]. Morning Glory est considéré comme l'un des meilleurs disques musicaux des années 1990, apparaissant dans plusieurs hit-parades comme l'un des plus grands albums de tous les temps[44]. Le magazine Rolling Stone le classe 34e dans son top 100 des albums des années et 378e dans le classement des 500 meilleurs albums de tous les temps[45],[46]. En , l'album remporte un Brit Awards dans les catégories « meilleur album britannique de l'année » et « album de l'année »[47],[48]. Sa popularité durable au Royaume-Uni se reflète par une victoire aux Brit Awards en dans la catégorie 30 Years Albums et également avec sa présence dans le livre Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie[49].

Au total, (What's the Story) Morning Glory? remporte 24 certifications. En Europe, l'album s'écoule à six millions d'unités[50], dont 4,7 millions au Royaume-Uni[51], tandis que quatre millions d'albums sont écoulés aux États-Unis[52]. Épuisé nerveusement, le bassiste Paul McGuigan quitte brièvement le groupe en . Il est remplacé par Scott McLeod, qui prend part à quelques concerts pendant la tournée avant de les quitter à son tour. McLeod manifeste cependant des regrets après son départ, mais Noel lui répond froidement : « Il me semblait aussi qu'il [McLeod] avait pris la mauvaise décision », et lui souhaite « bonne chance avec l'assurance chômage »[53]. Pour terminer la tournée, les membres du groupe parviennent à convaincre McGuigan de revenir[54].

Trois singles émergent de l'album. Le premier et le plus acclamé de l'histoire du groupe, Wonderwall, reçoit de nombreuses accolades et se retrouve en tête des hit-parades en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis[55],[56],[57]. En , Wonderwall est nominé pour le Grammy Award de la « meilleure prestation vocale rock par un groupe ou un duo » et de la « meilleure chanson rock »[58]. Pour ce single, Oasis remporte les catégories « meilleure vidéo britannique » aux Brit Awards, « meilleure chanson » aux MTV Europe Music Awards, « meilleur single » aux NME Awards, et figure à la 23e position des « 50 meilleures chansons de la décennie 1990 » de Rolling Stone[47],[59],[48],[60]. Le single s'est vendu près de deux millions de fois au Royaume-Uni[61].

Le deuxième single, Don't Look Back in Anger, reçoit également un bon accueil et prend la tête des charts au Royaume-Uni[62]. En , le single est nominé pour le Brit Award du « meilleur single britannique », mais perd contre la chanson Wannabe du groupe féminin Spice Girls[63]. Don't Look Back in Anger reçoit la certifications Platine en Italie et au Japon et « Platinum duo » au Royaume-Uni[64],[65],[66]. Enfin, Champagne Supernova, se rapprochant du rock psychédélique, ne connaît pas le même succès commercial que les deux derniers singles mais se vend en grand nombre aux États-Unis, à environ 500 000 unités[67].

 
Oasis joue deux concerts à Maine Road en .

Le Morning Glory Tour débute le au Bath Pavilion en préambule du festival de Glastonbury qui a eu lieu le lendemain[68]. La tournée couvre l'Europe et l'Amérique du Nord ; elle est divisée en douze étapes pour 103 concerts au total, avec cependant plusieurs concerts annulés aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande[69]. Cette tournée permet au batteur Alan White de faire ses débuts officiels en concert et le groupe y dévoile certains de ses nouveaux morceaux de l'album (What's the Story) Morning Glory? qui sort quelques mois plus tard le [69]. Après la sortie de Morning Glory, le groupe devient l'un des plus respectés, et il réussit à attirer un grand nombre de spectateurs à ses concerts, notamment lors des deux concerts donnés en au Knebworth Park qui totalisent une audience de 280 000 personnes. Environ 2,5 millions de personnes ont demandé des billets pour ces conercts, ce qui représente encore aujourd'hui la plus grande demande pour un spectacle dans l'histoire britannique[70],[71]. En , lors d'une pause de la tournée, le groupe accepte de se produire dans l'émission MTV Unplugged au Royal Festival Hall de Londres. C'est pour eux l'une des rares occasions pour eux de jouer en dehors d'un stade ou d'un festival, cependant, juste avant le concert, Liam se retire en raison d'un soudain « mal de gorge ». Son frère Noel prend la relève des fonctions vocales et assure le concert avec le reste du groupe. La tension entre les frères Gallagher augmente après que Liam décide de s'asseoir dans le public pendant le concert. « Il n'y a jamais rien eu de tel dans l'histoire du rock. Et c'est probablement la première fois que Noel réalisait qu'il pouvait tout faire tout seul », déclare Andy Greene, journaliste chez Rolling Stone[72]. Finalement, la tournée se termine en au pavillon Nissan, en Virginie, car ils veulent se concentrer sur l'enregistrement de leur troisième album studio[73],[69]. En , Oasis sort un album vidéo intitulé ...There and Then enregistré à Maine Road, le stade de l'époque de Manchester City, une équipe de football que les frères Gallagher supportent depuis leur enfance[74],[75],[76].

La « Bataille de la Britpop » avec BlurModifier

 
Les membres de Blur, de gauche à droite, Graham Coxon et Damon Albarn, ici en 2009.

Au milieu des années , les tabloïds britanniques offrent une certaine notoriété à la Britpop en s'emparant d'une prétendue rivalité entre Oasis et le groupe Blur[77]. Au début, les groupes se félicitent les uns les autres, mais leur relation se détériore au fil des ans[78]. Encouragés par les médias, les groupes finissent par s'impliquer dans ce que la presse surnomme le « championnat britannique des poids lourds ». Le nom de « Bataille de la Britpop » naît après que le label de Blur Food Records décide de changer la date du single Country House pour correspondre à celle de la chanson d'Oasis Roll with It[79]. Le conflit entre les deux groupes devient très intense et atteint vite des proportions nationales, entraînant à la fois une division régionale et musicale ; alors qu'Oasis représente le nord de l'Angleterre, Blur est supporté par le sud du pays[80],[81]. L'événement s'empare alors de l'actualité en suscitant autant l'attention du public que des médias : « Au cours d'une semaine où l'on parle de Saddam Hussein qui prépare des armes nucléaires, de civils tués dans la guerre de Bosnie-Herzégovine, ou du retour du boxeur américain Mike Tyson, les médias et tabloïds britanniques sont entièrement concentrés sur la bataille de la Britpop[82]. »

La course aux charts n'est pas sans rappeler le conflit entre les Beatles et les Rolling Stones lors de la British Invasion dans les années [83]. Blur remporte le premier acte de la bataille en vendant 274 000 exemplaires de Country House durant la semaine suivant la sortie du single, tandis que Roll with It d'Oasis s'écoule à 216 000 unités[79],[84],[85]. Les représentants d'Oasis avancent plusieurs raisons à cela. Ils affirment que Country House est meilleur marché (1,99 £ contre 3,99 £ pour Roll with It) et qu'il existe deux versions de Country House avec des faces B différentes, obligeant les fans sérieux à en acheter deux exemplaires[86]. Une autre explication donnée à l'époque par Creation Records avance que le code barres sur la pochette de Roll with It est défectueux et qu'il n'enregistre pas toutes les ventes[87]. En , Noel Gallagher déclare à The Observer qu'il espère que les membres de Blur « attrapent le SIDA et meurent », ce qui provoque un tollé médiatique[88]. Il présente ses excuses dans une lettre officielle adressée à diverses publications[89].

Rétrospectivement, en , lors de la sortie de Definitely Maybe, par rapport à l'album Parklife de Blur, les chiffres des ventes sont très différents, comme l'a affirmé Alan McGee dans une interview : « Peut-être que personne n'a remarqué cela [...] mais à cette époque, Blur était trois fois plus gros qu'Oasis. Oasis ne l'a peut-être jamais admis, mais Definitely s'est vendu à environ 600 000 exemplaires, et Parklife à environ 1,5 à 2 millions. Ils étaient à des kilomètres de nous » [sic][90]. Cependant, à long terme, Oasis connaît un succès commercial plus important, avec des bons chiffres de ventes aux États-Unis notamment grâce aux tubes Wonderwall et Champagne Supernova. Le bassiste de Blur Alex James déclare quelques années plus tard : « Blur a gagné cette « bataille », mais Oasis a gagné la guerre »[79].

Baisse de popularité et déclin de la Britpop (1997-1998)Modifier

 
L'album Be Here Now est en grande partie enregistré aux studios Abbey Road, à Londres.

Le Morning Glory Tour terminé, le groupe se réunit pour travailler sur leur troisième album Be Here Now. L'enregistrement commence fin avec le producteur Owen Morris, dans le célèbre studio londonien Abbey Road, et se poursuit jusqu'en [91]. Le processus créatif de la production est assez turbulent, surtout après l'arrestation de Liam pour possession de cocaïne[92]. Outre cet événement, les attentes du public mettent la pression au groupe, en particulier après le succès de (What's the Story) Morning Glory?[93].

La firme Ignition s'intéresse à reprendre la gestion du marketing publicitaire du groupe alors que les membres deviennent de plus en plus inquiets à l'idée que des chansons fuitent sur Internet, ce qui crée une névrose en interne du groupe. Selon l'ancien attaché de presse du groupe Johnny Hopkins, « il y avait tout le temps des adeptes parlant d'Oasis comme du meilleur groupe au monde, et cela avait tendance à éclipser les critiques », ajoutant : « Nous nous asseyions autour d'une table pour parler de l'album, cela ressemblait plus à une réunion d'un conseil d'administration. Il y avait beaucoup d'attentes, donc c'était vraiment difficile de le traiter comme un album »[93]. La crédibilité en interne prend un coup lorsque Alan McGee leur rend visite pendant la phase de mixage, il se souvient : « J'avais l'habitude d'aller au studio, et on pouvait y trouver tellement de cocaïne. Owen [le producteur] était hors de contrôle, c'est lui le responsable de cette situation »[94]. En réponse, Morris a déclaré : « McGee était à la tête de la maison de disques. Pourquoi n'a-t-il pas fait quelque chose à propos du soi-disant producteur « hors de contrôle » ? [se référant à lui-même]. Il est clair que le propriétaire du label [McGee] n'avait aucun contrôle »[95].

L'album Be Here Now finit par sortir en avance, le [91], et reçoit des critiques mixtes. Il se vend à 424 000 exemplaires au Royaume-Uni le premier jour, pour huit millions d'exemplaires au total[96],[97]. Aux États-Unis, il atteint la deuxième position du Billboard 200, devenant l'album le plus réussi sur ce point de l'histoire du groupe[98]. Son succès universel est, selon John Harris, « une gloire étonnante [...] Pour trouver un album qui attire autant tout le monde, il a fallu attendre trente ans, depuis la sortie de Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band des Beatles »[99]. Il est alors en tête des classements dans onze pays différents, dont le Canada pour la première fois[100]. Malgré des critiques positives et un nombre important d'unités vendues dès sa sortie, l'album est rapidement critiqué par les experts, et même par Noel, surtout en raison de la surproduction et de l’allégresse du son[101]. Jon Savage a identifié Be Here comme « le moment où la Britpop s'est terminée ». À ce sujet, John Meagher de The Independent a déclaré : « nous ne le savions pas à l'époque, mais Be Here allait contribuer à marquer la fin de l'ère Britpop. Comme beaucoup de grands mouvements culturels de la fin du XXe siècle, la Britpop n'a duré que quelques années, mais a laissé un héritage qui se fait encore sentir avec intensité aujourd'hui »[102]. En , l'album est nominé pour le Brit Award du « meilleur album britannique », perdant face à Urban Hymns du groupe britpop The Verve, qui connaît à l'époque un succès croissant avec le tube Bitter Sweet Symphony[103]. La réédition de Be Here Now de a remporté un NME Award dans la catégorie « meilleure réédition »[104].

 
La photo pour la pochette de Be Here Now a été prise au Stocks House, un manoir construit au XVIIIe siècle dans le Hertfordshire.

Be Here Now génère quatre singles : le premier, D'You Know What I Mean?, se classe à la 77e place dans la liste des « 150 meilleures chansons des 15 dernières années » en [105]. Le single Stand by Me sort plus tard. Il est moins présent dans les hit-parades que D'You Know What I Mean?, mais non moins reconnue dans la setlist de l'album. Le critique musical David Fricke déclare : « Au moment où Liam termine le refrain [...] cela semble plein de présages, si ce n'est d'une véritable signification linéaire. [...] Stand by Me ressemble trop à la chanson Don't Look Back in Anger pour que ce soit une coïncidence, avec une dépendance excessive sur des finales au style de Hey Jude [chanson des Beatles] »  [sic][106]. La troisième chanson choisie pour la promotion de l'album est All Around the World, qui sort en . Longue de neuf minutes et demie, elle est devenue le plus long numéro 1 de l'histoire musicale britannique[107],[108]. Son CD comporte alors trois faces B, dont une reprise de la chanson des Rolling Stones Street Fighting Man[109]. Don't Go Away sort uniquement au Japon en tant que dernier single de l'album . Cependant, il atteint également les hit-parades américains, en cinquième position de la rubrique « chansons alternatives »[110]. Comme le single précédent, il contient d'autres chansons tel qu'une version live de Cigarettes and Alcohol, enregistrée lors d'un concert au Manchester Central. Don't Go Away apparaît également sur l'album caritatif du groupe War Child, The Help Album, tout comme une version acoustique de Fade Away et la chanson Sad Song, en collaboration avec l'acteur Johnny Depp et le top model Kate Moss[111].

La tournée Be Here Now débute à la mi- en Californie, en première partie du groupe de rock irlandais U2[112],[113]. La tournée couvre le Royaume-Uni, l'Europe, l'Amérique du Nord, l'Asie, l'Océanie et l'Amérique latine, avec 82 concerts au total, et se termine à Mexico en [114]. A cette époque, le mouvement Britpop est en déclin alors que Oasis n'a pas répondu aux attentes avec son troisième album. Alors qu'ils peinent à maintenir leur succès, l'attention commence à se tourner vers d'autres groupes, tels que Radiohead et The Verve, auparavant négligés par les médias britanniques et qui gagnent en notoriété avec respectivement OK Computer et Urban Hymns[115].

En , le groupe publie sa première compilation, The Masterplan, composée de faces B des trois premiers albums. Elle atteint la deuxième place des charts britanniques ; coïncidemment, la première place est occupée par les premiers grands succès de U2, The Best of 1980-1990[116]. La compilation se vend à environ deux millions d'exemplaires dans le monde[117]. Dans une interview, Noel a déclaré que « Ce qu'il y a de plus intéressant dans cette période, ce sont les Faces-B. Il y a plus d'inspiration dans ces Faces-B que dans Be Here Now »[118]. Après la fin de la tournée, alors que Oasis est très critiqué par les médias, le groupe commence à garder un profil bas[119].

Crise interne et changement de style (1999-2000)Modifier

Le début des années marque l'arrivée du guitariste Gem Archer (à gauche) et du bassiste Andy Bell (à droite) dans le groupe.

Début , le groupe commence à travailler sur son quatrième album studio, tandis que Mike Stent est annoncé en tant que coproducteur en [120]. Durant la période d'enregistrement, la situation du groupe se détériore avec la nouvelle du départ du guitariste Paul Arthurs. Son départ est d'abord expliqué comme amical, Noel déclarant qu'Arthurs voulait passer plus de temps avec sa famille, mais Arthurs déclare lui-même que son départ vient d'autres raisons[121]. Noel, souhaitant que le groupe devienne plus professionnel, bannit les drogues et l'alcool des séances d'enregistrements, mais se voit finalement obliger de renoncer à ces nouvelles règles afin que Liam puisse chanter correctement[53]. Pour aggraver les choses, deux semaines plus tard, le départ du bassiste Paul McGuigan est annoncé, ce qui oblige les frères Gallagher à tenir une conférence de presse. Ils annoncent alors aux journalistes que « l'avenir d'Oasis est sûr »[122]. Avec seulement trois membres, ils choisissent de continuer les sessions d'enregistrement, et Noel réenregistre une grande partie du matériel déjà joués par Arthurs et McGuigan. Lorsque l'enregistrement est terminé, ils commencent à chercher des remplaçants. Alors que Gem Archer est annoncé comme nouveau guitariste, cependant il faut plus de temps et d'efforts pour trouver un nouveau bassiste car le groupe répète avec David Potts[123],[124]. Ce dernier finit par démissionner, et Andy Bell, ancien guitariste et compositeur du groupe Ride, est alors engagé[125].

Après la fermeture de Creation Records en , le groupe fonde son propre label, Big Brother Recordings ; tous les albums suivants d'Oasis sortent sous ce label au Royaume-Uni et en Irlande[126]. Standing on the Shoulder of Giants sort en et atteint la première place des charts au Royaume-Uni, en Italie et en Irlande[127],[128],[129]. La première semaine, il se vend à 310 000 exemplaires, pour un total de trois millions dans le monde ; un chiffre relativement faible si l'on considère les albums précédents[130],[97]. Son titre fait référence à la phrase d'Isaac Newton « sur les épaules de géants » et utilise l'Empire State Building comme couverture d'album[130],[131].

Trois singles sont tirés de l'album : le premier, Go Let It Out, se place en tête du classement des singles au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne ; il est certifié Argent par le BPI[132],[133],[134],[135]. Le second, Who Feels Love, n'obtient pas une bonne place dans les classements musicaux, et reste le seul single du groupe à ne pas avoir obtenu de certification au Royaume-Uni ; sa face B comprend une reprise de Helter Skelter, des Beatles[136]. Enfin, Sunday Morning Call ne connaît pas non plus de succès commercial, mais il est le premier single du groupe à avoir Noel au chant en face A et en face B[137]. Le départ de certains des membres fondateurs du groupe a apporté plusieurs petits changements au style musical du groupe, comme des influences du rock psychédélique et expérimental[138]. La pochette de ce dernier single introduit un nouveau logo pour le groupe, conçu par Gem Archer, et comporte également la première chanson d'Oasis écrite par Liam , intitulée Little James[138].

« C'est là qu'Oasis a touché le fond. C'était deux heures et demie d'horreur sur scène. Liam peut baisser la tête de honte. C'était affreux [...] Nous étions excellents durant le soundcheck. Je l'ai arrêté parce que nous étions si bons, [Familiar to Millions] est offensant. »

Noel, à propos du spectacle au stade de Wembley en [139]

Le lendemain de la sortie de Giants, le groupe entame la tournée du même nom au Japon. Celle-ci s'est déroulée en quatre étapes et s'étend sur les continents asiatique, européen et américain[140]. L'avenir du groupe semble fragile après que Noel quitte la tournée internationale alors que des rumeurs font état d'un nouveau désaccord avec son frère[141]. Noel refuse alors de jouer les 27 concerts restants de la tournée, ce qui entraîne l'annulation de quatre d'entre-eux, et c'est le guitariste Matt Deighton qui prend alors sa place[142]. La rivalité notoire entre les frères revenant sur le devant de la scène, le groupe semble au bord de la rupture. Le label du groupe prend les devants en insistant sur le fait que ce n'est « qu'une crise temporaire », tandis qu'un porte-parole d'Oasis déclare que « Matt et [le guitariste remplaçant] Gem Archer se partageront la guitare [...] Malheureusement, travailler avec un nouveau guitariste signifie perdre une partie du spectacle... ».  [sic][142], ajoutant que Noel avait l'intention de « se produire avec le groupe uniquement lors des concerts prévus au Royaume-Uni », sans pour autant préciser la cause de la dispute entre les frères Gallagher[143]. Pendant la tournée, alors que Noel est revenu pour les concerts en Irlande et au Royaume-Uni, les tensions entre les frères paraissent encore évidentes, signalant un avenir obscur quant à la continuité du groupe. Lors d'un concert à l'ancien stade de Wembley à Londres, le groupe doit faire face à un Liam en état d'ébriété qui insulte le public[144]. La tournée se terminée en au festival Hultsfred, et n'a finalement duré que six mois[140]. En de la même année, ils sortent Familiar to Millions, enregistré le au Riverside Theatre aux États-Unis et le au stade de Wembley. L'album-concert reçoit des critiques mitigées, réussissant à se vendre à un million d'exemplaires au total[145],[146].

Retour sur la bonne voie (2001-2003)Modifier

Au printemps , le groupe s'engage aux côtés des Black Crowes pour une tournée américaine et canadienne intitulée Brotherly Love Tour[147]. Les critiques musicaux et la presse américaine sont alors dubitatifs à propos d'Oasis, et prévoient déjà certains problèmes entre les frères Gallagher : « Si vous avez déjà rêvé de ce qu'aurait pu être un double programme Rolling Stones-Beatles, voici le pire des scénarios. En Amérique, les frères Gallagher sont considérés comme un succès sans lendemain, une copie des Beatles à l'accent mancunien impénétrable et à l'attitude scénique figée, impatients de se faire remarquer »  [sic] écrit Duncan Campbell du Guardian[148]. Cependant, la tournée se passe bien et se termine le , après 19 concerts[149]. De retour en Europe, Oasis participe à un concert supplémentaire au Palais omnisports de Paris-Bercy avec le musicien canadien Neil Young[150].

L'enregistrements en studio d'un cinquième album commence en . C'est le premier album du groupe à bénéficier de contributions significatives des autres membres du groupe ; Noel est usuellement le seul compositeur[151]. Liam y contribue trois chansons, tandis que Bell et Archer signent une piste musicale[152]. Le premier single à sortir est The Hindu Times[153], qui réalise une bonne performance commerciale en atteignant la première place des charts au Canada, en Écosse, en Italie et au Royaume-Uni[154],[155],[156],[157]. En 2011, le magazine NME la classe 143e sur sa liste des « 150 meilleures chansons des 15 dernières années »[105]. Le single est également choisi pour être joué lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres[158],[159].

 
En Oasis donne un concert au Centre Bell de Montréal, au Canada.

Le , ils sortent Stop Crying Your Heart Out[160]. La chanson devient une sorte d'hymne en Angleterre après la défaite de l'équipe nationale face au Brésil lors de la Coupe du monde de football 2002[161]. En , en marge de la Coupe du monde, le journaliste musical Neil McCormick déclare : « Honnêtement, c'est probablement la chanson que les diffuseurs britanniques vont coller sur la plupart des ralentis montrant de terribles blessures, des occasions manquées et des joueurs à terre, alors que la nation acceptera gentiment ce que tout le monde sait déjà »[b],[162]. Vendu à 600 000 exemplaires au Royaume-Uni et certifié Platine[163], le single est repris par la chanteuse Leona Lewis en sur son album Echo[164]. Oasis donne des concerts à partir , mais commence officiellement une nouvelle tournée en , avant la sortie du nouvel album[165],[166].

Heathen Chemistry est publié le [167]. Malgré des critiques mitigées[168],[169], l'album semble montrer des traces d'un « retour sur la bonne voie » et la participation de Liam, Archer et Bell à la composition laisse penser que les conflits internes se sont atténués[152]. Autre fait inhabituel, la présence de Noel au chant pour trois chansons Force of Nature, Little by Little et She Is Love[165]. Heathen mélange les styles sonores de ses précédents travaux, en gardant cependant un rock plus basique[169]. Au total, l'album se vend à 3,5 millions d'exemplaires, ce qui les place en tête des classements musicaux en Irlande, au Royaume-Uni et en Suisse[167],[170],[171]. En , les singles Little by Little et She Is Love sortent le même jour sous la forme d'un double-face A, avec une reprise de My Generation des Who en face B[172]. Little by Little est un succès, notamment en Italie où atteint la cinquième position des charts ; il y reste pendant une période de 16 semaines[173].

Dès , malgré les changements notables du mode de vie de ses membres, le groupe connaît une rechute en pleine tournée. Au printemps, une bagarre éclate dans un pub allemand, et Liam est testé positif alors qu'il est sous l'emprise de drogues[174]. En raison d'une agression physique sur un policier lors de l’événement, trois membres sont condamnés à une amende de 250 000 euros en guise de dédommagement[175],[176],[177]. Enfin, la chanson Songbird sort en single en . Elle atteint la première position en Écosse et se vendant à 200 000 exemplaires au Royaume-Uni[178],[179]. Le Heathen Chemistry Tour se termine le à Berlin[180].

Renouveau (2004-2007)Modifier

 
Zak Starkey devient le nouveau batteur du groupe en .

À la fin de la dernière tournée, le groupe prévoit de commencer l'enregistrement de leur sixième album studio. Cependant, sa sortie est retardée par la décision du batteur Alan White de quitter le groupe début [181]. Le porte-parole du groupe affirme alors que White « a été invité à quitter Oasis par les autres membres », ajoutant que le groupe n'avait alors pas encore de remplaçant en tête et que, comme ils travaillaient en collaboration avec le groupe Death in Vegas, « les sessions d'enregistrement qui sont prévues ne seront pas affectées »[181],[182].

En , Zak Starkey, batteur de The Who et fils de l'ancien Beatle Ringo Starr, est annoncé comme remplacement de White[183]. Alors que Starkey n'est pas encore considéré comme un membre officiel, il commence à gagner en notoriété en jouant dans de grands spectacles, comme le Festival de Glastonbury en , devant une foule estimée à 150 000 personnes[184]. À l'occasion de ce concert, deux chansons inédites sont dévoilées : A Bell Will Ring, écrite par Archer, et The Meaning of Soul, de Liam[185]. Leur performance reçoit malgré cela des critiques négatives. Le magazine NME la qualifie de « décevante »[186], et Tom Bishop de la BBC déclare que le concert était « sans éclat, provoquant un accueil mitigé de la part des fans », principalement en raison du chant peu inspiré de Liam et du manque d'affinité de Starkey avec les chansons du groupe[187]. En , le groupe publie un DVD commémoratif pour le 10e anniversaire de l'album Definitely Maybe, qui a remporté le prix « meilleur DVD musical » de la part de NME[188],[189].

Une fois l'enregistrement du nouvel album terminé, le groupe n'est pas satisfait du résultat, comme l'indique Noel : « Malheureusement, après l'enregistrement, nous avons décidé que nous n'aimions rien »[190]. Une nouvelle session d'enregistrement est alors planifiée, cette fois sans Death in Las Vegas, certains de ses membres étant occupés[191]. L'album sort finalement en et suit la même ligne éditoriale que Heathen Chemistry ; un projet de collaboration plutôt qu'un album écrit uniquement par Noel. Il reçoit des critiques favorables, Stephen Thomas Erlewine déclarant « [...] de l'écriture cohérente des chansons aux arrangements libres et confortables et au retour de leur bravade caractéristique font de Don't Believe the Truth le plus proche qu'Oasis a été de la grandeur depuis l'été de la Britpop, quand ils étaient le plus grand et le meilleur groupe au monde. »[192]. Noel va même jusqu'à assurer que c'est « le meilleur album depuis Morning Glory »[191].

Don't Believe the Truth est alors en tête du classement italien, et il y reste pendant 33 semaines consécutives[193]. Aux États-Unis, il se classe 12e au Billboard 200 et au top des ventes d'albums, et tandis qu'il est troisième au Canada[194],[195]. Au total, il entre dans les top 5 de six pays différents[196],[197],[198],[199],[200],[201]. Avec sept millions d'unités vendues, l'album est certifié Platine simple, double et triple au Japon, en Irlande et au Royaume-Uni, respectivement[202],[203],[204],[205]. En , il est nominé dans l'édition japonaise des MTV Video Music Award ainsi qu'aux NME Awards et aux Q Awards dans les catégories « meilleur album de l'année » et « meilleur album » respectivement[206],[207],[208].

 
Oasis en concert à Mountain View, en Californie en .

Trois singles sont issus de Don't Believe de Truth. Le premier, Lyla, atteint le sommet du classement des singles au Royaume-Uni[209], ainsi que le top 5 en Espagne[210], en Italie[211], au Danemark[212], en Finlande[213] et au Canada[214]. Son clip est nominé au Japon pour les MTV Awards de la « meilleure vidéo de groupe » et du « meilleur clip musical de l'année »[215].

Le second, The Importance of Being Idle, est sorti comme single en au Royaume-Uni et en Italie[216],[217],[218]. Il se vend à 200 000 exemplaires dans le pays d'origine du groupe[219], remporte le NME Award du « meilleur clip » et une nomination pour la « meilleure chanson britannique »[220],[221], ainsi que des nominations pour les Q Awards dans les catégories « meilleur clip » et « meilleure chanson »[222],[223]. Enfin, Let There Be Love, troisième et dernière promotion de l'album, obtient des résultats modestes dans les charts, atteignant la deuxième place en Italie et au Royaume-Uni et la première place en Écosse[224],[225],[226].

La tournée de l'album a débuté en au London Astoria. Selon Alexis Petridis, de The Guardian, l'idée de commencer la tournée dans cette salle « est une démarche intelligente. Si des festivals comme Glastonbury semblent faire ressortir le pire de la musique d'Oasis - ses terribles tendances pompeuses - alors les petites salles font ressortir son meilleur : le mur de bruits de guitare qu'ils ont volé aux Sex Pistols semble plus viscéral et excitant de près, le côté ricanant du chant de Liam Gallagher plus aigre et menaçant »[227], tandis qu'Andy Gill affirme que « le concert s'est défini par une série de grands chants communautaires [...] au cours desquels il devient évident que le grand don d'Oasis à la pop est d'amener les fans de football dans les salles de concert »[228]. Le Truth Tour passe par l'Europe, l'Asie, l'Amérique du Nord et en Amérique du Sud et se termine fin à Mexico[229],[230],[231],[232],[233].

Oasis sort son premier best-of en sous le nom de Stop the Clocks. Il comprend deux albums de 18 chansons chacun, la plupart étant des singles à succès et des faces B[234]. De manière générale, le best-of rencontre de bonnes critiques, et obtient respectivement quatre et cinq certifications de platine en Irlande et au Royaume-Uni[235],[236]. Afin de promouvoir Stop the Clocks, un nouveau clip musical est créé pour la chanson The Masterplan, originellement une face B de Wonderwall en [237].

En , le groupe sort Lord Don't Slow Me Down, un documentaire réalisé pendant le Truth Tour ; il obtient une certification Platine en Angleterre[238]. Une chanson du même nom est également dévoilée en téléchargement numérique et atteint la 10e place du classement des singles britanniques[239],[240],[241].

Dernières années (2007-2009)Modifier

Le 21 octobre 2007 est sorti le premier single digital d'Oasis Lord Don't Slow Me Down disponible sur www.oasisinet.com. Ce single sera également mis en vente en version bundle avec 2 titres Live : Don't Look Back in Anger et The Meaning of Soul. Fin 2007, les magazines NME et Q organisent deux grands sondages nationaux : le groupe se voit alors reconnu comme le deuxième plus grand groupe anglais de tous les temps derrière les Beatles, l'album Definitely Maybe étant quant à lui sacré plus grand disque anglais de tous les temps. En mai 2008, pour cause de problèmes familiaux, et étant pris avec les Who pour une nouvelle tournée, Zak Starkey ne put suivre le groupe en tournée, c'est donc très vite qu'Oasis a dû embaucher le batteur Chris Sharrock (débauché auprès de Robbie Williams malgré celui-ci, et qui fut le batteur du groupe The La's). Le septième et dernier album du groupe s'intitule Dig Out Your Soul, enregistré à Abbey Road, mixé à Los Angeles par Dave Sardy, déjà à l'œuvre sur le précédent album Don't Believe the Truth. Ce nouvel opus sort le 6 octobre 2008[242] avec comme premier single The Shock of the Lightning, sorti le 29 septembre 2008, sur leur label Big Brother.

Dès sa sortie, l'album apparaît comme leur meilleur et leur plus populaire depuis Be Here Now, en atteignant la cinquième place des ventes aux États-Unis la semaine de sa sortie[243] pendant que le single The Shock of the Lightning se hissait à la douzième place du Modern Rock Charts Run (réalisant la meilleure performance du groupe dans ce pays depuis Don't Go Away). Dans son ensemble, la presse note un vrai retour en forme des lads de Manchester avec un album d'inspiration plus psychédélique qui contient quelques perles comme les Anglais n'en avaient plus produit depuis longtemps (Bag it Up, The Turning ou le psychédélique To Be Where There's Life de Gem). L'album comporte en prime une ballade très « lennonienne » signée Liam, qui semble de plus en plus s'approcher du niveau de songwriting de son frère, avec le titre I'm Outta Time, qui devient le second single de l'album, le 1er décembre 2008. Falling Down, le troisième single de Dig Out Your Soul, sort le 9 mars 2009.

La tournée débutée en août 2008, marque l'engouement du public avec des concerts complets dans le monde entier. La tournée des stades britanniques prévue pour l'été 2009 démontra qu'Oasis était toujours aussi populaire au Royaume-Uni, quand quelque 500 000 places s'arrachèrent en quelques heures, notamment pour les triples concerts à Heaton Park (Manchester) et au Wembley Stadium (Londres).

Le groupe est également en tête d'affiche de prestigieux festivals tels que Rock Werchter en Belgique, le Festival international de Benicàssim en Espagne, et le V Festival au Royaume-Uni le 22 août 2009.

Départ de Noel GallagherModifier

La tournée est arrêtée le 23 août 2009 à Chelmsford , officiellement à cause d'une laryngite de Liam Gallagher, qui empêche le groupe de se produire à la deuxième date du V Festival. C'est le vendredi 28 août 2009, lors du festival Rock en Seine que, peu de temps avant de monter sur scène, les frères Gallagher se battent violemment dans les coulisses, une guitare ayant même été pulvérisée[244]. Un organisateur annonce aux 30 000 personnes présentes devant la grande scène que le groupe ne jouera pas et ajoute qu'« Oasis n'existe plus ». Noel Gallagher fait le soir même une annonce via le site officiel du groupe : « C'est avec une certaine tristesse et un grand soulagement que je vous annonce que j'abandonne Oasis ce soir. Les gens écriront et diront ce qu'ils voudront, mais je ne pouvais simplement pas continuer à travailler avec Liam un jour de plus. Je m'excuse auprès de tous ceux qui ont acheté des billets pour les concerts de Paris, Constance et Milan. »

Noel précisera sa pensée le lendemain par un communiqué un peu plus détaillé :

« Chers amis, C'est le cœur lourd et le visage triste que je vous annonce ça ce matin. Le 28 août, j'ai été forcé de quitter le groupe de rock de Manchester Oasis. Les détails ne sont pas importants et trop nombreux à énumérer. Mais je pense que vous avez le droit de savoir que le niveau d'intimidations violentes et verbales, me visant moi, ma famille, amis et camarades est devenu intolérable. Le manque de soutien et de compréhension venant de mon management et mes collègues du groupe ne m'a laissé d'autre choix que de tout arrêter. Tout d'abord je voudrais m'excuser pour les personnes à Paris qui ont payé leur billet et attendu toute la journée pour nous voir, tout ça pour être encore une fois laissées tomber par le groupe. Les excuses ne sont sûrement pas assez, je sais, mais j'ai peur que ce soit tout ce que j'ai. Tant qu'on est sur le sujet, j'aimerais aussi m'adresser aux personnes présentes au V festival qui ont fait la même expérience. Encore une fois, je ne peux que m'excuser - même si je ne sais pas pourquoi, je n'ai rien à voir avec ça. J'étais en forme et prêt à être au top. Mais les autres membres du groupe ne se sentaient pas...

Pour finir, j'aimerais remercier tous les fans d'Oasis à travers le monde. Les 18 dernières années ont été vraiment, vraiment merveilleuses (je déteste ce mot mais aujourd'hui je pense que c'est approprié). Un rêve devenu réalité. Je garde avec moi de magnifiques souvenirs. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, j'ai une famille et une équipe de foot à gérer. Je vous verrai quelque part sur la route. Ça a été un putain de plaisir. Merci beaucoup. Au revoir. NG »

— Noel Gallagher, Oasisinet

Fin et projets parallèlesModifier

Liam Gallagher a mis fin aux rumeurs de la poursuite d'Oasis le 7 octobre dans sa première interview depuis le split : « Eh bien, Oasis n'est plus. Je pense que nous le savons tous, c'est donc fait ». Il assure cependant qu'il « fera de la musique jusqu'au jour de sa mort ». Ainsi, « les gens pourront acheter ses disques, acheter les miens, et tout le monde sera content » [245].

Il éclaircit la situation du groupe en novembre, assurant qu'il revenait avec un « nouveau » groupe, formé de Gem Archer, Andy Bell (passant de la basse à la guitare), du batteur Chris Sharrock ainsi que du bassiste Jeff Wootton. Le groupe appelé Beady Eye[246] est entré en studio en mai 2010, le premier album, appelé Different Gear, Still Speeding est sorti le 28 février 2011. De son côté, Noel a décidé de commencer une carrière en solo. Ses premiers concerts depuis son départ ont eu lieu au Royal Albert Hall[247] pour l'association Teenage Cancer Trust, parrainée par Roger Daltrey, chanteur de The Who.

Le 14 juin 2010 sort Time Flies... 1994-2009, coffret comprenant la compilation des singles du groupe, l'intégralité des clips ainsi que le dernier concert enregistré du groupe. L'album atteint la première place des ventes au Royaume-Uni la semaine de sa sortie.

Influences et style musicalModifier

Oasis a majoritairement été influencé par John Lennon et les Beatles (le groupe est d'ailleurs connu pour sa psychédélique reprise de I Am the Walrus). Mais le groupe cite également de nombreux autres groupes et artistes tels que The Rolling Stones, The Who, The Kinks, Bob Dylan, les Sex Pistols, The Jam, The Smiths, David Bowie, Led Zeppelin, Neil Young, The Real People (groupe qui aide Oasis à ses débuts à écrire paroles et musiques). Les groupes de Manchester comme Joy Division ou The Stone Roses (dont le premier album a été une grande source d'inspiration au moment de la composition et de l'enregistrement de Definitely Maybe) ont aussi grandement influencé Oasis. Une source d'inspiration qui n'est pas seulement musicale, cela s'est ressentit dans l'attitude sur scène et la démarche si particulière de Liam, directement inspirée de Ian Brown.

Le style musical du groupe est caractérisé par des accords lourds et puissants (la distorsion est omniprésente dans un grand nombre des titres du groupe), souvent qualifiés de « pachydermiques » par les critiques, tout en restant très énergiques et mélodieux, des rythmes simples et soutenus, et par une copieuse utilisation d'autres effets comme le Wah-wah. Le groupe est d'ailleurs souvent apparenté au rock ou à la pop psychédélique à cause de ce son particulier.

De nombreux groupes et artistes ont cité Oasis comme influence ou inspiration, parmi lesquels Kasabian[248],[249] les Arctic Monkeys, Jet, Twisted Wheel, Coldplay[250], The Coral[251], Sum 41[252], Good Charlotte[253], The Libertines ou encore The Killers[254].

Batailles juridiquesModifier

Des poursuites judiciaires ont été engagées à trois reprises contre Noel Gallagher et Oasis pour plagiat. Le premier cas est celui de Neil Innes, ancien membre du groupe Bonzo Dog Doo-Dah et The Rutles, qui intente un procès pour prouver que la chanson d'Oasis Whatever emprunte sur sa chanson How Sweet to Be an Idiot. Innes a finalement obtenu des royalties et un crédit de coauteur[255]. Noel Gallagher affirme en 2010 que le plagiat était involontaire et qu'il n'était pas au cours des similitudes jusqu'à ce qu'il soit informé de l'affaire judiciaire[256]. Pour le second incident, Oasis est poursuivi par Coca-Cola et doit payer 500 000 dollars à The New Seekers après qu'ils soient trouvé coupables d'avoir réutiliser des mots et la mélodie du titre I'd Like to Teach the World to Sing pour leur musique Shakermaker[255]. Questionné à ce sujet, Noel Gallagher plaisante en disant « Maintenant nous buvons tous du Pepsi »[257]. La troisième et dernière instance intervient lors de la diffusion d'exemplaires promotionnels de l'album (What's the Story) Morning Glory?. Lorsque ceux-ci sont originellement distribué, ils contiennent une chanson bonus inédite intitulée Step Out. Le CD promotionnel est rapidement retiré et remplacé par une version qui omet le titre controversé, qui présente des similarités à la chanson de Stevie Wonder Uptight (Everthing's Alright). Step Out réapparaît ensuite sur la face B de l'album sous le nom de Don't Look Back in Anger, mais en citant Wonder, Sylvia Moy et Henry Cosby comme coauteurs[258].

En 2003, le titre Life Got Cold du groupe britannique Girls Aloud attire l'attention à cause des similitudes entre le riff de guitare et celui de Wonderwall. Une critique de la BBC déclare que « une partie du refrain semble vouloir se transformer en Wonderwall d'Oasis. »[259] Une source déclare alors à The Sun que les Girls Aloud ont « toujours été de grandes fans d'Oasis » et qu'elles « ne rechigneront pas une comparaison avec un classique. »[260] Warner Music Group a depuis crédité Noel Gallagher comme coauteur[261].

MembresModifier

Distinctions et recordsModifier

En 2017, Oasis compte 59 millions d'albums vendus[262]. Definitely Maybe devient le premier album le plus vendu de l'histoire musicale britannique et entre directement à la première place avec 150 000 exemplaires écoulés en trois jours. Tous leurs albums studio sont classés premier au Royaume-Uni. Grâce à leur 7e numéro 1 au Royaume-Uni, Lyla, Oasis est nommé « meilleur groupe de la décennie 1995-2005 ». Avec Lyla et The Importance of Being Idle, Oasis réussit pour la première fois à placer deux singles d'affilée à la première place au Royaume-Uni. Wonderwall est élue meilleure chanson britannique de tous les temps par les auditeurs d'Europe 2 (devenue depuis Virgin Radio) en 2005.

Leurs 766 semaines de présence dans les hit parades britanniques leurs valent une mention dans le Livre Guinness des records dans la rubrique Book of British Hits Singles and Albums comme groupe ayant la plus longue durée de présence dans le top 10 des singles britanniques.

Definitely Maybe est élu meilleur album britannique de tous les temps en juin 2006 par le magazine musical anglais NME, devant entre autres Sergent Pepper des Beatles. (What's the Story) Morning Glory? se classe 5e à ce classement. Un classement réalisé par MTV auprès de spécialistes et du grand public donne (What's the Story) Morning Glory? à la 6e place et Definitely Maybe à la 7e place des meilleurs albums de tous les temps. Les auditeurs de la radio britannique XFM ont élu en 2008 Live Forever comme la meilleure chanson de rock anglais de tous les temps dans un top 10, Wonderwall obtenant la 3e position et Don't Look Back in Anger la 4e.

DiscographieModifier

Albums studioModifier

Compilations et livesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le groupe et Alan McGee ont fait des déclarations contradictoires sur la façon dont Oasis a réussi à entrer dans le club.
  2. Le journaliste ironise sur l'équipe d'Angleterre de football, qui est reconnue pour offrir de pauvres prestations lors des tournois tels que la Coupe du monde.

RéférencesModifier

  1. (en) John Harris, Britpop! : Cool Britannia and the Spectacular Demise of English Rock, Da Capo Press, , 464 p. (ISBN 0-306-81367-X), p. 124-125.
  2. Harris, p. 125-126
  3. Harris, p. 127-128
  4. (en) John Dingwall, « Creation Stories film takes us back to Alan McGee spotting Oasis at King Tut’s Wah Wah Hut in Glasgow », sur Daily Record, (consulté le 16 mai 2020)
  5. (en) Encyclopedia of Popular Music, vol. 4e, Oxford University Press, coll. « Colin Larkin ».
  6. Harris, p. 131
  7. (en) Jane Bakowski, « From public toilet to nationally acclaimed music venue - Tunbridge Wells' Forum at 25 », sur Kent Live, (consulté le 15 mai 2020).
  8. Harris, p. 149
  9. (en) « Historical Singles Chart Top 100 », sur Official Charts Company, (consulté le 15 mai 2020)
  10. (en) « Historical Singles Chart Top 100 », sur Official Charts Company, (consulté le 15 mai 2020)
  11. (en) Sean Michaels, « Have Oasis plagiarised Cliff Richard », sur The Guardian (consulté le 15 mai 2020)
  12. « Historical Singles Stops on Alternative Songs », sur Alternative Songs, (consulté le 15 mai 2020)
  13. (en) « Oasis - Live Forever », sur British Phonographic Industry (consulté le 15 mai 2020)
  14. Harris, p. 178
  15. (en) « Historical Album Stops on the Official Albums Chart Top 100 », sur Official Charts Company, (consulté le 16 mai 2020)
  16. (en) « Oasis chart history », sur Billboard (consulté le 16 mai 2020).
  17. Danny Eccleston, « Oasis - Definitely Maybe », sur Mojo, (consulté le 15 mai 2020)
  18. (en) « Historique de la certification des albums au Royaume-Uni – Oasis – Definitely Maybe », sur British Phonographic Industry (consulté le 16 mai 2020)
  19. (en) « Historique de la certification des albums aux États-Unis – Oasis – Definitely Maybe », sur Recording Industry Association of America, (consulté le 16 mai 2020)
  20. (en) « Definitely Maybe - 1994 Album of Year », sur NME (consulté le 16 mai 2020)
  21. (en) « The BRITs 1995 », sur Brit Awards, (consulté le 16 mai 2020)
  22. (en) « Best Album of all Time Revelead », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  23. (en) « 100 Best Albums of the 90's - Oasis, Defitely Maybe' », sur Rolling Stone (consulté le 16 mai 2020)
  24. (en) Gareth Grundy, « Born to Feud », sur The Guardian, (consulté le 15 mai 2020).
  25. (en) Andrew Trendell, « ‘She saved Oasis’ – the woman who inspired ‘Talk Tonight’ has been found », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  26. Harris, p. 189
  27. Harris, p. 213
  28. (en) « Live by the Sea », sur oasisinet.com (consulté le 16 mai 2020)
  29. (en) « Cliffs Pavillion - Oasis », sur oasisinet.com, (consulté le 16 mai 2020)
  30. (en) « Some Might Say », sur oasisinet.com, (consulté le 16 mai 2020)
  31. (en) John Shammas, « 'I spent three years getting drunk after Noel kicked me out of Oasis': How the band's original drummer coped with life after fame », sur Manchester Evening News, (consulté le 16 mai 2020)
  32. (en) « £550,000 for sacked Oasis drummer », sur BBC, (consulté le 15 mai 2020).
  33. (en) Rick Fulton, « Steve White on a life drumming for Paul Weller, Oasis, The Who ... and all that jazz », sur Daily record, (consulté le 16 mai 2020)
  34. (en) « Biographie d'Alan White », sur Stop Crying Your Heart Out (consulté le 16 mai 2020).
  35. Harris, p. 226
  36. (en) « Historique des charts en Écosse », sur Scottish Singles Charts, (consulté le 16 mai 2020)
  37. (en) Jess Denham, « Oasis album (What's The Story) Morning Glory? - 20 things you never knew about the Britpop record on its 20th birthday », sur The Independent, (consulté le 16 mai 2020)
  38. (en) « (What's The Story) Morning Glory? », sur oasisinet.com (consulté le 16 mai 2020)
  39. (en) Simon Hattenstone, « Who wants to be a drug addict at 41? », sur The Guardian, (consulté le 16 mai 2020)
  40. (en) « ABBA overtake The Beatles as Gold becomes the UK’s second biggest selling album of all-time », (consulté le 16 mai 2020)
  41. (en) Daniel Lane, « Queen's Greatest Hits becomes first album to sell 6 million in the UK », sur Official Charts Company, (consulté le 16 mai 2020)
  42. (en) « Historique des hits-parade du Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 16 mai 2020)
  43. (en) « Historique du Billboard 200 », sur Billboard 200, (consulté le 16 mai 2020)
  44. (en) « (What's the Story) Morning Glory? (album) by Oasis: Best Ever Albums », sur Best Ever Albums (consulté le 16 mai 2020)
  45. (en) « 100 Best Albums of the '90s – Oasis, '(What's the Story) Morning Glory?' », sur Rolling Stone
  46. (en) « 500 Greatest Albums of All Time – Oasis, '(What's the Story) Morning Glory?' », sur Rolling Stone (consulté le 16 mai 2020)
  47. a et b (en) « Oasis receive Outstanding Brit Award », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  48. a et b (en) « 1996 – NME », sur NME,
  49. (en) « Brit Awards 2010: Liam Gallagher hits back at Peter Kay », sur The Guardian, (consulté le 16 mai 2020)
  50. (en) « IFPI Platinum Europe Awards – 1997 », sur Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (consulté le 16 mai 2020)
  51. (en) Daniel Gumble, « UK's 60 biggest selling albums of all time revealed », sur Music Week, (consulté le 16 mai 2020)
  52. (en) « Historique des albums aux États-Unis – Oasis – (What's the Story) Morning Glory? », sur Recording Industry Association of America, (consulté le 16 mai 2020)
  53. a et b (en) John Robinson, « Not here now », sur The Guardian, (consulté le 16 mai 2020)
  54. (en) Fiachra Gibbons, « Oasis in crisis after second guitarist quits », (consulté le 16 mai 2020)
  55. (en) « Historique des charts en Australie - Oasis - Wonderwall (song) », sur ARIA Charts, (consulté le 16 mai 2020)
  56. (en) « Historique des charts en Nouvelle-Zélande », sur Recorded Music NZ, (consulté le 16 mai 2020)
  57. (en) « Historique des charts aux États-Unis », sur Alternative Songs, (consulté le 16 mai 2020)
  58. (en) « The Winners of the 1996 Grammy Awards », sur The New York Times, (consulté le 16 mai 2020)
  59. (en) « MTV EMA Music Awards to be held in London for first time in more than 20 years », sur Daily Express, (consulté le 16 mai 2020)
  60. (en) « 50 Best Songs of the 90's – Oasis, 'Wonderwall' », sur Rolling Stone, (consulté le 16 mai 2020)
  61. (en) « The UK's Official Chart 'millionaires' revealed », sur Official Charts Company, (consulté le 16 mai 2020)
  62. (en) « Historique des singles au Royaume-Uni - Don't Look Back in Anger », sur Official Charts Company, (consulté le 16 mai 2020)
  63. (en) « 1997 BRIT Awards », sur Brit Awards, (consulté le 16 mai 2020)
  64. (it) « Historique des certifications en Italie – Oasis – Don't Look Back in Anger », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 16 mai 2020)
  65. (ja) « Historique des certifications au Japon – Oasis – Don't Look Back in Anger », sur Recording Industry Association of Japan (consulté le 16 mai 2020)
  66. (en) « Historique des certifications des Singles au Royaume-Uni – Oasis – Don't Look Back in Anger », sur British Phonographic Industry (consulté le 16 mai 2020)
  67. (en) « Historique des singles aux États-Unis – Oasis – Champagne Supernova », sur Recording Industry Association of America,
  68. (en) « Glastonbury Festival », sur oasisinet.com (consulté le 16 mai 2020)
  69. a b et c Harris 2004.
  70. (en) Sam Richards, « 20 years on: 10 staggering facts about Oasis at Knebworth », sur British Broadcasting Corporation, (consulté le 16 mai 2020)
  71. (en) « Knebworth Park », sur oasisinet.com, (consulté le 16 mai 2020)
  72. (en) Andy Greene, « 'MTV Unplugged': The 15 Best Episodes »,
  73. (en) Zoe Capstick, « The Amazing Story Of Oasis’ ‘(What’s The Story) Morning Glory?’ – In Numbers », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  74. Gallagher Football Club, www.toutlemondesenfoot.fr, 22 avril 2013.
  75. (en) « ...There and Then », sur oasisinet.com,
  76. McGee 2013, p. 31.
  77. (en) Chris Mundy, « Oasis: Ruling Asses », sur Rolling Stone, (consulté le 16 mai 2020)
  78. (en) Andy Richardson, « The Battle of Britpop », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  79. a b et c Jon Wilde, « Blur and Oasis ready to feud again like it's 1995 », (consulté le 16 mai 2020)
  80. Harris 2004, p. 230.
  81. (en) Rupert Till, Pop Cult : Religion and Popular Music, A&C Black, , 214 p. (ISBN 978-0-8264-3236-0 et 0-8264-3236-0, lire en ligne), p. 87.
  82. (en) « Roll with the presses », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  83. (en) « Oasis Vs Blur – Creation Records’ Alan McGee Remembers The Battle Of Britpop, 20 Years On », sur NME, (consulté le 16 mai 2020)
  84. (en) « When Blur beat Oasis in the Battle of Britpop », sur The Telegraph, (consulté le 15 mai 2020).
  85. Harris, p. 235
  86. Harris, p. 233
  87. (en) Cockney revels. NME. 26 août 1995.
  88. (en) « Noel Gallagher in Blur Aids outburst », Melody Maker,‎ .
  89. Harris, p. 251
  90. (en) John Harris, « Remember the first time », sur The Guardian (consulté le 16 mai 2020)
  91. a et b (en) « Be Here Now », sur oasisinet.com (consulté le 20 mai 2020)
  92. (en) « Might as well do the white line: Liam Gallagher, still caning it at 45 », sur The Guardian, (consulté le 20 mai 2020)
  93. a et b (en) Dorian Lynskey, « ‘Flattened by the cocaine panzers’ – the toxic legacy of Oasis’s Be Here Now », sur The Guardian, (consulté le 20 mai 2020)
  94. Harris 2004, p. 333.
  95. (en) Nicolas Henderson, « 10 Mind-Blowing Stories About Oasis’ Cocaine Fueled ‘Be Here Now’ », sur Alternative Nation, (consulté le 20 mai 2020)
  96. (en) Tim Ingham, « Adele's 25 Just Went Platinum in 24 Hours », sur Music Business Worldwide, (consulté le 20 mai 2020)
  97. a et b (en) « Oasis albums », sur Warner Music Group, (consulté le 20 mai 2020)
  98. (en) « Historique des vente d'albums aux États-Unis », sur Billboard, (consulté le 20 mai 2020)
  99. Harris 2004, p. 339.
  100. (en) « Historique des ventes d'album au Canada », sur Billboard, (consulté le 20 mai 2020)
  101. (en) « 'Be Here Now' at 20 », (consulté le 20 mai 2020)
  102. (en) John Meagher, « It's been 20 years since Oasis' Be Here Now signalled the end of Britpop », sur The Independent, (consulté le 20 mai 2020)
  103. (en) « 1998 BRIT Awards », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  104. (en) Andrew Trendell, « VO5 NME Awards 2017 – see the full winners’ list », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  105. a et b (en) Rebecca Schiller, « 150 Best Tracks Of The Past 15 Years », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  106. (en) David Fricke, « Oasis: Be Here Now », sur Rolling Stone, (consulté le 20 mai 2020)
  107. (en) William Ruhlmann, « All Around the World – Oasis » (consulté le 20 mai 2020)
  108. (en) « Historique des ventes de Singles au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 20 mai 2020)
  109. (en) « All Around the World », (consulté le 20 mai 2020)
  110. (en) « Historique des Singles en Alternative Songs », (consulté le 20 mai 2020)
  111. (en) « Help: A Charity Project for the Children of Bosnia », sur AllMusic, (consulté le 20 mai 2020)
  112. (en) « When Oasis hit the road with U2 », sur u2.com, (consulté le 20 mai 2020)
  113. (en) « KROQ Weenie Roast », sur oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  114. (en) « Sport Palace », sur oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  115. « Radiohead's OK Computer named best album of the past 25 years », sur The Independent, (consulté le 20 mai 2020)
  116. (en) « Official Albums Chart Top 100 », sur Official Charts Company, (consulté le 20 mai 2020)
  117. (en) « The Masterplan », (consulté le 20 mai 2020)
  118. (en) « The flip side of Oasis », sur The Daily Telegraph, (consulté le 20 mai 2020)
  119. « Britpop: a cultural abomination that set music back », sur The Guardian, (consulté le 20 mai 2020)
  120. (en) Greg Kot, « Standing on the Shoulder of Giants », sur Rolling Stone, (consulté le 20 mai 2020)
  121. (en) « Entertainment Gallagher shrugs off Oasis departure », sur BBC News, (consulté le 20 mai 2020)
  122. (en) Jenny Eliscu, « Gallagher Brothers Say Oasis Bassist’s Departure Won’t Kill the Band », sur Rolling Stone, (consulté le 20 mai 2020)
  123. (en) Jenny Stevens, « Bonehead: ‘Oasis’ ‘Be Here Now’ isn’t shit’ », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  124. (en) « Gem and Potsy: Happy Days Hehe Again? », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  125. (en) « Oasis signs new bass guitarist », (consulté le 20 mai 2020)
  126. (en) Owen Wilson, « Sony opens catalogue to hold Oasis », sur The Guardian, (consulté le 20 mai 2020)
  127. (en) « Historique des ventes d'album au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 20 mai 2020)
  128. (en) « Historique des ventes d'album en Italie – Standing on the Shoulder of Giants – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 20 mai 2020)
  129. (en) « Top 75 Artist Album, Week Ending 2 March 2000 », sur Irish Albums Chart, (consulté le 20 mai 2020)
  130. a et b (en) « Standing on the Shoulder of Giants », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  131. (de) Arne Willander, « Oasis – Standing on the Shoulder of Giants », sur Rolling Stone, (consulté le 20 mai 2020)
  132. (en) « Historique des ventes de singles au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 20 mai 2020)
  133. (it) « Historique des ventes de single en Italie – Go Let It Out – Oasis », (consulté le 20 mai 2020)
  134. (en) « Historique des ventes de single en Espagne – Go Let It Out – Oasis », sur Productores de Música de España, (consulté le 20 mai 2020)
  135. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – Go Let It Out », sur British Phonographic Industry (consulté le 20 mai 2020)
  136. (en) « Who Feels Love? », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  137. (en) « Sunday Morning Call », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  138. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « Standing on the Shoulder of Giants » (consulté le 20 mai 2020)
  139. (en) Sam Moore, « Noel Gallagher reveals Oasis’ “lowest point” », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  140. a et b (en) « Giants Tour 2000 », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  141. (en) Sarah Hall, « Oasis star quits world tour », sur The Guardian, (consulté le 20 mai 2020)
  142. a et b (en) « Oasis Noel quits tour », sur BBC News, (consulté le 20 mai 2020)
  143. (en) Tracy Connor, « Guitar Man Leaves Oasis High and Dry », sur New York Post, (consulté le 20 mai 2020)
  144. (en) « Oasis Kick off at Wembley », sur NME, (consulté le 20 mai 2020)
  145. (en) « Familiar to Millions », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  146. (en) « Familiar to Millions DVD », sur Oasisinet.com, (consulté le 20 mai 2020)
  147. (en) « Black Crowes/Oasis Tour Kicks Off May 11 », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  148. (en) Duncan Campbell, « Noel and Liam turn on the charm », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  149. (en) « Strokes stoked after Oasis show up », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  150. (en) « Straight from the Horse's mouth », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  151. (en) Jon Wiederhorn, « Oasis turn to heathens, hedonism for inspiration on new LP », (consulté le 21 mai 2020)
  152. a et b (en) Alexis Petridis, « Yawning glory », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  153. (en) « Sign of the ‘Times’ », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  154. (en) « Canadian Hot 100 », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  155. (en) « Historique des ventes de single en Écosse », sur Scottish Singles and Albums Charts, (consulté le 21 mai 2020)
  156. (en) « Historique des ventes de single en Italie – The Hindu Times – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 21 mai 2020)
  157. (en) « Historique des ventes de single au Royaume-Uni », sur UK Singles Chart, (consulté le 21 mai 2020)
  158. (en) Sophia Heath, « London 2012 Olympics: the full musical playlist for the Olympic opening ceremony », sur The Telegraph, (consulté le 21 mai 2020)
  159. (en) Jamie Crossan, « Beady Eye, Muse, The Who perform at Olympics closing ceremony », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  160. (en) « Stop Crying Your Heart Out », sur Oasis.com, (consulté le 21 mai 2020)
  161. (en) Neil McCormick, « Like Germany, Oasis can never be written off », sur The Daily Telegraph, (consulté le 21 mai 2020)
  162. (en) Neil McCormick, « Playlist: England's World Cup in 11 songs », (consulté le 21 mai 2020)
  163. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – Stop Crying Your Heart Out », sur British Phonographic Industry (consulté le 21 mai 2020)
  164. (en) Paul Stokes, « ‘X Factor’ champ Leona Lewis covers Oasis », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  165. a et b (en) « Oasis' 'Chemistry' Boils Over In July », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  166. (en) « Heathen Chemistry Tour 2002 », sur Oasisinet.com (consulté le 21 mai 2020)
  167. a et b (en) « Heathen Chemistry », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  168. (en) Rob Mitchum, « Oasis: Heathen Chemistry review », sur Pitchfork, (consulté le 21 mai 2020)
  169. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « Heathen Chemistry – Oasis », sur AllMusic (consulté le 21 mai 2020)
  170. (en) « Historique des ventes d'album au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 21 mai 2020)
  171. (de) « Historique des ventes d'album en Suisse », (consulté le 21 mai 2020)
  172. (en) « Little by Little / She Is Love », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  173. (en) « Historique des ventes en Italie – Oasis – Little by Little », sur Federazione Industria Musicale Italiana (consulté le 21 mai 2020)
  174. (en) « Brawling Oasis singer 'on drugs' », sur BBC News, (consulté le 21 mai 2020)
  175. Matthew Beard, « Oasis singer loses teeth and faces jail after 'drunken fight with German police' », sur The Independent, (consulté le 21 mai 2020)
  176. (en) Kate Connolly, « Oasis singer on fight charges », (consulté le 21 mai 2020)
  177. (en) « Oasis singer fined £40,000 for brawl in German club », sur The Scotsman, (consulté le 21 mai 2020)
  178. (en) « Historique des ventes de single au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 21 mai 2020)
  179. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – Songbird », sur British Phonographic Industry (consulté le 21 mai 2020)
  180. (en) « Heathen Chemistry Tour 2003 », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  181. a et b (en) « Alan White’s departure from Oasis confirmed », (consulté le 21 mai 2020)
  182. (en) « Oasis drummer Alan White sacked », sur BBC News, (consulté le 21 mai 2020)
  183. (en) « Ringo Starr's son drums for Oasis », sur BBC News, (consulté le 21 mai 2020)
  184. (en) « History 2004 », sur Glastonbury Festivals (consulté le 21 mai 2020)
  185. (en) Jenny Booth, « Oasis to roll with Ringo's son », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  186. (en) « Glastonbury 2004 – The verdict! », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  187. (en) Tom Bishop, « Oasis fail to surprise Glastonbury », sur BBC News, (consulté le 21 mai 2020)
  188. (en) « Definitely Maybe DVD », sur Oasis.com, (consulté le 21 mai 2020)
  189. (en) « Oasis grab Best Music DVD Award », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  190. (en) « Oasis Starting Fresh On Next Album », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  191. a et b (en) « Oasis : Don’t Believe The Truth », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  192. (en) « Don't Believe the Truth – Oasis »
  193. (en) « Historique des ventes d'album en Italie – Don't Believe the Truth – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 21 mai 2020)
  194. (en) « Historique du Billboard 200 », (consulté le 21 mai 2020)
  195. (en) « Historique des ventes d'album aux États-Unis », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  196. (en) « Historique des ventes d'album au Canada », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  197. (de) « Historique des ventes d'album en Suisse – Don't Believe the Truth – Oasis », sur Schweizer Hitparade, (consulté le 21 mai 2020)
  198. (de) « Historique des ventes d'album en Allemagne – Don't Believe the Truth – Oasis », sur GfK Entertainment Charts (consulté le 21 mai 2020)
  199. « Historique des ventes d'album en France – Don't Believe the Truth – Oasis », sur Syndicat National de l'Édition Phonographique, (consulté le 21 mai 2020)
  200. (sw) « Historique des ventes d'album en Suède – Don't Believe the Truth – Oasis », sur Sverigetopplistan, (consulté le 21 mai 2020)
  201. (no) « Historique des ventes d'album en Norvège – Don't Believe the Truth – Oasis », sur VG-lista (consulté le 21 mai 2020)|(en) « Historique des ventes d'album en Australie – Don't Believe the Truth – Oasis », sur ARIA Charts, (consulté le 21 mai 2020)
  202. (en) « Don't Believe the Truth », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  203. (ja) « Historique des certifications au Japon », sur Recording Industry Association of Japan
  204. (en) « Historique des certifications en Irlande », sur Irish Recorded Music Association (consulté le 21 mai 2020)
  205. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – Don't Believe the Truth », sur British Phonographic Industry (consulté le 21 mai 2020)
  206. (en) « Noel Gallagher’s 50 Funniest Quotes », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  207. (en) « Oasis: new album artwork revealed », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  208. (en) Xan Brooks, « Old guard of British music recognised at Q awards », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  209. (en) « Historique des singles du Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 21 mai 2020)
  210. (en) « Historique des ventes de singles en Espagne – Lyla – Oasis », sur Productores de Música de España (consulté le 21 mai 2020)
  211. (en) « Historique des ventes de singles en Italie – Lyla – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 21 mai 2020)
  212. (en) « Historique des ventes de single au Danemark – Lyla – Oasis », sur VG-lista, (consulté le 21 mai 2020)
  213. (fi) « Historique des singles en Finlande – Lyla – Oasis », sur Suomen virallinen lista (consulté le 21 mai 2020)
  214. (en) « Historique des ventes de singles au Cananda – Lyla – Oasis », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  215. (en) Carolyn E Davis, « Noel Gallagher refuses to watch new Oasis video », sur MTV, (consulté le 21 mai 2020)
  216. (en) « The Importance of Being Idle », (consulté le 21 mai 2020)
  217. (en) « Historique des ventes de singles au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 21 mai 2020)
  218. (en) « Historique des ventes de singles en Italie – The Importance of Being Idle – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 21 mai 2020)
  219. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – The Importance of Being Idle », sur British Phonographic Industry (consulté le 21 mai 2020)
  220. (en) « Oasis win Best Video », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  221. (en) « NME award nominations in full », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  222. (en) « Oasis head up Q Award nominations », sur BBC News, (consulté le 21 mai 2020)
  223. (en) « Q: Are Oasis the world's best act? », sur Manchester Evening News, (consulté le 21 mai 2020)
  224. (en) « Historique des ventes de singles en Italie – Let There Be Love – Oasis », sur Federazione Industria Musicale Italiana, (consulté le 21 mai 2020)
  225. (en) « Historique des ventes de singles au Royaume-Uni », sur UK Singles Chart, (consulté le 21 mai 2020)
  226. (en) « Historique des singles en Écosse », sur Official Charts Company (consulté le 21 mai 2020)
  227. (en) Alexis Petridis, « Oasis », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  228. (en) Andy Gill, « Oasis, Astoria, London », sur The Independent, (consulté le 21 mai 2020)
  229. (en) « Oasis to tour with Jet, Kasabian », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  230. (en) Steve Adams, « Oasis rocks around the globe », sur Billboard (consulté le 21 mai 2020)
  231. (en) « Don't Believe the Truth Tour 2005 », sur Oasisinet.com (consulté le 21 mai 2020)
  232. (en) « Don't Believe the Truth Tour 2006 », sur Oasisinet.com (consulté le 21 mai 2020)
  233. (en) Jonathan Cohen, « News on Destiny's Child, Gomez, Oasis », sur Billboard, (consulté le 21 mai 2020)
  234. (en) « Stop the Clocks », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  235. (en) « Historique des certifications en Irlande – Oasis – Stop the Clocks », sur Irish Recorded Music Association (consulté le 21 mai 2020)
  236. (en) « Historique des certifications au Royaume-Uni – Oasis – Stop the Clocks », sur British Phonographic Industry, (consulté le 21 mai 2020)
  237. (en) John Harris, « Put the clocks back: Why Oasis should have quit in '96 », sur The Guardian, (consulté le 21 mai 2020)
  238. (en) « Lord Don't Slow Me Down DVD », sur Oasisinet.com, (consulté le 21 mai 2020)
  239. (en) « Lord Don't Slow Me Down », sur Oasis.com, (consulté le 21 mai 2020)
  240. (en) « Historique des singles au Royaume-Uni », sur Official Charts Company, (consulté le 21 mai 2020)
  241. (en) « Oasis releasing brand new single ‘Lord Don’t Slow Me Down’ », sur NME, (consulté le 21 mai 2020)
  242. http://www.oasisinet.com/DiscogRelease.aspx?id=11&type=1
  243. Thomas Burgel, « Les Inrocks - Oasis, c'est énorme ! », sur Les Inrocks (consulté le 24 avril 2016)
  244. Anne Jocteur Monrozier, « Rock en Seine : après l’annulation d’Oasis, Madness sauve la première soirée » [archive du ], sur www.francetvinfo.fr,
  245. Billboard.com (en anglais)
  246. http://www.oasisinet.com/NewsBlogs.aspx
  247. « Show : Londres Royal ALbert Hall 25/03/2010 », sur oasisfr.com (consulté le 24 avril 2016)
  248. « Kasabian », sur Rolling Stone (consulté le 24 avril 2016)
  249. Top 10: most influential albums of all time
  250. « :: OasisFr.com », sur oasisfr.com (consulté le 24 avril 2016)
  251. « The Coral », sur Myspace (consulté le 24 avril 2016)
  252. Sum 41 - Morning Glory (Oasis cover) () Consulté le .
  253. Le groupe a joué une reprise de Acquiesce et déclaré qu'ils pensaient qu'Oasis était meilleur que les Beatles
  254. IN DEPTH: killers rising, Mike Kalil, Review Journal 18 septembre 2005
  255. a et b (en)Have Oasis plagiarised Cliff Richard?, The Guardian, Sean Michels, consulté le 8 septembre 2015
  256. (en)Whatever - Time Flies... 1994-2009 Clip Youtube.com, Oasis, consulté le 22 avril 2020
  257. (en)Oasis | Rolling Stone Music, Rollingstone.com, consulté le 7 février 2011
  258. (en)Step Out, upinthesite.net, consulté le 22 avril 2020
  259. (en) Blu secure at number one in midweeks, BBC, le 20 août 2003, consulté le 22 avril 2020]
  260. (en) New Girls Aloud track borrowed, Digital Spy, le 24 juillet 2003, consulté le 17 avril 2009
  261. Life Got Cold, Warner/Chappell Music, consulté le 2 novembre 2008
  262. (en) Oasis Popularity Analysis, ChartMasters, consulté le 23 avril 2020

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier