Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Helter Skelter (homonymie).
Helter Skelter

Chanson de The Beatles
extrait de l'album The Beatles
Sortie Drapeau : Royaume-Uni
Drapeau : États-Unis
Enregistré , 9 et
Studios EMI, Londres
Durée 3:40 (mono)
4:30 (stéréo)
Genre Heavy metal, hard rock
Auteur-compositeur John Lennon
Paul McCartney
Producteur Chris Thomas
Label Apple

Pistes de The Beatles

Helter Skelter est une chanson des Beatles, écrite par Paul McCartney mais créditée Lennon/McCartney, et présente sur l’album The Beatles. Ce morceau est souvent évoqué comme un des précurseurs du heavy metal.

En Grande-Bretagne, le mot Helter-Skelter désigne une attraction de fête foraine, un toboggan en hélice conique autour d'une tour par où l'on monte.

Sommaire

GenèseModifier

L'écriture de Helter Skelter a été inspirée à Paul McCartney par une interview des Who, au cours de laquelle Pete Townshend, le guitariste de ce groupe, décrivit leur dernier single I Can See for Miles, comme « un son lourd et brutal » et comme « le morceau le plus vulgaire que les Who aient jamais enregistré ». McCartney, en entendant ensuite le single, fut déçu et le trouva somme toute assez conventionnel. Il a composé Helter Skelter en réaction, comme le morceau qu'il aurait aimé entendre à la suite de cette description.

Dans un registre plus ancien, Paul McCartney était souvent vu comme le « gentil Beatle » car il composait la majorité des ballades, et ce morceau lui permit de prouver qu'il était capable de signer des compositions très « rock » à l'image de Lennon. De son côté, ce dernier entreprit de composer la ballade plus que dépouillée qu'est Julia.

EnregistrementModifier

Les Beatles ont enregistré la chanson plusieurs fois durant la réalisation de l'album blanc. Lors de la séance d'enregistrement du , une des versions de la chanson durait 27 minutes et 11 secondes ; elle était lente et hypnotique. La prise 2 est publiée sur Anthology 3. Après 18 versions de Helter Skelter, Ringo Starr lança ses baguettes dans le studio et s'écria « I got blisters on my fingers! » (« J'ai des ampoules aux doigts ! »). Les Beatles ont conservé le cri de Starr en stéréo sur la version finale de la chanson. Le volume sonore de l'enregistrement descend graduellement aux alentours de 3:40, et remonte par la suite, créant un faux « fade out » laissant penser que la chanson est finie, alors qu'elle revient à la charge. Le 18 juillet, lors d'une autre session d'enregistrement, pendant que Paul enregistrait la voix, un cendrier a pris feu et George Harrison mit ce dernier sur sa tête et se mit à courir à travers le studio.

La version mono s'achève sur le « fade out », sans le cri de Ringo Starr. Au départ, cette version mono — qui sortira plus tard sur l'album Rarities — était indisponible aux États-Unis car presque tous les albums étaient en stéréo.

À la fin de la version stéréo, John Lennon réalise un solo de saxophone, qu'il conclut par un "How's that?" audible dans la version finale.

Fiche techniqueModifier

Matériel utiliséModifier

Équipe techniqueModifier

Parution et réceptionModifier

La chanson est placée en avant-dernière position sur la troisième face de l'« Album blanc », en contraste avec la piste suivante, Long, Long, Long écrite par George Harrison qui débute avec douceur.

La chanson sera aussi publiée le 31 mai 1976, en face B d'un single américain, couplée à Got to Get You into My Life, pour promouvoir la sortie, la semaine suivante, de l'album compilation Rock 'n' Roll Music dans lequel elle apparaît. Ce single a atteint la 7e position du palmarès Billboard et la seconde place au Canada. Une version promotionnelle à tirage limité, couplant les versions stéréo et mono sur le même 45 tours, a aussi été publiée et est aujourd'hui convoitée par les collectionneurs. Cette version mono est différente de la version mono anglaise, étant simplement une fusion des deux pistes de la version stéréo. La version mono britannique sera incluse dans le disque Rarities en 1980[2].

Une version ayant un rythme plus lent a été enregistrée par le groupe lors des répétitions pour l'album. Un extrait de celle-ci est publié sur le disque Anthology 3 en 1996 tandis que l'enregistrement complet est inclus sur un des disques bonus de l'édition du cinquantième anniversaire de l'« Album blanc ». La prise 17 est aussi incluse dans cette réédition.

On entend un extrait de la piste vocale dans le mashup de Being for the Benefit of Mr. Kite! et de la guitare sur celui de Octopus's Garden sur l'album Love, publié en 2006[2].

La version originale parait aussi sur l'album compilation Tomorrow Never Knows paru exclusivement en téléchargement sur iTunes en 2012.

Accueil critique et commercialModifier

En , Q magazine place Helter Skelter à la 5e place dans la liste des 100 meilleures pistes de guitares.

Charles MansonModifier

Article détaillé : Charles Manson.

La plupart des auditeurs britanniques savaient qu'un « helter skelter » était un toboggan en spirale, mais Charles Manson, qui découvrit l'album blanc en décembre 1968, croyait que les Beatles avertissaient l'Amérique d'un conflit racial imminent. Dans l'idée de Manson, les Beatles étaient les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, qui, par leurs chansons, lui ordonnaient, ainsi qu'à ses disciples, de préparer l'holocauste en s'enfuyant vers le désert. Manson utilisait les mots helter skelter, dans le sens de « chaos », pour parler de ce soulèvement à venir[3].

Vincent Bugliosi et Curt Gentry utilisèrent le nom de la chanson comme titre pour leur best-seller sur la tuerie et le procès de Manson.

ReprisesModifier

La chanson a été reprise par plusieurs groupes connus comme :

RéférencesModifier

  1. en:Fender Bass VI#Players,bass track, fender.com
  2. a et b (en) Dave Rybaczewski, « Helter Skelter », sur Beatles Music History, DKR Products Toledo, Ohio. (consulté le 12 janvier 2019)
  3. Steve Turner, l'intégrale Beatles.

AnnexesModifier